Chômage, préference française

Publié Par Aurélien Véron, le dans Travail & emploi

S’ils citent tous cette fameuse flexisécurité scandinave, nos dirigeants politiques ne cessent au contraire d’alourdir les réglementations du travail et de rationner les emplois comme on l’a vu avec la loi sur les 35 heures. Il est temps de changer.

Par Aurélien Véron.

Article paru initialement sur Atlantico.

La préférence de la France pour le chômage est-elle une réalité ? La formule a été employée pour la première fois en 1994 par un chef d’entreprise socialiste, Denis Olivennes. Ses réponses étaient discutables, mais son analyse était juste. Depuis les années 80, notre modèle social n’est plus parvenu à créer suffisamment d’emplois pour tous.

Les politiques menées de gauche comme de droite se sont appuyées sur la même approche planificatrice, malthusienne et artificiellement protectrice. Au lieu de protéger les personnes en les armant pour affronter le changement, la loi a arbitrairement surprotégé les statuts transformés en rentes. Les pays qui nous entouraient, qu’ils soient de culture anglo-saxonne ou social-démocrate, ont pratiqué avec succès la stratégie exactement inverse en s’attaquant aux rigidités du marché du travail et au coût du travail trop élevé.

S’ils citent tous cette fameuse flexisécurité scandinave, nos dirigeants politiques ne cessent au contraire d’alourdir les réglementations du travail et de rationner les emplois comme on l’a vu avec la loi sur les 35 heures. La multiplication de contrats de travail flexibles comme les CDD ou l’intérim a certes offert un peu de souplesse aux employeurs. Mais dans cette jungle réglementaire, les salariés qui bénéficient de CDI savent que si leur « rente » leur est retirée, leur chance de retrouver un CDI est faible. Résultat, ils sont aussi inquiets pour leur avenir que des employés de pays sans filets aussi protecteurs. La surprotection a engendré la défiance.

Les artifices n’ont pas arrangé les choses. Les emplois jeunes bidon ont enfermé quantité de jeunes dans des emplois dévalorisants qui ont compliqué leur carrière par la suite. L’alourdissement des pénalités en cas de licenciement des salariés de plus de 55 ans partait d’un bon sentiment. Mais cette mesure a massivement mis les quinquagénaires hors jeu. Ce n’est pas un hasard si la population française des 25-54 ans assure près de 80 % des emplois du pays, taux anormalement élevé au regard des standards européens, pour une population qui ne représente que 41 % de la population totale.

De surcroît, le coût du travail se révèle particulièrement pénalisant pour les emplois à faible valeur ajoutée. Il se révèle proche du niveau allemand dans l’industrie, ou ce qu’il en reste en France. Mais les charges sociales plombent notre compétitivité dans le secteur des services. L’ambition d’élever la gamme de nos produits et services est noble, mais elle fragilise les entreprises qui ne sont pas hautement performantes face à la concurrence, ainsi que les Français sous-qualifiés. Et la PPE censée alléger le fardeau des charges sociales sur les bas salaires a eu pour effet d’écraser les salaires en les calant sur le SMIC, devenu une « voiture balais » qui concerne aujourd’hui presque un emploi sur six.

A terme, l’enjeu repose sur une meilleure adéquation de la formation continue aux besoins des entreprises. Mais en attendant, le coût du travail et le plancher du SMIC handicapent lourdement l’emploi dans de larges secteurs comme les services à la personne.

Les rares économistes à s’être penchés sur les effets du SMIC, comme Pierre Cahuc, ne se sont préoccupés des attentes de l’employeur, mais de celles du salarié, ou plutôt du chômeur qui ne parvient pas à sortir de l’exclusion à cause de cette barrière fatidique. Ce seuil arbitraire n’existe pas en Allemagne. Il connaît souvent des formes assez flexibles dans les pays où il existe, fonction de l’âge, de la branche ou de la région. On imagine bien que le SMIC à Paris ou dans la Creuse ne représente pas le même pouvoir d’achat, ne serait-ce qu’en matière de logement. S’attaquer sereinement à ce tabou sera peut-être la mission d’un gouvernement de gauche, capable de faire passer le véritable enjeu d’insertion professionnelle et sociale auprès des partenaires sociaux volontaires pour reprendre cette responsabilité des mains de l’Etat.

Surtout, nous devons comprendre pourquoi notre modèle économique et social n’est pas parvenu à créer suffisamment de croissance ces 30 dernières années dans un contexte d’hyper croissance mondiale ? Que ce soit la création d’emplois qui engendre de la croissance, ou la croissance qui créé de l’emploi, les deux débats sont intimement liés.

Sur le web

Lire les autres articles de Contrepoints sur le chômage et l’emploi

Laisser un commentaire

  1. « Il est temps de changer »

    Il est temps énormément de choses en France mais tout le monde sait que ça n’arrivera pas avant le grand bouillon.