Triple A, mon amour

Publié Par Michel de Poncins, le dans Économie générale, Monnaie et finance

Le triple A est devenu l’idole absolue devant laquelle chacun est obligé de s’incliner.

Par Michel de Poncins

Ce fameux triple A est devenu l’idole absolue devant laquelle chacun est obligé de s’incliner. Les nouvelles se bousculent à vive allure et ressemblent à un étrange ballet : un pas en avant, puis un pas en arrière. La prétendument vertueuse Allemagne est elle-même menacée ainsi que d’autres pays européens dont la vertu est indiscutable. Standard and Poor’s a craché du venin de son magnifique gratte-ciel à New-York. Loin de nous, l’idée de nous réjouir des perspectives plus ou moins nettes de perte ou de dégradation de la note de la France. Nous remarquerons seulement que certains pays et non des moindres ont perdu leur mascotte sans dommages apparents.

Le pouvoir, en France, affiche une crainte panique en invoquant un intérêt général dont il prétend être le seul juge. La vraie raison est sa fureur dépensière. Ne voulant absolument pas décider des mesures bien connues pour libérer la croissance, il souhaite continuer à dépenser sans mesure : la perte ou la dégradation augmenterait le coût de ses emprunts. Une analyse plus fine conduit à s’interroger sur la franchise de ses cris d’alarme : est-il sincère ? Répondre est impossible tant les campagnes électorales se déroulent dans des ténèbres complexes et malodorantes.

Beaucoup en profitent pour accuser les marchés que l’on assimile aux agences de notation : la confusion est totale. Il y a trois entités distinctes : la réalité économique, les agences de notation et les marchés. Les agences sont des business comme d’autres. Malgré leurs prétentions, elles se trompent souvent ; elles se sont trompées sur la Grèce entraînant dans l’erreur beaucoup d’acteurs. Leur personnel est-il vérolé par l’idéologie mondialiste en vogue ? C’est probable. Elles saluent favorablement des pas pourtant très mesurés vers plus d’Europe, alors que la Communauté Européenne est largement à la source de la panne de croissance dont elle se plaint amèrement.

Les marchés représentent le juge final contre lequel il est impossible de lutter dans le long terme. Dans le court terme, il arrive qu’ils réagissent favorablement sur des apparences. Comme les agences, ils saluent par des hausses les légères avancées vers l’Europe.

Les fausses idées

Le comportement des acteurs est à la croisée de plusieurs idées erronées.

L’idée que la sainte croissance résoudrait tous les problèmes, permettant, en particulier, d’arrêter les déficits, lesquels durent depuis 37 ans. Pour atteindre les critères de Maastricht, il faudrait plus de 7% de croissance ; le taux de 7% n’est pas impossible en soi, mais il y a aussi l’immensité des dettes à rembourser. L’action sur le déficit budgétaire est un peu l’arbre qui cache la forêt. Le seul objectif raisonnable serait de créer un surplus budgétaire à l’image de certains pays.

Le point essentiel est l’importance de l’endettement public global. À supposer que le déficit budgétaire soit réduit, les conséquences seraient minimes si par ailleurs l’endettement global des pouvoirs publics et de toutes les succursales para publiques augmentent par la création de nouvelles dettes. En plus, l’action sur les déficits se traduit par le déluge d’impôts, ce qui est contraire à l’objectif prétendu de la croissance

Quels sont les moyens pour stimuler la croissance ? Nous nous heurtons ici à l’idéologie du « tout-État » qui pénètre partout les esprits. Stimuler la croissance par l’intervention de l’État est se condamner à l’échec. La croissance ne peut venir que des acteurs privés et, notamment, des entreprises qu’il faut libérer de tous les obstacles qui les freinent.

Un autre objectif énoncé officiellement est de sauver l’Euro. L’Euro est une très mauvaise idée en soi et cela n’empêche pas de le sanctifier. En plus, il cache un objectif plus ambitieux qui est de sauver l’Europe. L’Europe est un conglomérat à 27, bientôt à 28. Il est ingouvernable et livré à de richissimes Commissaires agissant pratiquement sans contrôle véritable. La richesse incomparable de l’Europe et ses multiples entraves, avec l’inondation des directives et des recours juridiques, expliquent la panne de croissance dont elle est le théâtre. Au « tout État » qui détruit l’économie française se superpose le « tout Super État ». L’idéologie européenne est tellement présente que la seule perspective de voir les budgets des États membres examinés par les gnomes de Bruxelles rempli d’aise les médias. On va jusqu’à évoquer des sanctions quasi automatiques pour les États qui ne respecteraient pas les consignes de Bruxelles : quel beau « bazar » en perspective. Le véritable objectif est une gouvernance économique de l’Europe ce qui est le contraire de la liberté.

La règle d’or

Tout ce remue-méninges est proche d’accoucher d’une souris. On présente comme un remède miracle, un accord éventuel, faute de mieux, pour l’inscription dans les constitutions d’une règle d’or. Ce système est supposé supprimer les déficits publics dont les politiques sont seuls responsables. Incapables de modérer leurs furies dépensières, ils se ficelleraient eux-mêmes les mains. N’importe quel économiste ou juriste sérieux observera que cette règle ne serait qu’une simple barrière de papier sans aucun effet pratique. D’autre part, l’objectif de cette règle d’or serait limité uniquement aux déficits annuels qui sont, certes, l’une des causes principales de l’endettement croissant, mais pas du tout la seule. Nulle part, il n’est question d’interdire purement et simplement toute création de nouvelles dettes.

Pour terminer, rassurons-nous. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se sont embrassés publiquement et l’idée de la nécessité du couple franco-allemand est ainsi sacralisée. La question est : qui donne le baiser de Judas ?

Laisser un commentaire

  1. Si demain ou après-demain Standard et l’autre décident de déclasser la France, Sarközy va sortir un discours tout prêt, sur le thème : « Français, ne vous inquiétez pas, la France, dans le cadre du nouveau traité européen, est assez forte pour … » et bla bla bla. Il faudra comprendre : « ce n’est pas une raison pour ne pas me renouveler mon mandat ». C’est la direction du vestiaire qu’il faudra lui indiquer.

  2. Il faut souligner que les emprunts effrénés ont continués avec Sarközy, directement inspirés par la pensée « après-moi le déluge », puisque le remboursement est différé, mis à la charge de Français à venir. Et l’homme veut nous faire croire que les causes de notre situation sont à chercher ailleurs que chez nous.

  3. La règles d’or n’empêchera pas l’explosion des impôts et la folie des dépenses publiques.

    Les Etats providences européens ressemblent à ces joueurs de poker qui flambent en perdant tout le temps et qui réclament de pouvoir jouer encore un peu en nous disant « prêtez-moi, c’est sûr, ce coup-ci, je vais me refaire ».

    Quant à l’Allemagne, elle va faire faillite comme ses voisins : elle a accueilli les usines pour fabriquer les produits consommés à crédit (lequel va s’arrêter) par les cigales du Sud.