Gaz de schiste : Areva et EDF 1 – Total 0

Publié Par Guy Sorman, le dans Non classé

Avec le refus obstiné d’envisager une quelconque exploitation du gaz de schiste, le gouvernement Ayrault donne entière satisfaction aux Verts, en étrange alliance avec le lobby nucléaire.

Un billet d’humeur de Guy Sorman.

La ministre de l’écologie, Delphine Batho, a récemment déclaré qu’il n’était pas question de revenir sur l’interdiction des gaz de schiste.

La Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie s’est trouvée une cause : non aux gaz de schiste. Son argument ? L’exploitation polluerait la nappe phréatique. Ce qui est faux puisque, exploités depuis 20 ans aux États-Unis, aucune pollution de ce type n’a été constatée.

Donc, l’électricité française restera nucléaire et le gaz, dont notre sol regorge, restera importé d’Algérie plutôt que du Larzac.

Madame Batho donne ainsi satisfaction au lobby nucléaire, EDF + Areva , le principal agent (à peine masqué) en campagne contre les gaz de schiste. Total qui voulait extraire les gaz français et a confié ses intérêts à une célèbre agence de publicité a pour l’instant perdu la partie.

Étrange alliance que celle des Verts avec le lobby nucléaire ; il y a trente ans il est vrai, les mêmes furent pacifistes, en relation étroite avec l’URSS qui s’opposait aux missiles de défense américains. Donc les Verts ne sont plus Rouges mais seulement manipulés, avec leur consentement, on espère.

Il est loin le temps ou Charles de Gaulle faisait de l’exploitation du gaz de Lacq une cause nationale : on ne pouvait pas l’acheter celui-là.

—-
Sur le web.

Laisser un commentaire

  1. Bonjour,

    c’est ce qu’on doit appeler une presse d’opinion.
    Si Contrepoints recherchent un rédacteur rémunéré pour écrire de telles salades, je me porte volontaire.

    1. Oui, et donc? En quoi la comparaison est-elle mauvaise? Il va falloir en dire un peu plus. Là, non seulement vous ne prouvez rien, mais en plus, vous ne DITES rien.

      Qu’est-ce qui, selon vous, fait que la situation n’est pas comparable?

  2. 1. Il est faux de prétendre que l’extraction des GDS ne pollue pas pour de multiples raisons (utilisation d’eau potable souillée, camionage important, nombreux forages de durée d’exploitation très limitée, risque important de remontée d’hydrocarbures non maitrisée de part les fractures aléatoires dans le schiste) et donc cet article est mensonger
    2. la disponibilité de cette ressource est très probablement de très courte durée (le nombre et la durée courte d’exploitation des forages en témoigne); donc a quoi bon risquer de détruire notre environnement pour si peu de GDS qui de plus continue à accroitre l’effet de serre ?
    Madame Batho et le gouvernement dont elle fait partie sont réalistes et ont pris la bonne décision: NON aux GDS comme à toute source d’hydrocarbures polluante !
    3. Il faut dès à présent apprendre à se passer d’hydrocarbures et préparer la transition énergétique, ceci passe par l’anti-gaspi (moins de transports personnels de peu d’utilité, logements économes en énergie), le développement des renouvelables (éoliennes, photovoltaïque, hydroliennes, …). Ces technologies d’avenir marchent bien; les résultats obtenus en Allemagne, en Espagne, au Danemark sont là pour nous le prouver. Si la France avait un parc éolien comparable à celui de son partenaire allemand, le foisonnement permettrait même de stocker presque facilement (voire son forme de gaz) l’énergie nécessaire pour les ‘trous d’air locaux’.
    N’oublions pas que sur la Terre il y a toujours du soleil quelque part et qu’en Europe il y a presque toujours du vent quelque part. Un peu de volonté politique et on pourra se débarrasser des hydrocarbures sales et du nucléaire AUSSI !

    1. Bon, y’a du boulot.

      Par ou commencer?

      « Un peu de volonté politique et on pourra se débarrasser des hydrocarbures sales et du nucléaire AUSSI ! »

      Vous êtes sur un site libéral, je suppose que vous vous êtes renseigné sur le libéralisme et que vous savez ce que nous pensons de l’intervention étatique.
      Ce n’est pas à l’état de décider de quelle énergie nous devons nous servir, de la manière dont nous devons gérer nos affaires et entreprises, ou de la couleur du slip que l’on doit porter.

      « 1. Il est faux de prétendre que l’extraction des GDS ne pollue pas pour de multiples raisons (utilisation d’eau potable souillée, camionage important, nombreux forages de durée d’exploitation très limitée, risque important de remontée d’hydrocarbures non maitrisée de part les fractures aléatoires dans le schiste) et donc cet article est mensonger »

      Ça fait déjà un petit moment qu’on nous sort ces arguments sans la moindre justification ou début de preuves, et ce malgré nos demandes insistantes. Personne n’a prétendu que la prospection de gaz de schiste ne polluait pas, toute activité humaine pollue.

      « 2. la disponibilité de cette ressource est très probablement de très courte durée (le nombre et la durée courte d’exploitation des forages en témoigne); donc a quoi bon risquer de détruire notre environnement pour si peu de GDS qui de plus continue à accroitre l’effet de serre ? »

      En quoi la durée des forages prouve-t’elle que les réserves sont de courtes durées? En quoi les GDS risquent-ils de détruire l’environnement?

      « 3. Il faut dès à présent apprendre à se passer d’hydrocarbures et préparer la transition énergétique, ceci passe par l’anti-gaspi (moins de transports personnels de peu d’utilité, logements économes en énergie), le développement des renouvelables (éoliennes, photovoltaïque, hydroliennes, …). Ces technologies d’avenir marchent bien; les résultats obtenus en Allemagne, en Espagne, au Danemark sont là pour nous le prouver. »

      La transition énergétique se fera d’elle-même peu à peu dés qu’elle commencera à être rentable, et dés qu’il y’aura un demande pour ça. Certainement pas sur une décision politique.
      Les éoliennes et les champs de panneaux solaires ne sont pas une source d’énergie fiable. Et en mettre partout, c’est ça de moins de terres disponibles pour l’agriculture, ce qui est quand même un besoin critique. Cela demande aussi de trouver ces terres, et donc d’exproprier les gens qui sont dessus, ce qui est loin d’être très moral vous en conviendrez, et en plus contraire au droit. Maintenant si des gens veulent recouvrir leurs terres d’éoliennes, libre à eux.

      De plus, croyez vous vraiment que ces sources d’énergie soient non polluantes? Fabriquer une éolienne, par exemple, ça prend du plastique, donc du pétrole (et pas qu’un peu), ça prend aussi des terres rares, et du transport… Pour une production d’énergie ridicule (j’insiste), et même pas prévisible dans le temps.

      N’oubliez pas que chaque emplois « vert », nous coûte 4 emplois dans le reste de l’économie, et que les énergies renouvelable ne sont rentable que sous perfusion de subventions, qui gonfle, au choix, nos impôts ou notre dettes.

      1. « Pour une production d’énergie ridicule (j’insiste), et même pas prévisible dans le temps. »

        Ce qu’on arrive à prédire en tous cas c’est beaucoup de vent et de soleil en été et quasiment rien pendant les hautes pression hivernales c’est à dire quand il fait froid et qu’on consomme le plus.

        Donc exit le solaire et l’éolienne qui ne peuvent rentrer pour plus de 15% dans un réseau sans le déséquilibrer ou sans backup fossile de toute façon.

        Donc aux pollution de la fabrication des éoliennes il faut rajouter les usines classique qui doivent prendre le relais et qui tournent peu (donc sont horriblement peu rentable)

        1. @Ilmryn et Moaaaa

          Sur la production ridicule des éoliennes selon vous: TOUT FAUX Documentez vous un peu sérieusement et vous apprendrez que cette production est très importante … à condition d’implanter des éoliennes ! L’Allemagne si souvent citée par les ultra libéraux l’a fait et continue de le faire; des records de production éolienne ont été obtenus; veuillez faire l’effort de les rechercher par vous même (web, rue89, médiapart, global chance, …). Lorsqu’il a fait très froid cet hiver dernier, froid d’autant plus perçant que le vent soufflait fort, les éoliennes européennes ont apporté la part significative d’énergie qui a permis à la France d’éviter le black-out !
          Le libéralisme économique est un principe dépassé, vous devriez le comprendre; car ce libéralisme s’appuie sur la croissance économique. Or cette croissance implique de puiser chaque jour davantage dans toutes les ressources terrestres (de stock:fossiles, fissiles, métaux, terres rares, …, renouvelables:éolien, solaire, nourriture, …). Les ressources de stock sont limitées comme notre planète, les ressources renouvelables ont également un plafond de renouvellement à ne pas dépasser (heureusement, nous en sommes encore loin sur le plan énergétique, mais pas si loin sur le plan alimentaire). On peut donc en conclure que puiser sans cesse dans ces ressources est forcément suicidaire. De ce fait l’ultra libéralisme est suicidaire pour l’humanité. Que peut on proposer comme alternative à ce système économique suicidaire (et aussi très inégalitaire) ? Je ne vois rien d’autre que le partage solidaire et ce système économique réellement neuf ne peut s’appuyer que sur la volonté (et la bonne volonté) de tous les humains. En d’autres termes, un tel système s’appuie donc sur une réelle démocratie. Seul un pouvoir politique peut le mettre en place en s’opposant au pouvoir des nantis.
          N’oubliez jamais que la Terre et toutes ses ressources appartiennent à tous les hommes et que le libéralisme n’a malheureusement d’autre objet que de confisquer ces ressources communes au profit de quelques uns.
          Chaque commune d’ Europe devrait être en mesure, pour le moins de produire une part substancielle de son énergie, de se nourrir sur ses terrains locaux autant que faire se peut, …

          1. « car ce libéralisme s’appuie sur la croissance économique. »

            Non, c’est faux. Le libéralisme est la cause de la croissance et non sa conséquence.

            « Sur la production ridicule des éoliennes selon vous: TOUT FAUX Documentez vous »

            Non, encore. Documentez-vous mieux.

            « (heureusement, nous en sommes encore loin sur le plan énergétique, mais pas si loin sur le plan alimentaire). »

            C’est sans doute pour ça qu’on commence à utiliser des terrains pour le bio-éthanol au détriment de l’agriculture, et qu’en France on limite la production par des cotas.

