L’expérience Cloud sur l’origine du réchauffement climatique

Publié Par Contrepoints, le dans Environnement

Contrepoints a déjà couvert l’expérience Cloud menée au CERN, avec cet article (À lire aussi, le dernier scandale sur le GIEC). Enquête et Débat en propose une synthèse. 

Le 23 juillet dernier, dans notre interview de Jean-Michel Bélouve, nous avons évoqué une étude sur l’impact du rayonnement cosmique dans le changement climatique. Les premiers résultats de cette étude viennent enfin de paraître dans Nature. Ils pourraient, à terme, contribuer à réviser la thèse officielle sur les raisons du changement climatique.

Pour rappel, la thèse officielle dit que le réchauffement climatique est pour une très grande part d’origine anthropique, essentiellement lié à la production de CO2. En fait, le changement climatique pourrait être d’origine extra-terrestre. Non, pas à cause des petits hommes verts, mais du fait du rayonnement cosmique. Les rayons cosmiques proviennent de l’explosion des supernovas dans notre galaxie. Or en arrivant dans notre atmosphère, ils contribueraient à la formation des nuages, éléments clés du climat s’il en est.

Les rayons cosmiques ionisent en effet des composés volatiles présents dans l’atmosphère (gaz, particules…), c’est à dire qu’ils les chargent en électricité, ce qui permet de les faire s’attirer mutuellement. Et cela favorise la condensation de l’humidité présente dans l’air. Ce phénomène s’appelle la nucléation. Le résultat de la nucléation liée aux rayons cosmiques, ce sont de petits « clusters ». Ce serait la toute première étape de la formation des nuages.

Lire la suite sur Enquête & Débat

 

Laisser un commentaire

  1. Méthode expérimentale :
    Vous examinez votre facture EDF. C’est le réel.
    Celle-ci n’arrête pas de monter. C’est un constat.
    Parce que vos radiateurs fonctionnent de plus en plus et de plus en plus longtemps.
    Conclusion, IL FAIT DE PLUS EN PLUS FROID. C’est scientifique. Validez.
    Même méthode avec l’utilisation de plus en plus fréquente du parapluie, de l’imper, des gros pulls et des chaussettes.
    Vivement le réchauffement climatique, parce que, sans vous offenser, cette année, question chaleur…
    GIEC, couché, ta gueule !

  2. Il y a encore meilleure méthode expérimentale que la facture d’EDF : une stat officielle publiée chaque année qui s’appelle « facteur de correction climatique » utilisé pour calculer la conso nationale de fioul de chauffage au baril près.

    Ce facteur indique un refroidissement depuis 10 ans et une année 2010 particulièrement froide. Et ce pour tous les pays qui en ont les stats (USA, Japon, GB…). C’est ce qu’on appelle dans la novlangue écôlatre, une « preuve incontestable du changement climatique ». Mais cet indicateur climatique là, on ne risque pas de l’entendre beaucoup de la bouche des réchauffistes.

    « Selon Météo France, il faut remonter à 1987 pour trouver une année plus froide.» Source : Le bilan électrique Français 2010 par RTE : http://www.rte-france.com/uploads/media/pdf_zip/presse/dp-2011/2011_01_20_DP_Bilan_electrique_francais_2010.pdf

  3. MiniTAX, j’en étais sûr. Démarche hypothético-déductive méthode facture EDF confirmée. Corrigée des données des variations saisonnières et pondérée du coût des ampoules basse consommation obligatoires.
    GIEC ! Couché ! Ta gueule, j’ai dit !

  4. Très intéressant ce facteur de correction climatique Minitax. Sinon, comment est accueillit cette nouvelle étude dans les milieux réchauffiste ? (à part la censure j’entends)