Climategate, la suite

Publié Par Nathalie Elgrably-Lévy, le dans Environnement

Le rapport censé prouver le réchauffement est contesté de l’intérieur même de l’équipe scientifique…

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec

On se souvient tous du Climategate (scandale des courriels piratés) il y a 2 ans. À l’époque, les chercheurs de l’Université East Anglia avaient été accusés de manipuler les données pour cacher le fait que la terre ne se réchauffe pas.

On dirait bien que la science du climat est de nouveau dans l’eau bouillante.

Il y a quelques jours, le projet BEST (Berkeley Earth Surface Temperature project) a annoncé que la terre se réchauffe  (ici). Cette étude devait être une preuve irréfutable devant réduire au silence tous les sceptiques. Voici ce qu’a  déclaré le Professeur Muller:

Global warming is real. Perhaps our results will help cool this portion of the climate debate.

Tous les médias se sont empressés de rapporter la nouvelle.

Or, on apprenait avant-hier qu’un membre de l’équipe de Muller, la professeur Judith Curry, affirme qu’il n’existe aucune preuve scientifique prouvant le réchauffement climatique (ici). Selon elle, l’équipe du professeur Muller tente de cacher l’absence de réchauffement.

Alors que le Professeur Richard Muller, ancien climatosceptique, dit que les dernières études règlent définitivement le débat du réchauffement, le Professeur Judith Curry, aux antipodes, déclare qu'une telle affirmation est une "erreur".

La Global Warming Policy Foundation (GWPF) a utilisé les données de projet BEST pour représenter graphiquement l’évolution de la température. Elle a ensuite comparé son graphique avec celui du projet BEST. Alors que celui du professeur Muller montre un réchauffement très net, celui tracé par la GWPF ne montre aucun réchauffement depuis une décennie.  Heureusement qu’il existe encore des chercheurs qui ont le sens de l’éthique!

 

Si la terre se réchauffe réellement à cause du comportement de l’être humain, la planète entière fera le nécessaire. Mais au préalable… qu’on nous dise la VÉRITÉ! Entre le climategate de 2009 et maintenant ceci, ça commence à faire beaucoup.

—-
Sur le web

 

Laisser un commentaire

  1. Je ne sais pas pour le reste de l’article, mais le graphique relève du spin de maternelle :
    – le graphique du haut est sur une échelle ou chaque graduation verticale représente 25 ans,
    – alors que chaque graduation verticale représente une seule année en dessous… donc une échelle 25 fois plus grosse.

    Donc ça prouve rien.

    Si on regarde bien le graphique du haut, on voit que meme dans la période d’accroissement, il est toujours possible de trouver une voire deux période de 10 ans où on pourrait dire que ça stagne ou baisse (ça a l’air la fin des années 80 et début 90), ou même sur la période précédente, en finissant sur un mois « bas ».

    Ridicule donc.

    Mais si vous prenez une échelle plus large, y’a pas : la température est montée, et seule une observation sur les 25 ans à venir permettraient de voir si ça stagne ou non.

    Mathématiques, CM2.

    1. « donc une échelle 25 fois plus grosse »
      —————-
      Non sans blague !
      Ya pas à dire, Warm est sacrément observateur. Bravo pour le scoop, pas étonnant qu’avec des champions comme toi, le réchauffisme soit en plein déroute.

    2. D’après les réchauffiste l’augmentation de la température devrait être exponentiel puisque nos Emissions de carbone augmentent de plus en plus. Si vraiment le réchauffement climatique est directement lié aux emissions de carbone humaine alors il est tout à fait impossible que la courbe qui montre une progression constante de 1975 à 2000 puisse tout d’un coup se stabiliser.
      Si la courbe regroupant les 10 dernières années ne peut être extrapolé pour définir les prochaines années, il en résulte que la première courbe ne peut en aucun cas être utiliser de la même manière.
      De plus en observant attentivement la première courbe on peut dire que grosso modo la température moyenne n’a pas évoluée entre 1875 et 1975 alors que durant ces 100 ans les emissions de carbone d’origine humaines ont sans doute été multiplié par 1000 voir plus (révolution industriel, explosion du trafic routier, de la population, chauffage centrale…). Là encore l’origine humaine du réchauffement est remise en question.

    3. Je dois bien admettre que, pour le coup, la comparaison des graphiques n’est pas particulièrement convaincante… Par contre, effectivement,le graphique a clairement été « orienté » de manière à montrer une hausse tendancielle ces 10 dernières années (ce qui semble faux sur le graphique du bas). Mais de là à parler d’un « Climategate »…

      D’une manière générale, ni l’un, li l’autre des graphiques ne sont réelement convaincants. De plus, la plupart des craintes AVEREES au niveau des changements climatiques sont pour le cas d’une hausse rapide des températures (pas d’une hausse ou d’une baisse tendancielle comme notre planète en a connues des milliers). D’ailleurs, c’est exactement ce que dit l’étude du D. Muller : « Global warming is real. Perhaps our results will help cool this portion of the climate debate. How much of the warming is due to humans and what will be the likely effects? We made no independent assessment of that. »

      Au moins, l’étude en question, aura servi à montrer qu’il y a bien eu une hausse moyenne des températures ces 200 dernières années. Mais on reste très très loin des 2° en 10 ans censés provoqué cataclysme et décès massifs de châtons.

  2. A part ca sur le fond, pour vous, le 2e graphique, qui couvre 10 ans, signifie-t-il sans appel que la température moyenne stagne sur une période de 250 ans ?

    Si vous répondez oui, il faut donc considérer que pour vous 1=25. C’est un choix, mais alors assumez le. Ca vous permettra de créer une toute nouvelle école de mathématique.

    1. Ils ont bien inventé une nouvelle physique, ce n’est pas la nécessité de créer une nouvelle école mathématique qui va les retenir dans le fait de tirer des conclusions de tout et n’importe quoi. C4est bien connu, le climato-sceptique fait feu de tout bois, tant pis pour la cohérence, la rigueur ou la crédibilité.

