La crise est loin d’être terminée : la destruction du pouvoir d’achat des monnaies continue

Publié Par Fabrice Drouin Ristori, le dans Monnaie et finance

Les politiciens prétendent que la crise financière est derrière nous et que la situation s’est améliorée en Europe et aux États-Unis. En réalité, les banques centrales n’auront d’autre choix que de continuer à imprimer de la monnaie sans limite, détruisant de fait le pouvoir d’achat de ces mêmes monnaies.

Par Fabrice Drouin Ristori.

À écouter le discours des hommes politiques ces dernières semaines, la crise serait pratiquement terminée.  Christine Lagarde entrevoit  même « la fin de la crise en Europe et aux États-Unis ». Nous vivons vraisemblablement sur des planètes différentes.

Les politiciens ne font que prétendre que la situation s’est améliorée notamment grâce au dernier plan de renflouement d’1 Trillion d’euros rendu possible par le LTRO émis par la BCE. Plan qui s’accompagne de l’annonce vendredi 30 mars 2012 par les ministres des finances de l’Eurozone, d’une augmentation de 200 Milliards supplémentaires de la capacité de prêt du Fonds de soutien européen (FESF).

La réalité est toute autre, notamment en Espagne où les manifestations commencent à dégénérer violemment. L’Espagne affiche 700 Milliards d’euros de dette, dont le tiers à été émis ces trois derniers mois, soit 100 milliards par mois depuis trois mois. L’Espagne sera la prochaine Grèce mais en beaucoup plus sévère.

Les banques espagnoles n’ont jamais provisionné suffisamment pour faire face à l’effondrement du marché immobilier espagnol. Cet effondrement immobilier s’effectue à un rythme jamais enregistré en Espagne : – 11,2% au dernier quadrimestre 2011 comparé à l’année précédente. Nous observons en Espagne le même type de crash immobilier que celui ayant eu lieu en 2008 aux États-Unis. Les banques espagnoles possèdent, dans leurs comptes, plus de 390 Milliards d’euros de créances immobilières douteuses. Elles sont toutes en situation de faillite.

Le discours dominant actuellement est une forme de propagande.

Ceux qui prennent le temps d’analyser la situation savent que les banques centrales n’auront d’autre choix que de continuer à imprimer de la monnaie sans limite, détruisant de fait le pouvoir d’achat de ces mêmes monnaies.

Il est nécessaire de rester concentré sur le fait que seule l’impression de quantités illimitées de monnaie pourra sauver le système financier et donc ne pas écouter le discours des politiques et des banquiers centraux. L’Europe s’effondrera si de nouveaux plans de renflouement ne sont pas votés. Le choix des hommes politiques est donc très clair dans un contexte d’élections dans de nombreux pays européens : le recours à la planche à billets.

Le système financier est en cours d’implosion depuis 2008, les États continuent à présenter des déficits records (nombreux sont les États en situation de faillite) mais tout sera fait pour sauver le plus longtemps possible le système financier via une impression monétaire illimitée.

Les besoins en financement des États sont en réalité bien plus importants que le trillion d’euros émis ces derniers mois. Les sommes nécessaires au sauvetage du système actuel sont colossales. Potentiellement des dizaines de trillions d’euros devront être imprimés dans les années qui viennent pour maintenir le système à flot.

Les investisseurs ne peuvent faire confiance au discours dominant pour se protéger de l’effondrement des monnaies. La détention d’or physique permet de se protéger de la dévaluation des monnaies, c’est pour cette raison que les investisseurs doivent en détenir.

La progression du cours de l’or révèle la destruction du pouvoir d’achat des monnaies, c’est une des raisons pour lesquelles son cours est « managé » par des « intérêts financiers » favorables à un système monétaire basé sur des monnaies « papier ».

Investir dans les métaux précieux sans être conscient de la manipulation des cours ne permet pas de supporter une volatilité qui peut sembler décourageante par moment. D’où l’intérêt de comprendre le rôle de l’or comme base d’un système monétaire stable et d’investir uniquement dans l’or et l’argent physique (et non sous forme de certificats papier). La compréhension de ces deux éléments permet d’investir sereinement dans l’or et l’argent physique.

La correction du cours de l’or est terminée avec un rebond sur le cours support de 1650 dollars l’once. Le mois d’avril devrait voir les cours de l’or et de l’argent augmenter sensiblement, traduisant une destruction de plus en plus rapide du pouvoir d’achat de l’euro.

—-
Sur le web

Laisser un commentaire

  1. « Les besoins en financement des États sont en réalité bien plus importants que le trillion d’euros émis ces derniers mois. »

    > non c’est faux parce que ce trillion de base monétaire va permettre de créer plusieurs trillions de masse monétaire.