Pas d’avantage démontré de l’alimentation « bio »

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Aucune étude scientifique n’a démontré à ce jour un net gain pour la santé des aliments bio.

Par la rédaction de Contrepoints.

Selon un rapport de l’American Academy of Pediatrics, sur le long terme, il n’y a pas actuellement d’indication directe qu’un régime alimentaire constitué de produits bio contribue à améliorer la santé ou à réduire le risque de maladie. Les auteurs du rapport – qui recommande que les enfants consomment une grande variété de produits qu’ils soient biologiques ou pas - soulignent qu’aucune étude étendue n’a été menée jusqu’à présent pour répondre spécifiquement à cette question.

La rapport souligne toutefois que les recherches effectuées sur les aliments bio montraient une teneur plus faible de pesticide ainsi qu’une moindre contamination du bétail avec des bactéries résistantes aux antibiotiques comparativement l’agriculture et à l’élevage conventionnels. Mais à ce stade, on ne dispose pas de preuve scientifique que cette différence dans la teneur des pesticides fera une différence pour la santé d’une personne sur la durée de sa vie. Auparavant, une méta-analyse de 237 études menée par des chercheurs de l’Université Stanford publiée début septembre avait déjà conclu que les aliments bio n’étaient pas plus nutritifs que les produits conventionnels mais contenaient moins de traces de pesticides qui dans les deux cas étaient dans les limites fédérales.

L’American Academy of Pediatrics n’a également trouvé aucun avantage pour la santé de consommer du lait bio tout en insistant sur la nécessité que les laitages soient pasteurisés pour éviter le risque d’infection bactérienne. L’Académie américaine de pédiatrie lance ainsi un appel pour mener une étude clinique étendue qui mesure directement les effets de faibles doses d’oestrogènes pour comprendre l’impact hormonal du lait et de la viande sur les enfants.

Pour le  docteur Janet Silverstein, autre co-auteur du rapport, le plus important est que les enfants aient une alimentation riche en fruits, légumes et céréales ainsi qu’en laitages allégés, que ces produits soient bio ou conventionnels car un tel régime a prouvé ses bienfaits pour la santé. L’académie explique également craindre que les familles aux revenus modestes, en privilégiant le bio plus coûteux, ne réduisent les quantités de nourriture essentielle que consomment leurs enfants.

Laisser un commentaire

  1. Tout à fait d’accord pour l’importance d’une alimentation riche en fruits, légumes et céréales .. mais sur quelle durée l’étude a t elle été faite ?
    Il existe plusieurs études prouvant au contraire les risques des cockails chimiques sur le long terme. Pour ma part, rien que la différence de goût et de respect de la biodiversité me font préférer le bio. Pour finir, une majorité importante de français a une image très positive de l’agriculture biologique.
    (http://www.menustoxiques.fr/)

  2. j’aime bien lire contrepoint, mais faut arrêter avec cette propagande que le bio ça ne sert à rien ou qu’il faut des OGM pour nourrir la Terre entière… Gouter un aliments bio ou non et vous verrez la différence, regarder les cancers des agriculteurs… les pauvres abeilles qui sont massacré par les pesticides ! l’avenir c’est le bio, avec la biologie… plus la chimie !

    1. Ravale ton ignorance et va t’instruire auprès d’académiciens français. Quand t’auras pris ta leçon dans la face avec les bastions de la science français et non avec des études soient disant indépendantes (plutôt incompétantes-dépendantes ou idéologiquement dépendantes), reviens voir papa. (http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?rubrique8 dossiers sur l’alimentation et dossier sur les ogm).

      1. Ce commentaire (et le site que vous mettez en lien) ne font que me conforter dans l’idée que les « sceptiques » convaincus peuvent être tout aussi obscurantistes que ceux qu’ils prétendent combattre. Quelle arrogance et absence totale de remise en question. Ha, on ose toucher au « progrès », émettre des critiques, on veut faire « autrement »… Et ça y est, on est un bobo rétrograde qui veut retourner à l’âge des cavernes. Ce qui me choque, c’est le côté « tout ou rien » de ce genre de site. C’est caricatural. L’avenir nous dira qui a raison…

    1. Les carottes, les tomates, les champignons que j’achète à mon marché ont du goût.
      Ils ne sont pas bio pourtant… Par contre ils ne sont pas sous vides et ont eu le temps d’arriver à leur terme.
      Et ils sont à des prix aussi bas qu’en supermarché.

      Pour quelqu’un vivant à Paris, je peux comprendre que le choix soit restreint.
      Mais pour les autres, ça coûte beaucoup plus cher pour un intérêt limité.

      Donc au contraire, je trouve intéressant qu’un journal souligne le manque de preuve que l’on doive se saigner aux quatres veines pour manger bio.

  3. outre le fait que l’étude est contestable, je ne vois pas spécialement l’intérêt de dénigrer le bio, qui n’a peut-être pas de vertu x ou Y mais contribue à polluer un peu moins…mais si ça vous chante