Huit questions aux protectionnistes

Publié Par Alex Korbel, le dans Non classé

Daniel J. Mitchell (Cato Institute), un défenseur du libre-échange du Cato Institute aux Etats-Unis a huit questions pour les partisans du protectionnisme. Extrait :

Je veux demander aux protectionnistes (quoique tout le monde soit libre de fournir une réponse) comment ils répondraient à ces questions simples.

1. Pensez-vous que les politiciens et les bureaucrates doivent être en mesure de vous dire ce que vous êtes autorisé à acheter ?
2. Si les obstacles au commerce entre les nations est une si bonne chose, pourquoi ne devrions-nous pas établir des barrières commerciales entre les régions ou entre les communes ?
4. Pensez-vous que le protectionnisme serait nécessaire si l’Amérique avait implémenté des reformes politiques favorables à la croissance économique comme un taux d’impôt sur les sociétés moins élevé, moins de gaspillage de l’argent public et moins de paperasserie ?
6. Reconnaissez-vous que, en créant la capacité d’offrir des faveurs spéciales à certaines industries, le protectionnisme crée d’énormes opportunités pour la corruption ?
7. Si vous n’aimez pas les impôts, pourquoi voudriez-vous établir des taxes sur les importations ?
8. Pouvez-vous indiquer des exemples de nations qui ont prospéré avec le protectionnisme, en particulier lorsqu’on les compare à des pays similaires ayant opté pour le libre-échange ?

Laisser un commentaire

      1. Merci de vos commentaires.

        Il est bien précisé qu’il s’agit d’un extrait de l’article original. Vous pouvez lire les huit questions en cliquant sur le lien hypertexte situé au début de l’article.

        1. Ah OK, mais pourquoi n’avoir pas garder les deux questions manquantes ?

          3. Qu’est-ce qu’il y a de mal à ce que les étrangers investissent dans l’économie américaine les dollars qu’ils gagnent au lieu d’acheter des produits ?

          5. Pensez vous que le protectionnisme nous aidera, à long terme, si nous ne mettons pas en place des réformes favorables à la croissance ?

          L’anglais ne me pose aucun problème mais c’est pas forcément le cas des lecteurs

      1. Ben oui, demandons à un protectionniste pourquoi devrais-je être puni en payant ma chemise chinoise plus cher ?
        Avec l’argent économisé par rapport à une chemise made in Fraônce, je vais pouvoir m’acheter un café, un livre et aller au cinéma et faire ainsi marcher le café du coin, le libraire du coin et le cinéma de mon quartier, ce que je n’aurais pas fait si j’avais acheté une chemise made in Fraônce ou une chemise chinoise injustement hypertaxée. C’est ce que l’on ne voit pas.
        Donc en payant ma chemise chinoise plus cher, je tue des emplois locaux, celui de mon cafetier, de mon libraire et de mon vendeur de films. La taxe sur ma chemise chinoise, c’est la mort du cafetier, du libraire et du marchant de films..