Batho, Duflot : quelques grammes de brutes dans un monde de finesse

Publié Par h16, le dans Édito

Aujourd’hui, et pour faire plaisir à Najat Valleau-Belkacem, la passionaria de la féminitude millimétriquement égale, j’ai décidé de vous parler de deux femmes qui sont parvenues au pouvoir à la force du poignet (au moins), et dont l’importance dans l’actuel gouvernement ne peut pas être ignorée plus longtemps. Je veux bien sûr parler de mesdames Duflot et Batho, étroitement liées l’une à l’autre par une troublante symétrie puisque Duflot s’occupe du logement alors qu’elle est écolo, et Batho s’occupe d’écologie alors qu’elle est, intellectuellement parlant, complètement à la rue.

En effet, on découvre, au détour d’une de ces petites dépêches rapides et discrètes, que la Delphine n’est malheureusement pas endormie à son poste. Pour trouver à s’occuper (et, il faut bien le dire, faire un peu parler d’elle en ces temps médiatiques encombrés), elle a décidé d’ajouter un rationnement aux pénuries dont la France souffre déjà : notre pays est trop lumineux la nuit, cette pollution nocturne et toute cette énergie dépensée en pure perte ou presque sont un véritable scandale auquel il était nécessaire de mettre fin. On va donc obliger les commerçants à couper leurs bêtes enseignes lumineuses.

Pour cela, en parfaite petite socialiste, Delphine Batho a directement choisi d’utiliser la bonne vieille contrainte légale qui est au ministre et au député ce que la batte de baseball est au briseur de rotules de la mafia. Elle explique ainsi :

« Un projet de décret est actuellement soumis à la concertation du public qui vise à permettre l’extinction des éclairages, notamment des vitrines la nuit, pour faire des économies d’énergie. »

Voilà, vous voyez c’est très simple, pour soi-disant faire des économies d’énergie, on va couper les loupiotes ici et là et ce sera génial. Et bien évidemment, cette obligation s’appliquerait systématiquement. Pan. Le changement, c’est maintenant et ça va ressembler à ça :

DPRK, la nuit

Très manifestement, chez Delphine, les loupiotes ne se sont pas toutes allumées à la naissance et elle n’est probablement pas au courant que plus de 70% de l’électricité utilisée pour les enseignes lumineuses est produite à partir de réacteurs nucléaires. Ce qui veut dire, les réacteurs nucléaires étant ce qu’ils sont (c’est-à-dire pas tout à fait aussi souples qu’un interrupteur de salon), que la production d’électricité, la nuit, est à très peu de choses près la même que celle de jour. Et si l’on consomme moins d’électricité pendant la nuit, cette production est perdue (elle servira à réchauffer puis refroidir de l’eau, parce que regarder la pluie tomber, c’est poétique et probablement bisou-compatible). Bref : les enseignes lumineuses seront éteintes, on y verra moins bien dans la nuit, mais cela n’aura aucun impact sur la production électrique, ou si faible qu’il sera négligeable.

rte - production d'electricite constatee au 02.12.2012

RTE – production d’électricité constatée au 02.12.2012

Du reste, l’éclairage de ces enseignes représente une charge pour les entreprises. Or, bien que soumises à une forte concurrence, tous les jours, toutes les nuits, ces entreprises choisissent malgré tout de laisser ces affichages lumineux tourner. Cela veut probablement dire que l’économie réalisée en coupant l’enseigne … n’en est pas une. On peut spéculer sur la perte putative de chiffre d’affaires des entreprises qui n’allumeront pas leurs enseignes la nuit, mais il est en revanche certain que EDF et les opérateurs électriques, eux, vont voir leurs ventes s’effondrer la nuit. Comme rappelé plus haut, l’électricité sera, de toute façon, produite ; mais au contraire de maintenant où une partie trouve acheteur (ce qui permet de minimiser la perte), le décret Batho entraînera immanquablement un manque à gagner pour le producteur électrique.

Devinez comment ce dernier va se rattraper ? Très probablement, en revendant le reste de son électricité plus cher. Au final, cette « économie d’énergie » mal ciblée coûtera plus cher à tous les consommateurs. Merci Delphine, merci Batho, merci boulette.

