Christianophobie vs islamophobie

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Deux poids deux mesures? Rappelons quelle est la réponse libérale aux questions posées par les affaires récentes de blasphème.

Un article du Parisien Libéral.

Préalable important : nul appel à haïr une quelconque religion que ce soit  dans ce billet.

Deux faits divers attirent l’attention ces jours-ci. D’un coté, un alsacien poursuivi en justice, en appel suite à première relaxe, pour avoir brûlé le Coran, de l’autre, la plainte de la Ville de Paris et du Théâtre de la Ville contre des manifestants ayant interrompu la pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu ».

Dans le premier cas, le trentenaire de Bischeim risque 3 mois de prison avec sursis et 1.000 euros d’amende suite à une plainte de la Grande Mosquée de Strasbourg et de la Licra pour provocation à la discrimination.

Dans le deuxième, les manifestants de l’institut Civitas et de la Fraternité Saint Pie X sont poursuivis pour actes de dégradation du domaine public et d’atteinte à la liberté de création et d’expression artistique. La demande d’interdiction du spectacle par voie de justice avait été déboutée le 18 octobre. Donc dans un cas, les autorités sont du côté de la défense de la liberté d’expression, dans l’autre cas, du coté de la limitation de la liberté d’expression.

L’Église a déjà fait une réponse globale aux provocations anti-chrétiennes : Le cardinal Vingt-Trois, Président de la conférence des évêques, déclarait  au moment de l’affaire du « Piss Christ » en Avignon sur Radio Notre Dame :

Nous devons accepter de supporter avec le Christ l’incompréhension, l’hostilité et la violence des autres, sinon nous entrons dans une guerre culturelle qui n’est pas dans le sens de l’Évangile.

L’Église, une fois de plus, tient une position de paix, fidèle au message de Jésus.

Le vivre ensemble fraternel auquel tout le monde ou presque aspire en France passe par plusieurs conditions :

— La liberté totale et inconditionnelle d’expression de sentiments anti-religieux, quelle que soit la religion.

— La fin de la prise en otage des contribuables, dont on se demande bien pourquoi ils financent des pièces de théâtre (donc privatisation de la culture et des théâtres).

— La plainte systématique de toutes les collectivités territoriales contre n’importe quel manifestant qui dégrade un bien public, y compris s’il s’agit de marins-pêcheurs qui incendient le Parlement de Bretagne, des casseurs de banlieue qui vandalisent des abribus, des policiers qui cassent des vitrines ou des CGTistes qui défoncent une sous-préfecture.

En somme, l’application de la liberté et de l’égalité.

Devise de la République : pour tous

Très rapidement, les gens apprendront à se respecter mutuellement, en vertu du principe qui consiste à ne pas faire à autrui ce qu’on nous voudrait pas qu’il nous fasse.

—-
Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Ce qui est sûr, c’est que la LICRA (qui, au passage distingue l’anti-sémitisme du racisme) n’aurait pas porté plainte si un musulman avait brûlé une Bible.
    Au fait, quand va-t’on arrêter de parler de ces guignols ? C’est leur donner beaucoup trop d’importance…

    1. Mais le problème est beaucoup trop grave pour être tu: toute association autoproclamée antiraciste peut vous faire payer des dizaines de milliers d’euros de dommages en france aujourd’hui pour des propos tenus en privé. Vous avez bien lu, en privé. Lisez La Régression Intellectuelle de la France de Philippe Nemo.

  2. C’est juste bien fait pour tous ceux qui sacralisent l’immigration en traitant de raciste et d’islamophobe celui qui se livre à la moindre critique. Voilà le résultat. On ne dit rien quand des fatwas demandant la mort sont délivrées contre les humoristes danois, on ne dit rien quand des ambassades sont incendiées et les drapeaux brûlés, on ne dit rien quand les marches de protestation dégénèrent en pillage et saccages, on ne dit rien quand la police se fait canarder aux armes lourdes.
    On pisse sur le Christ avec l’argent du contribuable ? Bien fait pour vous.

    1. Le Parisien LibéralLe Parisien Liberal

      « indignation » partagée mais ne mélangeons pas les choux et les carottes. L’affaire du Danemark : des gens au Pakistan et en Egypte qui manifestent chez eux contre les « intérets » danois, les ambassades : comme vous, je ne comprends pas que la France n’ait rien dit pour l’attaque en Syrie, qui au passage n’est pas vraiment musulmane mais surtout ultra dictatoriale, quand aux armes dirigées contre la police, c’est surtout à 100% lié à la guerre contre la drogue, dans lequel l’islam est un pavarent bien pratique pour les racailles et leurs maires gauchistes.

  3. « Donc dans un cas, les autorités sont du côté de la défense de la liberté d’expression, dans l’autre cas, du coté de la limitation de la liberté d’expression. »

    Je ne crois pas, non.
    Si j’ai bien compris, à Paris les autorités déboutent les associations et favorisent la liberté d’expression, certes, mais à Strasbourg il s’agit d’une plainte d’associations privées contre une personne privée.
    Sauf erreur ou omission, les autorités n’interviennent pas dans ce dernier cas, non ?

  4. En tant que Breton et catholique, je me permets ces précisions:
    – ce n’est pas le Parlement de Bretagne qui a brûlé,mais le bâtiment du XVIIème siècle abritant le palais de justice de l’état français. Le Parlement de Bretagne,institution, a été supprimé unilatéralement par l’état français de 1789. C’est une fusée de détresse tirés par les marins manifestant qui a mis le feu aux combles qui n’étaient pas aux normes anti-incendie. Cet édifice public n’était pas assuré. »Ouest-France », le bien nommé, en a fait sa une et a lancé une souscription pour sa luxueuse reconstruction, avec succès. Ce qui montre la conscience politique des Bretons, qui par ailleurs laissent brûler leur langue sans problème.
    -mettez- vous en parallèle la totale libre expression de sentiments religieux avec celle des sentiments anti-religieux? Par exemple, les manifestants catholiques qui prient devant ce fameux théâtre en ont-ils le droit?
    Je pense que nous sommes d’accord sur le fond,mais de lointaines études juridiques m’incitent à la précision dans les attendus d’un article.
    Cordialement vôtre,
    Le Honzec

  5. Le Parisien LibéralLe Parisien Liberal

    merci pour vos précisions. le point ici était simplement de souligner que si l’Etat ou les collectivités privilégiaient un peu les intérets des contribuables, alors toute atteinte au patrimoine public serait sanctionnée, comme ce ne fut pas le cas suitre à l’incendie de 1994. Il ne s’agit pas, cela dit, de mettre sur le même plan cette fusée de détresse perdue et d’autres types de manif.

  6. Mais à ma connaissance, ils se contentent de prier. Pour un non croyant, le fait que le visage du Christ prié par la Chrétienté soit recouvert d’excrément ne choque pas? S’il ne croit pas, il n’en reste pas moins qu’il devrait penser que ce sont les croyants qu’il voit, sans réagir, abominablement insultés. Où est la justice? Où s’arrête la sacro sainte « liberté d’expression »? Liberté, que de crimes on comment en ton nom.
    Et pour finir, pour ceux qui ont un reste de conscience, cette phrase de St Jean Chrysostome:
    La patience à supporter les offenses qui s’adressent à nous, c’est de la vertu ; mais rester insensible à celles qui s’adressent à Dieu, c’est le comble de l’impiété !