Attentat à Bogota, la guérilla communiste des FARC soupçonnée

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Au moins cinq personnes ont été tuées et dix-sept blessées dans un attentat à la bombe à Bogota (Colombie). L’attentat, non encore revendiqué, visait un ancien ministre de l’Intérieur.

L’attaque a eu lieu en fin de matinée à Bogota, sur l’avenue Caracas, un des axes majeurs de la capitale colombienne. C’est la voiture dans laquelle se trouvait Fernando Londoño, ancien ministre de l’intérieur d’Alvaro Uribe, qui a été visée. L’engin explosif aurait été placé par deux hommes qui se trouvaient sur une moto. Ils auraient posé sur la voiture blindée un sac contenant l’explosif.

L’ancien ministre a survécu mais son chauffeur est mort dans l’explosion. Celle-ci a tué au moins cinq personnes, a précisé à l’AFP Carlos Giraldo, un responsable de la délégation colombienne de la Croix-Rouge cité par l’AFP. « Selon nos informations, il y a cinq personnes tuées et 17 blessées », a-t-il dit, précisant que l’explosion avait détruit dix-sept véhicules.

Le président colombien Juan Manuel Santos a « condamné de la manière la plus énergique » l’attentat. Celui-ci survient quelques heures à peine après que la police colombienne a déjoué un autre attentat à la voiture piégée devant le siège de la police à Bogota. La tentative avait été attribuée à la guérilla communiste des FARC. Même si l’attentat n’a pas été revendiqué à cette heure, les FARC sont les premiers soupçonnés pour l’attentat en question.

Décimés par la politique de répression musclée d’Alvaro Uribe, les FARC, une des guérillas communistes les plus actives d’Amérique Latine, n’ont pour autant pas renoncé à la violence, avec l’enlèvement récent d’un journaliste, un attentat à Bogota en 2010 et les évènements de cette journée (selon toute probabilité).

Laisser un commentaire