Nouvelle année : ouvrons les yeux sur la vraie situation de la France

Publié Par Philippe Robert, le dans Économie générale

En cette nouvelle année, il est temps de cesser de se mentir et de regarder dans les yeux la situation de la France, telle qu’elle est, pour enfin réformer.

Par Philippe Robert.

Je n’ai jamais vu circuler autant de désinformation, et ce dans tous les domaines, sur l’état de santé véritable de la France. Au point que je finis par me demander si ce n’est pas moi qui, victime d’une sorte de délire de la persécution, m’invente un monde fictif dont la présence des plus virtuelles n’aurait de fait aucune réalité.

Finalement, peut-être vaudrait-il mieux que je sois seul à constater, en France, la montée inexorable d’un chômage de masse, la perte tragique et continue de compétitivité de notre économie, le déluge d’impôts et charges divers propres à étouffer toute velléité de croissance, le refus idéologique de réformer en profondeur…

Et que dire du niveau de la dette publique qui, dit-on, aurait miraculeusement baissé de quelques milliards riquiqui alors que l’État, depuis bientôt quarante ans, ne cherche visiblement même plus à combler un déficit budgétaire qui, année après année, ne cesse d’alimenter ladite dette publique aujourd’hui évaluée à 90% du PIB ?

L’objectif des 3% de déficit du PIB autorisés par Maastricht qui devait être atteint en 2013 ne sera certainement pas tenu; en effet, comment espérer gagner un tel pari en l’absence de toute croissance et, plus grave encore, en s’abstenant de lancer les réformes structurelles visant à assurer et consolider notre avenir sur le long terme ?

Car si des réformes soi-disant de structure sont actuellement concoctées, il ne s’agit en aucun cas de réformer le pays pour lui permettre de figurer enfin en bonne place parmi ses pairs mais, en toute priorité, de s’attaquer aux valeurs millénaires qui le fondent pour le désarmer dans le but de mieux l’asservir. C’est grave docteur ?

Suis-je le jouet d’hallucinations quand Standard & Poors et Moody’s (en attendant Fitch Ratings) privent la France de son AAA? Le suis-je toujours aujourd’hui quand la perfide Albion, après seulement huit mois de gestion socialiste (et, soyons justes, dix ans de fausse droite), s’empare de notre sacro-sainte cinquième place mondiale ?

Aussi, comment soigner cette affection honteuse qui fait que je serais seul à voir, dans mon isolement, des choses a priori vraies que nul autre, jusqu’au sommet de l’État, ne serait alors capable d’imaginer au motif qu’il serait, lui, sain de corps et d’esprit ? Pour guérir, peut-être faudra-t-il alors attendre que le ciel nous soit tombé sur la tête !

Un éclair de lucidité dans mon délire me permet, certes fugacement mais de bon cœur, de vous souhaiter une excellente année 2013 en promettant de tout faire pour sortir de l’impasse dans laquelle je suis enfermé. Puissent aussi (et surtout !) les dieux libéraux se pencher sur notre pays et permettre ainsi aux Français de répudier le socialisme.

Laisser un commentaire

  1. Objet d’hallucinations, que nenni, Philippe. Il est vrai que toute cette infrastructure inutile qui nous sert d’ètat est une belle machine á construire ses propres illusions sur la conduite du pouvoir, un pays d’ absurdies. Puisque cette infrastructure inutile n’hésite pas á nous déverser ses poubelles au visage, nous le leur rappelerons sans faiblir et sans chercher á les excuser. 2013 sera une année dont ils vont se souvernir, que la fête commence.