  3. L’ article ci-dessus est extrèmement simplificateur. il n’ en reste pas moins vrai que 1/ Le professeur Muller n’ a jamais été un sceptique
    2/ Je n’ ai jamais entendu parler d’ un scientifique sceptique qui nie l’ existence du réchauffement climatique, il s’ agit d’ un artifice rhétorique utilisé couramment par les alarmistes, efficace sur les gens qui ne connaîssent pas où peu le sujet….
    A part ça le plus simple est d’ aller voir le site de judith Curry  » Climate etc » pour voir ce qu ‘elle dit vraiment, sans intermédiaire ( pour anglophones)

    1. « Le professeur Muller n’ a jamais été un sceptique »

      Muller avait déclaré en 2003 ( http://muller.lbl.gov/TRessays/23-Medievalglobalwarming.html ) que « le CO2 produit par l’homme est le plus grand polluant de l’histoire de l’humanité » : “My own reading of the literature and study of paleoclimate suggests strongly that carbon dioxide from burning of fossil fuels will prove to be the greatest pollutant of human history.”
      Tu parles d’un sceptique ! Mais ça n’a nullement empêché les propagandistes de la FARCE (la fraternité des alarmistes du RC exagéré) de répéter en boucle, avec la complicité active des journaleux que c’est un sceptique repenti.

      Aucune stupidité n’est assez stupide, aucun mensonge n’est assez gros, aucune tricherie n’est assez voyante pour être écartée de la propagande des réchauffistes. Si leurs arguments étaient valables, n’importe quel mongolien se serait déjà demandé pourquoi ils n’arrêtent pas de mentir comme des gorets.

  4. Franchement… savez-vous lire ?

    Personne n’a dit que « 1=25″ ou que le graphique du bas montrait « que la température moyenne stagne sur une période de 250 ans « .

    Il s’agit simplement de dire que le premier graphique masque la stagnation des températures depuis 10 ans, stagnation montrée par le second graphique. Où est le problème ?

  5. 1) Cette étude Best n’a pas pour objet de valider le rôle pivot que le GIEC a arbitrairement attribué du CO2, donc toutes les critiques restent valables sur ce point
    2) Bien sûr, nul ne conteste que T est montée de 0,7°C depuis 1850, de manière non linéaire et rarement en phase avec l’augmentation du taux de CO2 (ceci n’a eu lieu que sur la seule période 1980-1998, ce qui est trop court pour en déduire une relation de causalité).
    3) Cette étude concerne uniquement les terres émergées, soit 30% de la surface de la planète (et sans doute moins compte tenu du peu de stations de mesure aux pôles). Il n’est donc pas légitime de déduire que ce résultat partiel, qui reste à passer au crible du peer-review, mette fin aux nombreuses critiques et remette en cause toutes les données d’observation dérangeantes pour les modèles numériques.
    4) Je m’étonne que cette étude ne dise pas que T est stable depuis 13 ans (mesures satellitaires UAH et RSS), ce qui est une information très importante, mais que les médias ont toujours cachée (ou présentée de manière à masquer ce fait).

    1. « Je m’étonne que cette étude ne dise pas que T est stable depuis 13 ans »
      Ne t’étonne pas. La réponse est à la portée de deux neurones connectés. ;)

    2. jipebe29: « (ceci n’a eu lieu que sur la seule période 1980-1998, ce qui est trop court pour en déduire une relation de causalité). »

      Euh… /dans le cadre de ton raisonnement/: ça veut surtout dire que tout le reste (hors 1980-1998) montre qu’il N’y a justement PAS de relation de causalité

  6. Comme toujours, aussi monstrueusement désinformateur..

    Pour info, les données best s’arrêtent en 2010, et un mois ne contient qu’une 50aine de stations, toutes en antarctique, au lieu des 14’000 pour les autres mois: c’est ce qui provoquent ce pic dans le graphique. Sans cette erreur il y a bien une tendance positive sur 10 ans…

    http://www.woodfortrees.org/plot/best/from:2000/to:2010.2/mean:12/plot/best/from:2000/to:2010.2/trend

    Mais ce n’est pas significatif: il faut au moins 20 ans de données pour que la tendance de fond sorte clairement du bruit de la variabilité inter-annuelle

    Vous pouvez trouver plein de période de stagnation de moins de 10 ans:

    http://www.woodfortrees.org/plot/best/from:1950/to:2010.2/mean:12/plot/best/from:1950/to:2010.2/trend/plot/best/from:1988/to:1996/trend/plot/best/from:1978/to:1987/trend/plot/best/from:1998/to:2005/trend

    ça ne change rien à l’estimation de la tendance de fond.

    Le problème est comparable à la variabilité météorologique: si un coup de froid en mars fait que la température baisse d’une semaine sur l’autre, ça ne signifie pas que l’été n’arrivera jamais ! :-)

  7. « 4) Je m’étonne que cette étude ne dise pas que T est stable depuis 13 ans (mesures satellitaires UAH et RSS), ce qui est une information très importante, mais que les médias ont toujours cachée (ou présentée de manière à masquer ce fait). »

    C’est faux… il faut revoir votre méthode de « cherry picking » :-)

    http://www.woodfortrees.org/plot/uah/last:156/plot/wti/last:156/trend

    A la limite, il faut dire « la T est stable depuis 13ans et 9mois », meilleure pioche !

    http://www.woodfortrees.org/plot/uah/last:165/plot/wti/last:165/trend

    Mais surtout ne dite pas « la T est stable depuis 12ans » :-) :-):

    http://www.woodfortrees.org/plot/uah/last:144/plot/wti/last:144/trend

    De mon côté je peux vous dire que les T explosent depuis 5 ans (On va tous mouriiiiir ! :-) :-) )

    http://www.woodfortrees.org/plot/uah/last:45/plot/wti/last:45/trend

    Tout ça pour vous montrer que les tendances de fond, ça s’évalue sur le long terme…

    1. « Tout ça pour vous montrer que les tendances de fond, ça s’évalue sur le long terme… »

      Et comme on a zéro mesure valable avant 1979, il faut avoir la foi !
      Le long terme quand on parle de la planète Terre, c’est combien ?

  8. Ils ont bien inventé une nouvelle physique, ce n’est pas la nécessité de créer une nouvelle école mathématique qui va les retenir dans le fait de tirer des conclusions de tout et n’importe quoi. C’est bien connu, le réchauffiste fait feu de tout bois, tant pis pour la cohérence, la rigueur ou la crédibilité.

