Défenseur du réchauffement climatique et fraudeur

Publié Par Nathalie Elgrably-Lévy, le dans Environnement

Peter Gleick, scientifique spécialisé dans la question de l’environnement, a fabriqué de faux documents pour faire croire qu’un think tank climato-sceptique complote en vue d’entretenir le doute autour du réchauffement anthropique.

Par Nathalie Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec.

J’ai longtemps hésité à l’affirmer, mais aujourd’hui j’en ai la certitude : les médias québécois (et particulièrement les écolo-chroniqueurs) évitent de rapporter les nouvelles qui peuvent nuire à la cause du réchauffement climatique anthropique, et lorsqu’ils sont bien obligés de faire leur travail, ils minimisent l’importance des faits.

Le cas de Peter Gleick est éloquent. Si vous ignorez qui est M. Gleick, c’est normal… personne ne parle de lui. Personne au Québec, mais il est une « célébrité » hors de nos frontières. Au cours des dernières 24h, il a fait l’objet de centaines d’articles parce qu’il est à l’origine d’un autre scandale climatique : Time, LA Times, San Francisco Chronicle, The Atlantic, The Guardian, NT Times, Washington Post, Forbes, Nature, The Telegraph, Financial Times et bien d’autres. Chez nous ? Silence !

Qui est Peter Gleick ?

M. Gleick est un scientifique spécialisé dans la question de l’environnement. Il a gagné le Prix MacArthur, il est membre de la National Academy of Sciences, et il dirige une organisation du nom de « The Pacific Institute » dont la mission est de défendre l’intégrité scientifique des questions environnementales. Bref, M. Gleick est une sommité dans le domaine du réchauffement anthropique.

Qu’a fait M. Gleick ?

Le Heartland Institute est un think tank basé à Chicago qui publie des études remettant en question la thèse du réchauffement anthropique. Évidemment, cela incommode M. Gleick. Alors que fait-il pour se débarrasser des détracteurs ?

Pour commencer :

1. Il prend une fausse identité.

2. Il prétend être un supporter de Heartland pour convaincre un employé de l’institut de lui envoyer le budget annuel et la liste des donateurs.

Maintenant le plus grave et le plus honteux :

3. Il fabrique de faux documents pour faire croire que Heartland complote en vue d’entretenir le doute autour du réchauffement anthropique et fait « couler » des mémos soi-disant confidentiels dans plusieurs médias. Mais la vérité gagne toujours. Aujourd’hui, M Gleik a avoué son crime.

On se souvient du Climategate où des scientifiques avaient été éclaboussés parce qu’ils avaient comploté pour faire croire au réchauffement. Maintenant, nous avons le Fakegate, où des défenseurs du réchauffement ont recours à la fraude pour faire croire que les sceptiques complotent pour entretenir le doute.

M. Gleick a tenté de discréditer des sceptiques. Résultat : il a planté un clou de plus dans le cercueil du réchauffement climatique !

—-
Sur le web.

—-

Echec du sommet climatique de Durban : interview exclusive du chimiste István Markó.

  1. Honnêtement, je ne pense pas qu’il s’agisse d’une sommité. C’est plutôt un plouc.

    Ce qui est amusant, c’est que Monbiot, du Guardian, s’en est, sur la base des documents de Gleick, pris à Contrepoints (famous in the UK, it seems) pour avoir défendu Fred Singer.

    http://www.monbiot.com/2012/02/20/plutocracy-pure-and-simple/

    Hu hu hu.

  2. On voit que les méthodes mafieuses deviennent la norme même parmi les sommités du réchauffement climatique. Il y a de l’inquiétude dans l’air chez eux, c’est palpable, et de l’argent en jeu.

  3. Attitude scandalisee un peu rapide… Je ne vois nulle part dans les articles de journaux que vous citez (merci pour les liens) une mention de la fraude No. 3, qui serait, elle, le veritable scandale : y a-t-il des preuves qu’il a effectivement *fabrique* un document ? Il ne semble s’excuser que d’avoir sollicite des documents (authentiques) sous une fausse identite. Et ces actes-la (Nos. 1 et 2) paraissent quand-meme bien peu de choses, quand on sait qu’il s’agit d’une tactique quotidienne des journalistes (camera cachee, appel telephonique se faisant passer pour untel, etc. — surtout a l’heure d’internet ou tout circule si vite : voir Wikileaks) et je me demande aussi ce que l’on trouverait du cote des lobbies climato-sceptiques comme « dirty tactics », ca doit etre assez savoureux aussi… Donc si 3 est vrai, il faut en effet le reprouver. Mais si 3 n’est pas vrai et que c’est seulement 1 et 2, alors vraiment pas la peine d’en faire un fromage !!

    1. « Mais si 3 n’est pas vrai et que c’est seulement 1 et 2, alors vraiment pas la peine d’en faire un fromage !! »

      Bah si, le « camp du bien » officiel qui est si « certain d’avoir raison » ne peut pas utiliser des méthodes de voyou au risque de ce discréditer ce qui n’a pas échappé a beaucoup de monde y compris chez les rechauffiste. On parle de scientifiques là pas de journalistes.

      D’autant que le style du document contiendrait nombres de bizarreries qui jettent un sérieux doute sur l’authenticité.

      Mais au final, ce qui est reproché principalement aux réchauffistes c’est leurs compromissions avec le politiques et là, pour le coup c’est l’auto-goal du siècle.

