Le vrai tueur de Norvège ? Le contrôle des armes à feu !

Publié Par Shawn L. Mac Farlane, le dans Sujets de société

Par Shawn L. Mac Farlane, Québec

Après la fusillade d’Oslo, et le massacre perpétré par Anders Behring Breivik, diverses interprétations, contradictions, sont apparues ces derniers jours. Les cuistres ne manquent en effet pas. Après le point de vue des libéraux (article 1)  (article 2), il manquait le point de vue des libertariens. Le voici. 

Depuis la fusillade de Polytechnique en 1989, on a conclu au Québec que le seul responsable lors d’une fusillade est l’arme à feu. C’était, avouons-le, beaucoup plus pratique de blâmer un assemblage de métal que de se demander par exemple comment il a été possible que personne ne s’oppose à M. Lépine. Ou encore de demander comment les hommes présents dans la classe où le massacre a eu lieu en cette journée ont-il pu accepter de sortir sans faire d’esclandre à la demande du tireur et de laisser les femmes se faire fusiller ainsi ? Pourquoi la police n’est-elle pas entrée plus tôt ? Serait-ce que le dicton: « Mieux vaut un chien vivant qu’un lion mort » a prévalu ? Peut-être… Mais une question demeure: pourquoi détestons-nous autant les armes à feu au Québec ?

Il y a une devise chez les aficionados des armes à feu qui dit que Dieu a créé les hommes, mais que c’est Samuel Colt qui les a rendus égaux. Les armes à feu ont permis les plus grandes révolutions récentes, et aussi les pires massacres. L’arme a permis le règne des démocraties et des dictatures. C’est un outil qui représente à merveille le génie humain.

Comment en effet ne pas s’émerveiller devant l’explosion contrôlée d’une charge de poudre propulsant avec précision un projectile dans une direction souhaitée à une distance qui peut parfois atteindre des kilomètres ? Les chasseurs de tout acabit vous diront que c’est pratique et délicieux, les combattants vous diront que c’est une question de vie ou de mort. Mais s’il est une chose que l’on n’analyse pas suffisamment lorsqu’on traite de la question des armes à feu, c’est la position de pouvoir dans laquelle elle place celui qui la porte.

Il y a tout d’abord une responsabilité individuelle. La personne qui a à sa disposition une telle arme reçoit de facto la responsabilité des actions qui pourront être posées avec son arme et des conséquences desdites actions. Étant donné le potentiel destructeur inhérent à ces outils, il va de soi qu’une personne qui veut vieillir sans être tourmentée se devra d’être très prudente quant à l’entreposage et au prêt de ses armes – c’est d’ailleurs pourquoi le gouvernement canadien erre totalement (encore !) en règlementant l’entreposage et le transport des armes à feu.

Nous avons au Canada des régimes de responsabilité, que l’on parle du Common Law ou du droit civil, qui pourraient se montrer très dissuasifs envers les propriétaires d’armes irresponsables. Nul besoin de criminaliser pour dissuader ! Sauf si bien sûr on veut dissuader la possession d’armes à feu en général chez le citoyen honnête…On affirme chez les prohibitionnistes que c’est surtout pour empêcher les crimes passionnels et les suicides qu’on règlemente l’entreposage des armes. De quel droit est-ce qu’on se permet d’atteindre au droit de propriété, base de la société moderne, et au droit d’usage qui y est inhérent, sous prétexte qu’une personne pourrait poser une action déraisonnable avec un bien? Tout bien peut être mal utilisé, et le code criminel prévoit des conséquences pour ceux qui s’en prennent à la propriété des autres ou aux autres eux-mêmes. Mais l’État ne doit pas aller plus loin dans la régulation des comportements si l’on veut pouvoir dire que l’on vit dans une société libre.Et en ce qui a trait au suicide, l’État n’a pas à empêcher une personne libre de disposer de ses biens, incluant sa vie. On peut trouver regrettable qu’une personne fasse certains choix, mais elle demeure libre de les faire si elle ne porte pas atteinte aux droits des autres, et ce n’est pas le rôle de l’État de guider les choix des individus libres. Il est évident que ce concept est difficile à comprendre au Québec, où l’État régule tellement nos vies qu’on ne perçoit même plus ses interventions comme des entraves à notre liberté.

Mais revenons-en à l’analyse du pouvoir conféré par la possession d’une arme à feu. Ce pouvoir, qui est d’ailleurs le plus grand que l’on puisse avoir dans une société libre, est celui de contraindre une autre personne libre à obtempérer selon votre volonté, sans quoi elle s’expose à ce que vous la priviez de sa vie. Il faut, et c’est le moins qu’on puisse dire, être très convaincu de la justesse de son point de vue pour l’imposer ainsi à quelqu’un d’autre. Car si la personne peut choisir d’obéir, elle peut aussi choisir de résister, ce qui vous place dès lors dans l’obligation de prendre une décision: quitter rapidement les lieux en la laissant agir, et espérer qu’il n’y ait pas de représailles, ou tirer. Et comme aucune société, même libertarienne, ne permet le meurtre injustifié d’un autre humain, vous pouvez assez rapidement raccourcir votre espérance de vie libre et heureuse en cas de mauvaise décision.

