En attendant le troisième tour

Publié Par Guy Sorman, le dans Politique

C’est la personne et le style Sarkozy qui ont été désavoués par l’immense majorité des électeurs français. Sarkozy est sans conteste victime de lui-même. Ne pas faire ce pourquoi on a été élu est une promesse de débâcle électorale.

Par Guy Sorman.

Le premier tour de l’élection présidentielle  française aura été un referendum contre Nicolas Sarkozy. Il est tout de même rare qu’un Président sortant, qui n’a pas commis pendant son mandat d’erreur politique majeure ou impardonnable, ne parvienne pas à atteindre un tiers des voix alors même qu’il ne se présentait contre lui aucun autre candidat dissident de la droite modérée.

Ses partisans ont  immédiatement attribué à la crise économique la raison première de cet échec. Certes, dans toute l’Europe occidentale, en dehors de la Pologne, tous les candidats sortant, depuis 2008, ont été évincés et remplacés par le parti opposé mais aucun n’a subi pareil affront. C’est donc la personne, le style Sarkozy qui ont été désavoués par l’immense majorité des électeurs français. Sarkozy est sans conteste victime de lui-même : élu brillamment il y a 5 ans sur le programme de réformes le plus libéral qui jamais ne fut offert aux Français, il n’a pas appliqué ce programme (on pense aux 35 heures toujours présentes et à l’inflexibilité du marché du travail), ce qui a mécontenté les libéraux et les anti libéraux puisque les réformes n’ont pas été accomplies, mais que la crainte de ces réformes a subsisté. Ne pas faire ce pourquoi on a été élu est une promesse de débâcle électorale.

Ce refus de Sarkozy bénéficie à ceux qui de tradition lui sont le plus radicalement hostiles, communistes, trotskistes, anti capitalistes, qui rejouent le mélodrame de la révolution de 1789 et les réactionnaires, issus de la même mémoire, le Front national épicé de la rhétorique anti immigration. Ces mouvements additionnés se partagent les électeurs dans un refus commun du régime démocratique, de l’économie libérale et de la rationalité économique : ensembles, ils  y substituent des mythes et constituent un front du refus énorme, sans équivalent dans les autres démocraties occidentales, soit un tiers des Français.

Certes, ces refuzniks de la démocratie libérale, porteurs de piques, bonnets phrygiens et écologistes profonds se reclasseront sagement au second tour pour l’essentiel derrière le candidat socialiste et pour partie, par réflexe anti communiste –  derrière Nicolas Sarkozy. Il n’empêche que chez tous, la rancœur du premier tour restera intacte et qu’ils sauront dans l’avenir se manifester par la grève et autres mouvements sociaux de manière à rendre difficile voire impossibles les réformes rationnelles qu’exigerait la faillite imminente des finances publiques.

Cette faillite, il reviendra à François Hollande, vainqueur par défaut au premier tour et vainqueur probable du second tour, de la gérer. Le Non à Sarkozy du premier tour deviendra, le 6 mai, un « Moui » sans ferveur mais inévitable pour Hollande. Comment Hollande, mandaté mais guère porté par une vague enthousiaste et sans programme, saura-t-il rendre l’État français opérationnel et moins prédateur tout en restaurant l’esprit de compétition des entrepreneurs ?  L’avantage pour Hollande sera de n’avoir rien promis en dehors de ne pas être Sarkozy. Mais a-t-il pensé la forme de l’État futur ? Ce n’est pas certain : ce qui laisse présager un troisième tour douloureux, dans la rue ou sur les marchés financiers, ces grands électeurs ultimes.

—-
Sur le web
Article publié initialement dans La Presse, Montréal.

Laisser un commentaire

    1. Pas sûr, s’il veut maintenir le « modèle social que le monde entier nous envie tellement que personne ne le copie » (sauf l’Argentine), dérivé du concept d’universalité de l’exception française, Hollande aura besoin d’un capitalisme dynamique et devra être conciliant avec le « monde de la finance ». Personnellement, j’ai tendance à avoir plus de respect pour un ennemi déclaré que pour un traitre.
      Et puis, ne pas oublier la joie intense que doit procurer à tout libéral l’annonce de retraite d’un politicien.

  1. Hollande candidat socialiste à cause d’un vote anti Aubry, président à cause d’un vote anti Saykozy. Voilà un président bien élu et entrainant un enthousiasme à soulever un gravier.