L’opposition au mariage gay

Publié Par PABerryer, le dans Sujets de société

Les opposants au mariage gay manifestent aux quatre coins de la France, ce samedi après-midi. Indépendamment des questions de fond que soulève la question du mariage homosexuel, la manière dont le projet prend forme heurte les principes du libéralisme.

Par PA. Berryer

Ce 17 novembre c’est un jour de manifestation dans toute la France pour s’opposer au projet de « mariage pour tous » annoncé par la ministre de la Justice dans le journal La Croix. Il est également possible de consulter le projet qui a été diffusé par la presse. Indépendamment des questions de fond que soulève la question du mariage homosexuel, la manière dont le projet prend forme heurte les principes du libéralisme.

Aux origines était Hollande, un candidat normal pour une présidence du changement normal. C’est le 31ème de ses 60 engagements qui nous intéresse : « J’ouvrirai le droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels ».

Le 6 mai François est élu et c’est le début de la fin. Le résultat de l’élection n’empêche nullement de discuter et contester le programme de Hollande, même si certains estiment qu’un vote signifie adhésion à la personne et ses choix.

Une demande partisane

Qui demande le mariage homosexuel ? On pourrait penser que ce sont d’abord et avant tout les homosexuels eux-mêmes. Ils souhaitent être traités comme les autres et demandent donc l’accès au mariage. On va retrouver les associations historiques du mouvement regroupées autour de l’inter-LGBT.

Il y a là un premier écueil, l’unanimité du mouvement est de façade. Je vous renvoie à Philippe Ariño ou à +gay sans mariage. Il n’est donc absolument pas évident que le mariage homosexuel soit une revendication de la communauté homo. Il ne faut pas prendre cet argument pour argent comptant.

L’autre groupe revendicatif est à chercher à gauche (bien que pas uniquement). Là encore l’unanimité n’est pas de mise comme le montrent les Poissons Roses ou Lionel Jospin. Vouloir agir de l’intérieur c’est bien mais il est à craindre que leurs voix soient étouffées.

Une demande minoritaire

Autre approche celle du nombre. Combien sont-ils (les homosexuels) ? Selon un récent sondage moins de 4% de la population. On nous propose de modifier une des institutions essentielles de notre société au profit de 4% de 65 millions de français, bref peanuts.

Un des principes sur lequel est fondé le droit en France est celui qui veut que la Loi doit être faite pour le général et non le particulier. C’est une des idée du Discours Préliminaire sur le Projet de Code Civil prononcé par Portalis : « L’office de la loi est de fixer, par de grandes vues, les maximes générales du droit ; d’établir des principes féconds en conséquences, et non de descendre dans le détail des questions qui peuvent naître sur chaque matière. » Une loi faite pour un cadre particulier renvoie à la notion de Lex Privata (loi pour une chose privée) ce qui n’est rien d’autre que la définition du privilège d’Ancien Régime… Si on y regarde bien, ce projet de loi n’est au fond que la création d’un privilège. Cela peut paraître exagéré car en théorie ce qui est demandé est l’égalité de droit. Cependant, comme l’a très justement fait remarquer André Vingt-Trois, ce n’est pas le cadre actuel que l’on ouvre aux personnes homosexuelles mais c’est ce cadre que l’on transforme pour l’adapter à ces personnes. Des libéraux défendant des privilèges, on aura tout vu !

Majorité Vs Minorité

C’est à la relation majorité/minorité que nous renvoie ce débat sur le mariage gay. Cela a été très bien expliqué dans les Federalist Papers, diffusés lors des débats pour l’adoption ou non de la Constitution Américaine : les auteurs y expliquent que la Constitution doit être telle qu’elle ne puisse permettre à la majorité d’opprimer la minorité mais à l’inverse faire en sorte que la minorité ne puisse imposer ses volontés à la majorité. C’est le jeu des « check and balances », c’est-à-dire la mise en place de mécanismes limitant l’action d’un des pouvoirs afin qu’il ne puisse dévier de sa fonction (veto contre le Congrès ou impeachment contre le Président, recours à la forme fédérale). C’est un fait connu que la minorité est plus consciente de ses intérêts que la majorité et est donc plus motivée à les faire triompher. Le système doit donc aussi empêcher la dictature de la minorité tout comme il la protège de l’oppression de la majorité.