L’individu rationnel sait distinguer les situations qui justifient l’utilisation de son arme de celles qui le conduiront en prison à vie. Nul besoin de limiter le droit au port d’armes pour réduire le nombre de meurtres. Au demeurant, comment penser rationnellement qu’une personne déterminée à tuer quelqu’un se laissera arrêter par une interdiction sur le port d’armes?

Ce droit de porter des armes que tout humain devrait avoir est essentiel dans une société qu’on veut véritablement libre, car le pouvoir qu’il donne est malheureusement parfois le seul qui soit approprié. La tuerie de Polytechnique en est le meilleur exemple. Ce n’était pas de l’humour, de la diplomatie ou de la psychologie qu’il fallait opposer à Camil Gharbi aka Marc Lépine le jour de sa psychose, c’était une volée de plombs. Il ne fallait pas négocier avec lui, faire un film sur son personnage ou encore quitter la salle de cours pour le laisser assouvir ses bas instincts sur les femmes, il fallait le neutraliser le plus rapidement possible afin qu’il ne tue personne, ou du moins le moins de gens possible.

Est-ce qu’on peut croire qu’un groupe non armé aurait pu neutraliser le tueur? Certainement. Mais les circonstances nous ont démontrées que l’analyse coûts/bénéfices faite par les individus au moment où ils étaient menacés par Lépine les a amenés à se dire qu’ils auraient beaucoup plus de chance de rester en vie en obéissant au tueur, quitte à laisser dans la salle des femmes qui se feront éventuellement fusiller. La probabilité de rester en vie est beaucoup moins grande lorsque l’individu considère attaquer un Lépine armé en ne sachant pas si le reste du groupe va se joindre à lui. C’est un choix rationnel fait par des humains rationnels, même si on peut moralement trouver après coup que c’est d’une lâcheté abjecte.

La seule façon d’éviter ce genre de situation est de donner à l’individu les outils pour qu’il en vienne à conclure, dans ce genre de situation, qu’il a plus de chance de survivre en s’attaquant au tireur qu’en le laissant agir. Et le seul outil qui puisse permettre une défense efficace et rapide pour le commun des mortels, c’est l’arme à feu.

Nous sommes en face d’une des fatalités de la vie: un humain libre peut décider d’agir d’une façon qui soit tellement inacceptable qu’on doive absolument l’en empêcher, et ce, en allant même jusqu’à le tuer si nécessaire. De cette constatation nous vient l’autre facette du pouvoir amené par la possession d’une arme à feu, soit le devoir d’agir. Le fait que tous les citoyens puissent posséder des armes à feu amène dans une société un équilibre des puissances qui fait en sorte que tous peuvent agir pour empêcher qu’un crime soit commis. Personne ne pourrait plus se proclamer victime éternelle en disant qu’il n’avait pas les moyens d’agir lors d’une tragédie ou qu’il était désavantagé face à un voyou. Les gens seraient obligés, en cas d’inaction face à un crime, d’étaler devant une opinion populaire furieuse les motifs qui les ont poussés à ne pas protéger la vie d’autrui. Mais il y a fort à parier que ce serait souvent gênant: «Y nous a demandé de sortir, pis on connaissait pas vraiment les filles, faque…»

Les massacres comme ceux de la Norvège, du Collège Dawson, de l’Université Concordia ou de l’École Polytechnique sont le résultat direct du contrôle des armes à feu, qui est d’ailleurs très semblable en Norvège et au Canada, et non le résultat d’un manque de contrôle.

En analysant la tuerie de Norvège, et toutes les autres d’ailleurs, il ne faut pas se demander comment il se fait qu’un humain ait pu décider de tuer des gens, les récits de massacres étant plus vieux et nombreux que tous les autres types de littérature. On devrait plutôt se demander, en Norvège, comment il a été possible que personne n’ait pu répliquer à un tireur qui s’en est pris à des dizaines de personnes sur une période de plus d’une heure. Dans quelle société supposément civilisée expose-t-on les gens à endurer autant de violence tout en les privant légalement du seul moyen qui leur permettrait de se défendre? Et pour ajouter l’insulte à l’injure, comment peut-on oser prétendre après coup que le massacre commande une hausse du contrôle des armes à feu, alors que c’est précisément ce qui a causé la perte de la vie de tant de gens?