            « De ce fait l’ultra libéralisme est suicidaire pour l’humanité. »

            Je ne vois de quoi vous parlez quand vous dites ultra-liberalisme. Ce qui est suicidaire pour l’humanité, c’est d’abandonner les libertés individuelles.

            « Je ne vois rien d’autre que le partage solidaire et ce système économique réellement neuf ne peut s’appuyer que sur la volonté (et la bonne volonté) de tous les humains. »

            Ce n’est pas parce que vous ne voyez rien d’autre que vous avez raison. Il existe déjà un système qui s’appuie sur la bonne volonté de tous les humains, en garantissant à tous leur liberté, cela s’appelle le libéralisme. Celui que vous décriez tant. Alors il faudrait savoir, on s’appuie sur leur bonne volonté, ou pas? Ou seulement quand ça vous arrange, peut-être?

            « N’oubliez jamais que la Terre et toutes ses ressources appartiennent à tous les hommes »

            tout à fait vrai.

            « et que le libéralisme n’a malheureusement d’autre objet que de confisquer ces ressources communes au profit de quelques uns. »

            Tout à fait faux. L’objet du libéralisme est la mise à dispositions des ressources communes par l’échange volontaire, tout le monde étant payé de manière juste pour ça contribution.

            « Chaque commune d’ Europe devrait être en mesure, pour le moins de produire une part substancielle de son énergie, de se nourrir sur ses terrains locaux autant que faire se peut, … »

            Pourtant, en faisant cela, on s’interdit de faire des économies d’échelles, et on isole du monde chaque commune d’Europe en interdisant, de fait, les échanges.

            A part le moyen-age et la dictature, vous avez un autre système à proposer? Celui ne me fait pas très envie.

    2. Rozé : « Ces technologies d’avenir marchent bien; les résultats obtenus en Allemagne, en Espagne, au Danemark sont là pour nous le prouver. »
      ————————————————————–
      Ah oui, pour prouver, c’est prouvé ! L’Espagne est en faillite, le Danemark a l’électricité la plus chère de l’Europe et l’Allemagne ouvre 5x plus de capacité en centrales au charbon qu’en renouvelables, renouvelables qui sont en pleine déroute (il n’y a qu’à lister tous les fabricants allemands de PV qui ont déposés le bilan depuis 12 mois).

      Les faits ont parlé : les fantasmes à Rozé & co => poubelle.
      On se demande quand les escrologistes vont enfin se décider à en finir définitivement avec leurs expérimentations sociales débiles et à cesser de croire qu’ils peuvent transcender les lois de la physique et de l’économie.

      1. La faillite des pays européens qui s’étend chaque jour est du en majorité à a spéculation des multinationales et des géants de la finance qui dissimulent des profits énormes et comparables à l’usure dans les paradis fiscaux. Ca se chiffre en dizaine de milliers de milliards d’euros !
        Si par un coup de baguette intégre on rappatriait tout ce fric volé, il n’y aurait plus de dette du tout !
        Le prix de l’électricité français a toujours été sous évalué ! Il va malheureusement augmenter très fort à cause de la mise en sureté des installations nucléaires, de la rareté de l’uranium (eh oui comme le pétrole, le pic a été dépassé); le Danemark ou l’Allemagne pratique sans doute un prix plus conforme à la réalité. Néanmoins, de nombreux experts s’accordent sur le fait que le prix du kWh électrique à base de renouvelable baisse sans cesse tandis que le prix du kWh électrique à base de nucléaire ou d’hydrocarbures augmente sans cesse (GDF Suez ne dira pas le contraire !).
        Que les fabricants de PV allemands et français soient en déroute s’explique par la concurrence (néo libérale) de pays comme la Chine. Cela prouve par ailleurs que les chinois ont compris bien plus vite que nous tout l’intérêt des énergies renouvelables. Il n’empêche que les panneaux solaires de quelque origine qu’ils soient produisent beaucoup d’énergie à très bas coût !
        Enfin j’aimerais que miniTAX aie un peu de respect pour ses contradicteurs et évite les injures ou assimilés; je croyais qu’un vrai libéral aimait le débat et la contestation ! Je suis choqué par ces propos qui taxent son auteur !

        1. « La faillite des pays européens qui s’étend chaque jour est du en majorité à a spéculation des multinationales »
          La crise actuelle est une crise des dettes souveraine.
          « Le prix de l’électricité français a toujours été sous évalué »
          La politique tarifaire française de edf a tjs été étatique et anti-libérale.
          « Que les fabricants de PV allemands et français soient en déroute s’explique par la concurrence (néo libérale) de pays comme la Chine »
          Nous sommes pour la concurrence et contre les monopoles.

        2. « La faillite des pays européens qui s’étend chaque jour est du en majorité à a spéculation des multinationales et des géants de la finance qui dissimulent des profits énormes et comparables à l’usure dans les paradis fiscaux. »
          ———————————————-
          Oui donc votre histoire de renouvelables qui « marchent bien en Allemagne, en Espagne ou au Danemark » est pure foutaise, CQFD. Vos diversions à deux balles pour essayer de noyer le poisson n’y changent rien. Mais merci quand même pour votre tentative d’enfumage.

      2. ExxonMobil annonce que se lancer dans le gaz naturel a été la plus grosse connerie qu’ils aient jamais faite vu les sommes faramineuses qu’ils ont perdu à force de vendre du gaz en dessous des couts de production et annonce qu’ils n’ont finalement rien trouvé en Pologne qui devait être une arabie saoudite du gaz, le pdg de Chesapeake Energy va bientot aller en tôle pour escroquerie vu qu’il a juste adapté le business model d’Enron au gaz et que les investisseurs sont en train de s’apercevoir qu’ils sont en train d’y perdre leur chemise et on commence à se rendre compte que si tout le monde trouve ça étonnant qu’on puisse extraire du pétrole en ile de France c’est parce que ça ne tient que par des subventions et des exemptions fiscales…

        Les projets de gaz de schiste en France ne tiennent que parce qu’on a pas touché à la législation depuis l’époque de Lacq et que c’est une législation qui permet aux compagnies gazières d’être subventionné par des régimes fiscaux dérogatoires au nom de « l’indépendance énergétique de la France »… Vous rêvez si vous croyez qu’en période de crise budgétaire ces subventions vont continuer à exister bien longtemps…

    3. Une réaction aussi tendancieuse confirme d’emblée un mental idéologique et figé. Quelles sont donc vos qualifications hors politique pour nous tenir un tel tissu d’âneries politiciennes ?
      1) ramassis de on-dit … non démontrés là où se font déjà les exploitations (hors France)
      2) en l’absence de sondages sérieux, vous n’apportez aucun élément probant pour étayer vos dires
      3) vos affirmations sur les renouvelables sont émises sans discernement.
      Voyez les constats technico-économiques récents : en Mer Baltique, en pollution par le NF3 de production des panneaux photovoltaïques (ah oui, venant à 2/3 de Chine). Voyez la déglingue économique de tous les renouvelables en dehors de l’arrosage par des subsides indus (Vestas : à terre! First Solar: idem) . Etc. etc.

    4. Génial, on devrait vous nommer Ministre de l’Energie-propagande.
      « un peu de vent qq part en Europe » et vlan! vous voulez du tout-éolien !!
      Renseignez vous un peu auprès des professionnels qui gèrent les réseaux électriques de façon non idéologique et ils vous diront qu’un pays ne peut pas utiliser davantage d’énergie éolienne que 7% de sa consommation totale et qu’au delà de 2% l’impact CO² redevient NEGATIF.
      Le Danemark et Espagne, apôtres de l’éolien, en ont fait l’expérience et admettent publiquement que les énergies renouvelables non stockables ne seront jamais qu’un léger appoint.
      Et quel appoint !!!
      Folâtre, perturbateur de réseaux donc générant du CO² imprévu dans les montées et descentes en puissance de s belles CCG, démolisseur de paysages,….pourquoi l’utiliser?
      Pour économiser des sous ?
      Hélas c’est du luxe au double des prix du Nucléaire ou Charbon…
      Vous pronez une politique de lemnings

    1. Vous voulez interdire à ceux qui défendent le nucléaire d’avoir des enfants?! De mieux en mieux…

      Cela dit, ça ne m’embête pas outre mesure qu’une centrale nucléaire ouvre juste à coté de chez moi, j’ai vécut à proximité d’une usine qui brassait, entre autre, de très grande quantités de sodium. Et pourtant, je ne me pissait pas dessus à longueur de journée.

      On saurait peut-être mieux se débarrasser des déchets nucléaires si une bande d’abrutis avait pas fait fermé superfénix, vu que ça servait à ça, cramer le plutonium en provenance des déchets d’autres centrales.

      1. SuperPhenix n’a jamais bien marché. C’est bien pour cela que la décision politique de l’arrêter a été facile à prendre. Savez vous que l’arrêt remonte à près de 20 ans et qu’on ne sait toujours pas comment extraire sans risque le sodium fondu qui tenait lieu d’extracteur de chaleur dans ce type de réacteur ? Savez vous que même si cela avait marché, la France n’aurait pas pu obtenir le recyclage tant idéalisé des déchets nucléaires (dont le plutonium)? Savez vous que cette chimère se poursuit semble-t-il avec le projet Astrid ? Que cela coûte des milliards d’euros qui pourraient être mieux rentabilisés (facteur d’échelle) dans les ENR ? Et pendant ce temps, les déchets nucléaires s’accumulent de plus en plus !

        1. Rozé : « SuperPhenix n’a jamais bien marché. C’est bien pour cela que la décision politique de l’arrêter a été facile à prendre.  »
          ———————————-
          La décision d’arrêter SuperPhenix vient de Corinne Lepage, ministre de l’environnement de l’époque. Elle est purement politique car c’est une promesse de Jospin faite aux Verts pour garder la coalition qui le mettait au pouvoir. C’est amplement documenté donc votre réécriture de l’histoire est risible. Sur le plan technique, il suffit de voir les raisons de l’arrêt de SuperPhenix pour constater que votre affirmation que SuperPhenix « n’a jamais bien marché » est pur mensonge. Enfin insinuer que cette technologie serait une chimère est tout aussi mensonger : le surgénérateur russe BN-600 fonctionne parfaitement depuis 30 ans à Beloyarsk et a un des meilleurs taux de fiabilité et de disponibilité de l’industrie nucléaire mondiale. La même techno est adoptée par les Chinois (qui ont commandé deux réacteurs aux Russes) et les Indiens. Pour la petite histoire, Phénix a parfaitement fonctionné pendant 40 ans et lors de ses dernières années de service, produisait à lui seul bien plus d’électricité par an que toutes les éoliennes de France et de Navarre réunies ! Pas mal pour une « chimère » n’est ce pas. Mais évidemment, comme l’exemple éclatant de Phénix n’arrange pas votre mythologie, vous le balayez sous le tapis. Par omission ou par commission, c’est pas bien de mentir, Rozé !

