Sarkozy et l’entrepreneuriat

Publié Par Xavier Chambolle, le dans Politique

Il faut relancer l’économie, il faut de la croissance. Le décréter suffit, on n’a pas besoin des entrepreneurs pour ça. C’est ce que nous dit, en substance, le programme de Nicolas Sarkozy.

Par Xavier Chambolle.

Dans un précédent billet, je posais quelques questions relatives à l’entrepreneuriat dans le programme de François Hollande, candidat socialiste à l’élection présidentielle.

Sur www.lafranceforte.fr, le site de campagne de Sarkozy, il y a une rubrique intéressante, où l’on peut comparer les programmes. Vous pouvez donc connaître le projet de l’UMP sur ce qui vous intéresse. Selon pour qui vous avez voté au premier tour, selon votre profession, selon votre situation, selon votre lieu de résidence, selon ce que vous souhaitez pour « la France forte ».

Qu’est-ce que Nicolas Sarkozy propose pour l’entrepreneuriat en France forte ?

Sur son site, on peut choisir « Je suis un entrepreneur », puis les propositions s’affichent :

Pour chaque norme créée deux anciennes seront supprimées, parce que le trop grand nombre de normes complique la vie des entrepreneurs

Source : http://www.lafranceforte.fr/comparer-programme#profession/entrepreneur

Généralement 1. est suivi de 2. Ce qui n'est pas le cas avec l'entrepreneuriat selon Sarkozy.

C’est tout. Une seule. Et ce n’est même pas positif. Si on suit cette logique et qu’aucune norme n’est créée, aucune ne sera supprimée. S’il y en a de créées, cela générera une instabilité. Parce que ce qui nous complique la vie, ce n’est pas seulement qu’il y a trop de normes, de lois, de codes, de textes, d’alinéas, mais également que tout change en permanence. Il faut au milieu entrepreneurial un cadre léger et stable.

Il doit bien y avoir d’autres propositions concernant l’entrepreneuriat, moins sympathiques pour les entrepreneurs, mais séduisantes d’autres électeurs.

Contre les entrepreneurs pour séduire l’électorat d’extrême gauche

Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy veut qu’une banque publique de l’industrie soutienne les projets industriels. OSEO Industrie a été créée et dotée d’un milliard d’euros de fonds propres pour financer les PME industrielles.

Source :  http://www.lafranceforte.fr/comparer-programme#jaivote/jcheminade

Cela correspond à la Banque publique d’investissement de François Hollande. Nous pouvons donc poser les mêmes questions à Nicolas Sarkozy : pourquoi prendre aux uns pour donner aux autres ? Les fonctionnaires sont-ils meilleurs que les citoyens pour savoir où investir ? Faudra-t-il avoir des relations ou corrompre pour bénéficier de ces investissements (subventions) ? Vaut-il mieux qu’un entrepreneur travaille au développement de son entreprise ou parte à la chasse aux subventions pour récupérer une partie de ses impôts et taxes ? Car c’est bien lui qui va financer tout ça.

Après les avoir déjà lourdement taxés, Nicolas Sarkozy interdira les parachutes dorés et les retraites chapeaux des grands patrons, car ils n’ont aucun lien avec la notion de mérite ou de performance.

Source : http://www.lafranceforte.fr/comparer-programme#jaivote/narthaud

Quand devenons-nous de « grands patrons » ? Qui est-il pour juger qu’il n’y a aucun lien avec la notion de mérite ou de performance ? Bien sûr c’est parfois le cas, mais finalement une entreprise est libre de trop rémunérer un grand patron incompétent. Certes cette mesure ne concerne pas, a priori, les PME et TPE… Mais gare à vous si vous devenez un grand patron !

Et la chasse aux centristes

Nicolas Sarkozy continuera de rendre nos entreprises plus compétitives. Pour lutter contre les délocalisations vers les pays où la main d’œuvre est moins chère et protéger l’emploi en France, il allègera les charges sociales pesant sur le travail.

