Les ravages de la pensée magique

Publié Par Frédéric Wauters, le dans Politique

La dernière proposition émise par la ministre française Najat Vallaud-Belkacem à propos de la prohibition de la prostitution met en lumière une évolution inquiétante de notre société : une foi aveugle en la pensée magique. Si nous n’y prenons pas garde, les bonnes intentions des politiciens et des média nous paveront un enfer dont nos sociétés ne se remettront pas.

Par Frédéric Wauters, depuis la Belgique.

De tous temps, des personnalités plus ou moins éclairées ont tenté de rendre l’homme meilleur. Certains ont choisi la persuasion : ils ont prêché la bonne parole, écrit des livres, tenté de recruter un maximum de disciples. Parfois, leur succès a été phénoménal. Parfois, leur public est resté assez confidentiel. D’autres ont choisi la voie légale. Mais pour bien l’utiliser, il convient de se rappeler qu’elle a ses limites.

Punir la transgression

Homo homini lupus, disaient déjà les Romains. Afin de permettre la vie en société, un certain nombre de lois ont vu le jour. Leur objectif principal ? Faire en sorte que celui qui enfreint les règles de la vie en société soit puni, et, dans le meilleur des cas, sa victime – ou ses ayants-droit – correctement indemnisée. Prenons par exemple le Code de Hammourabi, en vigueur dans la Babylone antique, et un des premiers textes légaux connus. Il prévoyait que si la maison construite par un architecte était mal conçue et s’écroulait sur son occupant, l’architecte serait mis à mort. Si l’occupant n’était pas tué, l’architecte devait remplacer tous les biens détruits et reconstruire la maison – correctement, cette fois – à ses propres frais. Inutile de dire que les effondrements d’immeubles étaient assez rares dans la Babylone antique.

L’esprit des lois

Notons bien, car c’est important, que le roi Hammourabi n’a jamais imaginé faire disparaître totalement la malhonnêteté ou la négligence des architectes. Il s’est contenté de faire en sorte que ces comportements socialement inacceptables soient sévèrement punis et les victimes indemnisées. Cet esprit a continué pendant longtemps à animer le travail des législateurs. Aucun parlementaire n’a jamais imaginé, en promulguant des lois réprimant les hold-ups, que les bandits arrêteraient tout simplement de tenter de s’emparer du fruit du labeur des honnêtes commerçants. Ils se sont contentés d’établir par une loi qu’une vie en société harmonieuse requiert que personne ne tente de dépouiller son prochain – que ce soit par la force ou la ruse, d’ailleurs – et de punir ceux qui oseraient transgresser cette règle.

En clair, l’esprit des lois a longtemps cherché à faire en sorte d’établir des règles de vie en société et des pénalités pour qui oserait les transgresser sans vouloir imposer le respect d’une morale.

Le désastre de la Prohibition

Malheureusement, lorsque des impératifs moraux viennent perturber l’action du législateur, les lois ainsi votées ont des conséquences désastreuses pour la société. Prenez par exemple la Prohibition aux États-Unis. Instituée en  1919 par le vote du 18ème Amendement, puis du Volstead Act, elle perdurera jusqu’en 1933. Il suffira de ces 14 années pour assister à un développement sans pareil du crime organisé aux États-Unis. La production et la distribution d’alcool étant devenues illégales, la Mafia s’est en effet emparée de ce juteux marché, avec les conséquences que nous connaissons. Cette expérience désastreuse n’aura manifestement servi de leçon à personne, puisqu’en 1936, les États-Unis font partie des pays signataires d’une convention sur la suppression du trafic de stupéfiants. Aujourd’hui, le trafic de drogue est aux mains d’organisations criminelles. Leurs activités clandestines brassent chaque année des milliards de dollars, coûte d’autres milliards aux contribuables, et détruit la vie de millions de personnes à travers le monde. Et la perspective d’éradiquer l’usage de la drogue est aujourd’hui tout aussi chimérique, si pas plus, qu’en 1936.

Le fantasme de la pensée magique

La différence entre ces lois et celles criminalisant le hold-up est une question d’intention : l’objectif du législateur n’est pas de permettre la vie en société, mais bien d’éradiquer un comportement jugé contraire à la morale. Mais juger un acte immoral et souhaiter sa disparition ne suffit hélas pas à le faire disparaître. Croire qu’une loi peut, d’un seul coup, faire disparaître un comportement qui nous dérange relève de la pensée magique. Un peu comme le petit enfant qui s’imagine que s’il ne marche pas sur les jointures des pavés, son vœu sera exaucé. De telles lois n’arrivent ainsi jamais à la fin que leurs promoteurs affirment rechercher. Par contre, elles créent ou exacerbent d’autres problèmes connexes. Nous avons déjà évoqué les conséquences dommageables de la prohibition. Prenons l’exemple du racisme, que le législateur a décidé d’éradiquer : depuis le vote de lois sanctionnant les propos racistes (ou antisémites, révisionnistes…), le racisme n’a nullement diminué. Notre société est même devenue globalement plus intolérante et communautariste qu’avant. Logique : la tolérance ne se décrète pas, elle est le résultat de la somme des efforts individuels.