En l’espèce les lobbys gay sont conscients de ce qu’ils veulent alors que la majorité se moque de la question et a d’autres préoccupations en tête. En fait la situation est caricaturale. Nous sommes en présence d’une minorité (lobby gay) qui instrumentalise sa situation et cherche à utiliser l’État afin d’imposer sa conception, en l’espèce du mariage, à la majorité. Le tout dans une absence presque totale de débat. Quand une profession, un lobby quelconque, un mouvement plus ou moins minoritaire, fait la même démarche vous êtes les premiers à dénoncer la situation (comme par exemple la PAC). Aujourd’hui le lobby gay fait exactement la même chose et vous êtes un certain nombre à soutenir la démarche.

Qu’il puisse y avoir un débat de fond libéral sur la question c’est évident et je me pencherai là-dessus dans un autre article. Actuellement je constate une grosse incohérence sur la question. Quand un lobby utilise l’État pour parvenir à ses fins c’est mal si c’est une grosse entreprise qui obtient un amendement de complaisance mais c’est bien si ce sont les homosexuels qui demandent le mariage. Que l’on m’explique la différence.

Cuisine politique

Les libéraux cherchent à exister politiquement. Si l’on doit se placer sur un axe droite/gauche, les libéraux français sont centre/centre droit, même si je connais ce schéma. S’ils veulent arriver à exister, la stratégie la plus viable est de se construire comme un parti de centre droit et de concurrencer l’UMP par sa gauche. Ce qui s’est passé en Norvège est très éclairant sur ce point.

D’un point de vue de la stratégie politique, la défense du projet de loi actuelle ainsi que du mariage gay en général ne rapportera aucun vote, aucune reconnaissance aux libéraux. Les conservateurs et libéraux conservateurs, qui se cachent à droite et au centre droit, refuseront de se joindre à un parti défendant ce projet par conviction. Les libéraux de gauche trouveront cela inutile car ce projet est déjà porté au PS et à gauche. Au contraire cela pourrait repousser ceux qui à droite pourraient être tentés par le libéralisme.

Je ne demande pas aux libéraux qui sont favorables au mariage gay de renoncer à leur conviction, cependant, d’un point de vue de la diffusion des idées libérales, ce positionnement est au mieux improductif au pire très nuisible car il repousse ceux qui sont le plus proche de nous. Les étatistes progressistes auraient voulu nous piéger qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement.

Conclusion

Alain Madelin nous dit que le libéralisme est le respect de la plus petite minorité qui soit : l’individu. Je reste d’accord avec cela mais le respect de l’autre implique-t-il que ce dernier me dicte sa loi par la force de l’État ?

Le projet actuel est animé de l’esprit le plus anti libéral qui soit, sa défense est contreproductive pour la diffusion de nos idées et représente un dévoiement de l’État de droit. Voilà les raisons formelles qui me poussent à m’opposer à ce projet.

Laisser un commentaire

  1. « Libéral Conservateur » Mais vous avez vraiment aucun respect sur ce site.
    Grand Libéral qui beuglent à longueur de temps pour La Sainte Liberté Individuelle, sauf pour les homosexuelles et les étrangers, faut pas déconner quand même.

    1. Renseignez-vous avant de vous énerver.
      Contrepoints a déjà publié plusieurs articles qui défendaient une position inverse, pro-mariage gay. Par exemple :
      http://www.contrepoints.org/2012/06/04/85657-plaidoyer-pour-le-mariage-homosexuel
      http://www.contrepoints.org/2012/09/02/96006-mariage-gay-homosexuel-libert
      http://www.contrepoints.org/2012/08/26/95178-mariage-homosexuel-lexemple-americain
      Bref, au lieu d’adopter une position dogmatique sur le sujet, Contrepoints est ouvert au débat.