On dit souvent dans les cercles libertariens que les actions de l’État nuisent au marché ou qu’elles appauvrissent les gens, mais ce cas-ci est bien pire, car l’État norvégien, par ses politiques irresponsables interdisant le port d’armes, est directement responsable du fait que des citoyens honnêtes ont été laissés sans défense face à un tireur fou. L’État, loin de protéger le citoyen, a choisi d’avantager le tireur!

Un argument fréquent des adeptes du contrôle des armes à feu est que tous n’ont pas la capacité d’exercer le pouvoir et les responsabilités qui viennent avec la possession d’armes. Or, la capacité d’exercer un pouvoir ne vient qu’avec l’exercice effectif dudit pouvoir, parce que l’être humain placé dans une situation développe les compétences et les réflexes qui lui permettent d’évoluer le mieux possible dans son environnement. Il est vrai que toutes les personnes n’ont pas les capacités innées leur permettant de conduire un véhicule sans formation. Mais la pratique fait en sorte que les gens comprennent que certains comportements sont souhaitables pour tous sur la route et que d’autres comportements sont à éviter.

De la même façon, toute personne comprendrait rapidement qu’une mauvaise utilisation d’une arme à feu peut être assez risquée pour elle-même dans une société où les gens sont libres de porter des armes. Elle n’aura donc aucun intérêt à mal agir, et beaucoup d’incitation à bien se comporter. Même les gens qui choisiraient de ne pas porter d’armes seraient plus en sécurité, car d’autres personnes qui choisiraient de s’armer pourraient intervenir en cas d’urgence. C’est tout le contraire dans notre société où les armes sont tellement mal connues et réglementées que leur simple possession donne à quelqu’un un avantage indu sur les gens de son entourage qui ne disposeront pas des mêmes moyens pour répliquer si jamais le pire survenait, comme cela fut le cas en Norvège.

Il a été établi et mentionné à maintes reprises que la loi ne saurait dissuader les criminels de s’armer, car si l’arme leur donne un avantage incomparable dans la pratique de leur profession, sa possession illégale ne fait qu’ajouter des pages à un dossier criminel qui vient avec le métier. Il a aussi été établi par les tribunaux que la police ne peut, de par les limites qui lui sont intrinsèques, empêcher tous les crimes contre le citoyen. Il semble donc à quiconque qui fait une analyse logique de notre société, où les armes sont contrôlées, que les conditions pour une sécurité optimale ne sont pas réunies. Or, la sécurité publique n’a rien à voir avec le contrôle des armes à feu.

L’État, malgré des airs bienveillants, ne vise pas à protéger le citoyen par le contrôle des armes à feu. Il ne lui garantit pas qu’il ne sera victime d’aucun crime, ou encore que jamais personne n’utilisera une arme à feu contre lui. Il vise simplement à protéger son monopole de l’usage de la violence en enlevant au citoyen des outils pour exercer sa liberté et protéger lui-même sa vie et celle de son prochain.

* Shawn L. Mac Farlane est bachelier en droit et enseignant en éthique et cultures religieuses dans la région de Québec.

—-
Article initialement publié sur le Québécois libre
, et reproduit avec son aimable autorisation.

Laisser un commentaire

  1. « L’arme a permis le règne des démocraties et des dictatures. C’est un outil qui représente à merveille le génie humain. »

    l.o.l.
    || <- le "génie" humain
    / \

    "De la même façon, toute personne comprendrait rapidement qu’une mauvaise utilisation d’une arme à feu peut être assez risquée pour elle-même dans une société où les gens sont libres de porter des armes."

    Encore un exacerbé de la 'raison' – un prof, comme par hasard – qui croit que l'être humain est fondamentalement rationnel…
    Surtout que le moment où on serait le plus susceptible d'avoir l"utilité" d'une arme à feu est souvent celui où l'on se comporte de la façon la moins rationnelle…

    Allez, remix! , on coupe un peu la phrase l' "utilisation d’une arme à feu peut être assez risquée"

    sacré litote pour parler d'un outil conçu pour tuer !

    Quand à l'opposition 'hommes libres' VS 'Etat' – sans même remettre en question ce débat cher aux libertariens – porter cet argument sur le champ des armes, c'est oublier que dans les faits, l'Etat a de toutes façons l'avantage (absolu) en terme de puissance de feu.

    "Il vise simplement à protéger son monopole de l’usage de la violence en enlevant au citoyen des outils pour exercer sa liberté et protéger lui-même sa vie et celle de son prochain."

    Mouais, avant d'être un outil de "liberté" (ce qui reste un usage 'possible' mais pas du tout certain), les armes sont un outil de mort.

    1. « Mouais, avant d’être un outil de « liberté » (ce qui reste un usage ‘possible’ mais pas du tout certain), les armes sont un outil de mort. »
      C’est vraiment con, comme phrase. Réussir à écrire à la fois un truisme et une idiotie, c’est fort.

