Décès du dictateur nord-coréen Kim Jong-Il

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Le dictateur nord-coréen, Kim Jong-Il, dont la santé était chancelante depuis des années, est mort samedi. Son fils, Kim Jong-Un, a été désigné pour prendre sa succession.

Kim, dont la mobilité était réduite depuis un accident cérébral en 2008, est décédé d’un infarctus du myocarde sévère et d’une crise cardiaque dans son train au cours d’un de ses traditionnels déplacements sur le terrain. Une autopsie a été réalisée dimanche. Son fils cadet, Kim Jong-Un, né en 1983 ou 1984, a été désigné pour prendre sa succession à la tête de la dynastie communiste.

Les funérailles de Kim Jong-Il, parvenu au pouvoir en 1994 à la mort de Kim Il-Sung, son père et fondateur du régime, ont été fixées au 28 décembre à Pyongyang. Les autorités de l’État communiste ont décrété un deuil du 17 au 29 décembre. Le nom de Kim Jong-Un figure en tête de la liste des personnalités composant la commission d’organisation des funérailles de son père, ce qui semble signifier qu’il la présidera.

À Séoul, le gouvernement sud-coréen était placé en état d’alerte à l’annonce de la mort du dirigeant nord-coréen, les deux pays restant techniquement en état de conflit armé depuis l’armistice précaire signé à l’issue de la guerre de Corée. Le gouvernement japonais a également convoqué lundi une réunion d’urgence de sécurité. Le Premier ministre nippon Yoshihiko Noda a annulé un discours qu’il devait prononcer en milieu de journée à Tokyo et a immédiatement rejoint son bureau pour s’entretenir avec ses principaux ministres.

Laisser un commentaire

  1. Décès qui intervient juste après celui de danielle Mitterrand ( j’ai mis une majuscule mais ça me coûte). Sale temps pour les démocrates socialistes, prions pour que Chavez gagne son combat héroïque contre le cancer.

    1. Comme aurait pu dire un de ces jeunes humoristes talentueux, après la mort de Kim-Jong-Il, que va-t-il advenir de sa femme, Kim-Jong-Elle ?

      Blague à part, sale année pour les dictateurs, après Moubarak, Kadhafi et Ben Ali.

      1. Tyrans, pas dictateurs. La différence semble avoir été jetée aux oubliettes depuis longtemps, pourtant elle est d’importance. Elle réside dans la légitimité.

  2. Je m’inspire, dans mon propos, d’un extrait que je tire du livre de Simon Leys. — Essais sur la Chine (Coll. « Bouquins »), dans lequel il écrit :
    « Les bonnes origines sociales jouent […] un rôle prépondérant.
    Les bien-nés jouissent de tous les passe-droits.
    [La valeur de ceux-ci] n’est plus fondée que sur l’hérédité. » (p. 476)

    Le régime communiste nord-coréen, qui, selon cette notion, perpétue sa dictature de père en fils, est particulièrement caricatural. :-(

  3. Commentaire stupide qui a l’excuse de l’ignorance crasse, mais quand on ignore ce qu’est le trotskisme par rapport au stalinisme, on se tait.
    Petite précision : Nathalie Arthaud et Arlette Laguiller se réclament du trotskisme.

    1. Oui , et donc ?
      Où est le problème avec le commentaire (le mien puisque le tien en dessous sans précision) ?
      Il est dit « le jeune meneuse de LO, un parti trotskiste »

  4. La peste et le choléra sont différents, mais dans le fond ça reste deux belles saloperies. On peut être stalinien, trotskiste, maoïste, guevariste, socialiste, etc. ad nauseam, on en reste pas moins une pourriture vivante, une plaie de l’humanité qui mériterait d’être éliminée d’un coup de talon comme on le fait pour la première blatte venue.