      Quant aux étrangers, je me demande bien où vous voulez en venir vu que ça n’a rien à voir avec le sujet. Drôle d’amalgame. Sans compter que Contrepoints défend une position « immigration libre ».

    2. Je n’ai pas vu un seul commentaire, encore moins un article, contre la liberté des homosexuels.
      J’en ai vu beaucoup contre leur mariage, ce qui n’a pas de rapport avec la liberté.
      Mais je crains que cette notion vous soit étrangère, ce qui est fort répandu à notre époque décadente.

      La liberté, c’est le « droit de ». Les homosexuels ont le droit de l’être et de vivre conformément.

      Le mariage est un « droit à ». Les « droits à » sont illibéraux: Ils autorisent des personnes à extorquer de l’argent du contribuable au service de leurs choix personnels.

      Le mariage est incitatif: on veut que se forment des familles, à juste titre, car c’est objectivement nécessaire pour la survie de la société.

      L’union gay n’a aucune utilité publique, bien au contraire, et donc l’État n’a aucun titre à la promouvoir.

      Le mariage gay est parfaitement illibéral.

      1. « Le mariage est un « droit à ». Les « droits à » sont illibéraux: Ils autorisent des personnes à extorquer de l’argent du contribuable au service de leurs choix personnels. »
        En effet, supprimons donc le mariage civil.

        « Le mariage est incitatif: on veut que se forment des familles, à juste titre, car c’est objectivement nécessaire pour la survie de la société. »
        Parce ce que tout ce qui est nécessaire à la société doit être incité par l’État ??

        « L’union gay n’a aucune utilité publique, bien au contraire, et donc l’État n’a aucun titre à la promouvoir. »
        Outre le fait qu’invoquer « l’utilité publique » sonne socialiste, en quoi deux personnes du même sexe ne verraient interdire de fonder une famille et donc d’être « d’utilité publique » ? Votre intrusion dans la vie des autres est parfaitement illibérale.

  2. C’est vraiment ridicule que pour manifester ces cathos conservateurs se sentent obligés de se déguiser pour faire peuple…..Et oui,les images parlent, elles disent d’où viennent ces opposants au mariage, ils viennent des beaux quartiers où l’on a toujours voulu que rien ne bouge, toute modification même minime pouvant mettre en péril leur domination sociale: patatras, cela se voit,cela crève l’écran,ils ne sont plus fiers de leur position sociale ,les valeurs de leur petit monde s’effondre avant que leur monde ne fasse de même: le carré hermès et le tweed deviennent un emblème du mauvais goût ! qui l’eut cru! Ils devraient se concentrer sur l’héritage (financier) le dernier rempart de la conservation de la classe des possédants qui tombera un jour ,c’est le dernier privilège des fils à papa , le capital à la naissance et sans rien foutre c’est bientôt fini, sus aux vrais fainéants !!!

    1. Juste une chose :

      Les arguments des pro-mariage et adoption, et j’aborde ça très sérieusement ici, sont applicables aussi aux polygames :

      Ils s’aiment, veulent fonder un foyer, être reconnus comme les autres, pourquoi est-ce qu’on ne les autoriserait pas si cette union voulue librement par chacun des membres ? Sérieusement (30.000 en France en 2011 selon une étude je crois).

      Mais également pour les rares couples incestueux (on en a vu dans des émissions de la Delarue et autres, des frères & soeurs qui s’aiment) : pourquoi ils ne pourraient pas se marier et adopter aussi ?

      Je suis très sérieux, je ne vois pas comment on peut être pro-mariage & adoption gay tout en étant contre la même chose pour les polygames et couples incestueux.

      Posons-nous cette question, je suis étonné que lorsqu’on aborde ces 2 sujets on se fait rembarrer « c’est pas pareil, intégriste ! etc ». Non je suis désolé, c’est pareil, les arguments sont les même alors réfléchissez, surtout les pro-mariage et adoption gay, pour ou contre et pourquoi ?