    2. @ vinzzz : Faux, une arme à feu est une machine qui sert à tirer des projectiles, quelque soit leurs matières, cette réaction est purement émotionnelle!!

      1. Lol!!!

        Le Desert Eagle a tout de même une capacité léthale d’un autre niveau que le lance pierre ou un arc… ;-)

        C’est 1 peu comme l’argument des pro-nucleaires qui disent que le ‘systeme technique’ est sûr et que c’est l’humain le facteur de risque: j’ai une nouvelle pour vous:
        – le monde est PLEINS d’humains, emotifs ou non
        – considérer l’objet sans son sujet n’a pas de sens

          1. L’objectif du concepteur d’une arme à feu: créer un engin ayant la capacité à envoyer suffisamment rapidement et précisément un projectile pour blesser et/ou tuer un individu et/ou animal.

            Je ne parle bien évidemment pas du tir sportif, mais je ne crois pas que beaucoup de sportifs réclament le droit à être en mesure de pratiquer à tout moment et en toute circonstance leur sport, et ainsi réclament le port d’arme.

  2. Stephane J. Perrin

    Tout ce que je sais c’est que quand Hitler est arrivé au pouvoir en Allemagne en 1933 il s’est empressé d’établir une loi de contrôle des armes à feu des plus draconiennes… => Reichswaffengesetz de 1938…

  3. « Mouais, avant d’être un outil de « liberté » (ce qui reste un usage ‘possible’ mais pas du tout certain), les armes sont un outil de mort. »

    Il est fort probable que le premier outil inventé par l’homme ait été une arme destinée à tuer. Mais bon, quand on vit à Bisounoursland, ça doit etre dur à comprendre…

    1. La fameuse rhétorique du bisounours…
      Y’a 1 différence entre croire au père noël, et penser que les hommes peuvent vivre en paix, et qu’un outil « capable de lancer des projectiles » (wouhou, c’est « rigolo ») n’est pas nécessaire…

      Le premier outil pour tuer a probabablement été inventé à 1 époque ou l’homme avait d’autres prédateurs, et n etait pas capable de faire péter la planète, sans bouger les oreilles !

      Qui a besoin de ‘tuer’ pour manger aujourd’hui? Est-ce que ça justifie 1 dissémination des armes ?

      Voilà pour l’argument pré-historique fallacieux: la société a évolué depuis figurez-vous .

      Après, dire que vous n’acceptez pas le principe de violence dévolue a l’Etat, que vous vous inquiétez pour votre petite personne, et que vous pensez qu’un pistolet, ou une paire d’uzis vous permettra de mieux organiser votre survie avec vos semblables : j’aurais envie de dire: vous regardez trop de films!

      Avez vous deja tiré ?
      Avez vous deja tenu en joue quelqu’un?

      Pas naïf, ni émotif, mais simplement intimement convaincu que les cas ou une arme est nécessaire sont, et devraient rester, extremement rares dans notre pays. Et pour l’interdiction, car le bénéfice que j’aurais de posséder 1 arme – et, en adulte bien rationnel, je saurais évidemment ne l’utiliser que dans les « bons » cas – serait compensé par le fait que N’IMPORTE QUI puisse également en avoir une.

      @P: non, ce n’est pas 1 idiotie
      Les hommes tuaient et peuvent encore tuer SANS arme, mais pour la raison ci-dessus, je préfère l’interdiction.

      on peut développer, mais je continuerai vraisemblablement à n’avoir que de la pitié pour ceux qui font l’apologie des armes…

      1. La question de savoir si la libre possession d’arme par l’honnête citoyen ( casier vierge + certificat médical)améliore ou non la sécurité globale de la société est un non sens.
        L’homme libre porte tort à une autre personne, non pas en portant une arme, mais en l’utilisant en dehors du cadre de la légitime défense.
        On ne porte pas tort à la société, on porte tort à une personne, on porte tort à des personnes, voilà la réalité.
        Il n’a crime que s’il y a une victime!
        Criminaliser un honnête homme, au prétexte qu’il est propriétaire d’un objet (armes individuelles par exemple – je ne parle pas de bombes nucléaires)est une insulte au droit.
        Je me fous des délires esclavagistes des étatistes qui savent ce qui est mieux pour les autres et qui veulent imposer aux autres leur manière de vivre.
        Tout ça pour une ridicule raison arithmétique: ils ont convaincu 50,01 % des votants.
        Que la loi soit issue d’une théocratie(Iran), d’une royauté, d’une démocratie, peu importe, une loi ne peut être contraire au droit.
        http://www.quebecoislibre.org/020202-16.htm
        http://www.scribd.com/doc/36269590/Christian-Michel-Pourquoi-je-ne-suis-pas-democrate
        http://ploucdumidi.blogspot.com/2009/08/le-port-darme-est-un-droit-naturel-1.html
        http://www.pierrelemieux.org/artdroit.html
        Bonne lecture, sous réserve que l’honnêteté intellectuelle t’oblige à accepter de lire des propos différents de ta conception du monde.