    2. Bravo Jocelyne, vous posez très bien le problème ! Si les décideurs vivaient au milieu des déchets qu’engendrent leur exploitation sans limite, sans doute penseraient-ils davantage à leurs enfants !
      Les surfaces terrestres interdites de part la radioactivité ou de part les pollutions sont toujours trop nombreuses.
      Boire ou conduire, il faut choisir ! Et je préfère boire une eau potable plutôt que de faire rouler un engin à moteur qui indirectement (via le GDS par exemple) mais sûrement pollue cette eau !

        1. Vous devriez pédaler, vous aussi ! Ca oxygène le cerveau et notre entendement s’améliore grandement. Il devient ainsi possible de voir un peu plus loin que le bout du nez fumant (nucléaire ou fossile, dans les 2 cas ce ne sont que de grosses bouilloires de Carnot).
          Ces technologies sont en fin de vie; il faut savoir l’admettre et imaginer leur remplacement dans notre intérêt bien compris.

          1. Rozé : « nucléaire ou fossile, dans les 2 cas ce ne sont que de grosses bouilloires de Carnot »
            —————————–
            Les centrales à gaz ne sont pas des machines de Carnot mais des cycles de Brayton, rendement 50% et pouvant atteindre 80% avec la cogénération. Les centrales nucléaires de la génération 4, tel que celle à pebble bed (2 tranches en cours d’achèvement en Chine) peuvent fonctionner aussi en cycle de Brayton. Les toutes dernières centrales à charbon tels que celle d’Isogo de J-Power à eau supercritique ont un rendement de 45% et des émissions au même niveau que celles d’une centrale à gaz, c’est autre chose qu’une « grosse bouilloire de Carnot ».
            La technologie évolue en permanence et à pas de géant. Vous en êtes ignorant, pas étonnant que vous raisonnez faux et votre histoire de « fin de vie » est franchement grotesque. S’oxygéner le cerveau avec le vélo ne vous empêchera pas de pédaler dans la chouchroute, quand on ne s’informe pas ou uniquement auprès de sources biaisées ! (soit dit en passant, étant un passionné de vélo, avec des milliers de km dans les jambes chaque année, ça me fait doucement rigoler votre pique puérile mais bon…).

          2. Bravo vous venez de montrer que vous ne savez pas ce qu’est un cycle de Carnot. La machine de Carnot est une machine idéale théorique qui représente les limites de la thermodynamique, il n’existe aucun cycle réel qui peut la dépasser… Donc ce que vous décrivez c’est effectivement « autre chose » que Carnot : c’est quelque chose de beaucoup moins bien…

          3. Tilleul : « Donc ce que vous décrivez c’est effectivement « autre chose » que Carnot »
            ——————————————
            Ce que j’avais écrit, c’est, textuellement : « autre chose qu’une « grosse bouilloire de Carnot » et non « autre chose que Carnot ». Bref, Tilleul et sa rhétorique habituelle de l’homme de paille est toujours aussi malhonnête dans ses trollages !
            Et oui, une turbine à gaz (le gaz, c’est bien du fossile), ça n’a rien à voir avec une « grosse bouilloire de Carnot ». Et le nucléaire n’est pas obligé de passer par une « grosse bouilloire de Carnot » pour générer de l’électricité, on l’a démontré avec des centrales construites il y a des décennies. Bref, la caricature que répète en boucle les escrologistes pour disqualifier les technologies existantes ne fait que démontrer à quel point ils sont ignares et malhonnêtes. Mais bon, c’est le propre des escrocs, tant qu’il y a des couillons pour gober, notamment chez Tilleul & co, ils continuent.

  3. Ce que l’on peut surtout voir, c’est l’alliance entre les verdâtres et les marchands de nucléaire contre les « carbonistes » (TOTAL et les autres). Il semble clair que la stratégie des verdâtres est d’abord d’éliminer les carbonistes en faisant peur pour le gaz de schiste (et ne parlons pas du pétrole de schiste !) car du gaz abondant et bon marché reporterait de plusieurs décennies la réalisation (à portée de main aujourd’hui, selon eux !), d’ue société « carbon free ». Les mêmes verdâtres se sentent assez forts pour ensuite éliminer rapidement le nucléaire (grâce à des catastrophes du style de Fukushima, qui soit dit en passant, a fait zéro (0) mort ). Du coup, ils pourront alors voir la parousie écolo qu’ils appellent de leurs voeux, avec le solaire, l’éolien, la biomasse, et le malthusianisme le plus strict. Dès lors, le gaz de schiste, qu’ils n’avaient pas prévu dans leur plan, les perturbe fort et repousse leur nirvana à quelques générations. Ils mettront dès lors toute leur force de conviction, tous leurs moyens, pour éliminer le gaz de schiste. Le Général de Gaulle le disait, les Français sont des veaux. Parfois, je me dis qu’il avait raison.

    1. Si ils ne réussissent pas dans le 2 ou 3 prochaines décennies, c’est finit pour eux. Les progrès de la science, et surtout de la technologie, vont être tels que toutes leurs histoires n’intéresseront plus personne.

      Plusieurs révolutions technologiques se profilent à l’horizon, et certaines à brève échéance.

      1. Y en a marre de l’argument du progrès ! Il n’y a plus que les gens de 80 ans et plus qui croient encore et toujours au progrès indéfini.
        La technologie nous facilite si bien la vie que nous ne sommes plus capables de faire marcher correctement nos petits muscles au jour le jour ! Peut être même que ce manque d’effort physique, ce manque d’oxygénation explique le mauvais fonctionnement du cerveau de certains d’entre nous ! Et du même coup, l’aveuglement ou bien l’entêtement qui interdit tout débat dans le respect de l’autre.
        L’homme est une espèce parmi les autres de cette Terre; ses machines aussi perfectionnées soient elles ne sont que des prothèses; peu à peu, celles-ci nous coupent de la réalité et nous rendent extrêmement dépendants. Si un jour ce bel édifice technologique venait à s’effondrer que deviendrons nous ?
        Le progrès, c’est la fuite en avant, c’est une quête sans issue et au final inhumaine.

        1. Parlez pour vous, je me dépense tous les jours. Si vous estimez être coupés de la réalité, et vous auriez raison, je pense, rien ne vous empêche d’y retourner. Les machines sont des outils, il ne tient qu’à vous de savoir les utiliser. Tous les transplantés cardiaques seront ravis d’apprendre que le progrès qui leur a sauvé la vie est inhumain.

          Ce qui est vraiment inhumain c’est cette volonté de revenir à l’age de pierre qu’on sent chez vous.

          La nature humaine est de progresser, de mieux gérer les ressources, de mieux comprendre le monde et d’aller vers toujours plus de confort. Vous pouvez être contant ou non, mais il faudra vous y faire.

          1. Quand je suis dans une voiture je m’intéresse avant tout à la destination est pas à la qualité des sièges ou la marque de l’autoradio et c’est une opinion qui est partagé par une fraction écrasante de l’humanité… Ca ne vous plait peut être pas mais c’est comme ça.

            Quant à votre éloge du bougisme que vous confondez avec le progrès je voudrais vous rappeler que les plus grandes avancées de notre histoire ont eu lieu quand les gens du Moyen Age ont regardé le passé pour reprendre les enseignements des philosophes de la grèce antique…

          2. Tilleul : « Quand je suis dans une voiture je m’intéresse avant tout à la destination est pas à la qualité des sièges ou la marque de l’autoradio et c’est une opinion qui est partagé par une fraction écrasante de l’humanité… »
            ————————————————————–
            Oui oui, la « fraction écrasante de l’humanité » qui préfère rouler en Trabant ou Lada au lieu de Mercedes ou BMW, on la connaît.

          3. « Quant à votre éloge du bougisme que vous confondez avec le progrès je voudrais vous rappeler que les plus grandes avancées de notre histoire ont eu lieu quand les gens du Moyen Age ont regardé le passé pour reprendre les enseignements des philosophes de la grèce antique… »

            Mon éloge du bougisme est une réponse à Rozé, qui nous explique que la technologie nous empêche de faire des efforts physiques. Ce qui est abhérent.

            Pour les gens du moyen age, cela prouve seulement qu’il y a eu une forte régression entre la chute de Rome et la renaissance. Et c’est en regardant vers l’avenir que les gens du 19eme siècle ont put faire la révolution industrielle.

            « Quand je suis dans une voiture je m’intéresse avant tout à la destination est pas à la qualité des sièges ou la marque de l’autoradio et c’est une opinion qui est partagé par une fraction écrasante de l’humanité… Ca ne vous plait peut être pas mais c’est comme ça. »

            Vous parlez de cette écrasante majorité de la population qui achète les voitures les plus high tech sitôt qu’ils en ont les moyens?

            Les chiffres des ventes de voitures haut et milieu de gamme vous donnent tord.

            Toutes les études montrent que le confort joue pour beaucoup dans le choix d’un voiture.

          4. Faites un test : demandez à n’importe quelle personne dans la rue ce qu’il préfère entre un voyage en clio qui l’amène à Florence et un voyage en limousine qui l’amène à Pyongyang…

            Oh bizarre tout le monde préfère la destination au confort… Comme c’est dommage pour vous…

          5. Tilleul : « entre un voyage en clio qui l’amène à Florence et un voyage en limousine qui l’amène à Pyongyang… »
            ——————————–
            C’est bien connu, c’est un choix à faire chaque matin quand on prend sa voiture, pfffff, pathétique Tilleul !

          6. « Faites un test : demandez à n’importe quelle personne dans la rue ce qu’il préfère entre un voyage en clio qui l’amène à Florence et un voyage en limousine qui l’amène à Pyongyang… »

            Et de même entre un mauvais flan sans effet et un délice infesté d’E.coli tout le monde préfèrerait le mauvais flan.

            Démonstration made in Tilleul : les gens n’aiment pas les bon flans.
            Quel puissance dans la logique LOL !!!!

