Fitch dégrade l’Espagne de deux crans

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Fitch Ratings a abaissé de deux crans la note à long terme de l’Espagne, alors que la crise en zone euro s’intensifie et que le pays affiche une faible croissance et de mauvaises finances régionales.

La note de l’Espagne s’établit désormais à AA-, contre AA+ auparavant, ce qui la place dans la 4e note la plus élevée, sur vingt possibles. Plus inquiétant, elle est assortie d’une perspective négative, qui implique que l’agence pourrait l’abaisser de nouveau à moyen terme, une mauvaise nouvelle alors qu’une autre agence, Moody’s, devrait se prononcer d’ici fin octobre sur une nouvelle baisse de la note espagnole, de Aa2 à Aa3.

Fitch évoque l’intensification de la crise en zone euro. Avec des besoins de financement importants de l’État espagnol, pour couvrir ses dépenses budgétaires et sa dette nette externe qui est l’une des plus élevées au monde (91% du PIB), la volatilité plus forte a un effet négatif sur les conditions de financement sur le marché de l’Espagne.

Mais il y a aussi des facteurs internes au pays : les risques pour la consolidation budgétaire du fait des performances de certaines régions et la révision à la baisse des perspectives de croissance de l’Espagne à moyen terme. Les finances des 17 régions espagnoles sont une source récurrente d’inquiétudes pour les marchés, en raison de leur lourd endettement, qui représentait fin juin €133,172 milliards, soit 12,4% du PIB du pays, un record historique.

De même, le pays dans son ensemble peine à renouer avec la croissance depuis la crise et l’éclatement de sa bulle immobilière. La prévision du gouvernement pour 2011 est une croissance de 1,3%, mais il existe un consensus autour de 0,8%. Le processus de rééquilibrage de l’économie espagnole est bien en marche mais il n’est pas encore fini et Fitch s’attend à ce qu’il pèse encore plus lourdement sur la croissance économique à moyen terme.

Laisser un commentaire

  1. Il y a quelques temps, je me suis promené à Alicante. J’y ai été frappé par de très beaux immeubles tout fraichement et magnifiquement restaurés. Tous étaient des administrations régionales. Je m’étais dit que tout ça ne m’inspirait rien qui vaille.