Législatives : Taux de participation quasi stable par rapport au premier tour

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Le taux de participation des électeurs inscrits au second tour des législatives est en très légère hausse à midi aujourd’hui, avec 21,41% en France métropolitaine, contre 21,06% dimanche dernier selon les chiffres diffusés par le ministère de l’Intérieur. C’est un niveau inférieur à 2007 et légèrement supérieur à 2002 où elle était de 20,79%.

L’abstention au premier tour avait été record sous la Ve République, à 42,77%. La question est donc de savoir si aujourd’hui marquera ou non un nouveau sommet dans le désintérêt des électeurs pour les élections en France.

Les bureaux de vote fermeront à 20h dans les grandes villes et à 18h dans le reste de la France.

A lire aussi : une autre élection est possible:

Ce soir, le suspens insoutenable d’une campagne des législatives haletante s’achèvera et nous saurons, nous, pauvres citoyens ballotés d’une crise à l’autre, à quels saints et hommes providentiels nous vouer enfin. Mais avant de nous réjouir d’un résultat qu’on sait déjà bouleversant, je voudrais profiter des quelques heures qui nous séparent de ce moment d’extase pour quelques remarques décousues au sujet du scrutin…

 

Comme vous le savez, il s’agit d’un scrutin majoritaire à deux tours. Les règles, qu’on croit simples, se résument à ceci : un paquet de polichinelles candidats colorés se présente devant les électeurs hagards. Sortant à peine de leur torpeur, ils vont voter un premier dimanche pour désigner qui, dans ces clowns bariolés prétendants à la législature, aura plus de 12,5% des suffrages. Ceux qui, grâce au jury populaire, au joker 50/50 et aux appels téléphoniques à des proches, dépassent ce score reviennent en seconde semaine. Les autres sont éliminés.

Bien sûr, si aucun bouffon candidat ne parvient à embobiner convaincre 12,5% de gogos d’électeurs, on prendra les deux premiers par nombre des suffrages exprimés. À contrario, il suffit que l’un d’eux décroche plus de 50% pour être élu dès le premier tour. La deuxième semaine, les électeurs remettent ça. Celui des candidats qui chope le plus de bulletin décroche la timbale et peut aller réclamer son kit-député au bureau de l’Assemblée.

La suite

Laisser un commentaire