            « les plus grandes avancées de notre histoire ont eu lieu quand les gens du Moyen Age ont regardé le passé pour reprendre les enseignements des philosophes de la grèce antique. »

            Sur quelle planète ? Vous avez appris l’histoire et la logique dans les emballages Carambar ?

          7. Waouh, alors le mec est en train de nous dire qu’une grande majorité des gens préférera faire un long trajet dans un confort très médiocre plutôt que dans un confort plus agréable…
            Sachant que la qualité des sièges n’est pas le seul élément déterminant le niveau de confort d’un véhicule, il y a aussi les suspensions, l’habitabilité, l’insonorisation…

            Le mec qui n’a tout simplement jamais fait de long trajet de sa vie…

            Allez donc faire un long trajet dans une voiture étroite, mal insonorisée, ayant de mauvaises suspensions…etc. Et faites le même trajet, avec une routière confortable. Comparez ensuite vos états de fatigue et de votre dos à l’issue des 2 trajets, ça vous remettra peut-être les idées en place…

            Punaise, la malhonnêteté intellectuelle et la débilité poussées à leur paroxysme.

      2. « Je ne vois de quoi vous parlez quand vous dites ultra-liberalisme. Ce qui est suicidaire pour l’humanité, c’est d’abandonner les libertés individuelles. »
        Vous croyez réellement que la somme des libertés individuelles est assez vertueuse pour conduire l’humanité sur la bonne voie ? Il n’en est rien, tant que le Tout Pour Ma Gueule sera rendu possible et même glorifié par le libéralisme !

        « Ce n’est pas parce que vous ne voyez rien d’autre que vous avez raison. » Tout à fait d’accord jusque là. Mais le libéralisme n’est quand même pas la solution, pas plus que le communisme ou la dictature d’ailleurs. Pourquoi, parce qu’on en voit maintenant tous les néfastes effets qu’on ne peut plus ignorer.
        « N’oubliez jamais que la Terre et toutes ses ressources appartiennent à tous les hommes »

        tout à fait vrai.

        « et que le libéralisme n’a malheureusement d’autre objet que de confisquer ces ressources communes au profit de quelques uns. »

        Tout à fait faux. L’objet du libéralisme est la mise à dispositions des ressources communes par l’échange volontaire, tout le monde étant payé de manière juste pour ça contribution.

        Comment pouvez vous prétendre que chacun est payé de manière juste pour sa contribution ? C’est là que le bât blesse: sans personnel une entreprise est nulle, et pourtant les actionnaires sont mieux rémunérés que les travailleurs/ingénieurs, et pourtant une entreprise n’hésite pas à licencier son personnel pour accroitre son profit. Ce faisant elle ne tient pas compte de l’environnement social. En pratique, cela revient à dire qu’elle ignore la réalité du monde et ne privilégie que la pseudo-réalité financière.

        « Chaque commune d’ Europe devrait être en mesure, pour le moins de produire une part substancielle de son énergie, de se nourrir sur ses terrains locaux autant que faire se peut, … »

        Pourtant, en faisant cela, on s’interdit de faire des économies d’échelles, et on isole du monde chaque commune d’Europe en interdisant, de fait, les échanges.

        Les économies d’échelle ne sont peut être pas la panacée. Leur intérêt est purement financier; une multitude de petites entités, sans doute moins efficaces techniquement et financièrement, est pourtant préférable parce que ces entités restent proches des gens. Donc la motivation des gens est meilleure; la moindre efficacité a un corolaire important: plus d’emplois, de petits emplois peu spécialisés et sans doute accessibles au plus grand nombre.

        C’est en vertu du facteur d’échelle que l’on a concentré les établissements scolaires et diminué leur nombre; en simplifiant je vous l’accorde, un seul directeur au lieu de 3 ou 4. conséquences: les élèves et les enseignants font de plus longs trajets, l’équipe pédagogique est moins soudée, le directeur ne connait plus tous les élèves; la relation parents-enseignants est de moins bonne qualité. Bref, sur ce petit exemple pratique, je voudrais vous faire comprendre que le facteur d’échelle est peut être bénéfique techniquement ou financièrement, mais qu’il est très souvent maléfique sur le plan humain.
        Or n’est ce pas ce plan humain qui doit être notre crédo ?
        A quoi nous servent toutes ces techniques si elles nous empoisonnent la vie ? A quoi nous servent toutes ces libertés individuelles si au final nous ne pouvons pas en jouir ?

        1. « Vous croyez réellement que la somme des libertés individuelles est assez vertueuse pour conduire l’humanité sur la bonne voie ? »
          Tout est dit, vous voulez un systeme où l’humanité soit conduite vers une bonne voie. Il n’y a pas de bonne voie, il n’y a pas de vérité, il n’y a que des chemins cahoteux et des aventures individuelles.

        2. Rozé : « Donc la motivation des gens est meilleure; la moindre efficacité a un corolaire important: plus d’emplois, de petits emplois peu spécialisés et sans doute accessibles au plus grand nombre. »
          ———————————————-
          C’est vrai que la perspective d’envoyer les verdâtres aux champs pour qu’ils retournent la terre pour produire enfin de la vraie richesse et cessent de nous gonfler avec leurs plans foireux de changer la société, ça a un côté séduisant.
          On peut commencer par supprimer les tracteurs, ça créera un paquet d’emplois. Mieux, il faudra remplacer les bêches par des cuillères, ça multipliera encore les emplois par dix !
          Vous réalisez un peu la débilité de vos belles idées ? Pas le moins du monde, j’ai l’impression. On se demande ce qui est le plus pathétique dans l’histoire, votre ignorance ou votre prétention de savoir…

          1. « Vous réalisez un peu la débilité de vos belles idées ? »
            Oh non, il ne s’en rend pas compte, comme tous les gens qui croient savoir ce qui est le mieux pour leurs semblables…

            économies d’échelles, taylorisme et système à réserves fractionnaires, voilà pour résumé, ce qui a permis d’augmenter considérablement notre niveau de vie et qui a donc permis à l’autre clown d’avoir un ordinateur avec lequel il a écrit toutes ses âneries les dénigrant…

        3. « Vous croyez réellement que la somme des libertés individuelles est assez vertueuse pour conduire l’humanité sur la bonne voie ? Il n’en est rien, tant que le Tout Pour Ma Gueule sera rendu possible et même glorifié par le libéralisme ! »

          Oui je le crois vraiment. Et au delà des beau discours, le tout pour ma gueule est de votre côté.

          « Comment pouvez vous prétendre que chacun est payé de manière juste pour sa contribution ? »

          C’est quand la dernière fois que vous avez bossé sans toucher votre salaire?

          Ceci-dit vous avez raison. On ne touche pas ce qu’on mérite, parce qu’on est pas libre de négocier son salaire avec son patron, l’état (donc la collectivité) nous en empêche. Il s’agit là d’une ingérence inacceptable de l’état dans les libertés individuelles.

          « et pourtant les actionnaires sont mieux rémunérés que les travailleurs/ingénieurs »

          Non. Un actionnaire n’est pas rémunéré, il gagne ou perd selon que le cours de l’action monte ou baisse, et contribue à la capitalisation de l’entreprise. Si vous croyez que l’actionnaire est mieux rémunéré que le salarié, allez-y, faites-vous actionnaire. Mais vous allez vite déchanter.

          « Les économies d’échelle ne sont peut être pas la panacée. Leur intérêt est purement financier; »

          Non, un autre de leurs intérêts est d’économiser des ressources. C’est ce que vous préconisez pourtant, non? »

          « une multitude de petites entités, sans doute moins efficaces techniquement et financièrement, est pourtant préférable parce que ces entités restent proches des gens. »

          Non, car elles sont moins efficaces. Autrement dit, elles produiront moins avec plus.

          « Donc la motivation des gens est meilleure; »

          Non, car leur gain est moins grand.

          « la moindre efficacité a un corolaire important: plus d’emplois »

          Non, plus d’emplois moins productif, donc, au final, moins de création de richesse, économie qui tourne au ralentit, et au final, moins d’emplois.

          « de petits emplois peu spécialisés et sans doute accessibles au plus grand nombre. »

          Non plus, car avec le smic, ces emplois ne seront pas rentables, donc pas proposés. Et sans le smic, ils créeront des légions de travailleurs pauvres, qui auront bien du mal à survivre.

          « C’est en vertu du facteur d’échelle que l’on a concentré les établissements scolaires et diminué leur nombre »

          Non, c’est en vertu de décision administratives bancales. Si l’école était libre, des écoles apparaitraient spontanément là ou on en aurait besoin. Tout bêtement parce qu’il y aurait de l’argent à se faire en les ouvrant.

          « Or n’est ce pas ce plan humain qui doit être notre crédo ? »

          C’est le notre, mais je ne pense pas que ce soit le votre. D’ailleurs, vous dites clairement que les hommes ne doivent pas être libre.

          « A quoi nous servent toutes ces techniques si elles nous empoisonnent la vie ? A quoi nous servent toutes ces libertés individuelles si au final nous ne pouvons pas en jouir ? »

          A rien. Mais ça tombe bien, les techniques ne nous pourrissent pas la vie, elle la rende plus agréable, et nous pourrions jouir de nos libertés, si l’état et des gens comme vous ne cherchaient pas à nous les retirer.

          1. @moi
            Décidément, vous justifiez tout par des arguments qui ramènent au fric ou à l’économie (faire tourner le fric) ! ces arguments là sont parfaitement inhumains car un sourire, un échange gratuit, une solidarité sans espoir de retour sont des valeurs non chiffrables et qui donnent pourtant tout son charme, tout son sel à la vie.
            A vous entendre même l’amitié ou l’amour sont monayables !
            C’est triste d’avoir une vision aussi étriquée de notre société.
            Grâce à vos réponses, je comprends un peu mieux le comportement des libéraux; j’en ai froid dans le dos, mais il est toujours utile de savoir ce qui se passe dans la tête d’un adversaire de l’humanité.

          2. Un sourire s’échange souvent contre un sourire. J’ai rarement été ami avec des gens qui n’étaient pas amicaux avec moi. L’amour, L’amitié etc… ont de la valeur parce qu’ils s’échangent, pas contre de l’argent, mais il y’a échange tout de même.

            Tous vos délires et vos attaques aussi aussi malhonnêtes soient-ils n’y changeront rien, je sais, et tous ici nous savons, ce qu’il y’a derrière vos discours angélistes. Et ce qu’il y’a derrière, c’est une haine de l’homme, de ses capacité, de sa faculté à produire, de sa valeur en tant qu’homme.

