La République tchèque veut valoriser ses gisements d’or

Publié Par Charles Sannat, le dans Économie générale, Europe

L’extraction est de tradition en terres tchèques et exploiter les gisements d’or permettrait des rentrées de revenus très importants pour l’Etat.

Par Charles Sannat, directeur des études économiques d’Aucoffre.com

Le journal économique tchèque Hospodářské noviny informe que les gisements d’or existants dans le pays représentent des réserves estimées à 400 tonnes et que ces dernières attirent beaucoup d’entreprises étrangères. Cinq compagnies ont déjà sollicité les licences nécessaires pour prospecter l’or dans six régions différentes. L’or tchèque représente environ 1% des gisements d’or au monde.

« L’industrie aurifère est de tradition en terres tchèques et permettrait des rentrées de revenus très importants pour l’Etat » assure Petr Moravek, dirigeant de Delta Bohemia qui participa à l’exploration d’or dans le pays dans les années 1970 à 1980.

Mr Moravek déclare que les compagnies minières sollicitent la plupart des municipalités mais les entreprises intéressées peuvent avoir une nouvelle possibilité avec le changement fondamental dans la politique sur les matières premières : il semblerait que la préservation des gisements d’or pour les générations futures soit remis en question et fera l’objet d’un prochain débat au gouvernement à la fin de cette année.

Pavel Kavina, du Ministère de l’Industrie et du Commerce, signale que les prix de l’or et des autres matières premières se sont envolés et soutient que l’industrie minière génèrerait de nouvelles entreprises et emplois qui permettraient de relancer l’économie tchèque impactée par la récession économique. L’ouverture de trois mines générerait quelques 120 millions de couronnes (4,8M€) chaque année pour les municipalités.

La licence d’exploration de mines d’or est octroyée par le Ministère de l’Environnement. Cependant, les municipalités et les associations locales s’opposent à toute exploration ou exploitation minière. Certaines municipalités indiquent que la décision devrait dépendre d’un référendum. Le principal problème demeure dans le traitement du minerai extrait par lixiviation au cyanure.

L’industrie aurifère a explosé sur le territoire de l’actuelle république tchèque au premier siècle avant J-C et de nouveau au 14ème siècle. Depuis le 15ème siècle, la production était plutôt à la baisse malgré d’importants travaux.  Au tout début du 20ème siècle, Roudný (en Bohémie) demeura la première mine d’or la plus moderne de la monarchie austro-hongroise. Tout au long de l’histoire, quelques 100 tonnes d’or furent extraites des terres tchèques.

Sur le web – Aucoffre.com, vente d’or en ligne

Laisser un commentaire

  1. Un grand mystère pour moi, cette notion de « préservation des gisements d’or pour les générations futures ». Autant pour le pétrole, je suis ouvert au débat puisque c’est principalement un combustible, mais pour l’or, j’appelle ça de la procrastination : quel intérêt de laisser les générations future miner cet or alors qu’on pourrait plutôt leur laisser un monde ou ils n’auraient pas besoin de travailler pour l’avoir ? L’or en circulation actuellement a été extrait à un moment quelconque de l’histoire, surement il y a des siècles ou des millénaires, pas l’année précédente…

  2. [[ .. préservation des gisements d’or pour les générations futures..]]

    L’or étant un métal quasi inaltérable (sauf vol et des transformations), l’argumentaire est une fois encore débile !
    Le spectre de fin du monde et des ressources vite « épuisables » revient à chaque fois, sinon celui d’une insurmontable pollution…
    Restera à demander aux entrailles de la terre qu’elle ne fassent jamais jaillir un volcan qui déverserait lui plus de pollution en quelques heures que toutes celles rongeant nos esprits vertement pollués.
    Attendons encore un peu que l’U.E. soit complètement à genoux. Les obsédés Verts pourront alors se rassurer : la vie socio-économique d’ici sera disparue …au profit d’autres peuples moins abscons !!!

    1. @The Wolff L’or étant un métal quasi inaltérable (sauf vol et des transformations)
      L’or volé reste de l’or, l’or transformé reste également de l’or. Par contre, il serait même urgent de l’extraire à son cours actuel, car les générations futures risquent fort de pouvoir créer de l’or par réaction nucléaire à moindre coût. Au moment précis ou l’énergie deviendra virtuellement gratuite (fusion ou autre) on pourra synthétiser de l’or à foison, et tous ces gens qui voulaient laisser à leurs enfants le soin de descendre à la mine regretterons amèrement de ne pas avoir du capital en lieu et place d’un titre minier …