Source : http://www.lafranceforte.fr/comparer-programme#jaivote/fbayrou

Sarkozy allègera les charges sociales (on se demande bien pourquoi il ne l’a pas fait avant). Seulement comme vous êtes un électeur de Bayrou, vous n’êtes pas allé voir ce qu’il dit aux électeurs de Poutou et Arthaud :

Nicolas Sarkozy augmentera immédiatement la fiche de paye des bas salaires en baissant les charges salariales. Pour un salarié au SMIC, c’est 840 euros nets par an de plus.

Sources : http://www.lafranceforte.fr/comparer-programme#jaivote/ppoutou

http://www.lafranceforte.fr/comparer-programme#jaivote/narthaud

Donc on vous dit, chers employeurs, que vous paierez moins de charges aux smicards… Sauf que cette baisse servira à augmenter leur salaire net. Donc, dans les faits, le coût du travail ne baissera absolument pas. Sauf s’il baisse plus les charges qu’il n’augmente le SMIC net… ce qui n’est pas précisé.

L’entrepreneuriat ne fait pas partie de l’équation

Il faut relancer l’économie, il faut de la croissance. Le décréter suffit, on n’a pas besoin des entrepreneurs pour ça. C’est ce que nous dit, en substance, le programme de Nicolas Sarkozy.

D’ailleurs pour s’en convaincre il suffit d’aller dans « NS 2012 Pour la France forte je souhaite… » et de dérouler la liste :

  • Des solutions pour le logement
  • Une France leader du développement durable
  • Plus de sécurité et une justice plus ferme
  • Moins d’immigration pour plus d’intégration
  • Une meilleure éducation pour mes enfants et pour les jeunes
  • Que l’État dépense moins plutôt que d’augmenter mes impôts
  • Préserver notre pacte social et fiscal
  • Mettre un terme aux délocalisations
  • Un meilleur accès pour tous à notre culture
  • Un lien direct entre les Français et le Président de la République
  • Lutter contre le terrorisme
  • Une politique de défense à la hauteur de nos ambitions
  • Un système de santé plus efficace et un meilleur accompagnement du handicap
  • Une électricité propre et moins chère
  • Une Europe forte et qui protège

« Mettre fin aux délocalisations » ? On veut m’enfermer en France. « Que l’État dépense moins plutôt que d’augmenter mes impôts » ? Je constate qu’il va continuer de prendre aux uns pour donner à telle ou telle entreprise parce qu’elle rentrera dans les cases d’un formulaire. À part ces deux points qui pourraient faire croire que c’est positif pour l’entrepreneuriat, il n’y a rien sur le fond. Ce que je souhaite pour la France forte : qu’elle libère ses entrepreneurs.

Concrètement : qu’on réduise ou supprime le Code du Travail, le salaire minimum, qu’on simplifie et réduise la fiscalité pesant sur les entreprises, qu’on coupe les investissements publics, aides et subventions destinées aux entreprises, qu’on réduise le coût des formalités administratives, qu’on simplifie celles-ci.

Le programme de Nicolas Sarkozy est très léger pour les entrepreneurs. Parmi les quelques propositions qui nous touchent, l’une est contredite ailleurs dans le programme (baisse du coût du travail). Celui de Hollande a, comme nous l’avons vu, la même logique que celle du dernier quinquennat (de Sarkozy). L’entrepreneur qui souhaite voter au deuxième tour devra donc tenir compte d’autres critères pour faire son choix.

—-
Sur le web.

Laisser un commentaire

  1. « Lutter contre le terrorisme »

    J’en été sur.

    Pour les dirigistes comme lui,

    liberté = terrorisme.
    lutter contre le terrorisme = moins de libertés (donc moins de terrorisme).

    Vous vous souvenez en 2001, même quand Chirac a refusé la guerre en Iraq il a quand même instauré un plan vigi-pirate.

    Les Français vont prendre cher, quel que soit le socialiste au pouvoir.

    Le bon côté (faut toujours être positif) c’est qu’on a réussi à éviter Le Penenchon.