      J’en avais parlé avec un farouche militant pro-mariage et adoption gay, il m’a sorti « c’est pas pareil, la polygamie et l’inceste sont interdits en France ». Drôle de réponse ! S’il vivait à l’époque où l’homosexualité était interdite il aurait soutenu cette interdiction alors qu’aujourd’hui il milite pour leur droit au mariage et a l’adoption ? On peut le tourner dans tous les sens, je ne vois aucun argument crédible qui peut justifier qu’on soit d’un côté pour le mariage et adoption gay tout en étant contre pour les polygames et couples incestueux. Le vrai mariage pour tous, c’est ça !

      1. Comme pour l’homosexualité, l’inceste entre adultes consentants n’est absolument pas interdit en France. L’inceste est un cas particulier en cas de viol sur mineur. Aucune interdiction non plus pour la polygamie : il y a simplement contrôle de l’immigration des ménages polygames. Si la polygamie ou la polyandrie étaient interdites, les sites de rencontre feraient faillite et DSK serait en taule…

        Ce sont les mariages incestueux, polygames ou homosexuels qui sont réglementés ou interdit, certainement pas la pratique. Du point de vue de la loi, pour l’instant, « c’est pareil ».

  3. Bon article mais qui ne va pas assez loin dans le raisonnement.

    On ne se lasse pas d’être surpris d’entendre des libéraux défendre le mariage, ouvert aux homosexuels ou pas, et s’enfoncer dans un faux débat typiquement collectiviste, où l’Etat est instrumentalisé pour contraindre un groupe à reconnaître des pseudo-droits à un autre groupe.

    C’est le principe même du mariage civil qui est profondément antilibéral.

    Une position libérale sur la question serait de demander l’abrogation complète des lois qui « inventent » le mariage civil ou qui en découlent (subventions sociales ou lois fiscales notamment). Le mariage relève strictement de la vie privée et l’Etat ne doit avoir d’autre fonction (régalienne) que d’assurer l’enregistrement des contrats et la résolution des conflits qui peuvent survenir dans leur application.

    1. «  » »C’est le principe même du mariage civil qui est profondément antilibéral. «  » »
      Bien sûr. Ce qui entraîne le fait que lorsque l’on me pose la question si je suis pour ou contre le mariage homosexuel, je réponds que pour moi la question n’a pas de sens. Il faudrait que l’on me pose la question de savoir si je veux que l’État intervienne dans la signature d’un contrat entre deux personnes. Et là, bien entendu, je répondrais non.

      Mais tout ça n’est qu’une affaire financière pour que certains puissent être protégés par l’État : toucher les pensions de retraite, soit inscrit comme conjoint pour la sécu et puisse bénéficier des prestations sociales, et soit protégé lors du décès de l’un des membres du couple.

      1. Je suis d’accord avec ce que dit bubulle, et les commentaires qui ont suivi, évidement l’État n’a pas à s’occuper du mariage.
        Cependant la France est très très très loin d’être un État libéral, il me semble donc qu’ouvrir le mariage à tous les couples est un moindre mal, par rapport à l’actuelle situation.
        Effectivement dans une logique libérale chacun pourrait contracter avec qui il le souhaite un contrat de mariage, ou d’union, sans que l’État y pointe le bout de son nez. Or l’ouverture du mariage étatique aux couples homosexuels se rapproche de cette situation il me semble, voila pourquoi je suis pour.

        1. Je plussoie watto. Que le mariage civil soit un monopole d’Etat et qu’il faille le contester‚ ok. Qu’il soit l’origine de niches fiscales contestables‚ ok aussi. Mais que ce monopole et ces dérogations soient‚ de surcroît ‚ réservés aux couples de sexes différents est tout aussi contestable. Et en attendant que le mariage soit un contrat de droit privé librement consenti au sein d’une société aussi libre que possible‚ tout progrès est bon à prendre. L’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe y compris.

          1. Non, étendre encore le mariage civile va clairement dans le mauvais sens, toute extension du mariage civile est à combattre car plus celui ci s’étendra plus il sera difficile de revenir en arrière.