            Tous vos discours préssupposent que l’homme est sans valeur, car la valeur naît de l’échange. Lorsque vous voulez ériger le don sans contrepartie en norme obligatoire, c’est l’homme dans sa valeur et dans sa nature même que vous attaquez.

            Votre discours n’est pas celui d’un être humain, c’est celui d’un monstre qui considère l’humain comme un être sans valeur avec lequel aucun échange n’est possible (car on n’échange jamais que de la valeur, par conséquent, attaquer l’échange c’est attaquer la valeur).

            L’amour est un échange, l’amitié est un échange, la charité est un échange. Et ce qui fait la beauté de ses trois choses, c’est justement le fait que se soit des échanges.

            Nous voyons bien qu’en fait votre haine du fric, et de l’économie, est en réalité un haine de l’homme. Si on vous fait froid dans le dos, c’est peut-être tout simplement que vous avez conscience au fond de vous, que nous avons une très grande confiance dans l’être humain, quand vous en avez une peur et une haine absolue.

            C’est pour ça que quand vous me parler de « l’aspect humain », j’ai une très forte envie de rire. Vous n’avez aucune idée de ce dont vous parlez, n’est-ce pas? Vous êtes prêts à vous brader, c’est à dire à nier leur valeur aux autres en refusant l’échange, et vous nous accusez de ne pas prendre en compte l’aspect humain. Nous le prenons en compte. Pas vous.

    1. Tilleul : « Exxon qui s’est pris un bouillon « , « BP a fait pareil : 5 milliard de pertes sur le gaz de schiste », « vendre 2$ un produit qui coute 6$ à fabriquer »
      ——————————-
      Rien de tel dans l’article cité, bref de la pure affabulation typique de la propagande escrologiste.
      Au passage, les bénéfices net d’Exxon en 2011 ont augmenté de 50% par rapport à 2010 (3,41$ par action contre 2,18$ un an plus tôt !). C’est ce que notre escrologiste appelle « Exxon s’est pris un bouillon ». Même pas honte le mec, surtout quand on sait qu’il soutient mordicus les moulins à vent dont les cours en bourse sont à la cave !
      C’est du Tilleul tout craché quoi. Mentir et encore mentir, c’est tout ce qui lui reste comme argument.

        1. minitax :
          c’est dur pour quelqu’un qui croit encore que tout est lié à l’existence du complot mondial des extraterestres de Roswell pour mettre en place une dictature planétaire sous l’égide de l’ONU mais la réalité ne va pas toujours de paire avec vos fantasmes…

          En l’occurence les activités gazières d’Exxon Mobil sont bel et bien un puit sans fond comme l’indique le lien de Nick de Cusa et c’est l’activité pétrole qui les sauve, les entreprises qui ne font que du pétrole s’en sortent beaucoup mieux :

          http://www.forbes.com/sites/cfainstitute/2012/01/30/exxon-and-the-natural-gas-revolution/

          « It’s been over two years since Exxon Mobile Corporation (XOM) bought shale-gas company XTO Energy for $25 billion making it the world’s largest natural gas producer. Since the acquisition, shares of Exxon are up an extremely modest 17%, compared with a 38% and 37% gain for competitors ConocoPhillips (COP) and Chevron Corporation (CVX), respectively. Higher oil prices have helped cover up a disastrous few years for natural gas assets. »

          (et je ne vous parle même pas du cours de l’action Chesapeake…)

          C’est évident que le gaz de schiste ne pourra jamais être moins cher que le gaz d’Algérie, de Russie ou de Norvège, contrairement à ce que prétend l’auteur qui pour le coup est d’une crédulité effarante… Entre faire pêter de la roche pour libérer des bulles de gaz et aller directement le chercher dans une poche, à votre avis qu’est ce qui est le moins couteux ?

          1. Vous n’avez pas compris l’article en lien que vous avez donné vous même !

            « Although it has not had a positive impact on profits lately, Exxon’s natural gas assets may be poised to augment profits and share value as the energy source becomes more prominent and in greater demand. »

          2. Je pense au contraire que c’est vous qui avez mal lu l’article ou qui ne connaissait pas assez le marché… C’est pourtant simple à comprendre pour que le gaz de schiste puisse être concurrentiel dans la production d’électricité par rapport à la concurrence de l’éolien, du charbon ou du nucléaire il faut qu’il soit vendu en dessous de son cout de production, et pour que les compagnies qui l’exploitent puisse gagner de l’argent il faut qu’il soit vendu à un prix qui ne permet pas d’être concurrentiel pour la production d’électricité… Dans les deux cas la thèse de l’auteur originel est invalidé…

            Ca ne veut pas dire que la demande en gaz va diminuer ou que le prix du gaz ne va pas augmenter, mais ça ne sera aucunement par le marché de la production élec à partir de centrale gaz… L’usage du gaz qui va faire monter les prix c’est plutot lié au fait qu’à court terme il s’agit de la seule alternative au pétrole pour le fret routier et maritime et donc qu’un certain nombre de grands acteurs sont en train de préparer leur transition.

          3. Thèse d’ailleurs qui montre encore une fois que les libertariens sont incapables de voir le monde autrement qu’au travers du prisme de la théorie du complot…

          4. Tilleul : « c’est dur pour quelqu’un qui croit encore que tout est lié à l’existence du complot mondial des extraterestres de Roswell  »
            ———————————-
            les extraterestres de Roswell maintenant, mon Dieu, qu’est ce qu’il faut pas entendre. Vous allez nous accuser de quoi d’autre la prochaine fois, de croire que Blanche Neige a vraiment vécu avec les 7 nains ?

            En attendant, toujours pas un début de preuve de vos affirmations stupides sur « Exxon qui s’est pris un bouillon « , « BP a fait pareil : 5 milliard de pertes sur le gaz de schiste », « vendre 2$ un produit qui coute 6$ à fabriquer »…
            Comme dab, quand on lui met son nez dans son caca, Tilleul se débine piteusement en cherchant à noyer le poisson. Quelle surprise venant d’un escrologiste.

            —————————————-
            Tilleul : « (et je ne vous parle même pas du cours de l’action Chesapeake…) »
            —————————————-
            Chesapeake vendu son activité gaz de schiste pour 2 milliards de $. Pour une boîte qui vend pour 3x moins cher que ce qu’il produit (paraît-il, d’après un escrologiste), faut croire que tous les financiers qui l’ont examiné n’ont vu que du feu et que Tilleul & co, vissés sur leur chaise et sans avoir jamais mis le pied sur un seul forage, ont tout compris avant les autres. A moins que, à moins que… Tilleul ait menti comme un goret.
            Qui est dans le vrai et qui a menti, quel dilemne !

          5. Tilleul : « C’est évident que le gaz de schiste ne pourra jamais être moins cher que le gaz d’Algérie, de Russie ou de Norvège, contrairement à ce que prétend l’auteur qui pour le coup est d’une crédulité effarante…
            ——————————————————————————
            Ouais, tellement évident que le gaz coûte 2$/MBtu aux USA où l’on a percé plus d’un million de puits de gaz de schiste et 6$/MBtu en Europe où il y a zéro gaz de schiste !!!
            Et après, c’est le même Tilleul qui nous accusent de croire aux conspirations et de vivre dans le fantasme. Warf, warfff.

          6. @minitax : vous seriez déjà plus crédible si je n’avais pas lu un échange où vous vous faisiez passer pour un expert du pétrole sans savoir que le gars qui vous contredisez était un ancien directeur scientifique d’un institut de recherche sur le sujet (je vous laisse essayer de deviner qui ça pouvait être et où)…

            Mais là en l’occurence c’est encore plus drole parce que vous essayer de contredire à la fois les bilans qui montrent des pertes ET les discours qui annoncent des pertes…

            http://online.wsj.com/article/SB10001424052702303561504577492501026260464.html

            On Wednesday Exxon Chief Executive Rex Tillerson broke from the previous company line that it wasn’t being hurt by natural gas prices, admitting that the Irving, Texas-based firm is among those hurting from the price slump.

            « We are all losing our shirts today. » Mr. Tillerson said in a talk before the Council on Foreign Relations in New York. « We’re making no money. It’s all in the red. »

            Ca fait peut être du mal à votre égo que je prouve encore une fois que vous êtes un gros gogo qui croit tout ce qu’il se racconte sur internet mais la réalité c’est que tout le monde a arrété de forer parce que les actionnaires en ont un peu marre de perdre des milliards et attendent que l’offre s’équilibre avec la demande pour pouvoir commencer à gagner de l’argent…

            La meilleure preuve étant que quand vous dites que le prix du gaz aux USA est à 2$ c’est totalement faux… Le prix est maintenant de 3$ (+50% par rapport à Avril) et continue à augmenter au fur et à mesure que la situation de surcapacité diminue et qu’on se rapproche des couts de production…

            http://www.bloomberg.com/quote/NGUSHHUB:IND

          7. Tilleul : « vous vous faisiez passer pour un expert du pétrole »
            ——————————-
            Oui, oui, je me fais passer pour un expert du pétrole, je crois à un complot d’extraterrestres de Roswell, je ceci, je cela…
            Et vous, avez-vous pris vos médicaments ?

            ————————————————————–
            « Mais là en l’occurence c’est encore plus drole parce que vous essayer de contredire à la fois les bilans qui montrent des pertes ET les discours qui annoncent des pertes…
            http://online.wsj.com/article/SB10001424052702303561504577492501026260464.html »
            ————————————————————–
            On n’a vu aucun bilan, aucun chiffre, vous mentez, encore et encore !

            ——————————-
            Tilleul : « la réalité c’est que tout le monde a arrété de forer  »
            ————————————————————–
            Quelle réalité ? Pour l’instant, vous n’avez montré aucune réalité, aucun chiffre, aucune comparaison, aucune référence, vous vous contentez d’affirmer et de brasser du vent, comme dab.

            —————————————-
            « La meilleure preuve étant que quand vous dites que le prix du gaz aux USA est à 2$ c’est totalement faux… Le prix est maintenant de 3$ (+50% par rapport à Avril) et continue à augmenter au fur et à mesure que la situation de surcapacité diminue et qu’on se rapproche des couts de production… »
            —————————————-
            Le gaz US a été à 2$ pendant plus d’un mois, donc ce que je dis n’a rien de faux. Ce qui est faux, c’est les mensonges que vous débitez à longueur de posts, sur « 5 milliard de pertes sur le gaz de schiste par BP », sur « Exxon qui s’est pris un bouillon », sur « le prix de revient à 6$ du gaz de schiste », sur « l’action de Cheasapeake ». On a la preuve que vous mentez parce qu’à chaque fois qu’on vous demande d’étayez, vous faites le mort ou vous répondez à côté par « on-dit-que » qui ne valent pas un clou.

