Le vrai bilan de Barack Obama

Publié Par David Boaz, le dans Amérique du Nord

Quel est le bilan de Barack Obama ? À part avoir tué Oussama ben Laden, il ne trouve lui même pas grand chose… Heureusement, nous allons l’aider.

Par David Boaz, depuis les États-Unis.
Article publié en collaboration avec le Cato Institute.

Comme il est en plein dans sa campagne pour sa réélection, le président Obama voudrait bien afficher ses réussites lors de son mandat. Le problème, c’est qu’il a bien du mal à les identifier. Il a bien tué Oussama ben Laden, pour sûr. Mais à part ça …

Il aimerait dire que l’économie va mieux, mais la trop lente amélioration ne lui permet pas de vendre cette idée au public. Il aime bien dire que c’est lui qui a sauvé General Motors et Chrysler ; ses opposants lui rétorquent qu’il a surtout dépensé 23 milliards de dollars du contribuable pour obliger ces compagnies à déposer le bilan et sauver le syndicat des travailleurs automobiles. Le président a bien aussi essayé de prétendre que les dépenses fédérales ont augmenté moins vite sous son mandat que lors des 60 années précédentes, mais les données ne confirment pas vraiment ce discours.

Bref, les réussites du président sont un peu difficiles à trouver. Mais je suis ici pour l’aider. J’ai parcouru les archives et découvert quelques réussites auxquelles le président peut prétendre :

Plus d’expulsions. Bien qu’ayant supporté la loi DREAM (qui assouplit les expulsions dans certains cas définis, NdT), le président Obama a malgré tout expulsé plus de travailleurs clandestins que tous les autres présidents dans l’histoire américaine. Il a expulsé 400.000 personnes par an, à peu près le double du nombre sous l’administration de George W. Bush.

Plus de poursuites contre des fuites. L’administration Obama a été critiquée pour avoir fait fuiter des documents classifiés dans une campagne destinée à le dépeindre comme un chef de guerre dur et impliqué. Mais dans le même temps, son administration a utilisé la loi contre l’espionnage de 1917 pour cibler deux fois plus de responsables de fuites que toutes les autres administrations précédentes combinées.

Plus de troupes en Afghanistan. Les États-Unis avaient à peu près 30.000 soldats en Afghanistan en 2008, la dernière année du président Bush. À la fin de 2010, Obama avait augmenté ce nombre à près de 100.000. Il est maintenant descendu à environ 88.000 ce qui pourrait encore surprendre les personnes qui se rappellent d’un candidat Obama et de son discours résolument pacifiste en 2008.

Plus de raids anti marijuana médicale. En mars 2009, le procureur général Eric Holder expliquait que le département de la Justice arrêterait la pratique de l’administration Bush de descentes policières sur les distributeurs de marijuana médicale qui violaient les statuts fédéraux, tant que les dispensaires se pliaient aux lois de l’État. Mais voilà, un peu plus tard cette année-là, comme le reporte Lucia Graves du The Huffington Post : 

L’administration a lancé une opération inter-agence de répression sur le cannabis qui va bien au-delà de tout ce qui a été vu sous l’administration Bush, avec plus de 100 raids, essentiellement sur les dispensaires de Californie, plusieurs d’entre eux opérant en pleine légalité avec les lois de l’État. Depuis octobre 2009, le département de la justice a ainsi conduit plus de 170 opérations SWAT agressives dans 9 États autorisant la marijuana médicale, résultant sur au moins 61 inculpations fédérales.

Les agents fédéraux ont saisi la propriété des loueurs de locaux pour les dispensaires à marijuana et ont menacé d’inculper les fonctionnaires d’État qui appliquent les lois sur la marijuana médicale.

Plus d’attaques de drones. Le président Obama n’aime pas la façon dont l’administration Bush traitait les prisonniers à Guantanamo, et il prend donc moins de prisonniers. L’administration Obama a procédé à au moins 308 attaques secrètes de drones au Pakistan, plus de 5 fois les 44 attaques approuvées du temps de Bush.

Plus de collectes de fonds. Tous les présidents consacrent beaucoup de temps à la collecte de fonds. Mais le président Obama remporte la palme. Le chercheur politique Brendan J. Doherty, auteur de The Rise of the President’s Permanent Campaign, explique ainsi qu’Obama a tenu 104 collectes jusqu’au 6 mars dernier, à comparer avec les 94 tenues par les présidents Jimmy Carter, Ronald Reagan, George Bush, Bill Clinton et George W. Bush combinés. Mark Knoller, le correspondant à la Maison Blanche pour CBS, a noté qu’au 12 juin, Obama a fait plus de 160 collectes pour sa réélection, deux fois plus que Bush à la même période en 2004.

L’économie n’ira probablement pas mieux cette année, avec toutes ces taxes, ces dépenses et ces réglementations pesant sur elle. Le président Obama espère peut-être obtenir l’insigne distinction d’être le président réélu avec le plus fort taux de chômage. En attendant, cependant, il a pas mal de réussites qu’il peut mettre en avant — s’il ose.

Obama’s Accomplishments. – Traduction Contrepoints

  1. Obama , c’est pas celui qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2009 ? Ça doit être dur de concilier récompense et pouvoir présidentiel …

  2. Il manque aussi le renforcement du patriot act, le NDAA…

Les commentaires sont fermés.