Fillon Copé : L’UMP devant les juges

Publié Par Roseline Letteron, le dans Non classé

La justice pourrait être saisie des problèmes d’élections interne à l’UMP entre Fillon et Copé. Comment cela se passera-t-il ?

Par Roseline Letteron.

Le plus souvent, les affaires judiciaires impliquant des partis politiques concernent leur financement. Aujourd’hui, les tribulations de l’UMP vont probablement susciter l’intervention des juges dans un tout autre domaine, celui de l’élection des structures internes. François Fillon déclare en effet ne plus avoir d’autre solution que porter en justice le différend qui l’oppose à Jean-François Copé, dès lors que ce dernier a refusé la médiation d’Alain Juppé.

Quels juges ?

Observons d’emblée que le juge administratif n’est pas compétent. Il ne s’agit pas d’un contentieux électoral concernant des consultations nationales organisées par l’Etat, mais d’une élection purement interne dans un groupement de droit privé. Un parti politique est en effet une association ordinaire, si ce n’est qu’elle est soumise à certaines contraintes d’ordre public, dans le but d’assurer la transparence de son financement. En revanche la désignation des organes dirigeants relève de la liberté d’association. Les juges compétents sont donc ceux de l’ordre judiciaire, et il est possible de saisir le juge pénal ou le juge civil, voire les deux.

Le juge pénal évidemment, puisque l’équipe de François Fillon fait état de nombreuses irrégularités qui peuvent s’analyser comme des infractions pénales. L’incrimination la plus évidente est le faux en écriture (art. 441-1 et s. du code pénal), dès lors qu’il semble que des procurations pour le moins hâtivement rédigées aient été utilisées lors du scrutin. Dans ce cas, il est probable que l’équipe de Jean-François Copé répondra par une action reposant sur le même fondement, puisqu’elle formule également ce type d’accusation à l’égard de l’équipe Fillon.

Le juge civil surtout, puisqu’il est le juge naturel des associations et des groupements de droit privé comme les syndicats professionnels. Dans le cas de l’UMP, le tribunal de grande instance de Paris est compétent, et il lui revient d’apprécier la régularité du scrutin organisé par ce parti politique. In fine, il peut l’annuler, voire désigner un administrateur provisoire s’il lui semble que les organes de gestion ne peuvent plus fonctionner convenablement.

Sur le fond, rien n’interdit de procéder par analogie, et d’étendre l’analyse jurisprudentielle à l’ensemble des groupements, associations et syndicats professionnels. D’une part, force est de constater que les consultations organisées par un parti politique ressemblent davantage, dans leur procédure, à une élection professionnelle qu’à la réunion de l’assemblée générale d’une association de pêcheurs à la ligne. D’autre part, la jurisprudence reconnaît depuis longtemps l’existence de « principes généraux du droit électoral » qui s’appliquent à toute consultation, quel que soit le groupement qui l’organise. Ces principes généraux reposent sur une distinction opérée selon la gravité des irrégularités constatées.

Gravité des irrégularités et sincérité du scrutin

Pour les juges, certaines irrégularités conduisent nécessairement à l’annulation du scrutin, sans qu’il soit nécessaire d’apprécier leur influence sur les résultats du vote. C’est ainsi qu’une récente décision de la Chambre sociale de la Cour de cassation, rendue le 28 mars 2012 rendue à propos d’élections professionnelles, dresse une véritable liste des irrégularités substantielles, allant de l’absence de signature de la liste d’émargement par tous les membres du bureau de vote, à celle de la mention des heures d’ouverture et de clôture du scrutin sur les procès verbaux. En matière associative, le juge civil se montre tout aussi rigoureux, estimant par exemple, que l’utilisation de procurations selon des modalités non prévues par le règlement intérieur constitue une irrégularité substantielle (CA Paris, 7 juin 1996).

D’autres irrégularités sont, en revanche, appréciées au regard de l’influence qu’elles ont exercé sur le scrutin contesté. Autrement dit, elles ne sont  sanctionnées que si l’écart des voix est faible, et que le juge peut penser que le résultat aurait pu être différent en leur absence. Tel est le cas, par exemple, d’une irrégularité intervenue dans le rassemblement des votes par correspondance (Soc. 6 janvier 1971).