            D’autant plus que le prix spot du MBTU de gaz ailleurs est bien plus que 6$, par exemple 9$ en GB et en Belgique, et plus de 14$ au Japon :
            http://www.ferc.gov/market-oversight/othr-mkts/lng/2012/02-2012-othr-lng-archive.pdf
            Mais ces prix astronomiques qui démontrent bien que le gaz US, qu’il soit à 2$ ou 3$, est bien au moins 3x moins cher qu’ailleurs, vous n’en parlez pas, parce que ça ficherait en l’air votre stupide propagande anti-gds. De la crapulerie ordinaire typique de l’escrologiste Tilleul quoi : on ne retient que ça qui arrange et on balaye sous le tapis le reste.

            Soit dit en passant, si vous prétendez savoir que « le prix du gaz US continue à augmenter », alors c’est très simple, il vous suffit d’acheter en masse des futures, now. Comme on dit, put your money where your mouth is. Mais vous n’en ferez rien parce que vous n’avez qu’une grande gueule et vos certitudes à 2 balles ne valent pas un clou.
            Comme les abrutis de picquistes qui nous répètent depuis des années que le prix du pétrole va atteindre les sommets, dès qu’on leur demande de prouver qu’ils croient vraiment à leur foutaise, par ex. en pariant à la hausse sur le cours du baril en bourse, il n’y a plus personne.

          8. @minitax :
            Je vous signale que les réserves de stockage de gaz aux Etats Unis sont plein à 78% ce qui veut dire que tout le monde est effectivement en train de stocker…

            On voit au contraire tout les bilans et tous les chiffres et toutes les déclarations sans aucune contestation possibles de BP et Exxon, on voit également les analyses sans aucune contestation possible de Bloomberg, Forbes ou Reuters… Ca vous emmerde parce que pour une fois il vous est impossible d’en appeler au grand complot socialo-marxiste onusien comme quand c’était le new york times qui en parlait l’année dernière mais c’est la réalité… Quand l’offre est très supérieur à la demande, il faut brader en détruisant l’argent des actionnaires ou faire faillite. Votre carte des prix montre qu’effectivement il n’existe aucun marché international du gaz (sinon les prix seraient tous calés sur les prix en Asie) puisqu’il n’y a aucune infrastructure qui permettrait aux Etats Unis d’exporter ses surplus, donc dans ce cas c’est le client qui décide du prix et en l’occurence le prix actuel il est très en dessous du cout de production comme l’a très bien expliqué le PDG d’Exxon.

            Le fait que vous n’ayez réussi à sortir aucun autre argument que « c’est minitax qui est raison contre le monde nananère! » sur un message de 10 lignes montre que je vous ai encore une fois mouché…

      1. Merci beaucoup à Minitaxes d’avoir inventé un mot aussi clair pour exprimer combien les économistes libéraux ne sont en fait que des escrocs, mais
        Minitaxes confond sans doute l’écologie (qui se préoccupe de la préservation de notre environnement quel qu’en soit le coût économique) et de l’escrologie (qui se préoccupe de maximiser ses profits quel qu’en soit les dégâts sur l’environnement et sur les hommes).
        Escrologie … à inscrire au Larousse ou au Robert ;-))

  4. @Tilleul « … L’usage du gaz qui va faire monter les prix c’est plutot lié au fait qu’à court terme il s’agit de la seule alternative au pétrole pour le fret routier et maritime … »

    Alternative à court terme pour le transport routier, et mieux encore, pour le transport maritime ? MiniTax a raison, vous écrivez juste n’importe quoi.

    1. Un jour viendra où, après avoir déglingué notre planète en y faisant des trous, des trous, encore des trous, il n’y aura plus une goutte, plus une mode d’hydrocarbure ….
      Un jour viendra où, nous ne pourrons plus marcher librement sur cette Terre à cause des zones interdites, des zones radioactives, des zones polluées résultats de graves accidents nucléaires, de pollutions de toutes sortes conséquences de l’exploitation des hydrocarbures …
      Ce jour là, on se tournera enfin vers les énergies renouvelables, les ingénieurs ingénieux trouveront les solutions pour palier à la variabilité de ces énergies, la société changera radicalement, on réapprendra à utiliser notre corps plutôt que des prothèses mécaniques motorisées, on ne vivra plus dans la facilité vantée par la pub, mais nous serons plus heureux, plus sereins … Et nous penserons avec regret que nous aurions du abandonner depuis longtemps ces énergies fossiles du diable qui laissent des traces indélébiles sur la terre, dans l’eau, dans l’air … Nous aurons enfin compris, un peu tard que le libéralisme économique a failli nous mener à notre perte.

      1. Mais oui, c’est ça :
        Le monde merveilleux et féerique d’écologia, c’est pour bientôt… Avec son potager enchanté qui apporte abondamment de la nourriture bio à tous les êtres de la planète, son champ d’éoliennes magiques qui fournit indéfiniment de l’énergie gratuite à tout le monde, et sa source inépuisable d’eau fraîche et potable accessible à tous…
        Il n’y a pas de guerres, pas de conflits, pas de haine dans le monde d’écologia… juste de l’harmonie, des fleurs, des arcs-en-ciel et beaucoup d’amour…

        Mais pas besoin d’attendre un jour qui n’arrivera jamais ; une pipe et un caillou de crack, et hop, vous y êtes déjà…

        Voilà quelque chose pour accompagner votre prochain trip :
        http://www.youtube.com/watch?v=35XnoaV3OUQ

      2. Abus de Rozé à écrit: « Et nous penserons avec regret que nous aurions du abandonner depuis longtemps ces énergies fossiles du diable »

        Vous voulez dire LES AUTRES auraient du abandonner cette énergie du diable. Parce que c’est bien parce qu’il existe des milliards de petit rozé qu’on fait des trous dans la terre pour les satisfaire.

        Et pour l’instant pour satisfaire ces milliards de rozé il n’y à absolument aucune autre solution. Pensez bien que si on avait une solution qui ne coute pas un pont (donc le rozé ce retrouverait avec 1/4 de son niveau de vie) on l’aurait déjà appliqué.

        « on réapprendra à utiliser notre corps plutôt que des prothèses mécaniques motorisées, on ne vivra plus dans la facilité vantée par la pub »

        Vous vous droguez ou c’est un abus de « Martine au pays enchanté » !?

        Il est très bien notre monde, vous avez 1000 fois plus que tout nos ancêtres ont eu de tout temps (ça n’a changé qu’a la révolution industrielle) et vous pleurez comme une sous-merde parce que vous n’arrivez pas à changer de chaine pendant la pub ou que votre voisin manchot arrive enfin à boire tout seul. Un peu de respect pour nos ancêtres.

        « Nous aurons enfin compris, un peu tard que le libéralisme économique a failli nous mener à notre perte. »

        LOL le crevard qui pleure la bouche pleine ! Mais votre monde idéal est à votre portée mon vieux, un bout de terre sans électricité, quelques arbres, une cahutte, une source pas loin et à vous les joies de la vie simple et saine.

      3. On ne peut pas produire en continu avec des renouvelables aujourd’hui. Ca n’est pas possible. Ce que vous proposez c’est concrétement, des coupures d’électricité incessantes. Même les défenseurs offciciels de votre idéologie le reconnaissent :

        http://www.contrepoints.org/2011/03/04/15832-vous-allumerez-la-lumiere-quand-il-y-aura-du-courant

        Vous avez déjà résidé dans un pays où il y a sans cesse des coupures d’électricité ? Vous avez une idée ce que c’est que de travailler et de vivre, et la santé, et la sécurité, dans un tel contexte ?

        1. Mon chauffe-eau électrique se met en marche uniquement quand il y a du courant pendant les heures creuse et je n’ai pourtant jamais eu de coupures d’électricité…

  5. @Moaaa

    J’ai dit: « Vous croyez réellement que la somme des libertés individuelles est assez vertueuse pour conduire l’humanité sur la bonne voie ? Il n’en est rien, tant que le Tout Pour Ma Gueule sera rendu possible et même glorifié par le libéralisme ! »

    Vous: Oui je le crois vraiment. Et au delà des beau discours, le tout pour ma gueule est de votre côté.
    Moi: vous faites sans doute un parallèle avec le mouvement brownien dans un gaz ? Il arrive que les molécules du gaz aillent toutes dans la même direction, mais sous l’effet d’une force extérieure ! Il arrive que la vitesse des particules diminue ou bien augmente; ceci se traduit par la température du gaz, une mesure au final si grossière par rapport à chaque molécule du gaz !

    J’ai dit: « Comment pouvez vous prétendre que chacun est payé de manière juste pour sa contribution ? »

    Vous: C’est quand la dernière fois que vous avez bossé sans toucher votre salaire?
    Moi: hors sujet: le fait de recevoir ou non un salaire ne signifie pas que ce salaire est juste

    Vous: Ceci-dit vous avez raison. On ne touche pas ce qu’on mérite, parce qu’on est pas libre de négocier son salaire avec son patron, l’état (donc la collectivité) nous en empêche. Il s’agit là d’une ingérence inacceptable de l’état dans les libertés individuelles.
    Moi: seriez vous utopiste, pour le coup ? Et même si c’était possible, comment voulez vous qu’un salarié impose un montant salarial à son patron quand il y a trop de chômage et que ce patron peut ‘choisir’ très facilement ? En reprenant votre logique: la liberté individuelle du patron est énorme, celle du salarié est très faible. Cette inégalité flagrante rend donc le contrat entre employeur et employé complètement inégalitaire. D’autre part puisque le patron a besoin d’employés pour produire ou vendre et que de même l’employé a besoin d’un patron qui le rémunère, ne serait-il pas équitable qu’il n’y ait pas de différence de rémunération finale entre eux ?

