Copé-Fillon : La démocratie sauce UMP

Publié Par Stephane Montabert, le dans Politique

Après l’élection du président de l’UMP, comment croire au destin démocratique de la France quand aucun de ses partis ne l’applique?

Par Stéphane Montabert, depuis la Suisse.

François Fillon Jean-François Copé en janvier 2012

Après un long suspense, le vainqueur des élections internes de l’UMP est connu: Jean-François Copé remporte la présidence du parti pour les trois prochaines années, avec 50,03 % des voix, soit 98 votes de plus que son adversaire François Fillon.

La version officielle a peu de chances d’être contredite puisque personne ne connaîtra jamais la vérité. Entre les accusations croisées (et fondées) de bourrage des urnes et l’annonce simultanée de la victoire électorale par chacun des deux candidats alors que le décompte officiel n’était même pas arrêté, l’UMP nous a donné un bel aperçu de république bananière, aux antipodes de la respectabilité que les dirigeants du parti souhaiteraient inspirer.

Ce triste épisode achève de jeter le discrédit sur un parti politique laminé par ses défaites électorales. Peu de chances que la tendance s’inverse, car les deux poulains s’entêtent à répéter les erreurs du passé.

François Fillon militait pour un « grand rassemblement » allant du centre-gauche aux portes de l’extrême-droite, tout en promettant d’être « sans concession » – déjà, une contradiction dans les termes. Mais après être resté si longtemps et si servilement dans l’ombre de Nicolas Sarkozy et de son quinquennat gâché, comment croire que l’ancien Premier Ministre se serait tardivement découvert une force de caractère suffisante pour relever les défis qui attendent la France?

De son côté, Jean-François Copé, plus jeune et mieux accepté par les militants UMP pur jus a répété son slogan de « droite décomplexée » comme un leitmotiv. Droite décomplexée certes, mais pas au point de pactiser avec le Front National, tout de même! Les complexes sont abandonnés mais les tabous subsistent…

Entre Fillon le « centriste » et Copé « l’homme de droite » on dirait assister au retour de la vieille ligne de fracture entre feu l’UDF et le RPR dissous dans l’UMP dix ans plus tôt – mais sans vraiment disparaître semble-t-il.

Selon la presse, le vainqueur du jour serait Nicolas Sarkozy. L’analyse est absurde. L’ancien président, toujours empêtré dans l’affaire Bettencourt, était tellement méprisé par les Français à la fin de son mandat qu’ils en étaient prêts à mettre à sa place n’importe quel socialiste parvenu à la candidature sur un malentendu – et c’est exactement ce qui s’est passé. Si Nicolas Sarkozy redevient le meilleur candidat possible de la droite après cette pantalonnade, l’UMP est vraiment au fond du trou.

Non, le vrai vainqueur du jour, celui dont aucun média français n’ose parler, c’est évidemment le Front National. Les cadres du parti ont trouvé l’occasion rêvée de tirer à boulets rouges sur l’UMP. Sans être les seuls, ils s’en sont donnés à coeur-joie. « On hésite entre Dallas et le théâtre de guignol », a ainsi commenté le vice-président Florian Philippot sur BFM-TV dès dimanche. D’autres parlaient de « l’Union des Mauvais Perdants » ou évoquaient un partenariat enregistré entre Fillon et Copé comme sortie de crise… Ils n’étaient pas si loin du compte, même si le projet n’a aucune chance d’aboutir. Les rancunes sont tenaces, à la hauteur des enjeux et des manoeuvres.

Bien que Jean-François Copé ait triomphé, fort de ses 98 voix d’avance, l’UMP est divisée comme jamais. Il présidera l’UMP, très affaibli par sa maigre légitimité. La purge des lieutenants du vaincu pourrait être impitoyable et fragmenter encore le mouvement. De l’UDI de Jean-Louis Borloo au Front National de Marine Le Pen, on convoite déjà les bons morceaux.

Bien sûr, rétrospectivement, l’UMP ne semble valoir guère mieux que le PS de 2008 lors de l’affrontement Royal-Aubry pour le poste de Premier Secrétaire. Mais si on connaît les rapports troubles que la gauche entretient avec le vote démocratique, on aurait pu espérer une meilleure conduite de la part de l’UMP. Peine perdue.

En fin de compte, nous n’assistons pas à une défaite de personnes ou même d’idées mais bien à celle de la démocratie. De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, aucun parti politique français ne semble accepter les choix démocratiques, fussent-ils issus de leurs propres militants à l’interne. Dans les discours, évidemment, la démocratie et le vote populaire sont unanimement loués, mais en pratique, les votes sont trafiqués, les superviseurs corrompus et le scrutin manipulé en coulisse. Ce n’est pas à qui convainc le mieux, mais à qui dispose de plus de lieutenants fidèles prêts à jurer que tout se passe sereinement tout en bourrant les urnes…

Comment croire au destin démocratique de la France quand aucun de ses partis ne l’applique?

Alors que la France s’enfonce toujours plus profondément dans la crise financière, que l’Etat est loin d’en prendre la mesure, ce mépris des citoyens n’augure rien de bon, lorsqu’il faudra rassembler les Français pour faire accepter des réformes toujours plus pressantes.

Lire aussi :

Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Bonjour,

    Simplement pour rappeler qu’un gouvernement représentatif n’est par définition pas la démocratie…donc après faites ce que vous souhaitez entre oligarches…