Le fantasme du « plus jamais ça »

La tendance à voter de telles lois est malheureusement croissante. Une autre cause importante en est l’incapacité grandissante des média et de l’opinion publique à refuser la fatalité de hasards malencontreux. Quand un malheur arrive, ils sont nombreux aujourd’hui à exiger une loi « pour que ça ne se reproduise plus ». Et les politiciens, soucieux de ne pas perdre de voix, se plient à ces exigences. Récemment, un autocar transportant des enfants belges revenant des sports d’hiver s’est écrasé contre un mur dans un tunnel. À l’heure d’écrire ces lignes, la cause du sinistre n’est pas encore connue, mais les explications avancées dans les premières heures ont en tout cas été infirmées : le chauffeur n’avait pas bu, le bus était bien entretenu, les temps de repos avait été respectés (en fait, le chauffeur venait justement de « relever » son collègue). Sans doute ne saura-t-on jamais le fin mot de l’histoire. Distraction fatale ? Malaise ? En attendant, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer diverses mesures de sécurité qui n’auraient plus que probablement pas empêché l’accident. Dans de nombreux cas, hélas, ces demandes sont à l’origine de lois mal ficelées, et qui, sous prétexte d’éviter quelques événements peu fréquents, prennent en otage toute une population. Prenez le règlement européen sur la sécurisation des prises de courant : la mort de quelques enfants auront suffi à rendre obligatoire les prises « de sécurité » et à interdire les autres. Résultat : dans tous les bureaux du monde – généralement peu fréquentés par les enfants – des employés luttent chaque jour pour enfoncer des fiches dans des prises.

À force de légiférer à tout crin pour créer un monde parfait, non seulement nous nous perdons dans un fantasme irréalisable mais surtout nous créons au passage une société absurde et liberticide où il ne fera pas bon vivre.

—-
Publié initialement sur 24hgold.com le 12.07.2012.

Laisser un commentaire

  1. « l’objectif du législateur n’est pas de permettre la vie en société, mais bien d’éradiquer un comportement jugé contraire à la morale.  »

    Attention : la principale motivation affichée est de protéger les prostitués et prostituées. Et vu les conditions de vies des prostitué(e)s d’abattage (le gros de l’activité, car les call girls de luxe et les escort girls ou boys sont un marché marginal), c’est assez compréhensible.

    1. « des prostitué(e)s d’abattage : (le gros de l’activité, car les call girls de luxe et les escort girls ou boys sont un marché marginal) »
      Affirmation gratuite sans cesse répétée. La prostitution sur internet qui n’est ni de luxe ni de la « prostitution abattage » est loin d’être marginale. Les associations et la police sont victime d’un biais vu que la prostitution qui ne pose pas de problème de racolage ou de violence échappe largement à leur vigilance.

      1. « La prostitution sur internet qui n’est ni de luxe ni de la « prostitution abattage » est loin d’être marginale. »

        Je précise donc : « des prostitué(e)s d’abattage : (le gros de l’activité identifiée, car les call girls de luxe et les escort girls ou boys sont un marché marginal )

  2. La morale des curé débitée par des socialistes, quel renversement des valeurs ! La morale est la plus grande ennemie de la Liberté, on ne s’en souvient pas ?!
    Et bien évidemment on ne traite pas les raisons qui poussent à aller aux putes ou à fumer du chichon… Les seuls qui ont droit à des plaidoiries pour leurs différences, c’est les homos et les immigrés avec leur sous-culture islamique… Les autres vous êtes coupables sans appel !

    1. C’est une question de priorité entre les deux notions.

      « La morale des curé débitée par des socialistes, quel renversement des valeurs ! La morale est la plus grande ennemie de la Liberté, on ne s’en souvient pas ?! »
      C’est vrai si la morale passe avant la liberté.
      Si la liberté passe avant la morale, c’est différent. Dans ce cas, la liberté est ce qui permet le développement de la morale par le jeu de la concurrence.

      La morale officielle, obligatoire, est l’ennemie de la liberté et, paradoxalement, de la morale. Elle est donc immorale par nature.