        1. Je traine ici, alors que je n accroche pas forcément toutes les idées libérales, je n’ai pas de souci d honneteté intellectuelle : il m’arrive de faire évoluer mon avis sur certains arguments, et de reconnaitre mes erreurs ou contradictions, merci d eviter les procès d’intention ;)

          Je ne crois pas au droit ‘naturel’ , qui n est que rhétorique…

      2. « Le premier outil pour tuer a probabablement été inventé à 1 époque ou l’homme avait d’autres prédateurs, et n etait pas capable de faire péter la planète, sans bouger les oreilles ! »

        Première remarque : il y a toujours des prédateurs pour l’homme. Sur tous les continents, des hommes continuent de se faire tuer par toutes sortes d’animaux. Vous ne devez pas être au fait de l’actualité puisque vous semblez ignorer qu’en France des chiens tuent des gens, et que très récemment quelqu’un a tué un loup d’un coup de fusil (interdit par les gens de votre espèce).
        Seconde remarque : le plus grand prédateur de l’homme, et ce de tous temps, n’est pas le T-Rex, mais bien l’homme lui-même.

        « Et pour l’interdiction, car le bénéfice que j’aurais de posséder 1 arme – et, en adulte bien rationnel, je saurais évidemment ne l’utiliser que dans les « bons » cas – serait compensé par le fait que N’IMPORTE QUI puisse également en avoir une. »

        Notre pays est malheureusement gangrené par des personnes ayant votre système de réflexion : « MOI je suis intelligent et raisonnable, mais les autres… dans le meilleur des cas, je ne sais pas; et dans le pire, je sais que « l’autre » est un con…
        C’est à dire, dans le meilleur des cas, des paranos; et dans le pire des cas, des gens souffrant d’un grave complexe de supériorité vis à vis de leur prochain ( complexe évidemment injustifié). C’est pour cette raison que de plus en plus d’aspects de notre vie et de nos droits sont réglementés et interdits.
        Et ouais vinzzz, si tu avais la possibilité d’avoir une arme à feu, N’IMPORTE QUI pourrait aussi en avoir une. Tu ne connais pas N’IMPORTE QUI, mais d’emblée, tu ne lui fais pas confiance… ou alors, tu as l’impression que tu le connais et ton opinion sur lui est simplement détestable.
        Alors question pitié, il est temps de te regarder bien au fond des yeux chaque matin dans le miroir….

        1. Merci de ne pas avoir vu le second degré et 1 brin de cynisme qd j ecris avec prétention ‘savoir’ faire le bon usage et les autres non…

          Je n’ai pas du tout cette prétention – parenthese cynique au cours de mon argument -et mon argument n est meme pas sur cette pretention de certains d’etre plus rationnels que les autres.
          Mon argument est juste statistique : + d’armes à feu = + de morts par arme à feu. Vous pouvez eventuellement me contredire sur celui-là.

          1. Content de savoir qu’il y avait un argument dans votre précédent commentaire, il devait etre caché…
            Justement votre argument statistique est faux + d’armes à feu ce n’est pas + de morts par armes à feu.
            c’est en Finlande qu’il y a le plus d’armes à feu par habitant.

            Fermez le banc.

          2. C’est aux USA qu’il y a le + d’armes à feu par 100 habitant (88.8)
            A comparer à la Finlande (32) et à l’Angleterre (6,2)

            Et pour reprendre votre exemple, voici les chiffres en morts / homicides par armes à feu dans ces pays par 100 000 habitants:
            USA: 15.22 / 7.07
            Finlande: 6.86 / 0.86
            Angleterre: 0.46 / 0.07

            Quant à votre ton, je dois avouez qu’il me fait vous percevoir comme une personne que je suis heureux de ne pas connaitre.

      3. N’importe qui peut déjà avoir une arme à feu. Exemple dans une banlieue calme d’une toute petite ville française: 200€ la location du glock pour la soirée, 500€ pour un AK-47 (oui c’est cher mais c’est vite rentabilisé). Et je ne parle pas des milliers de fusils de chasse non déclarés.

    1. « Les hommes tuaient et peuvent encore tuer SANS arme, mais pour la raison ci-dessus, je préfère l’interdiction. »

      Des milliers de personnes sont tuées chaque année par les voitures. Faut les interdire ? Faut aussi interdire les pierres parce qu’on peut tuer son voisin avec ?