    Tiens ! ça marche aussi comme ça…

  9. « Encore raté… Des mesures de la troposhère, on en a avant les satellites, depuis les années 50, avec les ballons sondes: »

    Wah super, tu gagnes 29 ans sur 4 milliards d’années ! avec une couverture pourrie à l’échelle de la planète.
    Mais évidemment tu réponds jamais aux questions.
    Alors c’est quoi le long terme ?

    1. Il n’y a jamais eu de couverture à l’échelle de la planète par les radiosondes, bref, Warm fait son bouffon, comme dab. Il applique la bonne vieille méthode des propagandistes, mentir et encore mentir, en espérant que ça passe. Après tout, il y a au moins un couillon né chaque minute.

      Mais bon, il en est toujours à la version 1.0 de son Climato-apocalyptron, c’est comme avec le Minitel, même les couillons sous-doués commencent à s’en lasser.
      Notre VRP en fin de carrière de l’Eglise de Climatologie n’a toujours pas compris qu’il refourgue de la camellotte et que même avec des promos monstres, les clients fuient en masse.
      Warm, 18/20 pour l’effort, 0/20 pour le résultat.

  10. Etant historien, je n’ai jamais cru à un réchauffement « anormal », transformé ensuite sémantiquement en « changement » , puis en « dérèglement » pour mieux coller aux incohérences des schémas « réchauffistes » .Le simple fait de se référer à un pseudo-réchauffement de 0,7° pour le XXème siècle est une insulte à l’intelligence et à la culture: ce chiffre , qui est en soi insignifiant, est issu de manipulations mathématiques, en aucun cas de constatations scientifiques, les référents techniques étant quasi-inexistants à l’échelon mondial avant la deuxième moitié du XXème. La simple connaissance de (des) l’ histoire du (des) climats fait prendre conscience de la variabilité historique, vers le refroidissement (on oublie trop facilement les discours « frigoristes » des années 70), ou vers le réchauffement (optimum du » moyen-âge »).
    Si vous voulez du sérieux scientifique, du lourd, avec plein de graphiques, passez du temps (des milliers de pages) sur le site http://www.pensee-unique.fr qui pulvérise régulièrement les affirmations « réchauffistes ».

  11. « Mais évidemment tu réponds jamais aux questions.
    Alors c’est quoi le long terme ? »

    Plus que les 10ans de soit disant « stagnation ». Vous vous enfoncez dans les sophismes auto-contradictoire !

    D’un côté on soutient que le réchauffement s’est arrêté depuis 10ans, et qu’une telle durée c’est hautement siginificatif pour évaluer l’évolution du climat, d’un autre on prétend que mesurer la température sur 50ans an c’est bien trop court à l’échelle de l’histoire de la terre ! Pile je gagne, face tu perds !

    Ce genre de réthorique ne trompe personne…

    Pour répondre à votre question:

    La durée de mesure nécessaire pour évaluer la tendance à long terme de l’évolution climatique de la température est calculable: elle oscille entre 14 et 20 ans suivant le modèle statistique sous-jacent employé. Elle dépend de l’intensité du réchauffement et de la variabilité inter-annuelle.

    Voilà ce que donne l’estimation de l’erreur sur la mesure de la tendance:

    http://tamino.files.wordpress.com/2011/10/rate_ar1.jpg

    1. Warm : « D’un côté on soutient que le réchauffement s’est arrêté depuis 10ans, et qu’une telle durée c’est hautement siginificatif pour évaluer l’évolution du climat, d’un autre on prétend que mesurer la température sur 50ans an c’est bien trop court à l’échelle de l’histoire de la terre ! Pile je gagne, face tu perds ! »
      ————————-
      Warm est toujours dans ses strawmen débiles pour soutenir sa climythologie.
      Les sceptiques n’ont jamais dit que 10 ans, c’est « hautement significatif » et encore moins ça permet « d’évaluer l’évolution du climat », c’est toi qui a inventé ça de toute pièce.
      Par contre, 10 ans de NON réchauffement, ça fiche bien en l’air la théorie réchauffiste comme quoi les gaz à effet de serre seraient la cause principale du réchauffement, oui, qu’as tu à dire à ça ?
      Ah oui, rien, à part des fatuités et autres stupides noyage de poisson vu que même tes gourous réchauffistes reconnaissent que ce non réchauffement, c’est une « travesty ».

      « en passant les mesures satellitaires couvrent très mal la région des pôles… »
      ————————–
      Les stations terrestres font encore pire, bref, tu parles pour ne rien dire, mais tout est bon pour étaler ton ignorance, comme dab.

      « le fait que la courbe RATPAC est en accord avec les mesures des stations terrestres ne fait l’object d’aucun commentaire de sa part ! »
      ————————–
      Non tu mens ! Ratpac est en accord avec rien du tout, même en l’ajustant comme des porcs, les climastrologues n’arrivent pas à réconcilier ses données avec les mesures satellites et de surface, et la NOAA s’est même fendu d’un rapport rédigé par l’USCCSP en 2006 dont le titre même dit clairement cela : « Temperature Trends in the Lower Atmosphere: Steps for Understanding and Reconciling Differences ». Bref, comme on peut s’y attendre, tu continues de mentir sans vergogne. Du reste, affirmer que quelque chose serait « en accord » (quoi que ça puisse vouloir dire) avec les mesures des stations terrestres est une stupidité sans nom, vu que même les mesures terrestres ne sont pas d’accord entre elles (il suffit de comparer les trends sur 10, 15 ans de GISS et du CRU, on peut même avoir positif pour l’un et négatif pour l’autre !).

      1. miniTAX: « Par contre, 10 ans de NON réchauffement, ça fiche bien en l’air la théorie réchauffiste comme quoi les gaz à effet de serre seraient la cause principale du réchauffement, oui, qu’as tu à dire à ça ? »

        Peut-être que les émissions de CO2 ont tout simplement diminuées lors de ces 10 années de non réchauffement, ce qui montrerait la causalité ΔC02 –> ΔT

        Hein ?? Quoi ?!? on me souffle dans l’oreillette qu’elles n’ont fait qu’augmenter, évidemment !
        Mince alors… ;-(

      2. « Par contre, 10 ans de NON réchauffement, ça fiche bien en l’air la théorie réchauffiste comme quoi les gaz à effet de serre seraient la cause principale du réchauffement, oui, qu’as tu à dire à ça ?