        2. Watto, votre position est illogique. Si vous êtes réellement contre le mariage civil, il ne faut surtout pas l’étendre à qui que ce soit puisque cela revient à étendre le problème. Une erreur pour certains restera une erreur pour les autres. Ouvrir le mariage est pire que le mal actuel.

    2. Je suis aussi contre l’idée du mariage civil et étant catholique, cela n’arrange guère mes affaires :-)

      Cependant si le mariage est strictement de la sphère privée et que l’État doit quand même assurer l’enregistrement des contrats et la résolution des conflits, j’ai toujours un peu de mal à percevoir la forme qu’un tel arrangement puisse prendre: une attestation délivrée en mairie ? Le PACS n’est-il pas finalement la solution qui serait la plus proche ?

      1. L’État n’a pas à prendre l’enregistrement des contrats. Si un problème se présente les contractants feront appel à des tribunaux simplement pour déterminer qui est en accord ou non avec les dispositions du contrat ou bien si l’un a enfreint la loi.

      2. Non l’état n’a à se mêler de rien du tout, Tout le système peut parfaitement reposer sur des chambre d’enregistrement privé (notaires) et les litiges résolue par la justice (comme n’importe quel litige de contrats commerciaux). Encore une fois l’état n’a rien à faire dans le bazar.

  4. Le mariage civil n’est qu’un contrat. Pourquoi ne serait-il limité qu’à, d’une part deux personnes et d’autre part, de sexes opposés?
    Cela n’a pas de sens.
    Secondo, en quoi un contrat passé entre plusieurs individus, vous impose quoi que ce soit??
    Cela dit, l’Etat n’a aucune légitimité dans ce domaine, un contrat relève du privé.

    1. Non, le mariage civil n’est pas un contrat. Je ne comprends pas qu’autant de libéraux fassent cette erreur.

      Si vous pensez à ce qu’on appelle « contrat de mariage » d’un point de vue juridique, ce contrat ne porte pas sur le mariage, c’est un contrat patrimonial.

      Si par contrat, vous entendez l’échange libre de consentement à une vie commune, alors l’ »union libre » est un contrat. Pas besoin de mariage pour ça.

      Non, le mariage est une institution, sur laquelle malheureusement l’État a fait une OPA.

      Que les homosexuels n’aient pas droit d’accès à cette institution ne les prive nullement de passer des contrats sur leur patrimoine (via le pacs) ou d’établir librement entre eux les termes de leur vie commune. Voir des libéraux réclamer que l’État étende son emprise sur l’union libre des homosexuels, c’est-à-dire se placer aux côtés de ceux qui militent pour un renforcement de l’immixtion de l’État dans les vies privées, je trouve ça surprenant.

  5. on ne vous demande pas d´épouser un homme !!
    le mariage est un contrat ou une institution en tant qu´étudiant en droit, ne pas soulever le problème montre bien votre incurie et la bancalité de votre raisonnement.
    Vous partez de VOTRE conclusion et vous cherchez les éléments qui étayent votre conclusion.

    vous partez de l´individu d´accord. il y a donc la liberte contractuelle qui en découle, or en france on « contracte » mariage….je vous laisse la suite du syllogisme juridique.

    1. Certes on contracte mariage mais c’est presque un contrat à 3 avec l’État qui vient « protéger » ou donner son aval. Ca n’est pas un contrat normal entre deux personnes. Comme d’habitude, l’État vient brouiller les cartes.

    2. Si, car étant célibataire je vais financer par mes impôts des individus qui obtiendrons par le truchement de l’état des avantages qu’il leur sont réservés du fait de ce contrat. Donc je subit directement les conséquence de l’implication étatique de l’état dans le contrat de mariage tel qu’il est organiser en France. Toute extension de celui m’est préjudiciable comme d’ailleurs la plupart des interventions de l’état.

  6. Une foule immense à Paris. Pas une manif de la CGT où ce sont des professionnels de la manif qui viennent. Non une manif où ce sont effectivement des gens qui pourraient être tentés par le libéralisme. L’article est très pertinent.

