Vive l’amitié !

Publié Par Charles Sannat, le dans Europe, Politique

Que de marques d’amitié exprimées ce week-end ! Amitié franco-allemande célébrée en grande pompe par François Hollande et Angela Merkel. Amitié entre les gouverneurs de la Bundesbank et de la BCE. Amitié entre le PS et EELV à propos de la signature du traité européen.

Par Charles Sannat.

Alors que la ville de Francfort et l’Allemagne célébrait la naissance de Johann Wolfgang von Goethe, le gouverneur de la Bundesbank Jens Weidmann – celui dont on a déjà parlé et dont la démission a été plusieurs fois évoquée ces dernières semaines –, a lâché une véritable petite bombe en disant que « Goethe avait déjà pris il y a 180 ans toute la mesure du principal problème économique à savoir que chaque politique monétaire se termine par un excès de papier-monnaie fatal ».

Mon allemand n’étant pas très évolué, en gros, le patron de la banque centrale allemande a profité de ces commémorations pour rappeler à tous que nous avions besoin d’une monnaie stable et de la confiance des agents économiques dans la pérennité de notre monnaie, et qu’il fallait protéger la politique monétaire de la tentation de la planche à billets, et que la voie choisie par la BCE et son gouverneur Mario Draghi, prêt à acheter des obligations d’États de façon illimitée, n’était pas la bonne et qu’il n’allait pas se priver de le dire.

Pour la petite histoire, dans l’ouvrage Faust de Goethe, un long passage est consacré à l’inflation… Qui est un problème récurrent des monnaies puisque leur espérance de vie est d’environ 18 ans… Et que cela se termine à chaque fois de la même manière.

Jean-Marc Ayrault veut « donner plus de temps à la Grèce pour s’en sortir »

Pendant ce temps, dans un entretien à Médiapart diffusé dimanche, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, s’est dit « favorable » à ce que l’on donne « plus de temps » à la Grèce « pour s’en sortir », mais « à une condition : qu’(elle) soit sincère dans l’engagement des réformes, notamment fiscales ».

Interrogé sur la situation de ce pays, M. Ayrault indiquait que « la solution ne peut être la sortie de la Grèce de l’euro ».

« On peut déjà lui donner plus de temps pour s’en sortir ». Ce qui est extraordinaire, dans cette déclaration, c’est l’idée de sincérité dans l’engagement des réformes. Cela ne veut strictement rien dire. Il faut donc retenir que pour la Grèce, comme pour la France, nous aurons besoin de plus de temps, beaucoup plus de temps. D’ailleurs, si cela pouvait s’accompagner également de l’impression de beaucoup de billets, ce serait mieux…

Pour le Premier ministre, ne pas signer le traité européen, c’est sortir de l’euro…

Pendant ce temps, Europe Écologie Les Verts a décidé de rejeter le traité budgétaire européen… Psychodrame dans la majorité, et d’ailleurs cela fait désordre. D’un autre côté, cela a le mérite d’une certaine cohérence puisque ce traité budgétaire est un véritable problème pour notre pays. Il nous impose de revenir rapidement à l’équilibre financier et d’y rester. En soi, l’idée est plutôt bonne et ce n’est pas moi qui dirais le contraire. Le problème, c’est que la politique d’ajustement qui devrait y mener sera très douloureuse et porteuse de récession, comme nous avons pu déjà l’expliquer.

Et puis, soyons honnêtes, nous n’avons pas l’air de prendre le chemin des réductions de dépenses. Quant à celui des augmentations d’impôts, lorsque l’on nous explique ce week-end, que non, le gouvernement ne sera pas celui du matraquage fiscal, après nous avoir expliqué qu’il ne serait pas non plus celui de l’austérité, il y a de quoi commencer à se gratter sérieusement les capillaires. Point de TVA sociale. Une augmentation de la CSG ? N’y pensez plus. Bon, il manque bien, pour le moment, 37 milliards d’euros pour boucler le budget… Enfin boucler, c’est vite dit, disons pour être moins à découvert que d’habitude. Mais franchement, 37 milliards, ce n’est rien. Une broutille. C’est plus de 10% des recettes, mais chut.

