Christine Boutin veut sauver l’Europe en créant l’eurofranc

Publié Par Monsieur Z, le dans Contrefout

Christine Boutin c’est la farce tranquille. Après des primaires (si si) organisées pour son parti le PCD dans la plus grande discrétion médiatique, voici LA solution pour sauver l’Euro, pardon l’Europe même : il faut créer l’eurofranc.

C’est magique l’eurofranc, ça apporte « fluidité » et « souplesse » , des neuros qui aident à multiplier les francs qui multiplient le pouvoir d’achat et un système probablement ultra simple à mettre en place pour différencier ce qui doit être payé en euro de ce qui doit être payé en eurofranc.

C’est ce que Christine a dit samedi sur Europe1. En plus confus que ça ne l’est déjà, évidemment, mais revoyons la scène au ralenti (transcription authentique de l’interview) :

Sur Contrefout nous voulons supporter les initiatives politiques pertinentes, valeureuses et innovantes. Donnons un coup de main à Christine en déclinant son idée : l’euro-sbif pour payer sa viande, l’euro-binet pour le plombier, l’euro-manichel pour être charitable avec les mendiants etc.

Chers lecteurs, merci de nous envoyer vos pires idées sur contrefout@gmail.com

 

Laisser un commentaire

  1. L’euro-bert pour les dictionnaires et encyclopédies
    l’euro-ploplo pour la lingerie
    l’euro-déo pour le denier du culte
    l’euro-zopensant pour les cours de philosophie
    l’euro-rschach pour la psychiatrie
    l’euro-néo pour la photocopie (et la planche à billet)
    l’euro-buste pour la sculpture et la marbrerie funéraire
    l’euro-busta pour le café
    l’euro-tofil pour l’entretien des espace verts
    l’euro-yolnévi pour la navigation, les ferry, la marine marchande, la plaisance
    l’euro-coco pour la fète de l’Huma
    l’euro-bot pour les machines
    l’euro-lingstaune (ou l’euro-k) pour le gros son
    l’euro-mentik pour les bons sentiments

    Ajoutons le kiné et l’ostéo aux bénéficiaires de l’euro-tule

  2. C’est à la mode de parler d’économie, chaque politicien y va de sa petite théorie histoire de justifier l’argent public dont il s’abreuve (ainsi qu’au passage pour se faire remarquer dans les merdias) et fatalement, quand des pointures comme le Méchencon ou la Boudin s’emmêlent, pardon s’en mêlent, ça donne des résultats assez heu… surprenants.

  3. Sinon, pour apporter ma contribution au débat je propos l’euro-bespiaire pour financer les partis révolutionnaires, l’euro-bairdeniro pour les films sur la mafia, l’euro-jéhanin pour les séries policières franchouilles, l’euro-naldo les joueurs de foot, l’euro-kefort pour le fromage et l’euro-lex pour les montres.