    Je ne sais pas si les liens passent mais regardez le monde qu’il y avait à Paris cet après-midi ! Et ce n’était pas des CGT, des Front de Gauche, des étatistes !

    https://twitter.com/Dothyse/status/269867875915948032/photo/1

  7. Ce qu’il faut faire : supprimer le mariage civile, L’état n’ a pas venir mettre son groin dans les affaire personnelles des individus. Les couple désirant établir une relation durable peuvent parfaitement établir un contrat de mariage de droit privé.

  8. Pascale, tu fais erreur, il me semble, lorsque tu affirmes que les revendications des lobbys pour le mariage homosexuel sont uniquement des revendications à des fins financières.
    En réalité, il y a eu une certaine harmonisation entre le mariage et le pacs au niveau de la fiscalité. C’est également le cas eu égard aux legs (qui ne sont peu ou pas taxés, contrairement aux legs faits à un concubin), et autres libéralités. Et pour ce qui est des niches, le pacs donne droit aux mêmes abattements fiscaux. Aussi, en matière de sécurité sociale, le pacs et le mariage sont considérés identiquement.
    En fait, la principale différence entre le pacs et le mariage s’apprécie au niveau de la filiation.

  9. « Combien sont-ils (les homosexuels) ? Selon un récent sondage moins de 4% de la population. » Remarque à la marge, il s’agit de la population majeure et non globale. Après on peut toujours se demander si un enfant se déguisant en cow-boy est gay.

  10. Une société n’a pas à inciter à un choix de vie, sauf utilité publique

    La liberté ne consiste pas à faire porter la responsabilité de ses choix de vie sur la société, mais à les assumer.
    L’État n’est pas là pour proposer un catalogue de choix de vie homologués.

    La vie en couple homosexuel n’a pas de vertu sociale, contrairement à l’union hétérosexuelle perpétuelle en vue d’élever ses propres enfants.
    UN couple homo, c’est deux couples hétéros en moins, et de tierces personnes requises pour procréer (quid de leur vie conjugale?)

    Rien ne justifie donc que l’État promeuve ce choix de vie, bien au contraire. Ce serait illibéral.

    1. @Fucius
      +1
      On dit que les commentaires sont souvent plus pertinents et intéressants que l’article, avec vous, c’est régulièrement le cas.
      Bien que l’article soit déjà fort cohérent. Merci à l’auteur.

    2. Il faudrait surtout un contrat [qui ne pourrait pas porter le nom de mariage pour faire plaisir aux cathos] qui unit civilement plusieurs personnes majeures et consentantes avec des avantages sur la fiscalité, succession et tous les autres domaines touchés par le mariage, modulo l’adoption [imaginer un gosse élevé par 15 Hommes...]

  11. En attendant, je trouve déplorable de voir que certains extrémistes, de droite comme de gauche, manipulent ce débat pour utiliser la violence…..

  12. Que de pilpoul inutile, alors que l’essentiel est oublié: le mariage fonde la famille et la famille fonde la société. Le mariage gay ouvre la voie à la destruction de la société (qui est déjà bien avancée en Occident). POINT

  13. a vrai dire le mariage m’indiffere, des adultes conscentants veulent vivre ensemble avec ou sans passage en robe blanche chez le maire : ca ne me concerne meme pas un peu. par contre l’adoption c’est bien autre chose. Si la societe a un devoir, c’est bien la protection des plus faibles et on ne trouvera pas plus faible que des enfants sans parents. On ne pourra pas me faire croire que un couple homosexuel est le meilleur choix qu’on puisse offrir a l’enfant. des etudes serieuses (un peu etouffees) dresse un bilan alarmant de l’etat des enfants eleves par un couple du meme sexe. (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0049089X12000610)

  14. Il va de toute façon bien falloir que cela arrive, ce mariage ! Les esprits âgés bloquent l’évolution de notre société dont l’égalité des droits pour tous. Qui êtes vous pour décider à leur place ? La liberté c’est le choix. A eux de déduire si le mariage est fait pour eux, ou non.