        Preuve par l’absurde:

        Chez moi, il a fait en moyenne PLUS CHAUD aujourd’hui qu’hier… Or d’aucun prétendre que la température est essentiellement influencée par la hauteur du soleil dans le ciel et par la durée relative du jour et de la nuit. Etant donné qu’hier le soleil était un chouia plus haut dans le ciel, et que la durée du jour à légèrement diminuée entre hier et aujourd’hui, on a une évolution qui va dans un sens opposé: c’est bien la preuve que c’est une théorie qui ne tient pas (et ceux qui prétendent que l’hiver existe sont des menteurs :-)

        Il n’a jamais été prétendu que la température moyenne globale doit augmenter linéairement de manière lisse… Pas plus que quand on passe de l’hiver à l’été, chaque jour est forcément plus chaud que le précédent…

        1. Mais si, justement, ça a été et ça reste prétendu. Tous les jours on entend imputer au réchauffement climatique une situation un peu plus chaude ou un peu plus sèche telle ou telle année, tel ou tel mois, et même, sans honte, tel ou tel événement (un incendie de forêt ? c’est la faute au réchauffement !). C’est vrai que ce genre de raisonnement est absurde, mais pour que les réchauffistes puisse les reprocher à leurs contradicteurs il faudrait d’abord qu’il ne les emploien pas eux-mêmes.

          en plus si on te suit, 10 ans = 1 jour. Pour les « raisonnement par l’absurde », tu te pose un peu là, ça oui …

          1. « Mais si, justement, ça a été et ça reste prétendu. Tous les jours on entend imputer au réchauffement climatique une situation un peu plus chaude ou un peu plus sèche telle ou telle année, tel ou tel mois, et même, sans honte, tel ou tel événement (un incendie de forêt ? c’est la faute au réchauffement !). C’est vrai que ce genre de raisonnement est absurde, mais pour que les réchauffistes puisse les reprocher à leurs contradicteurs il faudrait d’abord qu’il ne les emploien pas eux-mêmes.  »

            On ne peut jamais imputer de manière absolue un décès particulier par cancer du poumon à la consommation de cigarettes: faut-il en conclure que la cigarette ne tue pas ?

            « en plus si on te suit, 10 ans = 1 jour. Pour les « raisonnement par l’absurde », tu te pose un peu là, ça oui … »

            Les échelles de temps ne sont pas les même, mais les mécanismes sous-jacent sont comparables (j’ai dit comparable et pas identique).

            La variation de température au cours de l’années est induit par la variation d’insolation: la quantité d’énergie délivrée au niveau du sol varie avec la durée du jour et la hauteur du soleil… On a donc un « forçage » de la température qui change de manière bien définie, et pourtant la température est très variable d’un jour sur l’autre (c’est la météo). Mais si on fait la moyenne sur suffisament d’années, le forçage sous-jacent est évident.

            Voyez-donc ceci:

            http://www.meteosuisse.admin.ch/files/kd/dailyevol/2011/daily_evol_SIO_F.png

            La variation sinusoidale est évidente moyennée sur 30ans, mais les fuctuations d’une semaine sur l’autre sont très importante. Par exemple, la température a baissée entre fin mai et début juin, période ou l’augmentation d’insolation est très importante: peut-on en conclure que le soleil a brusquement cessé de réchauffer le sol ?

            C’est pareil pour le réchauffement global. Plus de CO2, c’est un forçage qui augmente. C’est physique et incontesté. Mais il faut entre 15 et 20 années de mesure pour le mettre en évidence, parce que la variation de température d’une année sur l’autres (en gros 0.2C) est du même ordre de grandeur que l’augmentation sur 10ans (0.2C).

          2. so what ? Tout ce verbiage pour dire quoi ? qu’il est permis d’imputer au réchauffement un recul de la glace ici avant-hier , mais qu’il n’est pas permis de le réfuter par une avancée de la glace là hier ?

            « Plus de CO2, c’est un forçage qui augmente. C’est physique et incontesté. » Effectivement. C’est incontesté et incontestable. Ce qui est contestable et contesté, c’est seulement l’ordre de grandeur de cet effet, ainsi que la présentation de la machinerie climatique comme un engin hautement instable que la moindre perturbation fera gravement diverger (et même chose pour la biosphère)

        2. Warm : « Il n’a jamais été prétendu que la température moyenne globale doit augmenter linéairement de manière lisse… Pas plus que quand on passe de l’hiver à l’été, chaque jour est forcément plus chaud que le précédent… »
          ——————–
          Qui a parlé de « linéairement de manière lisse » ou de « forcément plus chaud que le précédent » ??? Toi, et toi seul, toujours avec tes strawmen débiles pour faire diversion.
          Alors, je repose la question, comment expliques-tu que, si on en croit la climastrologie GIECienne bien sûr, la soit-disant cause principale, oui, « PRINCIPALE », du réchauffement , à savoir les gaz à effet de serre d’origine humaine ait augmenté pendant 10 ans sans qu’il y ait réchauffement ???

          Quant à entendre un bigot réchauffiste nous balancer « il n’a jamais été prétendu que… », non mais megalol quoi, vu toutes les âneries pondues par tes coreligionnaires. Ton révisionnisme est quand même sacrément stupide à l’heure de l’internet, ah mais j’oubliais, aucune stupidité n’est assez stupide pour être écartée de la propagande climatomancienne.

          Allez, quelques perles pour la route, juste dans le thème « 10 ans, c’est trop court pour conclure à quoi que ce soit », ouh houuuu :
          – « Le dérèglement est en marche, il n’y a aucun doute, on est au début du processus », Hervé le Treut, à l’AFP, lors de la canicule de 2006.
          – « La question de l’intensité (des phénomènes extrêmes, ndlr) reste une des caractéristiques du changement climatique. En l’occurence, cette tempête qui semble avoir été particulièrement intense est conforme aux observations et aux prévisions » Jouzel, au sujet de la tempête Klaus.

  12. Et on continue dans les contradictions !

    D’un côté Minitax me fait le reproche d’utiliser un indicateur de température dont la couverture mondiale n’est pas optimale (en passant les mesures satellitaires couvrent très mal la région des pôles…), et que donc, forcément, c’est que le climat ne se réchauffe pas (le fait que la courbe RATPAC est en accord avec les mesures des stations terrestres ne fait l’object d’aucun commentaire de sa part !)

