ISF, les biens professionnels pour l’instant épargnés

Publié Par Thibault Doidy de Kerguelen, le dans Fiscalité

Pierre Moscovici, ministre de l’économie, indique qu’il n’est pas envisagé d’inclure les biens professionnels dans l’assiette de l’ISF, mais que d’autres pistes sont étudiées.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Pierre Moscovici, ministre de l’économie (Photo Charles Hendelus, Creative Commons)

Interrogé sur les projets de réforme de l’impôt de solidarité sur la fortune, Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie, indique ce matin, dans un entretien accordé au quotidien « Les Echos », « qu’il n’est pas question d’inclure les biens professionnels dans l’assiette de l’impôt ».

Par contre, il confirme que « la réflexion se poursuit » concernant le périmètre de l’ISF, sans évoquer de point particulier.

Une phrase du ministre concernant la taxe de 75% laisse penser que cette promesse commence à encombrer le gouvernement. Il  dit que cette taxe sera mise en application,  « mais sans décourager l’activité économique » et il a ajouté: « nous ne souhaitons pas qu’elle entraîne un exode des cadres et chefs d’entreprises » .

Sur le web

Que penser de l’impôt sur la fortune? Un avis détaillé dans Wikibéral.

Laisser un commentaire

  1. Vous remarquerez que la nouvelle mouture de l’ISF selon le PS épargne une fois encore les « œuvres d’art »…
    Le pourquoi ? La réponse est simple : l’ISF a été inventé par Fabius, hors la famille Fabius sont des antiquaires richissimes qui possèdent une des plus importante collection d’œuvres d’art en Europe !!!

    Charité bien ordonnée commence par soit même… Donc Fabius n’a pas intégré l’art dans le périmètre de l’ISF.
    Hors s’il est bien une caractéristique de la richesse, c’est justement de détenir des œuvres d’art… Bien plus que le prix d’une maison ou d’un appartement, soumis au marché (truqué par l’état) ou d’un portefeuille en bourse.