Pendant ce temps-là, Cécile, elle, a un vrai maroquin avec de vraies idées pour aider la population qui en a bien besoin : faire appel à la solidarité forcée sur les institutions qui n’ont jamais rechigné à faire preuve de la charité, cette solidarité si spéciale puisque spontanée, gratuite et sans l’intermédiaire étatique. Cécile, elle a bien noté qu’il faisait plus froid actuellement. Alors Cécile, elle a décidé d’offrir généreusement les lieux de cultes chrétiens qui ne lui appartiennent pas à tous ces malheureux que le socialisme produit par milliers. Pour cela, Cécile a pris son petit Mont-Blanc (cadeau du contribuable, livré avec le maroquin) pour mettre l’archevêché de Paris en demeure d’ouvrir ses bâtiments non utilisés aux SDF, et que si c’est pas fait rapidement, elle procédera à des réquisitions d’ici à la fin du mois, non mais. Notons que Cécile n’a pas demandé qu’il en soit ainsi pour les temples juifs (pas assez grands ?) ou les mosquées parisiennes (c’eut été facétieux puisqu’il en manquerait cruellement dans la capitale).

Bref : ce sont donc aux Chrétiens de s’y coller, sous les applaudissements de Notre-Dame du maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui habite, comme chacun le sait, un petit studio d’étudiant rikiki et ne pourra donc pas apporter lui-même sa contribution à l’accueil de SDF … Au contraire de Cécile qui, elle, s’est immédiatement proposée pour recevoir, dans son appartement de fonction qu’elle n’occupe quasiment pas, une petite brochette de malheureux que le froid ronge (mais oui, Cécile, nous savons que tu as le cœur sur la main et que tu n’hésites actuellement sur cette proposition que pour de pures raisons d’intendances : le frigo est-il rempli correctement et le pressing a-t-il nettoyé la petite robe de cocktail que tu mettras pour la réception que tu comptes – bien sûr – organiser pour ces pauvres hères ?) – Au pire, c’est Delphine (qui s’y connaît en HLM) qui peut s’y mettre aussi, non ?

duflot baillonnée : une idée à étudier pour un gouverment efficace

Bon, foin diplomatie et disons les choses telles qu’elles sont : comme d’habitude lorsqu’elle a une idée, Cécile est la poire proie de lubies collectivistes et de ses vieux démons autoritaires, puisqu’elle demande bruyamment que l’Église fasse quelque chose qu’elle a toujours fait. Évidemment, les bénévoles paroissiens et les ecclésiastiques ne font, eux, aucune publicité de leurs actions, au contraire de nos deux donzelles dont les buts n’ont jamais été ceux qu’elles affichaient si ostentatoirement, mais bien, avant toute autre chose, de faire parler d’elles. D’ailleurs, plusieurs associations chrétiennes l’ont expliqué assez rapidement :

« Chacun agit depuis des années dans l’ombre mais dans l’efficacité, sans effet d’annonce. »

Le bling-bling inutile, c’est plutôt l’apanage des politiciens, Duflot en tête. D’autant que, non contente de demander stupidement une action de la part de gens qui agissent déjà, la minustre du Logement ne connaît pas bien les réels problèmes qui se posent en matière d’hébergement. Tout indique que ce ne sont pas, à proprement parler, les logements qui font défaut ; la capitale, du reste, est connue pour en arborer pas mal sans usages (à commencer par les permanences de certains partis, vides ou remplis de baudruches la plupart du temps, comme celui des Verts, qui pourrait donc faire l’affaire pour héberger des nécessiteux comme le suggère l’Hérétique). Et puis, question larges espaces vides, la cavité crânienne des égéries gouvernementales se pose là… Non, ce qui fait réellement défaut, ce sont plutôt les bras et les bonnes volontés, comme l’explique l’Archevêché de Paris :

« Mais la difficulté n’est pas dans la recherche des locaux, quoiqu’ils soient déjà largement occupés, mais dans l’appel des bénévoles. Il ne s’agit en effet pas seulement d’ouvrir des portes, mais aussi d’accueillir des personnes et d’être là avec elles. »

Mais le pompon est atteint lorsque Duflot déplore vocalement que « l’État consacre des centaines de millions d’euros à loger des gens dans des hôtels alors que c’est ruineux et socialement néfastes » ; ce disant, c’est un véritable camouflet à l’action bénévole et gratuite des associations caritatives, notamment de l’Église, qui, sur les paroisses parisiennes par exemple, offrent gracieusement le gîte et le couvert à 120 personnes, toutes les nuits d’hiver, nuitées qui ne coûtent pas un centime à l’État et dont la péronnelle devrait au moins avoir la décence de ne pas se foutre (sans invoquer le handicap certain que procure un crâne vide).

Magie du socialisme qui produit des pauvres et des SDF par milliers par empilement de lois et décrets idiots (celui de Batho n’étant que la partie émergée de l’iceberg de conneries incapacitantes). Magie de l’autoritarisme gouvernemental qui permet d’imposer à certains (et pas à d’autres) des mesures de solidarité là où la charité fait déjà bien mieux sans coercition. Magie de la médiatisation, des paillettes et de la fanfreluche qui poussent irrésistiblement les cuistres et les imbéciles à s’exposer lorsqu’ils disent et font des bêtises…

Plus ça va, et plus ce pays est un concentré de magie ! Il est décidément foutu, mais franchement magique.

