Le pouvoir de la liberté économique

Publié Par Nathalie Elgrably-Lévy, le dans Économie

On ne fait pas mieux que la liberté économique pour améliorer les conditions de vie de tous sur la planète, comme vient une nouvelle fois le confirmer l’étude Economic Freedom of the World du Fraser Institute.

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec.

Chaque année, le Fraser Institute publie une étude intitulée Economic Freedom of the World dans laquelle elle calcule un indice de liberté économique pour chaque pays (ici). Voici les derniers résultats :

Sur 144 pays, le Canada se classe 5e. En revanche, les États-Unis, un pays encore considéré comme étant le symbole même du “capitalisme sauvage”, se classe 18e.

Le plus intéressant, c’est la comparaison entre aujourd’hui et 1980.

Dans le cas du Canada, sa position est restée la même : malgré une descente au 8e rang en 1995, il occupe le même rang qu’en 1980, soit le 5e rang.

Dans le cas des États-Unis, le changement est “spectaculaire”. Ce pays occupaient la 2e place en 1980.  Il a ensuite entrepris une longue dégringolade qui le place maintenant au 18e rang !

 

Pourquoi la liberté économique est-elle importante ? Faut-il vraiment s’en préoccuper ? Jugez par vous-mêmes !

Sur le web

Laisser un commentaire

    1. Peut être, mais comme on peut le voir sur le graphique 1.12 l’étude porte aussi sur les rapports entre Economic Freedom, Political Rights, et Civil Liberties …
      M’est avis que les droits politiques et les libertés civiles ne font pas particulièrement référence au revenu annuel … et doivent participer de très près au bien-être des gens. Non ?

  1. Je souhaiterais avoir votre avis, si possible sur Singapour.
    En effet, se classant 2nd en liberté économique, sa liberté sociale et politique reste médiocre (le parti dirigeant est le même depuis le début de la « révolution libérale ».

    De plus, êtes-vous d’accord pour dire que Hong Kong est plus « pollué » que Singapour malgré une plus grande liberté économique. Or, on nous explique que plus un pays est libre, plus la protection de son environnement est efficace.

    Bref, ça fait un bon moment que j’essaie de me renseigner dessus mais je cherche encore.

    Merci en tout cas pour vos avis (futurs).

    1. Quelques chiffres pour illustrer les propos de l’auteur :

      Les 400 plus grandes fortunes des États-Unis représentent 1700 M$ (+11% en 1 an) soit 2 fois le PIB de l’Inde et 10% de celui des EU.
      Le ticket d’entrée dans ce club est de 1,1 M$ aujourd’hui, il était de 75 millions en 82.

      Dans cette même période, l’état Américain c’est endetté, l’Américain moyen aussi.
      Pour exemple, l’étudiant Américain issu de la classe moyenne termine ses études supérieures avec une dette à vie incompressible allant 75 000 à 120 000 $. Certains y voient les causes d’une prochaine crise bancaire.

      A chacun d’en tirer des conclusions.

      1. La conclusion c’est que l’état américain s’est endetté par la faute des méchants riches ? Je ne vois pas le rapport.
        De même quel rapport entre l’addition de fortunes individuelles d’un pays et le PIB d’un autre pays ? Le PIB est l’activité d’une année de toute une population dans des conditions de production données (et qui fait que ce PIB d’ailleurs augmente). La fortune est le résultat d’une activité de plusieurs années : les fortunés n’ont pas gagné l’argent qu’ils possèdent en une année.
        Pourquoi ne pas comparer le revenu moyen du fonctionnaire français par exemple (dont moi-même) avec le PIB/hb du Bangladesh : ce ne serait pas aussi intéressant et « scandaleux » ? Etc.

        1. @Dardanus
          Le rapport on le trouve dans l’entendement de ce que peut représenter de telle sommes, 400 individus détiennent ce qu’1 milliard d’habitants produisent en 2 ans, donc la fortune moyenne de ces fortunés Américains représente ce que produisent annuellement 5 millions d’Indiens.

          Ce n’est qu’un constat qui donne des ordres de grandeurs, tout est relatif vous le savez bien !

          Le rapport avec l’endettement de l’état Américain vient peut être du fait que le Taux d’imposition de ces 400 shortlistés n’ont jamais été aussi bas depuis 1945.

          Vous n’évoquez pas dans l’endettement des étudiants Américains ?

          1. CITOYEN : « Le rapport avec l’endettement de l’état Américain vient peut être du fait que le Taux d’imposition de ces 400 shortlistés n’ont jamais été aussi bas depuis 1945. »
            ———————————–
            Aucun rapport.
            Le taux d’imposition de ces 400 shortlistés était plus haut pendant les années Clinton et pourtant, la dette/PIB américaine était deux fois plus faible que maintenant. Bref, ta déduction fantaisiste, typique de la mythologie anti-riche des gauchistes, n’est rien de plus que de la superstition.

      2. Bonjour
        De leur coté les jeunes français avec une politique malthusienne du foncier commence leur vie avec une dette incompressible de 200 000 à 300 000 E Certains y voient les causes d’une prochaine crise bancaire.
        A chacun d’en tirer des conclusions.

        Vous voyez ça marche aussi :)

        1. Salut Gillib

          Tu as raison au tout 1er degré de lecture et moins bien aux suivants !
          Au 2sd degré je te dirais qu’une maison tu pourras toujours la vendre, ton diplôme c’est différent.
          Au 3ème, une nation ou une société, a besoin de l’ascenseur social que sont les études (il me semble que les libéraux y tiennent à ce brassage de classe), certains prennent les escaliers, mais c’est plus dur.

          En dernier, c’est ma propre expérience, avec emprunt aidé pour la maison qui aujourd’hui me permet de payer les études de mes enfants, le cercle vertueux finalement :-).

      3. Et ils payent combien d’impôts en pourcentage de l’impôt total payé par tous les contribuables ces 400 plus riches américains, impôts qui servent à « redistribuer » la richesse qu’ils ont créée ?