Le gouvernement argentin exproprie la compagnie espagnole YPF

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Le gouvernement national-socialiste argentin a déclenché une crise avec l’Espagne en annonçant l’expropriation partielle de la compagnie pétrolière YPF, contrôlée par l’Espagnol Repsol. Madrid a promis de répliquer avec des mesures appropriées, claires et fortes.

La prise de contrôle d’YPF se fera par le vote d’un projet de loi au congrès argentin et le prix à payer aux actionnaires sera fixé par le Tribunal national d’évaluations. La compagnie pétrolière Repsol YPF est le leader sur le marché des combustibles en Argentine. Sa filiale argentine YPF, privatisée dans les années 1990, contrôle 52% des capacités de raffinage du pays et dispose d’un réseau de 1.600 stations-service.

Ignorant la mise en garde de l’Espagne et de l’Union européenne, le gouvernement national-socialiste argentin a annoncé l’envoi au congrès argentin du projet de loi d’expropriation partielle, invoquant un manque d’investissements de ce groupe. Du total des actions de la compagnie YPF sujettes à expropriation, soit un peu plus de la moitié, 51% appartiendront à l’Etat et les 49% restant seront distribuées entre les provinces productrices. Les actions du groupe argentin Petersen (25,4%) ne sont pas concernées, pas plus que les actions en bourse (17%). Madrid a promis des mesures appropriées, claires et fortes. L’Espagne avait mis en garde dès vendredi l’Argentine contre une agression qui violerait le principe de sécurité juridique. La Commission européenne avait le même jour appelé l’Etat argentin à protéger les investissements étrangers. Par ailleurs, la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a déclaré que cette décision serait très débattue et avec raison. Repsol, de son côté, a qualifié le projet de loi d’illégal et annoncé qu’il prendrait toutes les mesures judiciaires pour préserver la valeur de ses actifs et les intérêts de ses actionnaires.

Laisser un commentaire