  2. La faculté que nous possédons nous les humains de voir, d’entendre…et de ne tenir aucun compte de ces perceptions, est étonnante. Notre organisation neurologique privilégie les émotions ou l’habitude ( émotion sociale mimétique) comme compréhension du réel. Le panégyrique d’une personne à son décès semble plus vrai que sa critique…La mode traduit la force mimétique de l’habillement… et de la pensée. Qui se souvient, avec la perception nette d’une débilité collective des années 1981 et des nationalisations? Le principal facteur, oublié dans tous les débats, était celui de l’impôt ! Je vivais en Arabie à l’époque et on riait bien ! Pourquoi acheter une entreprise avec ses dettes quand on prend la majeur partie du bénéfice par l’IS, et l’IR commentaient mes arabes! J’en rie encore ! Et mes amis arabes aussi ! Il y a eu un plan de réforme de l’enseignement ( Devaquet 1986) dont l’étude s’arrêta au décès d’un jeune homme (Malik Oussékine) ! Lien de causalité entre ces 2 évènements? Sur le plan de la rationalité? Chacun d’entre nous peut observer d’ailleurs les modifications de notre façon de percevoir lorsqu’il y a rupture de l’habitude. Maladie grave ou hospitalisation urgente. Le système émotionnel qui est un atout peut se transformer en handicap ! L’habitude (autre terme pour l’opinion) tient lieu de pensée. Il est tout à fait extraordinaire de constater un phénomène troublant qui laisse tout le monde indifférent. De mes souvenirs de lycée, je garde le souvenir d’une extraordinaire ignorance, doublée d’une bonne dose de stupidité de la presque totalité d’entre nous. Un devoir faux, si tout le monde l’avait raté, devenait objet de scandale et de protestation à ce titre que la majorité s’était trompée. Le fait que 2 ou 3 personnes aient trouvé, ne signifiant nullement que la majorité avait été sotte ! Tous ces mauvais élèves n’ont plus guère étudié depuis, et sont devenus omniscients en devenant « adultes »! Ils suffisaient de ne plus être notés. Les démocraties sont devenues des sociétés de la « prétention » à dire (et à croire ce qui vous arrange…à courte vue). Tout homme qui prétend conduire d’autres hommes flaire la part des émotions sociales faites de mimétisme, d’ignorance et de prétentions. Il leur suffit d’habiller la pensée de quelques oripeaux pour obtenir le succès. A ce titre un face à face politique télévisuel avec la vulgarité des postures et des suffisances des protagonistes est le meilleur révélateur du catalyseur émotionnel en lieu et place de la réflexion patiente et pertinente. L’histoire montre que les grands esprits furent seuls. Longtemps et quelquefois ils périrent ! Le premier qui dit la vérité ! Le poids de la stupidité collective est devenu tabou, la honte de l’ignorance a disparu, remplacée par la prétention des droits des individus ! Quand vous leur demandez à quel titre leurs droits doivent devenir des devoirs pour d’autres …le système se grippe ! Seul argument : ils ont de quoi payer…
    Donc, cher monsieur, votre solitude de pensée prouve au moins que vous avez échappé à l’opinion commune ( on l’attrape comme une maladie infectieuse) ! C’est déjà remarquable ! Vos anticorps nous servirons peut-être bientôt…Un écrivain avait remarqué qu’il y avait 2 types de bons élèves; les cancres, et les très, très bons. Le reste n’était que copieurs ! La société politico-médiatique est faite du ventre mou de ces classes d’écoles. Élèves toujours bon à recopier « la doxa » du professeur. Assez adroits pour cacher leur ignorance, suffisamment médiocres pour ne jamais rien inventer, et assez fanfarons pour se tromper eux-mêmes.
    A titre de précaution (certains individus prétendant en déchoir d’autres de leur nationalité), on devrait faire passer un examen à tout français souhaitant le rester! Capacité à distinguer ce qui est à soi et ce qui est a d’autres. Analyse de la définition du mot privilégiés ( ceux qui paient pour les autres), défavorisés ( ceux qui reçoivent des aides des premiers), dangerosité des routes, des échelles, des tournevis (à l’exclusion des utilisateurs de ces objets). Rédaction de fables (les 20 cigales et la fourmi capitaliste); le serviteur étatique devenu maître; le corbeau citoyen et le renard bureaucratique ! Etc…Je m’y suis amusé.
    Meilleurs voeux

  3. Pour pouvoir répudier le socialisme comme le souhaite l’auteur de l’article, il n’y a pas mille solutions.Il faut un retour rapide de l’UMP aux commandes.
    Car l’UMP (1er ou 2ème parti politique de France, c’est selon ) est incontournable.
    C’est leurrer l’opinion publique que de faire croire que l’échec du socialisme viendra d’une entité extérieure à la France.

  4. Malheureusement ce n’est plus un problème de parti politique, depuis de nombreuses années les observateurs avertis ont pu constater que se sont les technocrates qui dirigent la France !

    Quelles différences entre un technocrates énarque de droite et un de gauche ? la couleur du badge qu’ils portent a leur boutonnière !!

    pour le reste :
    la même ambition : le pouvoir
    la même vision économique : le keynésianisme
    aucune imagination ni aucun courage !!!!

    Alors vous souhaitez un changement une évolution une amélioration ?
    – interdiction de confondre ou cumuler une carrière de technocrate a celle d’homme politique (comme en GB)
    – l’abandon de Keynes au profit de Shumpeter
    – l’introduction de la notion de laïcité étendue (retrait des religions et des idéologies du concept républicain, ou renier Sartre au profit de Aron R.).

    Meilleurs voeux