      « Malhonnête et compromis jusqu’à l’os merci de la confirmation. » même si les gens raisonnables y mettront de grande nuances le cadeau est énorme.

  4. Le point 3 de l’article est une invention pure et simple: http://www.huffingtonpost.com/peter-h-gleick/-the-origin-of-the-heartl_b_1289669.html

    Ce qui est reprocher à ce monsieur est d’avoir agi sous une fausse identité, pas d’avoir créer des faux documents.

    1. Créé.

      Megan McArdle, de rien moins que The Atlantic, et croyante-réchauffiste, a quand même consacré 3 articles de condamnation à Gleick, incrédule qu’on puisse faire ce qu’il a fait.

      Rien que le phishing, c’est déjà une fraude suffisante. Le faux document, j’avoue que je ne sais s’il l’a fabriqué lui-même ou s’il a délégué cette tâche.

      Si c’est le deuxième cas, alors c’est un type bien, de toute évidence.

    2. Objections, vos honneurs!

      1. Elgrably écrit que Gleick « a avoué » avoir commis les faux. C’est inexact. Il a avoué avoir obtenu les documents en travestissant son identité.

      2. Le Heartland Institute affirme par communiqué de presse qu’un de ces documents est un faux. PAs de preuve, juste une affirmation. On peutr les croire ou aps, mais on reste dans le registre de la croyance.

      3. Même si il y a un faux avéré, rien ne prouve de c’est Gleick qui en est l’auteur. Il peut y avoir des soupçons, mais pour accuser il faut des preuves.

      L’équation Gleick a obtenu les documents de façon illégale = ces documents sont faux = il est l’auteur des faux est donc un triple raccourci. Vous tirez des conclusions discutables sur des hypothèses non vérifiées basées sur une affirmation (de Elgrably) factuellement fausse. ça me semble bien léger…

      1. désolé pour les fautes, c’est pas facile de taper avec un doigt dans le plâtre!

      2. Tout a fait d’accord ! Je ne suis pas un defenseurs des rechauffistes (ni des sceptiques), mais je trouve l’article d’Elgrably beaucoup plus propagandiste qu’étayé, donc atteignant finalement le meme niveau de mauvaise foi que celui contre lequel elle prend cette posture outragee. Une histoire de poutre et de paille… (qui ne remet pas en question la légitimité d’autres critiques dans d’autres cas)

        1. Et les 3 articles de Megan McArdle sur le très réchauffiste Atlantic ? Ils ne vous vont pas non plu ? Allez sur theatlantic.com, faites une recherche par Heartland. Bonne lecture.

  5. En France aussi, le silence de nos médias est assourdissant….comme d’habitude sur tout ce qui pourrait faire douter les citoyens du Réchauffement Climatique Anthropique et du fonctionnement admirable du GIEC….

      1. l’immonde dans toute sa splendeur…

      2. Toujours aussi plein de bonne foi, le Foucart.

  6. De la revue scientifique « Nature » (No. 1 mondiale), vol. 482, p440, fevrier 2012:

    « Gleick’s deception [tromperie] — using an e-mail address set up in someone else’s name to request the documents from Heartland — is certainly in line with some of the tactics used to undermine climate science. When in November 2009 a hacker distributed thousands of e-mails stolen from climate researchers at the University of East Anglia in Norwich, UK, Heartland was prominent among those who criticized not the hacker, but the scientists who wrote the messages. »

    Bon, ca parassait quand-meme juste de retablir un peu la balance !… Cela dit :

    « However, Gleick, as he has admitted, crossed an important line when he acted in such a duplicitous way. It was a foolish action for a scientist, especially one who regularly engages with the public and critics… etc. »

    1. Hacker ? Qu’est-ce qui vous permet d’avancer ça ? Il y a tout lieu de penser qu’il s’agit en fait d’un courageux whistleblower scandalisé -et qui ne le serait pas ?- par les pratiques dont il était témoin.

      1. Cf. http://en.wikipedia.org/wiki/Climatic_Research_Unit_email_controversy :

        « an unknown individual or group had breached CRU’s server and thousands of emails and computer files were copied to various locations on the Internet. »

        1. Pas invraisemblable (on va pas faire les complotistes) mais celle là elle est marrante:

          http://www.guardian.co.uk/environment/blog/2010/feb/05/cru-climate-change-hacker
          « The release of hacked emails and documents came just months after climate change sceptics had filed more than 50 freedom of information requests querying the CRU’s refusal to release of raw data and program code during the summer »

          Cette théorie est tellement exacte, vérifiée, certifiée et sur d’elle même que les données sont jalousement gardées secrètes.

          -« Tout cela est super évident dans les données modélisées »
          -« Moui.. on pourrait vérifier les données et la modélisation ? »
          -« Ah non, désolé ! »
          -« Mais on va dépenser des milliards de dollars, on peut pas vérifier avant ? »
          -« …Non »

          « Niâkou Bwalélé, gueri toute maladie, cancer, sida, envoutement, retour de ta femme, envoyé ton argent d’abord… »

  7. Les réchauffistes sont soit des escrocs, soit des niais. Gleick serait plutôt de la 1ère catégorie. Leur but est de culpabiliser et terroriser les populations pour leur faire avaler n’importe quoi sans broncher, cad d’imposer une dictature molle (le « spectaculaire diffus » pour Debord).

Les commentaires sont fermés.