Donc, du coup, Jean-Marc Ayrault, très prolixe dimanche, met en garde ceux qui ne veulent pas ratifier le traité budgétaire européen. Pour lui, « la conséquence logique de leur démarche, c’est la sortie de l’euro ». Le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, a lancé un « appel à la raison à la gauche » sur le traité budgétaire européen. « Le non de soutien » au président Hollande, « ça n’existe pas ». Jean-Marc Ayrault a précisé que « nous, nous allons jusqu’au bout de la défense de l’euro. Non par dogmatisme, mais par sens des réalités », et que ni le président François Hollande ni lui-même « ne prendraient jamais la responsabilité de laisser disparaître l’euro ». C’est bien de ne pas vouloir quitter l’euro, mais on ne s’attaque pour le moment à aucune des causes des difficultés actuelles de la monnaie unique.

La raison majeure reste un problème de conception même.

En réalité, il existe une multitude d’unions monétaires. Le franc en était une. La lire également, et la peseta aussi ! Dans une union monétaire, les riches paient pour les pauvres, ou plutôt les régions riches pour les régions pauvres. Lors de la réunification allemande dans les années 90, il y avait bien la monnaie de l’Est et celle de l’Ouest. Et c’est bien l’Ouest riche qui a financé la mise à niveau des régions défavorisées. Cela est l’exemple même d’une union de transfert.

Cette idée, appliquée au niveau de l’Europe, signifie que les pays riches doivent payer, pas prêter, ni imprimer des billets, ni demander quoi que ce soit en échange, non, ils doivent payer à vie, pour toujours, pour les régions les plus pauvres qui globalement le resteront pour l’éternité ou presque. L’Italie du Nord est l’une des régions les plus industrielles du monde et les plus riches. L’Italie du Sud est toujours fauchée… Même deux siècles et quelques après l’unification italienne, et ils continuent de payer. C’est bien cela le procès fait à l’Allemagne. C’est dans ce sens-là que certains disent que les Allemands ne jouent pas le jeu. D’un autre côté, si on nous demandait, à nous, Français, de payer à vie, pour que les Grecs se la coulent douce, je ne suis pas sûr que l’on se sentirait très Européens…

Alors voilà où se trouve l’Europe aujourd’hui. Dans une espèce de situation figée, comme paralysée, un peu dans l’œil du cyclone. Chacun s’observe. On a encore gagné du temps. On attend de voir dans quel sens le vent va se mettre à tourner. Mais au fond de nous, nous savons tous que les désaccords sont trop profonds et trop graves pour que l’euro puisse perdurer dans sa forme actuelle.

On ne peut pas demander aux Allemands de payer notre retraite à 60 ans, alors qu’ils travaillent jusqu’à 67… Ce qui tombe bien vu qu’ils n’ont absolument pas l’intention de payer. En attendant, on fait mine de ne pas voir le fossé qui nous sépare. Ce fossé, de jour en jour, grandit. C’est ce que vient de rappeler ce refus d’une partie de la majorité – sans juger du bien-fondé – de l’austérité imposée par le voisin allemand.

L’année de l’amitié franco-allemande

Le Président français et la Chancelière allemande ont lancé, ce week-end, « l’année de l’amitié ». Mais rassurez-vous, nous sommes amis, on s’aime bien, on n’a plus envie de se faire la guerre. Non, le problème n’est pas l’amitié. Le problème, c’est la divergence des deux principales économies de la zone euro alors que jusqu’en 1995, l’Allemagne et la France étaient relativement proches.

Aujourd’hui, nous nous sommes résolument situés dans le camp de l’Europe du Sud. Revenir dans le peloton de tête va nous demander des efforts considérables. Rien ne dit que la France y soit prête.

Enfin, comme on est ami, c’est sûr, « tout sera bien qui finira bien »… Ou pas.

—-
Sur le web.

Laisser un commentaire