Tous terroristes

Publié Par Dr Richard North, le dans Liberticides & Co

La guerre contre la terreur corrompt tout ce qu’elle touche, tandis que le parlement approuve avec faiblesse chaque nouveau tour de vis de la répression.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume-Uni.

La guerre contre la terreur corrompt tout ce qu'elle touche. Tout agitateur étudiant, tout hacker de l'internet, tout dissident de café, combattant de la liberté ou chef d'insurrection est un terroriste.

Le blog Raedwald a rebondi hier matin sur le billet d’opinion de Simon Jenkins, du Guardian, qui commente lui même le programme Panorama de la BBC de lundi dernier.

Ce programme, nous dit Jenkins, a donné du contenu à une allégation extraordinaire qui indique à quel point la guerre contre la terreur a sombré au fond de l’abysse légal. Ce qui est expliqué, c’est que le MI6 [NdT : la DGSE britannique] a préparé en 2004 le terrain pour l’embrassade étrange de Tony Blair et du colonel Khaddafi, apparemment en arrangeant que la CIA enlève l’opposant en exil de Khaddafi, Abdel Hakim Belhadj.

Ce dernier a été enlevé à Bangkok, où lui et sa femme étaient en route pour la Grande-Bretagne. On a suggéré qu’ils ont été « rendus », via la colonie britannique de Diego Garcia, à la prison Tajoura à Tripoli. Belhaj a passé six ans, et sa femme quatre mois et demi, à la tendre merci du patron de la sécurité de Khaddafi, Moussa Koussa. La femme de Belhaj, qui était enceinte, a été entièrement bandée comme une momie sur un brancard, et lui a été systématiquement torturé.

Ce qui vous  glace, cependant, à en rester bouche bée, est ce que Jenkins relate du rôle de la Cour d’Appel de Londres, « hypnotisée par la guerre contre la terreur ». Elle a déclaré que cette guerre comprend « les actes par des insurgés contre les forces armées d’un État partout dans le monde, cherchant à influencer un gouvernement et commis à des fins politiques. »

Selon la législation, le terrorisme inclut non seulement des actes de violence, mais toute menace émise dans le but de « faire avancer une cause politique, religieuse ou raciale ». Ces menaces pourraient inclure des choses ne dépassant pas « un risque sérieux à la santé publique et à la sécurité », ou le fait de « perturber sérieusement un système électronique ».

Ce qui inquiète Jenkins, c’est que, sous cette « terminologie fourre-tout », les dissidents et les insurgés de n’importe quel régime ne sont pas exclus. Il n’y a rien qui exempte ceux qui mènent des attaques contre les militaires dans le cadre d’un insurrection, de la définition de terroriste. Pas de chance pour tous les Kurdes, Kosovars, Benghaziens, Tibétains ou Iraniens exilés, et les rebelles syriens d’aujourd’hui. Ce sont tous des terroristes.

Selon cette doctrine, tout agitateur étudiant, tout hacker de l’internet, tout dissident de café, combattant de la liberté ou chef d’insurrection est un terroriste. La guerre contre la terreur, conclut Jenkins, corrompt tout ce qu’elle touche, tandis que le parlement approuve avec faiblesse chaque nouveau tour de vis de la répression.

Et voilà l’histoire de notre temps : pour protéger nos droits et nos libertés en général, nous nous reposons sur deux institutions en particulier, nos tribunaux et notre parlement. Quand aucun des deux ne fonctionne pour défier l’exécutif, et le garder sous contrôle, l’heure de se faire du souci est arrivée.

—-
Sur le web.

Laisser un commentaire