—-
Sur le web

Laisser un commentaire

  1. A propos des menaces de Duflot.
    L’Etat depuis deux siècles tente de bouter l’Eglise de son rôle de charité (sans succès d’ailleurs), et face à l’incurie de ses services et la faillite de la social-démocratie lui ordonne de refaire ce qu’elle a toujours fait, après l’avoir pillé au passage. L’Histoire finit toujours par se venger.
    Au passage je note que la principe de la laïcité est une nouvelle fois bafoué, après avoir brimé les catholiques avec le port de la croix et les écoles catholiques, les musulmans avec le voile et autres bouts de tissus, maintenant on impose à l’Eglise des objectifs.

    Et si Duflot n’ordonne pas aux mosquées et aux synagogues d’ouvrir c’est bien parce qu’elle sait que musulmans et juifs se laissent moins faire. Beaucoup de cathos se sont bisounoursés au point de voter pour leurs bourreaux: tous les socialauds qui hantent nos institutions.

  2. Dark Vador, de l'académie française

    J’aimerais bien savoir si fleur de Luzerne (Duflot) a ramassé ses dents avec des doigts cassés à cause de sa boulette, ou si elle s’en fout.
    A mon avis elle s’en fout.

  3. Au vue de l’histoire de votre pays tout ce qui appartient à l’église n’est pas à l’origine quelque chose qui a été spolier au peule ?
    Si bien que réquisitionner de tels bien ne revient à récupérer ce qui vous devrait vous appartenir de droit ?

      1. Votre question me fait penser à une cette monstrueuse pratique répressive appliquée un temps en ex-Urss.
        Elle consistait, après le décès d’un détenu intervenant avant la fin de sa condamnation, à punir un membre de la famille du temps de la peine de prison (ou de camp) restant à couvrir.

        Comme s’il s’était agi d’une simple dette due solidairement par les proches et à rembourser à l’État.

    1. Dark Vador, de l'académie française

      La réquisition EST une spoliation caractérisée. Qu’est-ce que le fait qu’une chapelle appartienne à l’Etat va vous faire, si ce n’est qu’on n’aura plus le droit d’y rentrer ?

    2. «Au vue de l’histoire de votre pays tout ce qui appartient à l’église n’est pas à l’origine quelque chose qui a été spolier au peule ?»

      Sources ? Et même si cela avait été le cas, vu la confiscation des biens de l’Église après la révolution (confiscation à l’origine des assignats) ils ont largement payé.

      1. Sans oublier le milliard de francs que les intégristes laïcards espéraient trouver en 1905 avec les inventaires alors que la « richesse » principale de l’Eglise est immobilière.

    3. Vous voulez sans doute parler de la Dîme ? Elle n’a plus cours dans notre beau pays socialiste depuis 1789. Mais rassurez-vous, une autre institution se charge désormais de la spoliation du peule et de façon beaucoup plus efficace. Quand au financement actuel de l’Église Française, c’est essentiellement via des dons; vous savez, cette curieuse façon de penser que l’on peut être généreux autrement que par une redistribution institutionnalisée.

  4. j’ai trouvé ça sur le monde : http://vimeo.com/51887079 sur les mines antiperso…tout autre sujet. Comme quoi l’humain peut être utile et intelligent à la fois. Nos minustres sont englués dans de la marmelade chaude et de leurs cerveaux degouline du jus d’égoisme et de nombrilisme. Ils n’ont aucunes motivations car ils n’ont de comptes à rendre à personne. Alors, ils s’en tappent que la France soit déjà dans le gouffre ou pas. Les petits et gros profits accumulés durant leur mandat suffira à les nourrir le reste de leur vie. On est foutu !

  5. Sur ce genre de coup tordu, le bon Dr Richard North poserait une question : ceci est-il réellement une initiative nationale, ou bien s’agit-il encore d’une entourloupe de l’UE, bien planquée comme toujours. Ça mériterait d’être creusé car la réponse pourrait bien nous surprendre.

  6. Osez ainsi instiller l’idée que L’église serait composée à notre époque d’une sorte de caste dodue de « nantis » est tellement absurde, tellement dénué de tous fondements, tellement en dehors de toutes réalités de terrain qu’on ne peut, de droite ou de gauche, qu’être révoltés par une telle déclaration provenant d’une ministre qui n’a toujours pas compris qu’elle était juste une potiche destinée à remplir le quota de femmes. Je suis rarement personelle sur mes critiques mais elle est juste d’une vulgarité qui touche la performance Olympique. D’une impudeur que seuls les fats arborent. Moi je dis, logeons les sans abris dans l’avion présidentiel? Que fait il cet avion quand le président n’est pas dedans?

