SeaFrance ou les emplois électoraux

Publié Par Alex Korbel, le dans Non classé

Elie Cohen revient sur l’affaire SeaFrance dans un texte paru sur le site de Telos. Extrait :

Un président-candidat qui finance, avec l’argent de la SNCF, le rachat de Seafrance par une SCOP de marins.

Une candidate écologiste déterminée à sauver une raffinerie de pétrole sans débouchés, Petroplus Petit-Couronne.

Une ministre qui veut arracher à la liquidation Photowatt, un producteur de panneaux solaires dont le marché a été tari par son propre gouvernement.

L’approche des élections conduit le gouvernement à faire feu de tout bois pour éviter les licenciements dans les entreprises qui font la Une des médias.

Mieux encore, le président-candidat, dans un accès d’hyper-volontarisme, entend apporter des solutions durables à ces faillites industrielles et faire ainsi la preuve que contrairement à ce qu’affirmait Lionel Jospin, « l’Etat peut tout faire ».

Pour les salariés des entreprises les plus en vue, c’est une bonne nouvelle. Un répit de quelques mois est bon à prendre dans un marché de l’emploi très dégradé. Mais pour l’économie française c’est un pur exercice d’anti-pédagogie.

Lire le reste de l’article sur le site Internet de Telos.

Laisser un commentaire