    J’ai dit: »et pourtant les actionnaires sont mieux rémunérés que les travailleurs/ingénieurs »

    Vous: Non. Un actionnaire n’est pas rémunéré, il gagne ou perd selon que le cours de l’action monte ou baisse, et contribue à la capitalisation de l’entreprise. Si vous croyez que l’actionnaire est mieux rémunéré que le salarié, allez-y, faites-vous actionnaire. Mais vous allez vite déchanter.
    Moi: ne jouons pas sur les mots; s’il est vrai que le petit actionnaire a peu de chances de faire un gain, avouez que les gros actionnaires ont bien plus de chances d’obtenir un gain de part leur position dominante et sans parler des délits d’initiés.

    J’ai dit: « Les économies d’échelle ne sont peut être pas la panacée. Leur intérêt est purement financier; »

    Vous:Non, un autre de leurs intérêts est d’économiser des ressources. C’est ce que vous préconisez pourtant, non? »
    Moi: la relocalisation d’activités n’implique pas le gâchis de ressources, bien au contraire; en effet, localement, à petite échelle, chaque entité sera consciente des prélèvements qu’elle effectue dans ses ressources locales; elle aura donc tendance à ne prélever que ce dont elle a besoin pour vivre décemment (on est bien loin du modèle actuel qui incite à consommer toujours plus quitte à endetter les gens). De plus cette entité cherchera à être le plus auto suffisante possible et recourra à minima aux ressources extérieures non locales.

    J’ai dit: »une multitude de petites entités, sans doute moins efficaces techniquement et financièrement, est pourtant préférable parce que ces entités restent proches des gens. »

    Vous:Non, car elles sont moins efficaces. Autrement dit, elles produiront moins avec plus.
    Moi: la moindre efficacité au sens financier n’a aucune importance rapportée au bien être social des gens (qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le confort ou la facilité).

    J’ai dit: »Donc la motivation des gens est meilleure; »

    Vous:Non, car leur gain est moins grand.
    Moi: hors sujet, ce n’est pas le gain qui motive, c’est le plaisir de vivre !

    J’ai dit: »la moindre efficacité a un corolaire important: plus d’emplois »

    Vous:Non, plus d’emplois moins productif, donc, au final, moins de création de richesse, économie qui tourne au ralentit, et au final, moins d’emplois.
    Moi: toujours hors sujet; l’individu normal ne recherche ni le gain, ni la richesse mais le plaisir de vivre !

    J’ai dit: »de petits emplois peu spécialisés et sans doute accessibles au plus grand nombre. »

    Vous:Non plus, car avec le smic, ces emplois ne seront pas rentables, donc pas proposés. Et sans le smic, ils créeront des légions de travailleurs pauvres, qui auront bien du mal à survivre.
    Moi: rien à voir avec le smic ! ce sont ces petits emplois non rentables selon vous, qui sont en fait les plus utiles au jour le jour ! Je pense à la personne qui aide à vivre une personne âgée, je pense à la personne qui garde sur un coin de rue un petit parc de vélos (pas besoin de locaux surveillés, de verrous électroniques dans ce cas), je pense à tous les petits services que l’on peut rendre à son prochain pourvu qu’on dispose d’une marge de temps libre, …

    J’ai dit: « C’est en vertu du facteur d’échelle que l’on a concentré les établissements scolaires et diminué leur nombre »

    Vous: Non, c’est en vertu de décision administratives bancales. Si l’école était libre, des écoles apparaitraient spontanément là ou on en aurait besoin. Tout bêtement parce qu’il y aurait de l’argent à se faire en les ouvrant.
    Moi: ne faites pas l’âne ! vous savez très bien que même les administrations françaises, de part la formation reçue (ENA entre autres), sont sensibles au discours libéral, à la notion d’échelle, aux économies réalisables par la centralisation. Et que l’école soit libre ou privée n’a rien à voir; l’une comme l’autre sont soumises au même modèle économique, modèle qui chiffre tout sans égard à l’humain.

    J’ai dit: »Or n’est ce pas ce plan humain qui doit être notre crédo ? »

    Vous:C’est le notre, mais je ne pense pas que ce soit le votre. D’ailleurs, vous dites clairement que les hommes ne doivent pas être libres.
    Moi: désolé de vous contredire, mais le modèle libéral que vous prônez s’accomode très bien des énormes inégalités entre les gens; ce modèle trouve même normal d’exploiter ces inégalités et n’hésite pas à mettre en concurrence la main d’oeuvre locale avec la main d’oeuvre très lointaine pour la sacro sainte raison du profit maximal; mais ce faisant, ne comprenez vous pas que vous faites fi du plan humain ?
    Qui plus est, ce modèle court à sa perte car les appauvris en grand nombre deviennent incapables d’acheter et donc de soutenir le marché. C’est pourquoi, depuis quelques dizaines d’années déjà, on encourage ces appauvris à emprunter toujours plus !

    J’ai dit: »A quoi nous servent toutes ces techniques si elles nous empoisonnent la vie ? A quoi nous servent toutes ces libertés individuelles si au final nous ne pouvons pas en jouir ? »

    Vous:A rien. Mais ça tombe bien, les techniques ne nous pourrissent pas la vie, elle la rende plus agréable, et nous pourrions jouir de nos libertés, si l’état et des gens comme vous ne cherchaient pas à nous les retirer.
    Moi: les techniques, le progrès comme dirait mon vieil oncle, c’est extra, c’est merveilleux. Cela a été vrai jusqu’à un certain niveau: Avoir chaud dans tout son logement, c’est mieux que de ne chauffer que dans une pièce et de se contenter d’une brique chaude pour réchauffer son lit ! Oui, mais si ce progrès apparent signifie toujours plus de chauffage, donc toujours plus de pollution et de risques environnementaux, il faut se poser la question: est-ce bien raisonnable, ce ‘Toujours plus’ ? De plus, tous les hommes sur Terre n’ont pas accès à ce même niveau de confort. Est-ce acceptable ? Je ne crois pas, ce qui démontre du même coup que ces techniques, ce progrès ne peuvent plus être considérés comme positifs ou bénéfiques. Un autre exemple dans les transports: nous sommes tellement habitués à prendre un véhicule commun ou particulier motorisé pour nous déplacer que nous ne savons plus marcher longuement. Du coup, nous sommes sujets à des maladies qui sont la conséquence de l’atrophie de nos muscles, de la réduction de notre volume thoracique ! A vouloir nous distinguer du monde animal, nous devenons fragiles; normal puisque nous perdons notre adaptation au monde réel dont nous sommes issus. Et quand je vois certains d’entre nous qui font la course en vélo le dimanche alors qu’ils sont dans les embouteillages bien au chaud dans leur petite auto personnelle, je me marre, je me marre … mais un peu jaune tout de même car je suis dans le même bateau !
    Comprenez moi bien: je ne suis pas contre la technologie, contre ce qu’on appelle pompeusement le progrès, mais je suis délibérément contre une idéologie qui par ses effets nuit de plus en plus à la vie et à l’homme.

    1. « mais je suis délibérément contre une idéologie qui par ses effets nuit de plus en plus à la vie et à l’homme. »

      Bah non, vous en profitez sans avoir même l’once d’une amorce d’intention de changer, d’aller à pied, de tirer votre eau du puits et de ne pas utiliser l’électricité.

      Vous êtes une baudruche, une outre vide gonflée uniquement de grand principes creux.

      Si ça nuisait autant que ça vous auriez déjà changé et des millions de gens avec vous.

      1. @Ilmryn: Technique classique de désinformation: vous insultez le contradicteur, vous dites tout et n’importe quoi sans aucune once de réflexion sensée. Merci de votre réaction simpliste qui ne peut abuser que des gens simples.

        1. « vous dites tout et n’importe quoi sans aucune once de réflexion sensée. »

          lol !

          C’est une logique éblouissante qui n’échappe qu’a toi: Tu gueule sur la vie moderne mais tu t’en goinfre à mort et tu n’a pas une once d’intention de début de commencement de changer.

          Grosse information pour toi: c’est la multiplication de petit rozé tout pareil que toi qui consomme 10’000 millions de tonnes équivalent pétrole par année par quelques salaud de cinéma qui ont décidé la perte du monde.

          Tout pareil, une bonne partie trouve aussi qu’on devrait faire quelques chose mais ils font comme toi : blabla /ineptie/blabla -> rien !

          En parlant de simplet faut vraiment avoir une culture proche du zéro absolu pour balancer des visions aussi romantiquement débile sur le passé.

        2. L’absence de réflexion sensée, on la trouve exclusivement dans votre prose.
          Ilmryn a plutôt raison lorsqu’il parle de principes creux.
          Effectivement, on se demande toujours ce que peut signifier « plaisir de vivre ».
          On se rend compte que votre définition de « liberté individuelle » est largement fausse.
          On se demande quelles sont vos critères distinguant les bonnes technologies (ordinateur « polluant » avec lequel vous postez vos débilités ; éoliennes qui je rappelle, ont un impact négatif sur la population d’oiseaux…) des mauvaises (voitures ; centrales nucléaires…).
          On se demande aussi pourquoi le fait de posséder une voiture serait incompatible avec une vie saine et active par le sport. Et c’est vrai qu’on a tous le temps et l’énergie de faire toujours notre trajet maison-boulot à pied ou en vélo : les enfants, leurs activités respectives, les distances importantes… des contraintes qui n’existent pas, c’est ça ?
          On constate également que vous ignorez tout des réalités économiques : que ça soit le fait que d’un point de vu macroéconomique, les offreurs s’adaptent toujours à n’importe quel partage de la valeur ajoutée ; ou le fait que la performance (sens comptable du terme) bénéficie à toutes les parties prenantes de l’entreprise…

          Bref… Et surtout, on se demande comment vous allez motiver vos « ingénieurs ingénieux » pour trouver des « solutions » si vous considérez que leur travail vaut autant que celui d’un auxiliaire de vie.
          L’existence de niveaux de compétences exigés très différents entre les individus ne vous vient pas à l’esprit pour justifier les écarts de revenus ?
          Pourquoi un chirurgien ferait de longues études difficiles si c’est pour avoir les mêmes revenus et la même reconnaissance sociale qu’un brancardier… ?

          Enfin, c’est marrant de vous voir utiliser certains concepts économiques(sans les comprendre pour autant) et ensuite les dénigrer car soi-disant, ils n’auraient aucun égard pour l’humain.

          Mais je vous l’accorde, votre modèle socialo-écolo-collectiviste peut nous rendre heureux et sereins puisqu’il provoquera notre mort.

