Le système de santé italien en danger

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Le système de santé italien accumule, au niveau des régions, déficits sur déficits, accroissant dangereusement la dette de la nation.

Un article de Italian Allegro


Le système de santé public en Italie est assuré par les régions (Lazio, Toscane, Piémont, Sicile, etc…) Dans les dix dernières années, de 2000 à 2010, la croissance des dépenses publiques de santé a atteint le taux incroyable de 64%. En 2012, les dépenses totales de santé représentent 14.2% de la dépense publique totale (114.5 milliards d’euros). Et plusieurs régions sont en déficit sur ce service. La région du Lazio a accumulé, entre 2008 et 2011, une dette de 4.958 milliards d’euros (40.5% des dépenses totales de santé). La Campania suit avec 2.337 milliards (21.2%), puis la Puglia (avec 1.103 milliards et 10%), la Sardaigne (783 millions d’euros pour 7.1%), la Calabre (628 millions pour 5.7%) et la Sicile (pour 592 millions et 5.4%).

Et toute cette dette n’est pas comptée dans la dette publique de l’Italie : c’est de la dette que l’Italie a contracté vis-à-vis de commerces et d’entreprises qui ont fourni ces services et n’ont pas encore vu les paiements correspondants de l’administration publique. Certains entrepreneurs enregistrent des problèmes avec des paiements depuis 2001.

Tous les jours nous arrive de Grèce des nouvelles sur des pénuries de médicaments. L’Italie atteindra-t-elle le même stade ?

Monti évoque de nouvelles façons de financer tout ça… Avec de nouvelles taxes ? Oui, celles existantes ne sont pas encore suffisantes. Ou peut-être un peu plus de dette publique avec l’aide des Imprimeries Draghi ? Je peux suggérer de prendre l’argent des contribuables allemands : nous le méritons !

Et voilà ce qui va se passer : nous allons devoir payer les taxes les plsu élevées des pays développés et nous devrons aller voir le secteur privé (et le payer) pour bénéficier d’un service de santé.

(ANSA) – Palermo, 27 Novembrer – « L’avenir du système de santé italien est en danger à moins que de nouveaux moyens de payer pour lui soient trouvés » a déclaré le premier ministre Mario Monti mardi.

“La crise économique a touché tout le monde et le secteur médical n’est pas épargné,” a dit Monti lors d’une vidéoconférence en lien avec la cérémonie d’ouverture du nouveau centre Rimed de biotechnologies et de recherches biomédicales à Palerme. “La durabilité future de nos systèmes de santé nationaux, y compris le notre dont nous sommes fiers, ne pourront être garantis si nous ne trouvons pas de nouvelles façons de les financer. Les enjeux sont très élevés.”

—-
Sur le web

Laisser un commentaire