Les conditions de la Chine pour aider l’UE

Publié Par Open Europe, le dans Non classé

Une brève d’Open Europe

Toutes les histoires concernant l’implication chinoise dans le sauvetage de la zone euro ne sont pas vraiment nouvelles. Après tout, le fonds souverain chinois, la China Investment Corporation a obtenu plus de 400 milliards d’actifs à investir. Et la zone euro a un besoin désespéré d’argent frais. Il lui reste un certain nombre d’options disponibles : la Chine pourrait investir dans des projets d’infrastructure, proposer son aide dans des programmes de recapitalisation des banques ou encore acheter encore plus d’obligations gouvernementales.

Il y a quelques semaines, le Sunday Times nous disait qu’en échange de ces investissements, la Chine cherchait à s’octroyer secrètement des engagements supplémentaires concernant les réductions budgétaires et des réformes structurelles (notamment sur la sécurité sociale et les retraites) parmi les nations membres de la monnaie commune. L’article citait une source proche des discussions qui ont eu lieu au récent G20 à Paris qui disait: «La Chine veut être sûre que l’Europe connaît la taille du déficit avant d’accepter de le résorber ».

En outre, on a longtemps spéculé qu’en échange d’un renflouement de la zone euro, la Chine pourrait obtenir d’importantes concessions politiques, tels que la levée de l’embargo sur les armes prononcé par l’Union et se voir accorder le statut d’une économie de marché. Cependant le tabloïd Bild, le plus lu d’Allemagne (et d’Europe), a aujourd’hui opté pour la retenue (d’autres diront une perte de goût) sur ce sujet, dont nous nous faisons l’écho ci-dessus.

Compte tenu de l’état ​​périlleux dans laquelle se trouve la zone euro, nous craignons que les chinois aient le dernier mot.

—-
Sur le web
Traduction : JATW pour Contrepoints.

Laisser un commentaire