Nette hausse du chômage en France

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Le chômage a fortement augmenté en juin en France, poursuivant sa hausse pour le quatorzième mois consécutif.

Selon le ministère du Travail et Pôle emploi, la dégradation a de nouveau particulièrement touché les personnes les plus jeunes et les plus âgées, mais moins les chômeurs de longue durée que ceux inscrits depuis moins d’un an. Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (ceux n’ayant exercé aucune activité) a augmenté de 23.700 (+0,8%) le mois dernier en France métropolitaine par rapport à mai pour s’établir à 2.945.800. Ce total est le plus élevé depuis août 1999. Sur un an, la progression en catégorie A est de 7,8%.

En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi progresse de 1,1%, soit 48.400 personnes de plus, pour atteindre 4.395.500 (+6,9% sur un an). Ce nombre est le plus élevé des statistiques fournies par le ministère, qui remontent à janvier 1996. Avec les départements d’Outre-mer, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B et C est de 4.670.900.

Comme en mai, les plus jeunes et les plus âgés ont été les plus touchés. Le nombre de personnes âgées de moins de 25 ans a ainsi augmenté de 1,4% en catégorie A (+5,9% sur un an) et de 1,7% en A, B, C (+5,1% sur un an). Le nombre de personnes âgées de plus de 50 ans a progressé de 1,4% en catégorie A (+15,9% sur un an) et de 1,5% en A, B, C (+14,6% sur un an).

Contrairement aux mois précédents, la dégradation n’a pas particulièrement touché les chômeurs de longue durée (ceux qui sont inscrits depuis un an ou plus). Leur nombre progresse ainsi de 0,2% en catégories A, B et C (+7,7% sur un an), alors que le nombre de personnes inscrites depuis moins d’un an augmente de 1,7% (+6,4% sur un an).

Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail publié début juin par l’Insee était de 9,6% en France métropolitaine à la fin du premier trimestre, en hausse de 0,3 point, et de 10% avec les départements d’outre-mer (+0,2 point). Des économistes s’attendent à la poursuite de la hausse du chômage tant que la croissance ne redémarrera pas de façon significative.

Laisser un commentaire

  1. Il doit y avoir une erreur de calcul. Comment le chômage pourrait-il être en hausse alors que nous disposons désormais (enfin!) d’un Ministère du Redressement Productif ?! A moins que la réalité ne soit encore une fois fausse…