Nouvel iPad et iPriorités

Publié Par David Descôteaux, le dans Sujets de société

Un sondage du site en ligne PriceGrabber a montré que 42% des propriétaires de iPad sont prêts à se procurer la nouvelle version annoncée mercredi. Plus d’un sur dix prévoit même l’acheter dès sa sortie en magasin. Des fashion victims ?

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec.

Le nouvel iPad a été présenté le 7 mars à San Francisco.

Le nouvel iPad est sorti. J’imagine que des milliers de gens font la file devant le Apple Store. Quoi ? Il n’est pas encore en vente ? Bon. Quand même, il doit déjà y avoir des gens qui attendent dehors avec leurs sacs de couchage.

Je pense aussi m’en acheter un. Mais je vais attendre. D’ici un an et demi, le iPad 38 devrait sortir, beaucoup plus performant.

Sérieusement. Si Apple est pour sortir une version légèrement meilleure chaque fois, elle pourrait offrir des mises à jour de ses tablettes (des échanges), non ? Que dites-vous ? C’est ça son modèle d’affaires ? Ah, OK. Tant que les gens sont prêts à sortir leur 500 $ (minimum), c’est leur affaire. C’est drôle, des fois j’entends : « de nos jours, les électroménagers ne durent plus aussi longtemps ! C’est arrangé pour que t’en achètes une autre plus vite. » Pas juste les laveuses, on dirait.

C’est quand même impressionnant. Plus tôt cette semaine, un sondage du site de magasinage en ligne PriceGrabber montrait que 42% des propriétaires de iPad sont prêts à se procurer la nouvelle version annoncée mercredi. Plus d’un sur dix prévoit même l’acheter dès sa sortie en magasin. Des fashion victims ? Des martyrs de l’obsolescence programmée d’Apple ? Le sondage est peut-être à prendre avec un grain de sel, mais je n’ai aucune difficulté à croire ces chiffres.

« On nous fait croire que cette version est révolutionnaire au niveau technologique, mais il est clair que les iPad sont conçus pour une durée de vie légère », disait hier Fabien Durif, cofondateur et directeur de l’Observatoire de la consommation responsable. Selon lui, la stratégie d’Apple serait réfléchie, afin de pousser le consommateur à changer d’appareil à chaque sortie d’une nouvelle génération. Apple planifie une fin de vie à la fois financière, technologique et psychologique, disait le professeur à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM.

Qu’on aime ou pas la stratégie d’Apple, elle fonctionne. En grande partie parce que l’entreprise offre de très bons produits. Et rien ne sert de prendre le consommateur pour une victime. C’est à lui d’établir ses priorités, et de dépenser son argent là où il le juge prioritaire.

À ce propos : selon Bloomberg, Apple aurait vendu près de 20 millions de iPad aux États-Unis en 2011. Dans une économie supposément en récession. Et selon un sondage, en 2010 le quart des travailleurs américains avaient moins de 1000 $ en épargne pour leurs vieux jours.

Je me demande dans quelle proportion ces gens sont les mêmes…

—-
Sur le web. 

Laisser un commentaire

  1. Ca ne me dérange en rien qu’Apple fasse dans le jetable tant qu’ils n’ont pas le monopole d’un marché. Et si ça marche, alors c’est que c’est un bon business. Et c’est tant mieux pour eux.

    1. Certainement ; de fait, si Apple n’avait pas de vrai atout, je présume que leur Ipad serait un flop commercial, non ?

      P.S. Notez bien, par ailleurs, qu’à titre personnel, je n’ai ni Mac, ni Ipod, Iphone ou Ipad.

  2. Ayant pour ma part, depuis longtemps, un iPod, mais depuis beaucoup plus récemment un iMac, un iPhone et un iPad première génération, je ne peux que confirmer la qualité indubitable des produits de la firme à la pomme.

  3. La comparaison avec l’electromenager est totalement fausse. Une laveuse, pour poursuivre avec l’exemple donné dans l’article, se distingue par son obsolescence programmée de type matérielle, soit en gros qu’une pièce casse à partir d’un certain temps la rendant inutilisable. Les tablettes Apple ne sont absolument pas dans le même registre, puisque c’est ne obsolescence programmée mais qui agit au niveau du logiciel (par exemple l’iPhone première génération non compatible avec les nouvelles MAJ (une durée de vie de 4 ans pour un smart phone, déjà énorme)). Pour autant, l’appareil marche toujours tout aussi bien, puisque les mises à jours ne sont pas obligatoires et reste facultative, au grès de l’utilisateur de la faire ou non. De plus, dans le marché de la haute technologie, les technologies se renouvellent sans cesse pour améliorer les produits, donc c’est tout à fait normale qu’au bout d’un certain temps un produit de plusieurs années ne soient plus compatible avec les nouveaux software. Pour finir, l’idée d’Apple n’est absolument pas de forcer l’utilisateur à racheter le dernier produit sorti, mais de donner envie à celui ci de l’acquérir et d’avoir le sentiment d’être au « top », sans pour autant mettre son produit d’ancienne génération obsolète.

    Quand vous signifiez qu’il n’y a aucune révolution dans ce produit, c’est bien vrai, il n’y en a aucune. Mais il y a énormément d’innovations, (la batterie, l’écran, processeur etc), chose qu’il ne faut pas négliger.

    Voilà donc un article vraiment médiocre, sans aucun fondement et connaissance des stratégies d’Apple.
    (je ne suis pas pour autant un Fanboy, message envoyer depuis une tablette androïd..)

    1. Il faut vous libérer de ce fantasme de l’obsolescence programmée : le niveau de qualité des produits (donc leur prix) et l’usage raisonnable feront leur durée de vie. Apprenez à choisir des objets de qualité et à les entretenir : ils fonctionneront longtemps.