Inutile de dire que la gravité des manquements observés durant les opérations électorales à l’UMP laisse augurer des irrégularités substantielles, notamment lorsque l’on fait observer que le nombre des électeurs figurant sur les listes n’était pas identique au nombre des bulletins jetés dans l’urne. A cela s’ajoute le fait que le caractère non substantiel des irrégularités n’est guère plaidable puisque l’écart des voix entre Messieurs Copé et Fillon est particulièrement étroit, surtout si l’on considère que l’UMP revendique 324 945 adhérents au 18 novembre 2012.

Aux irrégularités liées à la sincérité du scrutin s’ajoutent celles liées au contrôle interne mis en place par l’UMP. Il sera intéressant de voir comment le juge appréciera le fait que madame Isabelle Vasseur, membre de la désormais célèbre Cocoe (Commission d’organisation et de contrôle des élections), soit également membre de la CONARE(Commission nationale des recours) dont la mission est précisément de juger de la régularité des opérations électorales. Pour la Cour européenne, le principe d’impartialité interdit à un même juge d’exercer différentes fonctions juridictionnelles successives dans une même affaire. On ne voit pas pourquoi ce principe général, acquis depuis l’arrêt Piersack c. Belgique du 1er octobre 1982, ne s’appliquerait pas aux instances chargées de juger de la régularité d’une consultation électorale.

Le pénal tient-il le civil en l’état ?

Reste à se poser la question de l’articulation entre les instances pénales et civiles. Certains proches de Jean-François Copé font savoir que si François Fillon fait un recours, ils s’empresseront de déposer une plainte au pénal, probablement pour faux et usage de faux, en invoquant cette fois des irrégularités à leur détriment. Un tel recours aurait surtout pour objet de bénéficier de l’adage ancien, selon lequel « le pénal tient le civil en l’état ». Autrement dit, il faudrait d’abord épuiser le contentieux pénal, avant d’envisager l’annulation du scrutin.

Hélas pour les partisans de Jean François Copé, ce n’est pas si simple. La loi du 5 mars 2007 tendant à renforcer l’équilibre de la procédure pénale, texte excellent aux yeux de l’UMP puisque pur produit de l’ère Sarkozy, remet en cause ce principe. L’article 4 du code de procédure pénale affirme désormais que « la mise en mouvement de l’action publique n’impose pas la suspension du jugement des autres exercées devant la juridiction civile, de quelque nature qu’elles soient (…)« . La règle selon laquelle le pénal tient le civil en l’état a donc vécu, sauf dans l’hypothèse où l’action civile a précisément pour objet d’obtenir réparation du dommage causé par l’infraction pénale. Tel n’est évidemment pas le cas dans les éventuels contentieux de l’UMP.

La pratique de la démocratie n’est pas toujours facile, et l’UMP vient de montrer qu’elle n’était guère habituée à organiser des élections libres à l’intérieur du parti. Sur ce point, l’intervention du juge aura au moins le mérite de rappeler ces « principes généraux du droit électoral » qui s’appliquent à toutes les consultations quelles qu’elle soient, et qui imposent une certaine rigueur. Car la régularité de ce type de scrutin est d’abord conditionnée par la procédure qui se déroule en amont. Peut on sérieusement envisager qu’une consultation soit régulière lorsque l’un des deux candidats contrôle l’ensemble de l’appareil ?

Lire aussi :


Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Bel exemple de démocratie. Des militants tellement entendus qu’un retour aux urnes pourrait leur être accordé.
    C’est tout de même autre chose qu’une nomination à huis clos ou un crêpage de chignons suivi d’embrassades, comme s’il ne s’était rien passé, dans l’un et l’autre cas, sous le regard de membres d’un PS d’avance d’accord avec la les méthodes et les décisions au sommet.
    La création d’un groupe sécessionniste n’est pas une mauvaise idée. Elle permettra de faire publiquement les comptes et de vérifier la légitimité de l’élu, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il se cramponne avec l’énergie du désespoir faisant planer un doute eu égard, non seulement à l’infime écart de voies, mais au fait qu’il ait été lui-même organisateur du scrutin, donc responsable d’y avoir introduit trois votes simultanés, ce qui a semé la confusion prévisible, dès lors qu’il avait en face de lui un adversaire bien déterminé à ne pas s’en laisser conter.