    D’un autre on a M Le Honzec qui prétend qu’il est certain qu’il faisait globalement plus chaut au moyen âge, (et que le climat était fort variable à toutes les époques) alors que les rares mesures indirectes que l’on a avant le 19e siècle sont très éparses à l’échelle du globe (en tout cas plus éparses et imprécises que le réseau de radio-sondage RATPAC !).

      1. « toi tu continue dans la mauvaise foi. Même sans mesure directe avec des stations modernes, l’optimum climatique médiéval est notoire ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Optimum_climatique_m%C3%A9di%C3%A9val ), avec des estimations indiquant une température 1° plus élevée qu’aujourd’hui. »

        C’est faux pour vos « 1 degré plus élevé qu’aujourd’hui »

        Les seules études multi-proxy globales ou hémisphériques qui existent à ce jour (Mann 2008, Moberg 2005, Ljungqvist 2010) montrent toutes la période actuelle (1990-2010) comme étant plus chaude que lors de l’optimum médiéval.

        http://coast.gkss.de/staff/storch/pdf/moberg.nature.0502.pdf

        « We find no evidence for any earlier periods in the last two millennia with warmer conditions than the post-1990 period—in agreement with previous similar studies »

        http://www.pnas.org/content/105/36/13252.full

        « We find that the hemispheric-scale warmth of the past decade for the NH is likely anomalous in the context of not just the past 1,000 years, as suggested in previous work, but longer. This conclusion appears to hold for at least the past 1,300 years  »

        http://www.agbjarn.blog.is/users/fa/agbjarn/files/ljungquist-temp-reconstruction-2000-years.pdf

        « The temperature of the last two decades, however, is possibly higher than during any previous time in the past two millennia »

        Autre référence récente:

        http://www.springerlink.com/content/2j461434h61t9108/

        « The temperature record obtained from glacier fluctuations confirms the pronounced warming of the
        twentieth century »

        1. Bouffon.

          Je vais te faire réfuter toi-même :

          « Chez moi, il a fait en moyenne PLUS CHAUD aujourd’hui qu’hier… Or d’aucun prétendre que la température est essentiellement influencée par la hauteur du soleil dans le ciel et par la durée relative du jour et de la nuit. Etant donné qu’hier le soleil était un chouia plus haut dans le ciel, et que la durée du jour à légèrement diminuée entre hier et aujourd’hui, on a une évolution qui va dans un sens opposé: c’est bien la preuve que c’est une théorie qui ne tient pas (et ceux qui prétendent que l’hiver existe sont des menteurs :-)  »

          Voilà. Tu as expliqué toi même que c’est pas parce qu’il a fait plus chaud une décennie qu’on a le droit de dire qu’il faut plus chaud aujourd’hui que pendant une période antérieure qui a duré plusieurs siècles.

  13. « « en passant les mesures satellitaires couvrent très mal la région des pôles… »
    ————————–
    Les stations terrestres font encore pire, bref, tu parles pour ne rien dire, mais tout est bon pour étaler ton ignorance, comme dab. »

    Absolument pas… Berkeley (dont nous parlons dans ce fil) utilise les données GSOD qui comptent (période 1979-2010) 1935 stations au delà de 60N, et encore 244 stations au delà de 70N. Il y a également 47 stations en antarctique…

    Et l’article de Berkley confirme également la forte corrélation à longue distance de la variation des températures

    http://berkeleyearth.org/Resources/Berkeley_Earth_Averaging_Process.pdf?bcsi_scan_6EEC4C51AC2F2FB9=0&bcsi_scan_filename=Berkeley_Earth_Averaging_Process.pdf

    c’est la figure 2 et 3 de leur article. Là corrélation est même bien meilleure au delà de 68N !

    On a églement cette vieille étude qui confirme:

    http://iabp.apl.washington.edu/AirT/RigorEtal-SAT.pdf

    cf fig 5 et table 2.

    C’est qui qui parle pour ne rien dire ? En plus, moi je viens avec des références…

  14. Warm : « Berkeley (dont nous parlons dans ce fil) utilise les données GSOD qui comptent (période 1979-2010) 1935 stations au delà de 60N, et encore 244 stations au delà de 70N. Il y a également 47 stations en antarctique… »
    —————————-
    Et ??? C’est ça ta démo que « les mesures satellitaires couvrent très mal la région des pôles » ? T’es qu’un pauvre clown !
    Soit dit en passant, « 47 stations en Antarctique », wow c’est impressionnant (et puis il faut voir comment c’est réparti et comment les données sont massacrées par la FARCE, cf la pathétique histoire des PC de Steig qui arrivent à torturer les données pour qu’elles avouent que l’Antarctique se… réchauffe alors que la banquise progrrese là-bas depuis 30 ans !). Les satellites, qui arrivent à suivre le vortex polaire heure par heure, n’ont qu’à se coucher.
    Quant à tes références HS, poubelle. Si tu crois pouvoir faire illusion en collant des tartines de liens, tu te mets le doigts dans l’oeil. T’as beau décoré un taudis avec un tas de guirlandes, ça reste un taudis.
    Malgré des années de propagande avec la complicité active des merdias et des politicards, ta religion réchauffiste est dans les chiottes. Tes tentatives pathétiques de rattrapage ne transformeront pas une pseudo-science en science, il est temps de te recycler dans une autre arnaque.

    1. « t ??? C’est ça ta démo que « les mesures satellitaires couvrent très mal la région des pôles » ? T’es qu’un pauvre clown ! »

      Lisez Mears et Wentz, ceux qui maintiennent la température « RSS »:

      http://www.ssmi.com/data/msu/support/Mears_and_Wentz_TLT_submitted.pdf

      Ils vous expliquent pourquoi les mesures près des pôles sont moins précise, p 10:

      « …Near the poles, cancellation does not occur for the measurements made because the satellite velocity vector is close to being east-west. In this case, the north-south part of the derivative adds instead of canceling. The residual spatial derivative, combined with a large north-south gradient in the temperature, leads to significant errors in the retrieved TLT measurements. »

      Vous verrez que dans le papier, ils ne donnent pas d’estimation de la T au delà de 75N… l’estimatino officielle:

      http://www.remss.com/data/msu/monthly_time_series/RSS_Monthly_MSU_AMSU_Channel_TLT_Anomalies_Land_and_Ocean_v03_3.txt

      mentionne clairement que la couverture globales est de -70S à 82.5N…

      « Soit dit en passant, « 47 stations en Antarctique », wow c’est impressionnant ».

