Hausse d’impôts : le gouvernement Ayrault punit les petits « riches » et aggrave la crise

Publié Par Frederic Georges-Tudo, le dans Non classé

Salauds de riches, vous allez payer ! Telle est la colonne vertébrale du discours de politique générale prononcé le 3 juillet dernier par Jean-Marc Ayrault. Et ensuite, après les hausses d’impôts ? Que fera-t-il lorsqu’il les aura essorés et que l’argent manquera toujours autant pour financer un État que la gauche se refuse à mettre à la diète ?

Par Frédéric Georges-Tudo.

Extrait. Article intégral en ligne sur le Plus Nouvel Obs.

Bien sûr, François Hollande n’oublie pas de châtier  les millionnaires et les milliardaires. Rapporté à leurs revenus et patrimoine, leur taux global de prélèvements obligatoires s’apprête même à flirter avec des niveaux inédits.

Mais tout en étant les principales victimes de l’injustice fiscale en termes relatifs, ils ne subissent que des effets relativement limités en termes absolus. En outre, s’en prendre à eux comporte un léger défaut : ils sont loin d’être assez nombreux pour financer le barnum. En particulier en France, où l’ISF en a déjà fait fuir une multitude.

Voilà pourquoi ce sont avant tout les « petits riches » qui vont tant trinquer. Ces contribuables qui, à défaut d’avoir fait fortune, sont coupables de réussir leur vie professionnelle. Ceux que Benoît Hamon fustige pour leurs « grandes maisons avec des grandes cheminées et des tapis épais comme ça ».

Faute d’envisager une réduction profonde et structurelle de la dépense publique à l’instar du reste de l’Europe, le nouveau gouvernement n’a d’autre choix que de sévèrement ponctionner les cadres supérieurs, professions libérales et autres petits entrepreneurs.

Ainsi s’est exclamé il y a quelques mois l’économiste Henri Sterdyniak (pourtant réputé très à gauche) en découvrant les propositions du candidat socialiste. Il mettait en avant le fait que les classes supérieures sont relativement peu nombreuses et qu’il faut donc les « taper vraiment très fort pour dégager suffisamment d’argent ».

En plus d’être affligeante, cette approche punitive n’aura d’autre résultat que l’aggravation de la crise. Comment croire une seule seconde que c’est en culpabilisant ceux qui s’en sortent que l’on améliorera le sort du plus grand nombre ? En cette période d’extrême morosité, briser ainsi l’allant de la France la plus dynamique relève même du suicide économique.

Extrait. Article intégral en ligne sur le Plus Nouvel Obs.

Laisser un commentaire

  1. J’ai été sur le site du nouvel obs, les commentaires sont affligeants…
    On croirait avoir affaire à des petits Staline! Taxer un médecin qui a fait 11 ans d’études et qui a été payé par l’état des clopinettes pendant qu’il se faisait des 100 heures par semaine. Taxer le plombier, qui après 10 ou 15 ans à apprendre le métier, prendra le risque de monter son entreprise (pressée par le fisc). Que dire de celui qui aura fait de bonnes études, gravi les échelons dans son entreprise pour arriver à avoir un poste à responsabilités.
    Que dire de ceux qui auront fait des pieds et des main pour obtenir un patrimoine immobilier à léguer à leur enfants pour assurer leur vie?
    Eh bien je vous le dit, le fisc va les avoir à l’oeil. En effet, ça a déjà commencé, vous vendez un bien immobilier un tant soit peu cher et c’est le contrôle fiscal assuré. Un notaire m’a dit que depuis l’élection de Hollande les fonctionnaires sont totalement débridés et se permettent tout, je le cite « ils font peur! ». Voilà, les médecins partiront en Suisse, ma soeur actuellement interne en chirurgie m’a dit que la plupart des médecins de son âge songent à partir car ils ne seront pas assez bien payés en France. Monter une entreprise en France c’est suicidaire… Certains demanderont à ne pas être promus car ils gagneront davantage en restant à l’échelon inférieur dans leur entreprise… Quel pays merveilleux… Content de n’y avoir jamais vécu même étant français, je fais parti des quelques chanceux qui payent quand même l’impôt sur le revenu même vivant dans un autre pays… France je te haie!!

  2. Si maintenant le Nouvel Obs laisse écrire que trop d’impôt fait courir un risque aux Français CSP+ avec conséquences ultérieures sur les autres Français…
    Il fait face à un désabonnement massif de sa clientèle de bobos?…

  3. 1 président;
    34 ministres

    Tous fonctionnaires.
    Il y a donc clairement collusion entre la fonction et le statut salarié.
    Il y a donc clairement Conflits d’intérêts.

    C’est cela la « France Normale », un pays où une minorité sociale agit ouvertement pour se favoriser au détriment de la majorité. Majorité qui va payer bien sur !!!

  4. 1. You cannot bring about prosperity by discouraging thrift.
    2. You cannot strengthen the weak by weakening the strong.
    3. You cannot help small men up by tearing big men down.
    4. You cannot help the poor by destroying the rich.
    5. You cannot lift the wage-earner up by pulling the wage-payer down.
    6. You cannot keep out of trouble by spending more than your income.
    7. You cannot further the brotherhood of man by inciting class hatred.
    8. You cannot establish sound social security on borrowed money.
    9. You cannot build character and courage by taking away a man’s initiative and independence.
    10. You cannot help men permanently by doing for them what they could and should do for themselves.

    Reverend William J. H. Boetcke

      1. Bonjour Stéphane.

        Il semblerait en fait qu’il s’agisse d’une méprise sur l’origine de la citation.
        Le révérend est l’auteur d’un livre sur A. Lincoln (Lincoln on Private Property)
        Il aurait prononcer ses mots vers 1910, dans de toutes autres circonstances.
        Ce qui fit que des journalistes peux regardants auraient vite fait l’amalgame entre le livre et la citation…
        Voila je n’en sait pas plus :
        http://en.wikipedia.org/wiki/William_J._H._Boetcker
        http://dly.free.fr/site/spip.php?article162

        Cordialement.

        PS : je rend à César ce qui est à César.
        Un peu comme les « citations » d’Einstein sur les abeilles, qu’en fait il n’a jamais prononcé (source Albert Einstein Archives)