Haro sur le Poker!

Publié Par Thibault Doidy de Kerguelen, le dans Économie générale, Fiscalité

Nos élus, toujours à la recherche de nouvelles taxes, si possible démagogiques et sans risque électoral, viennent de trouver une nouvelle cible: les gains des joueurs de Poker!

Un article de Thibault Doidy de Kerguelen.

La députée socialiste de Moselle Aurélie Filippetti, toujours disponible pour un coup d’éclat démago,  a déposé un amendement au projet de loi de finance 2012 exigeant que les gains des joueurs de poker soient soumis à l’IRPP. A la suite du débat en commission, son amendement a été retoqué car jugé « excessivement littéraire » par le président, Monsieur Jérôme Cahuzac.

Retoqué sur la forme mais point sur le fonds. Qu’en est il exactement, de ce fonds?

Actuellement, le régime des gains perçus au poker est l’exonération. Il en est ainsi de tous les gains provenant des jeux de hasard. Rappelons que cette exonération n’en n’est pas tout à fait une, puisque s’applique une lourde taxation sur les mises qui fait que les sommes redistribuées au jeu sont loin d’être celles engagées par les joueurs. A ce sujet, certains députés, autour de Monsieur Lamour envisagent la modification de cette taxation, modification ayant pour objectif son alourdissement à terme.

L’argument (rhétorique) de Madame Aurélie Filippetti est la remise en cause de la qualification du poker comme jeu de hasard.
Ceci n’est pas nouveau, régulièrement les contrôleurs zélés de l’administration fiscale redressent certains joueurs sur la base de cette argumentation. En général, ceux qui contestent et poussent la procédure jusqu’au bout obtiennent satisfaction (eh oui, l’administration fiscale française se permet de vous taxer  a priori, bénéficiant du privilège ahurissant de l’inversion de la charge de la preuve, vous obligeant, vous, « contribuable accusé » à engager une procédure et à faire la preuve que l’accusation a tort!!!!). « En général », car, récemment, le tribunal administratif de Clermont Ferrand en a décidé autrement (voir ici l’excellente analyse de ce jugement par Eric Haber, avocat associé chez Orsay). Heureusement que Aurélie Filippetti, toute à sa rhétorique idéologique sur l’imposition des « vilains » gains non issus du travail n’a pas eu la présence d’esprit de s’appuyer sur cette décision pour asseoir son amendement!

N’empêche, le principe de l’amendement a été retenu. Il est probable qu’une bonne partie de nos élus vont se ruer sur l’aubaine pour décréter un nouvel impôt sur ceux que nous allons bientôt voir présentés dans la grande presse comme des « parasites ».

C’est après, comme toujours, que se poseront les vraies questions. La base d’imposition? Les gains, déduction faite des pertes… (cela semble logique, non?) Ah oui, alors c’est là que pour ma part je m’esclaffe! Qu’en est il des joueurs qui ont plus perdu que gagné? Ils ont droit à une déduction d’impot? Logique, si le poker n’est pas un jeu de hasard et que ses gains individuels sont imposables, il est normal que, n’étant pas un jeu de hasard, ses pertes soient aussi comptabilisées…

Sachant que le total des sommes reversées est inférieur (déductions faites des frais de fonctionnement des organisateurs et de la taxation citée ci-dessus) au total des sommes engagées, cela veut dire qu’il y a mathématiquement plus de pertes que de gains!

Qu’il y aura donc plus de déductions fiscales que de nouvelles impositions…..

Quand on sait que Madame Aurélie Filippetti est une des « proches collaboratrices » de François Hollande qui n’hésite pas à la montrer à chaque occasion, ça n’augure rien de bon pour l’avenir si d’aventure le candidat socialiste venait à être élu!

Sur le web
Lire le reste des articles de Contrepoints sur le poker

Laisser un commentaire

  1. Il y a toujours une énorme confusion entre la partie monétaire des flux, et la partie totale qui comprend flux de trocs et flux monétaires. Toute la confusion générée par cet aveuglement mène à des asymétries flagrantes comme celle qui est dénoncée dans ce post.

    Le capital n’est pas, n’a jamais été sa sous-partie monétaire, et l’enrichissement ou l’apauvrissement n’est pas et n’a jamais été une fonction du seul flux monétaire.

    Cette fixation erronée sur les flux monétaires conduit à ce type d’aberration qui est d’aller voir là où sont les flux monétaires, en ignorant la partie immergée immense de l’iceberg.

  2. Moi je pense qu’il faut taxer l’air qu’on respire, certains respirant plus fort que d’autres. Cette injustice doit être réparée séance tenante !
    Equipons nos concitoyens d’appareils buccaux obligatoires (si possible directement greffés) mesurant la consommation en Oxygène de chacun ! Gare aux sur-consommateurs !

  3. Effectivement depuis la loi arjel les tables de poker sont devenus quasiment imbattables à cause des taxations trop importantes.
    A savoir que les plus gros joueurs ont fuit la France, ou bien contourne la loi en jouant sur des sites non agréer.