      1. Donc une arme a feu c’est comparable a une voiture? :-p
        Argument fallacieux là aussi, l’usage premier d’une voiture – l’intentionquia guidé sa fabrication – n’est PAS de tuer (ou menacer de tuer)

  4. Les tueurs de masse n’ont pas besoin d’armes à feu. Un brevet de pilote d’avions est amplement suffisant…
    Ah si les pilotes américains avaient eu un revolver dans leur cockpit !

  5. 1- n’importe quel objet peut devenir une arme
    2-relire attentivement l’amendement de la constitution américaine qui autorise la possession d’armes par le citoyen. Bien comprendre ce qu’ont voulu les pères fondateurs: se défendre des voyous mais aussi se défendre contre un Pouvoir tyranique…..
    3-le honnêtes citoyens sont toujours désarmés mais pas les voyous. Pourquoi ?
    4-si l’Etat est incapable d’assurer la protection des personnes et des biens 24h/24 et en tout lieu ,qu’il délègue aux citoyens cette responsabilité
    5-il se trouve que les Etats, les oligarchies, craignent leurs citoyens. Et des citoyens en colère et armés……………..

  6. La vrai question n’est pas de savoir si le port d’arme est moralement acceptable ou non.
    La vrai question est de savoir si ce pouvoir sera bénéfique malgré les bavures inévitable qu’il entrainerait.

  7. Sur un site de gens cultivés et pour certains férus d’économie, je suis surpris de ne trouver aucun chiffre.

    Morts par armes à feu par 100 000 habitants:
    USA: 15.22
    Brésil: 14.15
    France: 6.35
    Norvège: 4.39

    Homicides par armes à feu pour 100 000 habitants (hors suicides / accidents):
    USA: 7.07
    Brésil: 10.58
    France: 0.44
    Norvège: 0.3

    Alors peut-être que des citoyens armés auraient permis d’éviter un drame d’une telle ampleur en Norvège, mais à quel prix?

    1. « Certains verront aussi dans diverses statistiques une augmentation du nombre de crimes par arme à feu dans les pays où ils circulent librement, sans voir qu’elle est plus que compensée par une diminution des crimes sans arme à feu – l’assassin adapte son arme à la législation, mais sa victime meurt ni plus ni moins à coups de machette ou de couteau – et au final, ce qui compte est que le taux de criminalité est moindre là où règne la liberté. D’autres compteront les accidents dus aux armes à feu, sans les mettre en rapport ni avec les accidents de la route, ni avec les coups de couteaux et autres agressions évitées, etc., avant de tirer des conclusions. »

      http://www.quebecoislibre.org/020202-16.htm

        1. C’est sûr que le nombre de morts par homicide en Norvège est bien plus important que celui uniquement par arme à feu, mais malgré tout dix fois inférieur aux USA.

          Homicides pour 100 000 habitants:
          USA: 5
          Brésil: 22
          France: 1.31
          Norvège: 0.6

          A noter, le chiffre pour les USA n’est pas cohérent avec celui au dessus, parce que les homicides par armes à feu date d’avant 1998, quand les homicides sont des chiffres 2009.

          Sinon, bien sûr, il n’y a que les divagations de fanatiques qui soient recevables, les chiffres, eux mentent. A partir de là, toute démonstration est vaine. Toute discussion également.

    2. @ VANDEPJO
      Dans les homicides avec armes à feu aux USA, il y a les voleurs et les agresseurs qui ont croisé le chemin d’honnêtes citoyens armés.
      De surcroît si la corrélation existait entre le taux de possession d’armes à feu et le taux d’homicides, on devrait le voir entre les différents états des USA.
      Or ce n’est pas le cas, le VERMONT a une législation extrèmement légère sur la détention et le port d’armes, mais a un taux de 1,9 d’homicides !
      Le lien suivant vous permettra de réfléchir
      http://www.pierrelemieux.org/artdroit.html

  8. Voici un lien pour vandepj0 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Contrôle_des_armes_à_feu

    OK, je me suis mal exprimé : c’est bien en Finlande que la population est la plus armée = 56 % de la pop possède une arme.
    Et aux USA qu’il y a le + d’armes à feu = 200 M d’armes pour une population de 308 M, mais ceux qui en possèdent une en ont souvent plus d’une, donc en pourcentage de la population, ça fait moins que la Finlande.
    De toute façon, disons que c’est kif kif… donc le fait de posséder des armes à feu ne dit rien de probants sur la proportion de tuer par arme à feu. C’est beaucoup aux USA et infinitésimale en Finlande…

    Toute démo voulant prouver une relation de cause à effet est vaine concernant ce sujet…
    Sinon, votre perception ne m’intéresse pas plus que ça…

  9. Non. L’objectif du concepteur d’une arme à feu est de créer un outil ayant la capacité d’envoyer un projectile. Point. La finalité est celle que VOUS lui donnez… Sinon, le ou les concepteurs d’armes à feu pourrait être tenus responsables quant à l’utilisation et à la finalité d’emploi des outils qu’ils conçoivent.
    A ce que je sache, Messieurs Smith & Wesson n’ont jamais été incriminé par la justice parce qu’ils fabriquaient des armes à feu. Au même titre que Monsieur Stanley n’a jamais eu d’ennuis parce qu’il fabriquait des pelles ayant servi à des homicides.