      C’est plus impressionant qu’aucune info satellitaire au sud de 70° pour l’estimation RSS…

      « la banquise progrrese là-bas depuis 30 ans »

      pregresse, progresse… n’exagérons rien, disons qu’elle « fremit » à la limite de la significativité:

      http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IMAGES/seaice.anomaly.antarctic.png

      Le pire c’est qu’un article co-signé par Judith Curry, grande prétresse sceptique, nous explique que c’est à cause du réchauffement:

      http://www.pnas.org/content/107/34/14987.full
      « Associated with the warming, there has been an enhanced atmospheric hydrological cycle in the Southern Ocean that results in an increase of the Antarctic sea ice for the past three decades through the reduced upward ocean heat transport and increased snowfall. »

      Si vous n’êtes pas d’accord, arrangez vous avec elle… :-)

      « Les satellites, qui arrivent à suivre le vortex polaire heure par heure, n’ont qu’à se coucher. »

      Ce ne sont pas forcément les mêmes satellites ni les mêmes capteurs. On parle d’ici de RSS/UAH et des températures mesurées à l’aide des senseur MSU/AMSU (c’est jipebe29 qui en a parlé le premier comme « référence » pour « l’absence » de réchauffement)

      « Quant à tes références HS, poubelle.  »

      Il est vrai que vos références à vous brillent avant tout par leur absence !

  15. Ce qui est vraiment rigolo avec Warm, en particulier, et les réchauffistes, en général, c’est leur déni total de reconnaître qu’avant 1979, il n’y a aucune mesure global exploitable, et que donc leur réchauffement entre 1979 et 2000 puis la stagnation des températures jusqu’à maintenant, ne peuvent être comparés à rien puisqu’avant on a au mieux pour la première moitié du 20e siècle une marge d’erreur de 1 à 2 degré et plus en remontant dans le temps.
    Le seul point d’appui auquel il se cramponne comme des dingues, c’est la croose de hockey de Mann qui a été dévissée par de nombreux spécialistes et dont le simple bon sens nous dit que ces évaluations n’ont rien à voir avec des mesures et ne peuvent être considérées comme telles.
    Tout le reste, c’est du pipi de chat et de la foi…

  16. Tu viens avec des référence mais, est-ce que tu les lis et est-ce que tu les comprends ?
    La figure 2 nous dit que, par exemple, la station de Berlin est mieux corrélée à celle de Frankfurt qu’à celle de Paris (1000 km) ou de Moscou (2000) et quasiment pas à celle de Pékin (>3000 km) … Oh la vache de surprise. Es tu crois qu’on va contester cette évidence ? Et elle nous dit aussi que la corrélation est toujours très mauvaise (affreux nuage de points avec des coefs de corrélations de +/- 0,25 même en ne gardant que les 80 % de données les mieux corrélées –bande rouge ).
    Quand à la figure 3, elle n’indique pas que « Là corrélation est même bien meilleure au delà de 68N ! » (sic) : les auteurs précisent que « latitude bands show decreasing short-range correlation as one approaches the equator and a corresponding increase in long-range correlation », ce qui n’est pas vraiment la même chose que ce que tu as compris.

    Quant à l’autre « vieille étude » comme tu dis, : « During autumn, winter, and spring, the monthly mean correlation length scales are approximately constant at about 1000 km; during summer, the length scales are much shorter, that is, as low as 300 km. ». Ben oui, c’est assez évident : en hiver aux hautes latitudes, il fait nuit et froid à peu près partout pareil, alors qu’en été la température sera bien plus variable selon la météo ; voilà qui semblera au plus novice une découverte du niveau de celle de l’eau chaude. Mais cette étude reste utile de par la mesure de ce phénomène, et surtout par la conclusion évidente : toute méthode qui prétendrait évacuer les variations saisonnières (ce que fait justement l’équipe BEST ….) a un gros problème. Dommage…

    Donc, oui, il semble bien que tu parles pour ne rien dire…

    1. « Tu viens avec des référence mais, est-ce que tu les lis et est-ce que tu les comprends ?
      La figure 2 nous dit que, par exemple, la station de Berlin est mieux corrélée à celle de Frankfurt qu’à celle de Paris (1000 km) ou de Moscou (2000) et quasiment pas à celle de Pékin (>3000 km) … Oh la vache de surprise. Es tu crois qu’on va contester cette évidence ?  »

      Tous ceux qui contestent le fait que 14’000 stations de mesure c’est insufissant pour mesurer la température globale contestent cette évidence…

      « Et elle nous dit aussi que la corrélation est toujours très mauvaise (affreux nuage de points avec des coefs de corrélations de +/- 0,25 même en ne gardant que les 80 % de données les mieux corrélées –bande rouge ). »

      Non, elle est en moyenne assez bonne sous les 1000km. Ce qui compte ce le fait que si on a 2 stations distantes de 500km, l’ajout d’une station au milieu des deux n’apportera que peu d’information supplémentaire, puisque la variation de température qu’elle mesure sera corrélée au 2 autres. Ce genre d’estimation de la corrélation indique le degré de sur-échantillonage spatial, qui est très élevé.

      « ce qui n’est pas vraiment la même chose que ce que tu as compris. »

      Désolé si je me suis mal exprimé: il faut moins de stations pour correctement echantilloner les hautes lattitudes nords, puisque les corrélations à longue distance sont meilleures.

       » Ben oui, c’est assez évident : en hiver aux hautes latitudes, il fait nuit et froid à peu près partout pareil, alors qu’en été la température sera bien plus variable selon la météo ; voilà qui semblera au plus novice une découverte du niveau de celle de l’eau chaude. Mais cette étude reste utile de par la mesure de ce phénomène, et surtout par la conclusion évidente : toute méthode qui prétendrait évacuer les variations saisonnières (ce que fait justement l’équipe BEST ….) a un gros problème. Dommage… »

      N’importe quoi !

      Dommage que vous ne lisiez pas mieux les articles, en effet. Bon, vous me direz que Lindzen fait la même bourde que vous !