    2. @Rozé:

      « J’ai dit: »Donc la motivation des gens est meilleure; »

      Vous:Non, car leur gain est moins grand.
      Moi: hors sujet, ce n’est pas le gain qui motive, c’est le plaisir de vivre ! »

      Désolé, mais vous avez tord. Les gens ne sont pas comme vous dites. cherchent à atteindre leurs objectifs, quels qu’ils soient. Ils sont tous différents. S’ils étaient comme vous dites, alors l’argent, et l’échange mutuel qu’il symbolise, serait inutile. Si ça ne vous fait pas plaisir, tant pis pour vous.
      « Une bonne partie de la population ne fait aucun effort de réflexion, et ce n’est pas parti pour s’arranger. Alors ou bien on lutte pour une cause perdue et on y perd sa santé, ou bien on essaie de prendre les choses comme elles sont et de s’y faire. »
      Frank Zappa.

      « Moi: la relocalisation d’activités n’implique pas le gâchis de ressources, bien au contraire; en effet, localement, à petite échelle, chaque entité sera consciente des prélèvements qu’elle effectue dans ses ressources locales; elle aura donc tendance à ne prélever que ce dont elle a besoin pour vivre décemment (on est bien loin du modèle actuel qui incite à consommer toujours plus quitte à endetter les gens). De plus cette entité cherchera à être le plus auto suffisante possible et recourra à minima aux ressources extérieures non locales. »

      Ridicule. Soit vous obligez les gens à ne produire QUE localement, et vous êtes en URSS, avec l’administration délirante qu’il faut pour ça, soit vous ne le faites pas, et les gens se remettront à échanger à grande échelle, tout comme avant, parce qu’ils ont tout à y gagner. Tout simplement parce que ça économise des ressources tout en partageant mieux les tâches.

      « Oui, mais si ce progrès apparent signifie toujours plus de chauffage »

      Conneries. Quand on a assez chaud on coupe le chauffage.
      Sans compter que la meilleur manière d’économiser des ressources sur le chauffage est de regrouper les gens dans de très grandes villes, encore pour des histoire d’économies d’échelles. Ce qui est impossible avec votre idée à la con de produire localement.

      « désolé de vous contredire, mais le modèle libéral que vous prônez s’accomode très bien des énormes inégalités entre les gens; »

      Jusque là vous ne me contredisez pas. Le libéralisme creuse énormément les inégalités. Mais il est le seul système apte à sortir les gens de la pauvreté.

      « ce modèle trouve même normal d’exploiter ces inégalités »

      Le modèle n’exploite rien. C’est le seul modèle, au contraire, qui combat vraiment toute forme d’esclavage. Contrairement, par exemple à ce que vous proposez.

      « et n’hésite pas à mettre en concurrence la main d’oeuvre locale avec la main d’oeuvre très lointaine pour la sacro sainte raison du profit maximal; »

      Et après? Ce n’est qu’en produisant qu’on peut consommer. Produire moins cher, c’est consommer moins cher. Le libéralisme est le seul système dans lequel le consommateur est le grand gagnant à la fin.

      « mais ce faisant, ne comprenez vous pas que vous faites fi du plan humain ? »

      Non. Ce faisant, on augmente énormément le pouvoir d’achat. C’est à dire la quantité de services qu’un individu quelconque peut retirer de la société en échange des services qu’il a rendu. Produire plus avec moins, c’est la seule manière de se soucier vraiment de l’humain. Car c’est permettre à chacun d’avoir les moyens d’atteindre ses propres fins, contrairement à votre système qui cherche à transformer tous les autres en moyens d’atteindre VOS propres fins, que je suppose, du reste, assez inavouables.

      « Qui plus est, ce modèle court à sa perte car les appauvris en grand nombre deviennent incapables d’acheter et donc de soutenir le marché. C’est pourquoi, depuis quelques dizaines d’années déjà, on encourage ces appauvris à emprunter toujours plus !  »

      Non. Le libéralisme les enrichirait au contraire. Mais quelle importance pour vous, puisque vous nous expliquer depuis tout à l’heure que l’argent n’est pas important?

      « ne faites pas l’âne ! vous savez très bien que même les administrations françaises, de part la formation reçue (ENA entre autres), sont sensibles au discours libéral, à la notion d’échelle, aux économies réalisables par la centralisation. Et que l’école soit libre ou privée n’a rien à voir; l’une comme l’autre sont soumises au même modèle économique, modèle qui chiffre tout sans égard à l’humain. »

      N’importe quoi. L’état est la seule structure qui peut se permettre d’ouvrir des écoles n’importe ou sans qu’il soit nécessaire qu’elles soit rentables, ou même efficace. De toute façon le contribuable payera. Et si l’état était sensible au discours libéral, comme vous dites, il privatiserait, et arrêterait de foutre la merde partout. Alors vous soutenez l’humain? Ne me faites pas rire! Votre discours est esclavagiste au dernier degré. Il y’a du Staline chez vous!

      « Comprenez moi bien: je ne suis pas contre la technologie, contre ce qu’on appelle pompeusement le progrès, mais je suis délibérément contre une idéologie qui par ses effets nuit de plus en plus à la vie et à l’homme. »

      Alors, ça doit vous faire bizarre d’être contre votre propre système. Ou bien peut-être êtes-vous un menteur, comme tous vos maîtres à penser?

  6. A lire calmement et qui donne à réfléchir sur notre avenir …

    Les dégâts du progrès. C’est le titre que la CFDT avait choisi dans les années 1970 pour montrer les limites d’une conception du progrès fondée sur le productivisme et la croyance quasi religieuse dans les vertus de la technique.

    En ce sens, elle ne faisait que reprendre les analyses prémonitoires de Jacques Ellul dans La Technique ou l’enjeu du siècle, datant de… 1953. Un demi-siècle plus tard, force est de constater que cette conception archaïque du progrès, appliquée à un monde aux ressources limitées et vivant au-dessus de ses moyens, est encore dominante chez nos élites politiques, scientifiques et faiseuses d’opinion. Les derniers exemples en date nous viennent du Monde (des 18 et 26 juillet), à coups de reportages et d’éditoriaux consacrés à l’exploitation des gaz de schiste.

    Le sujet est emblématique pour tous ceux qui se battent sur cette planète pour un changement de nos modes de vie et de production, et qui réclament la fin de notre dépendance au pétrole, conventionnel ou pas.

    Il faut attendre le 27 juillet pour découvrir dans Le Monde un article plus critique, révélant que le professeur de l’Université d’Austin (Texas) qui avait minimisé l’impact de l’exploitation des gaz de schiste sur l’environnement et la santé, est en fait  » membre du conseil de direction et actionnaire de PXP, une société de forage spécialisée dans les gaz de roche  » !

    Il a fallu toute l’opiniâtreté d’une ONG environnementale pour débusquer cette vérité peu reluisante que l’administration américaine s’employait à dissimuler. De l’amiante aux organismes génétiquement modifiés, des pesticides au Mediator, nous ne sommes pas surpris de ces connivences entre scientifiques vénaux et industriels prêts à tout pour augmenter leurs profits, y compris à saccager notre planète.

    Car la question est bien celle-ci : au nom de notre voracité et de notre addiction au pétrole, sommes-nous prêts à assumer devant les générations futures la destruction massive de notre environnement et tous les dégâts collatéraux qu’elle induit en termes de santé, de mode de vie, de production de gaz à effet de serre ? Quand la planète est à bout, doit-on s’obstiner à défendre une idée du  » progrès  » qui peut être criminelle, ou proposer un autre modèle de société, sobre, juste, solidaire, plus humain ? Que serait un  » débat  » sur l’exploitation des gaz de schiste, si ce n’est une occasion de plus de cautionner une logique infernale inscrivant le destin de nos sociétés dans la dépendance à l’or noir ? Comme s’il n’existait pas d’autres voies.

    Après tout, quand l’humanité est passée de l’âge de pierre à l’âge de fer, ce n’est pas par manque de pierres, mais parce que son mode de vie avait évolué. La question qui se pose aujourd’hui n’est pas de savoir si nous manquons ou pas de réserves pétrolières, mais de sortir de cette dépendance qui ne cesse d’accumuler les dégâts environnementaux et humains. Savoir que notre sous-sol possède d’énormes réserves de gaz de roche ne doit donc pas nous obliger à les exploiter, quels que soient les progrès techniques.

    Ce n’est pas la technique qui doit s’imposer aux sociétés humaines, mais l’homme qui doit en garder la maîtrise. A défaut, il choisit la  » servitude volontaire  » (La Boétie) ou se trouve condamné à la  » honte prométhéenne « , autre nom donné à la fuite en avant et au délire de puissance par le philosophe allemand Günther Anders. En ce sens, l’éditorial du Monde est fondé à dire qu’il s’agit d’un problème moral, philosophique et politique…

    Mais les écologistes ont démontré à maintes reprises que les pétroliers, les semenciers, l’agro-industrie, les lobbies de la chimie, de la pharmacie ou du nucléaire se fichent comme d’une guigne de ces questions.

    Ils les considèrent, au mieux comme secondaires, au pire comme nuisibles, et leurs moyens de pression sur les politiques sont, pour l’heure, plus efficaces que les mobilisations citoyennes. Il suffit pour s’en convaincre de considérer le combat de la société civile japonaise contre le nucléaire. Jamais il n’avait pris une telle ampleur, pourtant Tepco – compagnie d’électricité japonaise gérant la centrale de Fukushima – et le gouvernement continuent à mentir et rouvrent des centrales sur des failles sismiques très actives.

    Quoi qu’en pensent nos élites et de nombreux politiciens conservateurs – il n’en manque pas à gauche sur ces sujets -, le  » progrès  » n’est plus dans les vieux pots des  » trente glorieuses  » et de l’ère de l’opulence. Nous sommes à la fin d’un cycle. Il est temps de changer le logiciel et d’affirmer haut et fort que gaz de schiste et autres ressources fossiles ne seront pas les  » nouvelles frontières  » de notre monde en mutation.

    Noël Mamère

    Député Europe Ecologie-Les Verts de Gironde

    1. « au nom de notre voracité et de notre addiction au pétrole, sommes-nous prêts à assumer devant les générations futures la destruction massive de notre environnement »

      Mamère et Rozé-de-provence le font bien puisqu’ils n’ont quasi rien changé à leurs mode de vie. Pourquoi les autres agiraient-ils autrement ?

      Le reste c’est du bullshit complet un mélange entre Martine-et-les-autres-très méchant-pollueurs, un Mantra et une prière en latin.