Que veut cacher Cristina Kirchner ?

Publié Par Mauricio Rojas, le dans Amérique latine

Il y a peu, Paul Krugman a pris l’Argentine comme modèle pour sortir de la crise : « Une remarquable succes story, une de celle qui contient sans doute des leçons pour la zone euro. » Un commentaire intéressant de la part d’un prix Nobel au sujet d’un pays gouverné d’une manière si honteuse qu’on en arrive à faire pression sur l’institut national de statistiques pour retoucher les chiffres incommodes.

Par Mauricio Rojas

Ce doit sûrement être de peu d’importance pour Krugman, puisque tout ce qui l’intéresse est de montrer un pays qui connaît le succès en employant sa recette bien connue pour sortir de la crise : dépenser, dépenser et dépenser encore plus. Mais les Argentins, spécialement les plus pauvres, eux, oui, sont intéressés par les mensonges de leur gouvernement : simplement parce qu’il les nie, les élimine des statistiques, pour la plus grande gloire de Madame la Présidente.

Voyons cela d’un peu plus près, puisque cela nous dit également ce que veut cacher Cristina Kirchner avec son agitation nationaliste.

Au travers d’une mesure sans précédent, au début de 2007, le gouvernement de Néstor Kirchner fit pression sur l’Institut national de la Statistique et du Recensement (Indec). L’objectif premier de cette opération était de manipuler l’indice des prix à la consommation, qui sert, entre autres choses, pour ajuster le montant et donc le coût de la dette publique indexée. Il s’agissait en d’autres termes de maquiller statistiquement un vol effronté.

La manipulation de cet indice a des conséquences qui vont bien au-delà de couvrir le vol mentionné. Il permet, par exemple, de gonfler les succès du gouvernement en faisant augmenter fictivement le PIB (chose que Krugman aurait dû indiquer en présentant le diagramme qu’il exhibe comme preuve irréfutable du succès argentin). Mais le cas de la pauvreté est le plus illustratif sur les effets de la manipulation kirchnerienne :

  • nombre officiel de pauvres (fin 2010) : 3,97 millions
  • nombre de pauvres d’après le bureau de consultants Equis : 8,26 millions
  • nombre de pauvres d’après la Banque de la Ville de Buenos Aires (BCBA) : 8,95 millions
  • nombre de pauvres d’après SEL Consultants : 9,03 millions
  • nombre de pauvres d’après le Centre de Recherche et de Formation de la République argentine (Cifra) : 9,19 millions
  • nombre de pauvres d’après l’Observatoire de la Dette sociale de l’Université catholique de Buenos Aires (UCA) : 10,27 millions

Comme on le voit, entre 4,3 et 6,3 millions disparaissent de la statistique officielle grâce à la comptabilité créative des Kirchner. Serait-ce cela qu’aurait Krugman à l’esprit lorsqu’il parle d’exemple pour la zone euro ?

Autour de la capitale argentine, Buenos Aires, deux millions de personnes vivent dans des bidonvilles.

La persistance de la pauvreté est reconnue y compris par des institutions proches du pouvoir comme le mentionné Cifra, qui conclut ainsi dans son bilan de mai 2011 sur les performances du modèle kirchnerien :

Si l’on a bien observé une diminution notoire de la pauvreté et de l’indigence entre 2003 et 2006, depuis 2007, le niveau de ces variables n’a diminué que légèrement. À la fin 2010, la pauvreté touchait 22,9% de la population et l’indigence, 6,1%, après huit ans de croissance économique [...] indiquant que l’augmentation du rythme de variation des prix est en train d’affecter les secteurs à bas revenus.

La raison de la persistance de la pauvreté est plus complexe et intéressante que la simple augmentation (officiellement niée) des prix. À partir de 2007-2008, on note un affaiblissement de l’effet de rebond de la profonde crise de 2001-2002, ce qui a fortement affaibli la création d’emploi, en particulier parmi « les humbles », comme disait Eva Perón. De fait, de 2003 à 2007, l’emploi croissait de 16,6%, tandis que de 2007 à 2011, il le fit seulement de 4,1%, et il faut préciser que ce chiffre modeste doit beaucoup au grand accroissement de l’emploi public : dans les entreprises publiques, l’emploi augmenta de rien moins que 67,1% (c’est pourquoi, entres autres, on exproprie YPF). Le prestigieux consultant SEL est clair sur ce triste retour de l’emploi-manie de l’État argentin :

Le secteur public est un employeur proéminent. Ses trois juridictions (nationale, provinciale, municipale) occupent 2,4 millions de personnes, Ce qui signifie que pour un foyer sur cinq, l’emploi public est l’unique source de revenus, ou au moins la principale dans une proportion élevée des cas. Les employés du secteur public représentent, en plus, un tiers des cols blancs.

La perte de capacité de l’économie argentine pour créer de l’emploi a eu un impact direct sur les secteurs les plus vulnérables (qui, évidemment, ne sont pas ceux qui obtiennent les courtisés emplois publics), dont le taux d’emploi était en 2010 à peine supérieur à celui d’une année aussi critique que 2003 ; 52,2% contre 51,4% (données du rapport Cifra « El mercado de trabajo en la posconvertibilidad », de 2011). Mais en plus, dans ces secteurs, on observe une diminution marquée de la population active, qui contraste avec ce qui s’est passé dans les secteurs moyens et élevés. Cette chute, de quand même 5,1 points entre 2003 et 2010, est la preuve évidente des conséquences destructrices du modèle de clientèle kirchnerien de soutien aux secteurs les plus pauvres : dans les faits, il est en train de détruire leur potentiel de travail et par là-même les condamne à une croissante exclusion définitive du marché du travail et à une dépendance permanente des présents de l’État. En résumé, il éternise la relation patron-client, base de tout caudillisme.

La forte diminution de la population active fait que, en plus, la chute des taux de chômage parmi « les humbles » ne soit fondamentalement qu’une pure illusion statistique. Voilà ce que, au-delà de la rhétorique, représente le populisme pour ces secteurs sociaux qu’il dit protéger. Cela nous rappelle ce que disait récemment l’intellectuel étoile, José Pablo Feinmann, dans La Nación :

Il est très incommode d’adhérer à un gouvernement de deux gouvernants multimillionnaires qui commandent un gouvernement national, populaire et démocratique, et qui te parlent de faim.

C’est pour ces raisons, et parce que l’explosion des dépenses fiscales (subsides et plus de subsides) est devenu insoutenable, que l’on met en garde contre une grande augmentation des conflits sociaux en Argentine. Les troupes kichneristes, comme le montre bien le conflit ouvert avec le secrétaire général du puissant syndicat CGT, Hugo Moyano, deviennent chaque fois moins contrôlables. Car, après tout, elles ne furent jamais avec le régime par amour, mais bien parce qu’il pouvait payer, chose qui devient aujourd’hui chaque fois plus difficile.

Et c’est pour cela que Cristina Fernández de Kirchner agite le spectre patriotard. Pauvre Argentine, si encline à l’illusion et si proche du désenchantement.

___
Article paru dans Libertad digital. Traduit de l’espagnol.

Laisser un commentaire