    1. C est comme dire que l’atome ne sert qu à éclairer les baignoires.
      Cette position, que vous pensez rationnelle, ne l’est pas, ou a un nom – l objectivisme : on écarte toute ‘subjectivité’, il n’y a que des objets, ni bons ni mauvais, tout depend l utilisation que les gens en font -: on ne vit pas dans un monde d’objets, et ceux-ci ne sont pas ‘neutres’ (les armes ont une connotation historique différente aux USA)

      Smith & wesson n ont peut être pas été incriminés – et l’ouest, sans lois ou etats, etait très certainement ‘sauvage’ – mais Einstein s’en voulait…

  10. « on ne vit pas dans un monde d’objets »
    Exact, on vit dans un monde d’hommes vivants et tous les objets sont inertes sans une commande de l’homme.
    Si les objets ne sont pas neutres, sachez qu’en France, les cordes à rideaux, les cravates et la ficelle tuent plus de personnes que les armes à feu…
    Et moi aussi, parfois je m’en veux, après un lapin à la moutarde.

    1. « sachez qu’en France, les cordes à rideaux, les cravates et la ficelle tuent plus de personnes que les armes à feu… »

      Merci pour cette mauvaise foi!
      Effectivement, les suicides représentent l’immense majorité des morts violentes en France, et la pendaison reste le mode de suicide « préféré » (46%), suivi par les médicaments (16%) et mes armes à feu (15%).
      Mais si vous ne voyez pas de différence entre les suicides et les homicides (qui eux sont majoritairement perpétrés avec des armes à feu, des armes blanches et à mains nues), je ne peux pas grand-chose pour vous.

  11. La défense du port libre des armes à feu chez les libertariens est purement culturelle. C’est un héritage de l’Amérique Cowboy et il n’y a rien de rationnel ni de libertaire la dedans..
    Les armes a feu ne sont pas un outil de liberté, c’est un outil d’oppression, et qui plus est, l’un des pire qui soit, bien pire que l’état si détesté par les libertariens, d’ailleurs arme à feu et état vont bien plus souvent ensemble qu’ils ne sont opposés l’un à l’autre..
    Qui sont les plus gros fabriquants d’armes? Ce sont les états, et les entreprises qui travaillent pour eux!
    Qui sont les plus gros traffiquants d’armes? Ce sont les états eux même!

    J’ai pris mes distances avec le mouvement libertarien, en partie pour cette raison. Parce que au lieu de s’attaquer à la cause du problème: ce qui ne va pas dans notre société et qui pousse les gens à commettre des meurtres, vous (les libertariens) n’envisagez comme solution que de rajouter un meurtre de plus au lieu d’essayer de comprendre ce qui ne va pas et de changer la société pour que les hommes n’en viennent plus à ce genre d’extrémité.

    Vous faites toute une série d’erreur:
    -Vous supposez que les criminels auront de toute façon des armes même si la loi l’interdit.. C’est faux!

    Plus la loi est stricte concernant les armes, plus ce sera difficile pour une personne de s’en procurer. Si on interdit totalement la fabrication, l’importation, la vente et la possession d’armes à feu et de munition, il y aura très peu de personnes qui pourront se procurer des armes à feu, car ce sera très difficile à trouver et très cher. En légalisant la possession libre d’arme à feu, ont permet à plus de personnes de se procurer façilement des armes, les criminels seront les premiers intéréssés, et le résultat c’est qu’il y a aura bien plus de criminels armés..

    -Vous supposez que si on légalise les armes à feu, les victimes potentielles seront armées. Là encore vous allez trop vite..

    En réalité il n’est pas évident du tout, que les victimes potentielles seront armées pour se défendre. Beaucoup de gens auront peur (et ils ont raison) d’avoir un accident, de faire une bétise, de ne pas savoir s’en servir. Vous partez du principe que tous le monde aura une arme pour se défendre, mais vous oubliez qu’une arme ça coute de l’argent, et que tous le monde ne pourra pas s’en payer.

    -Vous partez du principe que le problème c’est le criminel. Mais par expérience, je sais que dans la vie de tous les jours, ce ne sont pas les criminels qui posent problème mais tous simplement nous! Les gens biens, les hommes normaux, les citoyens lambda! Ceux qui vont par imprudence, causer un accident. Ceux qui vont momentanément pêter les plombs poussés à bout par le harcèlement au travail ou à l’école, ceux à qui la tête du voisin ne revient pas et qui ne supportent plus quand il passe la tondeuse à l’heure de la sièste, le connard alcoolique qui cherche la bagarre dans un concert, le chasseur qui tire sur « un truc qui bougeait! »..

