Le capitalisme, moteur du progrès

Publié Par Nathalie Elgrably-Lévy, le dans Non classé

Le confort qui vous entoure n’est pas le résultat d’un heureux hasard, ni une gracieuseté de l’intervention de l’État. Notre mode de vie, c’est à l’économie de marché que nous le devons.

Par Nathalie Elgrably-Lévy, Montréal, Québec.

Presque quotidiennement, le système capitaliste fait l’objet d’attaques virulentes. On le rend responsable des crises économiques et des comportements frauduleux. De nombreux dirigeants et intellectuels martèlent qu’il doit être réformé. Aujourd’hui, le terme « capitalisme » est tabou et le mot d’ordre est de vilipender cette philosophie. Quant à ses défenseurs, c’est tout juste s’ils ne sont pas représentés avec deux cornes, une fourche et une queue pointue.

Remettons les choses en perspective. Pendant des siècles, se nourrir et satisfaire ses besoins primaires était une lutte de chaque instant, l’hygiène était minimale, les moyens de production étaient primitifs et les épidémies décimaient des millions de personnes. Nos ancêtres travaillaient 75 heures par semaine dans des conditions éreintantes, ils vivaient dans des maisons offrant peu de confort, voyageaient rarement, communiquaient difficilement et mourraient jeunes.

S’il est vrai que l’accès à l’alimentation est encore problématique pour une partie de l’humanité et que nous devons nous en soucier, n’oublions pas pour autant que des milliards de personnes jouissent à présent d’un niveau de vie inimaginable il y a à peine deux siècles. Les supermarchés regorgent de nourriture, la médecine a réalisé des progrès spectaculaires, l’espérance de vie atteint des sommets, la semaine de travail a diminué de moitié, les emplois sont physiquement moins exigeants, les communications sont instantanées et accessibles à tous, la littérature et les arts se sont démocratisés. Nos vies sont agrémentées de mille et une commodités matérielles dont personne ne voudrait se passer et qui nous permettent de consacrer du temps à des activités intellectuelles ou spirituelles.

Regardez bien autour de vous. Le confort qui vous entoure n’est pas le résultat d’un heureux hasard. C’est encore moins une gracieuseté de l’intervention de l’État. Notre mode de vie, c’est à l’économie de marché que nous le devons. Certes, les acteurs dans une économie de marché poursuivent leur intérêt personnel. Cependant, les motivations n’ont aucune importance, ce sont les résultats qui comptent. On se fiche bien de savoir que ce n’est pas l’altruisme qui motive l’entreprise Apple à proposer des produits révolutionnaires. Ce qui importe, c’est qu’elle développe et rende accessibles de formidables technologies.

Dans un système où règne la concurrence, seul celui qui offre un bon produit à bon prix peut améliorer son sort. Voilà pourquoi la libre entreprise est un extraordinaire moteur de croissance et de progrès. Voilà également pourquoi il faut la défendre et la réhabiliter. Quant aux comportements frauduleux, aucun régime n’en est exempt. En revanche, aucun système ne récompense mieux l’honnêteté, l’effort, l’initiative et la prise de risques que le capitalisme.

Que le capitalisme présente des failles, personne ne le conteste. Toutefois, quelle est la solution de rechange ? Un système dirigé où le népotisme, le copinage, le favoritisme et la corruption sont systémiques et universellement répandus ? Un système dans lequel l’État ment pour pouvoir accaparer le travail de la classe moyenne afin de « sauver » des banques et des entreprises amies ? Non, merci !

Le capitalisme n’est pas parfait, mais je n’ai pas peur d’affirmer que c’est le meilleur système économique que l’humanité ait connu !

—-
Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Je suis tout à fait d’accord avec vous sauf sur un petit point: il y a une part plus ou moins grande de l’Etat dans notre situation. Les gens ont pris l’habitude de vivre confortablement…A CREDIT.
    De plus, en France, la règlementation exige par exemple des sanitaires dans les logements, améliorant de ce fait l’hygiène.

    Encore bravo pour la qualité de vos articles.

    1. L’exigence de sanitaires propres par exemple à travers les normes n’est que la transformation d’une exigence contractuelle en une exigence normative. Le capitalisme est une forme d’association, il rend des services, ainsi un constructeur de logement promet un logement répondant à certaines exigences, le Droit est là pour encadrer cette relation, rien de très étatique là-dedans, juste l’application de contrats, L’économie de marché ne va pas sans le Droit, les deux sont étroitement liés et forment un tout.

      Les progrès de l’hygiène sont largement dus aux progrès de la science et à la recherche, que le respect de l’hygiène se soit autant répandu est dû au fait que peu de monde aujourd’hui accepte de vivre dans des conditions insalubres. Bien des normes d’hygiène d’aujourd’ hui (la plupart inutiles) n’existaient pas il y a 50 ans, pourtant déjà à cette époque l’augmentation du niveau de vie était mesurable.

    1. AAlain, ton moralisme á trois Euro, ne rempli que la fonction désuéte de l’indignation pour pas cher (voir http://www.contrepoints.org/2012/02/12/68757-indignez-vous-ca-occupe)
      Par contre, si d’aventure tu voulais faire le travail indispensable d’information pour devenir un citoyen-bien-informé (plutot qu’un entrepreneur de morale), alors on pourra commencer á discuter 100 ans (je me limite) d´ erudition sur le capitalisme (pour en arriver en gros á la même conclusion que cet article).