UMP : le duel Fillon Copé se poursuit

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

La bataille continue à l’UMP pour savoir qui sera le chef d’un parti dont tout semble indiquer qu’il aura bien du mal à survivre au départ de Nicolas Sarkozy.

Par la rédaction de Contrepoints.

François Fillon Jean-François Copé en janvier 2012

Le duel fratricide continue à l’UMP pour savoir qui sera le chef d’un parti dont tout semble indiquer qu’il aura bien du mal à survivre au départ de Nicolas Sarkozy.

À la suite d’une élection mouvementée qui n’est pas sans rappeler le combat des divas du parti socialiste en 2008, qui avait vu s’opposer une Ségolène Royal virulente à une Martine Aubry matoise et qui avait finalement décroché la timbale, Jean-François Copé a obtenu l’adoubement de président de parti hier après que la Commission de contrôle, la COCOE, a épluché les votes des différentes fédérations UMP du pays. Mais le camp Fillon ne s’avoue toujours pas vaincu puisque selon les partisans de l’ancien premier ministre, plus de 1 300 voix de départements et fédérations d’outre-mer n’ont pas été comptabilisées par la COCOE. Avec ces voix, le décompte des partisans de Fillon lui permettrait de l’emporter de 26 voix.

Dans le brouhaha général d’un parti qui se déchire maintenant sous les yeux d’une classe politique mi-consternée, mi-amusée, l’ancien premier ministre a demandé à Alain Juppé, actuel maire de Bordeaux, d’assurer de façon transitoire la direction de l’UMP à la place de Jean-François Copé, mais a déclaré qu’il ne déposerait pas de recours contre le résultat de l’élection. Jean-François Copé et le président de la commission électorale, Patrice Gélard, ont évidemment refusé cette contestation. A ce stade de la procédure, la COCOE ne pourra de toute façon plus être saisie. Seule la Commission Nationale des recours pourrait l’être, mais son président, Yanick Paternotte, est un soutien de Jean-François Copé… Une situation confuse et sans solution évidente qui risque d’empoisonner longtemps l’ambiance au sein du principal parti de droite.

Lire aussi :

Laisser un commentaire