      La baisse de corrélation entre les mesures côtières et celles des bouées dans le bassin arctique s’explique tout simplement par la présence de glace fondante (la banquise !), qui maintient la température près du point de congélation…

      p899:
      « Note that an isothermal melt period can be observed in the time series for each dataset when the SAT reaches the ice melt point. During this period the SAT is maintainedat about 0C until all the snow and ice in an area have melted. [..] Over the sea ice, the SAT remains close to the melt point all summer. »

      Dans le bassin arctique, la meilleure mesure des changements de conditions climatiques, c’est le fonte de la banquise ! Et là y’a pas photo… ça fond ! (tient ça me fait penser qu’hier on a battu le record de la plus basse étendue moyenne de la banquise arctique sur 12mois..).

      1. alors là, chapeau. Arriver à vouloir donner des leçons en débitant autant de conneries, c’est fort …

        1) « [aux] hautes lattitudes nords […] les corrélations à longue distance sont meilleures. » NON. La référence que tu donnes dit exactement l’inverse, je la re-cite « latitude bands show decreasing short-range correlation as one approaches the equator and a corresponding increase in long-range correlation » : les meilleurs corrélation à longue distance s’observent pour les latitudes les plus basses (et ) basse distance pour les plus hautes latitude …

        2) selon toi la glace fondante (en été !) explique que les corrélations se font à plus longue période … en hiver ? Et quand on éternue l’hiver c’est à cause de la glace qu’on a fait fondre dans le pastis l’été, sans doute ? MDR

        élève warm, vous avez 4/20. Deux fois 2 points c’est pour l’effort bibliographique, bravo. zéro pour les autres rubriques.

        les corrélation son meilleurs au

        LOL ! tu as fait l’école du rire toi !

        Es-ce que tu te rend comtpe que tu est en train d’expliquer quie c’est en hiver que la glaace

        tu nous sors toi-même une étude qui indique que la corrélation spatiale est meilleure en hiver qu’en été, et tu réussi à nous expliqué que c’est la glace fondante … en hiver !

        (en hiver ?) qui provoqie

      2. Warm: « Dans le bassin arctique, la meilleure mesure des changements de conditions climatiques, c’est le fonte de la banquise !  »

        C’est pour ça que la surface de glace de mer augmente en Antarctique depuis au moins 30 ans ? à cause des changements de conditions climatiques ? ^^

        1. « C’est pour ça que la surface de glace de mer augmente en Antarctique depuis au moins 30 ans ? à cause des changements de conditions climatiques ? ^^ »

          Oui, d’après Judith Curry:

          http://www.pnas.org/content/107/34/14987.full

           » Associated with the warming, there has been an enhanced atmospheric hydrological cycle in the Southern Ocean that results in an increase of the Antarctic sea ice for the past three decades through the reduced upward ocean heat transport and increased snowfall. « 

          1. Donc quand la glace fond, c’est le CO2 anthropique, mais quand la glace pousse et abonde, c’est le CO2 anthropique.
            En fait, tout est la faute du CO2 anthropique, c’est exactement ce que dit également le professeur Cécile Duflot.

  17. « 1) « [aux] hautes lattitudes nords […] les corrélations à longue distance sont meilleures. » NON. La référence que tu donnes dit exactement l’inverse, je la re-cite « latitude bands show decreasing short-range correlation as one approaches the equator and a corresponding increase in long-range correlation » : les meilleurs corrélation à longue distance s’observent pour les latitudes les plus basses (et ) basse distance pour les plus hautes latitude  »

    Ah je viens de comprendre votre point de vue… Sous les 1000km, les corrélations sont bien meilleures aux hautes lattitudes, ce qui fait qu’on a besoin de moins de stations pour un échantillonage spatial correct..

    « 2) selon toi la glace fondante (en été !) explique que les corrélations se font à plus longue période … en hiver ? Et quand on éternue l’hiver c’est à cause de la glace qu’on a fait fondre dans le pastis l’été, sans doute ? MDR »

    C’est vous qui citez ceci:

     » « During autumn, winter, and spring, the monthly mean correlation length scales are approximately constant at about 1000 km; during summer, the length scales are much shorter, that is, as low as 300 km. ».  »

    L’explication est:

    « Note that an isothermal melt period can be observed in the time series for each dataset when the SAT reaches the ice melt point. During this period the SAT is maintainedat about 0C until all the snow and ice in an area have melted. [..] Over the sea ice, the SAT remains close to the melt point all summer. »

    « Es-ce que tu te rend comtpe que tu est en train d’expliquer quie c’est en hiver que la glaace

    « tu nous sors toi-même une étude qui indique que la corrélation spatiale est meilleure en hiver qu’en été, et tu réussi à nous expliqué que c’est la glace fondante … en hiver !

    (en hiver ?) qui provoqie »

    Rien compris…

    1. Je n’ai pas de « point de vue », je me contente de citer l’étude que tu nous sors, et de constater que tu lui fait dire l’exact inverse de ce que disent les auteurs.

      De même, l’autre étude indique qu’on peut peut-être se contenter d’une station tous les 1000 km environ dans l’arctique en hiver, mais qu’en été il en faut au moins une tous les 300 km. Quant à l’histoire de la fonte, elle indique seulement qu’en été là où il y a de la glace, la température reste stable … et donc , si la variation spatiale est plus forte en été qu’en hiver (puisque les distance de corrélation sont plus courte) c’est que ? (exercice de niveau … collège ?) … En été il n’y a pas de glace partout bien sur.

      Bouffon. Laisse la littérature scientifique aux scientifiques, tu ne sais pas la lire.

      (la fin de mon post était polluée, ne pas en tenir compte à partir de « les corrélation son meilleurs au « )

      1. Cher P, je vous rappel que vous nous aviez dit plus haut:

        « Ben oui, c’est assez évident : en hiver aux hautes latitudes, il fait nuit et froid à peu près partout pareil, alors qu’en été la température sera bien plus variable selon la météo ; voilà qui semblera au plus novice une découverte du niveau de celle de l’eau chaude »

        Donc, si je comprends bien, vous nous dites que la température est plus variable en été qu’en hiver, et que c’est vachement évidant

        Et maintenant vous nous dites

        « Quant à l’histoire de la fonte, elle indique seulement qu’en été là où il y a de la glace, la température reste stable  »

        Maintenant, c’est plus stable en été…

        La température est bien plus variable en hiver qu’en été au pôle nord, c’est même sur Lindzen qui le dit, c’est dire si c’est du sérieux !

        http://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2010/11/lindzen_testimony_11-17-2010.pdf

        page 31:

        « We see, for example, that summer temperatures are unchanging. » « In winter we see immense fluctuations in temperature –often as large as 20C. »

        Et l’explication:

        « What the previous slides illustrate is that during summers, when there is sunlight, temperatures are largely determined by local radiative balance and this does not seem to be changing. However, during the winter night, temperatures would be even colder than they are but for the transport of heat from lower latitudes. This transport is by the turbulent eddies or storms. »

        « Bouffon », que vous dites, non ?