  7. En ce qui concerne l’électricité, même si les réacteurs ne s’arrêtent évidemment pas la nuit, ne peut-on pas les programmer à la baisse, pour qu’ils produisent en 24H la quantité d’électricité requise sans éclairage des enseignes et ainsi obtenir un résultat économiquement efficace?

    1. Bien sûr qu’on peut programmer les réacteurs à la baisse la nuit. Contrairement à une idée reçue, les réacteurs sont tout à fait capables de moduler leur puissance à l’échelle de l’heure, mais ça implique de se ménager une marge de réactivité plus importante (si on baisse trop la puissance, la réaction en chaîne risque de s’arrêter) dont une gestion plus chère du combustible.

      Mais l’efficacité économique n’a jamais été l’objectif des pastèques, sinon, ils auraient adopté mille autres mesures bien plus efficaces, comme par ex. réduire la montagne de réglementations et contraintes qui entravent la production et font exploser le coût, autoriser le travail le dimanche et assouplir le travail de nuit pour maximiser l’utilisation de l’outil de production…

  8. pecqror : « Est ce qu’il faut aussi interdire les décorations de noël qui illuminent nos rues? »
    ——————————
    Vous remarquerez que les illuminations de noël sont maintenant toutes passées aux leds, qui outre la particularité d’être fabriquées partout sauf en France, produisent une lumière froide blafarde d’une tristesse à mourir, contrairement aux ampoules à incandescences.

    Sans compter le fait que des millions d’euros (au moins) d’anciennes décorations parfaitement fonctionnelles ont été mises au rebut sans aucune raison valable (un ami en a obtenu à une vente aux enchères une benne complète pour la mise initiale de 20€ vu que personne n’en voulait).
    Mais qu’importe ce gaspillage monstrueux puisque c’est pour économiser de l’électricité et sauver la planète nous dit-on. Ca permet aux pastèques de s’acheter une bonne conscience avec l’argent des autres.

  9. A l’auteur,

    Vous affirmez sans vergogne que le pays est foutu.
    Je peux vous dire que c’est faux. Grâce à Delphine et son idée lumineuse de couper l’électricité aux commerçants pendant la nuit, la France relève une jambe. l’autre jambe sera relevée par Cécile et son idée audacieuse de prendre les locaux vides de l’Eglise, pour y loger les SDF.

    Grâce à ces deux jeunes personnes dotées d’une audace intellectuelle inouïe, d’une vision d’avenir transperçante, d’une connaissance sans faille de leurs dossiers, en vérité, je vous le dis, la France est sauvée.
    Mes enfants vont non seulement pouvoir avoir accès aux contrats d’avenir, avant de toucher le RSA, mais en plus ils ne seront pas complètement à la rue car ils pourront dormir dans des locaux vides de l’Eglise ( j’espère quand même qu’ils seront éclairés la nuit, faudra le préciser à Delphine ).

    Je suis abasourdie de la puissance de feu de ce gouvernement. Les ministres sont décidément à la hauteur des enjeux.

  10. Les biens de l’Eglise de France ont été « donnés » à l’Eglise par les français et ces biens ont été spoliés par l’Etat français en 1905! Encore heureux que l’Etat se soit chargé de l’entretien de ces bâtiments et, quelquefois, de bien mauvaise façon! Aujourd’hui, l’Eglise de France vit des dons des paroissiens, de manière chiche, parfois! Ces deux femmes ne font pas honneur à l’intelligence française! Pas plus que Najat Belkacem d’ailleurs!

  11. Mme Duflot, 14 châteaux vides attendent vos réquisitions.

    Certains syndicats et comités d’entreprises, en l’occurrence, publiques, disposent d’un patrimoine immobilier qui ferait rougir le plus désargenté des aristocrates. Bien évidemment, à l’image de Cécile Duflot, nous sommes tous sensible au sort des sans-abris, qui plus est en cette période hivernale où le froid devient de plus en plus rigoureux.

    La solution, et il a fort à parier que les sans-abris de France et de Navarre ne s’y opposeraient pas, serait donc de réquisitionner ces propriétés, 14 châteaux pour être exact, afin d’y loger ceux qui sont dans le besoin. En effet, ces 14 demeures exceptionnelles représentent des milliers de lits qui n’attendent qu’à être occupés.

    A l’image du Château de Fontenay-les-Briis, propriété de la branche CGT de la RATP, qui, pour l’exemple, dispose de 30 chambres et même deux cours de tennis, un mini-golf et 40 hectares de forêt. Un pied-à-terre hivernal certainement bien plus confortable que tous les prestigieux immeubles en la possession du diocèse de Paris.

    http://goo.gl/srhsX