2013, année de malchance ?

Publié Par Yoani Sánchez, le dans Amérique latine

Même si 13 est souvent associé à la malchance et au malheur, j’ai l’impression que les douze prochains mois n’auront rien d’une fatalité.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

La cabale, le nombre qui ne se dit pas, la superstition des chiffres, la calamité que pourrait entraîner le simple fait de prononcer six lettres. Je me souviens que lorsque j’ai eu treize ans, à l’école beaucoup de plaisanteries tournaient autour de ça. Quel âge as-tu demandaient les étudiants des classes supérieures pour se moquer de ma gêne à leur répondre. Je devais répondre « douze plus un » ou « quinze moins deux » parce que si je prononçais ce nombre maudit,  une vague d’éclats de rires me tomberait dessus, suivie possiblement de coups de poing sur le crâne et du cri « Touche-toi !» dont je ne sais pas encore aujourd’hui ce qu’il signifiait dans ce contexte. De sorte que j’ai grandi en supposant que le treize n’apportait pas seulement la malchance mais aussi moqueries, plaisanteries et injures.

Quand je suis partie vivre avec Reinaldo j’ai pensé « quel soulagement ! Au moins il habite au quatorzième étage et pas à celui en-dessous. Imaginez que chaque fois que j’aurais dû donner mon adresse on m’ait crié ce « touche toi ! » sarcastique de mon adolescence. Je n’aurais pas à rougir de cette honte. Des années plus tard le pronostic médical indiquait que mon fils naîtrait le 13 août 1995, mais par chance la nature anticipa l’événement et nous libéra de cette date funeste. Ainsi à force d’évitements et de contournements, en s’abstenant parfois de répondre, en utilisant d’autres fois les additions et les soustractions, je me suis débarrassée de cette sombre superstition du « dix plus trois ». Comme moi beaucoup d’autres ont fait la même chose, parfois plus par précaution que par réelle croyance en leur mauvaise étoile. Mais aujourd’hui une nouvelle épreuve s’annonce pour tous : l’année 2013 va bientôt commencer.

J’ai l’impression que pour les Cubains les douze prochains mois n’auront rien d’une fatalité. Dès aujourd’hui je peux prévoir qu’ils seront pleins d’occasions de changements et de grands moments. Beaucoup de choses dans le pays que nous connaissons vont changer, pour le bien et un peu pour le mal : des hommes nouveaux vont entrer sur la scène nationale et d’autres auront enfin leur nom gravé sur une pierre tombale. Une ère se terminera donnant pour cette fois raison aux Mayas. Mais tout ceci dépend, presque en premier lieu de la façon dont les citoyens affronteront les défis qui vont se présenter à nous, de la conscience que nous aurons d’être sur le point de vivre un moment clé de notre histoire. Dès à présent je me prépare et je répète comme un mantra : treize, treize, treize, treize, treize…

À tous mes amis collègues, blogueurs, journalistes des quatre coins du monde, lecteurs de mes textes, commentateurs qui ont fait leur mon blog, traducteurs qui bénévolement l’ont transcrit vers tant de langues, à ceux qui par leurs commentaires acerbes ou leurs diatribes caustiques m’ont aidée à être meilleure, à tous je vous souhaite de joyeuses fêtes et une bonne nouvelle année.

Sur le web  – traduit par Jean-Claude Marouby

Laisser un commentaire

  1. Meilleurs voeux aux cubains victimes du socialisme, en espérant que 2013 verra la déchéance de vos bourreaux tant loués par notre Mélanchon national.

  2. Feliz ano nuevo à mes camarades cubains en espérant que l’année 2013 préservera leur courage ,leur esprit de tolérance et de solidarité, et que notre monde cessera de penser que seul ,notre modéle de société peut apporter le bonheur ….

    Yoani dit « d’autres auront enfin leur nom gravé sur une pierre tombale » Pas beau , madame de souhaiter la mort d’un homme !