        Je vous rappelle que la stabilité des températures dans le bassin arctique est un grand classique dans les séries des « nimportequoi » sceptique… c’est récurant: comme Lindzen ils montrent les données du MODELE DMI (ERA, température au delà de 80N) pour soi disant nous prouver que la température au pôle n’a pas bougé en été depuis les années 50, tiens, encore dernièrement sur skyfall:

        http://www.skyfall.fr/?p=763&cp=22#comment-71608

        Maintenant que vous avez compris que « Quant à l’histoire de la fonte, elle indique seulement qu’en été là où il y a de la glace, la température reste stable », vous pouvez allez le dire aux alter-comprenant de skyfall… Les sceptiques prennent comme exemple de l’absence de réchauffement l’un des seul endroit et moment où elle ne peut physiquement pas monter (tant qu’il y a de la glace fondante en été)… c’est tout ce qui leur reste ! ;-)

        Si vous voulez une confirmation supplémentaire, je vous conseille d’écrire au DMI (marin@dmi.dk): voilà la remarque faites par un chercheur de la bas:

        « The surface in the +80N area is more or less fully snow and ice covered all year, so the temperature is strongly controlled by the melting temperature of the surface. I.e. the +80N temperature is bound to be very close to the melt point of the surface snow and ice (273K) and the variability is therefore very small, less than 0.5K. I am sure you will find a much clearer warming trend in the same analysis applied to the winter period. »

        « La température 80+ est « liée à être » très proche du point de fonte de la neige et glace de surface « . »La variabilité est donc très faible [en été] »

        1. Bouffon. Tu commence par nous parler des latitudes 68 N, tu dis des conneries, (des grosses, parce qu’il faut quand même tenir une sacré couche pour expliquer un phénomène hivernal par un truc qui ne se produit que l’été), et quand on t’explique, tu comprends tout de travers et tu … changes de sujet. Voilà maintenant que tu nous causes des latitudes +80.

          Je répète : laisses la littérature scientifique aux scientifiques, tu ne la comprends pas.

  18. P : « Tu viens avec des référence mais, est-ce que tu les lis et est-ce que tu les comprends ? »
    ———————-
    Warm est un idiot utile. Son but n’est pas de lire ou de comprendre. Son but est de répéter comme un perroquet les répliques réchauffistes toutes faites et de coller une tartine de liens qui lui tombent sous la main, même ceux qui contredisent directement ce qu’il nous prétend. Bref, la technique d’enfumage classique des escrocs pour noyer le poisson et éviter de répondre aux questions dérangeantes (j’attends toujours son explication du facteur de réchauffement principal qui ne réchauffe pas).

    Le pire, c’est qu’il est persuadé que ça marche. Même les témoins de Jéhovah sont plus lucides que lui sur leur chance de convaincre, c’est peu dire !

    1. Etant personnellement neutre vis à vis du réchauffement climatique voire ayant tendance à ne pas y croire, je trouve cependant votre comportement dans ces commentaires assez lamentable. Warm répond systématiquement par l’argumentation et le sourçage, et en échange il se prend bien plus de volées d’insultes que de véritables contre-arguments.

      Conséquence: moi qui suis déjà défavorable à l’idée de réchauffement global, j’en ressortirais favorable s’il me suffisait d’une seule lecture pour modifier mon avis.

      Ce n’est pas comme ça que vous allez prouver ou défendre quoique ce soit…

      1. La charge de la preuve est sur les épaules de qui présente l’hypothèse déviant de l’hypothèse 0, qui reste que le climat terrestre change comme il a toujours changé. Les seuls qui ont quelque chose à prouver sont ceux qui avancent que l’homme joue désormais un rôle mesurable.

      2. Le problème majeur, c’est que Warm est un gros troll qui revient sans arrêt avec des arguments qui ont déjà été réfutés, qu’il balance des hommes de pailles sans arrêt et qui ne modifie pas sa position. Il écume les forums et les discussions (ici et ailleurs) depuis des années sans changer d’un iota une position par ailleurs de plus en plus fissurée. A force, il lasse.

  19. Pour reprndre votre argumentation: hahahahahahahahahahaha, oui, très. D’autant que peu de commentateurs nationaux et internationaux peuvent se vanter d’avoir la carrière et les diplômes de Jacques Duran. Vous y trouverez aussi de longues listes de scientifiques sceptiques de tous pays, dont Judith Curry.

    1. « Vous y trouverez aussi de longues listes de scientifiques sceptiques de tous pays, dont Judith Curry. »

      Oui… Judith Curry qui vous démontre qui si la banquise antarctique s’étend, c’est à cause des mers du sud qui se réchauffent.. :-)

      1. Et bien plutôt que de succomber à cette manie récurrente des climato-sceptiques de balancer -entre deux noms d’oiseau- des graphes sans analyse, et de leur faire dire « plein de choses, tout ce que vous voulez et/ou n’importe quoi », voici pourquoi l’indicateur de l’étendue de la banquise est à la fois complexe et contre-intuitif, et donc sujet aux interprétations simplistes qui nourrissent, encore et toujours, vos biais de confirmation :

        http://www.skepticalscience.com/news.php?n=87

        De plus, il y a près de 4000 articles scientifiques sur ce site. Je vous invite donc à le visiter et à commencer à étudier, si les sciences du climat vous intéressent davantage que les postures cuistriques et la mauvaise rhétorique habituelle des articles et de nombre des commentaires de Contrepoints, bien sûr.

  20. « je suis sûr que vous habitez au rez de chaussé… Vous êtes persuadé qu’un escalier ne peut pas vous faire monter d’un étage, puisque la pente de chaque marche est nulle »

    Moi, je suis sûr que warm habite au 1er étage et qu’il est persuadé avoir inventé les escaliers :-D