Des iles libertariennes?

Publié Par Contrepoints, le dans Politique

Seasteading (CC, Andras Gyorfi, TSI)

À lire dans The Times, traduit par Courrier International

Le milliardaire Peter Thiel, fondateur de Paypal, se lance dans la création d’une cité utopiste. Il va construire une première île artificielle flottante, censé accueillir une communauté libertarienne, dans les eaux non-territoriales au large de San Francisco.

La crise financière et les violences urbaines auxquelles nous avons assisté récemment pourraient pousser les Britanniques à décider de se débarrasser de leur pays et de recommencer à neuf.

L’Histoire regorge d’exemples d’utopies brisées. Pourtant, cela ne semble pas suffire à freiner le milliardaire de la Silicon Valley Peter Thiel dans son projet de créer un nouvel État-nation. M. Thiel, 43 ans, est l’un des cofondateurs de PayPal et un investisseur précoce de Facebook. Il a par ailleurs amassé une partie de sa fortune en anticipant le krach immobilier [de 2007] aux États-Unis. Il croit maintenant que l’avenir réside dans la création de nouveaux pays sur des plateformes flottantes situées dans les eaux internationales.

L’objectif est de créer des communautés dont la gestion s’inspire le plus possible de la philosophie du laisser-faire. D’après le magazine Details, ces îles artificielles serviraient de « boîtes de Pétri flottantes permettant l’expérimentation d’une politique que les libertariens ont été incapables de mettre en place ailleurs à cause de l’indifférence généralisée des électeurs. On songe notamment à l’élimination de la protection sociale et du salaire minimum et à l’assouplissement des codes du bâtiment et des restrictions sur les armes à feu. »

La suite sur le site de Courrier International

Lire aussi Seasteading sur Wikibéral, Peter Thiel sur Wikibéral (pourquoi ne pas le compléter?) ou le Seasteading Institute

Laisser un commentaire

  1. Les libertariens tombent dans les mêmes travers que les utopies socialistes, au risque de décrédibiliser totalement leurs idées. On retrouve la même rhétorique positiviste que celle ayant présidé au projet des phalanstères, ou autre, et qui réduit la politique (exercice du pouvoir, et vie en société) à une technique.
    Le réalisme que prétend adopter le Seasteading Institute, n’en l’est pas non plus, à mon avis. L’artificiel donné en exemple sera toujours problématique, fade réplique d’une nature insaisissable.

    (Vous pouvez consulter mon analyse sur : http://hippoliteiahippoliteia.blogspot.com )