    -Vous arguez que l’individu à le droit de se défendre, chose avec laquelle nous sommes tous d’accord, mais dans ce cas, pourquoi ne pas se contenter d’armes d’autodéfense? Des armes non mortelles, prévues pour se défendre et non pour tuer?
    Et puis avoir un pistolet, ne garantie pas qu’on va s’en sortir face à un problème. Encore faut-il avoir l’occasion de pouvoir s’en servir (comment ton arme te protège t-elle quand tu te fait tirer dessus par surprise? Un motard abattu dans un chemin par un chasseur, une fillette qui se prend une balle en allant chercher un pepsi à l’épicerie..!!)
    Même si il s’agit d’une agression délibérée, rien ne garantie que ton arme te sauvera.

    Légaliser les armes à feu, c’est beaucoup de risques pour peu de certitudes et aucune garantie. Mais c’est surtout créer une société d’oppression (et non de liberté) où les gens auront peur de sortir de chez eux et risqueront leur peau chaque fois qu’ils iront dans la rue ou dans un café.

    Pour finir le dernier argument que donnent souvent les libertariens lorsqu’ils sont à court de réponse c’est qu’il vaux mieux que ce soit le criminel qui meurt plutôt que la victime.. Même là, ce n’est pas si simple..

    Si je dit que Paul entre dans la propriété privée de Pierre pour l’agresser. Les libertariens, sans réfléchir diront que Pierre est la victime et Paul le coupable.. Ah bon? Mais qu’en savent-ils? Connaissent-ils Pierre et Paul? Savent-il que Pierre harcelait Paul depuis des années et qu’il lui faisait des Crasses sans nom à répétition et que Paul était poussé à bout, et qu’il n’en pouvait plus?? Sont-ils au courant que Paul est quelqu’un de bien qui ne supportait plus d’être quotidiennement insulté et que sa vie était un enfer à cause du comportement infâme de son voisin????

    Tout cela pour dire que les choses ne sont jamais aussi simple qu’à la télé et que ce n’est pas toujours une question de propriété privée, ni de théories sur le pouvoir et la responsabilité supposée mais des questions de rapports humains compliqués, souvent conflictuels et qu’il ne vaux mieux pas donner aux conflits les moyens de dégénérer..

    1. « C’est un héritage de l’Amérique Cowboy »
      facepalm
      Manifestement, vous ne savez pas de quoi vous parlez.

      « Légaliser les armes à feu, c’est beaucoup de risques pour peu de certitudes et aucune garantie.  »
      Exactement comme pour tout le reste. C’est la vie. Mais on peut avoir peur de vivre, de prendre des risques et rester chez soi, claquemuré. Ça marche aussi. Perspective réjouissante que vous nous proposez là. Accessoirement, faudrait être cohérent deux minutes : soit le port d’arme est un héritage de l’Amérique des Cowboys, et dans ce cas, je n’ai pas souvenir que cette époque se fut traduite par des gens qui avaient tous peurs de rester chez eux (au contraire, même). Soit vous avez raison, les gens, avec la légalisation, trembleront comme des feuilles, resteront chez eux, et la société du Far-West que vous fantasmiez n’a jamais existé.

  12. « Il est fort probable que le premier outil inventé par l’homme ait été une arme destinée à tuer »

    En fait probablement pas!

    l’homme étant un primate, sa nourriture initiale était fructivore, comme tous les primates, le premier outil découvert par l’homme était probablement un casse noix, comme en utilise aujourd’hui les chimpanzés Bonobos.

    L’homme est devenu omnivore, mais avant de tuer, il a probablement découvert la viande en devenant d’abord charognard, c’est à dire qu’il a du inventer des outils pour dépecer les animaux avant d’inventer des outils pour tuer.

    H16 tu est très forts en réthoriSque comme tous les libertariens, mais le fait de savoir que les cow boy n’avaient pas peur des flingues, ce n’est pas ce qui va permettre à quelqu’un de rester en vie si un jours un chasseur ou un ivrogne lui tire dessus.. En toute conscience je n’ai pas assez confiance aux hommes pour leur permettre de posséder une arme à feu, et je ferait tout ce qui est en mon pouvoir pour que les armes à feux soient totalement interdite, pour protéger la liberté, la liberté de rester en vie et de pouvoir circuler librement sans risquer de se faire tuer..

    Quand à l’argument de la voiture, c’est évidement un argument falacieux, j’en ai autre du même genre:
    Puisqu’on peu mourir en parachute, il faut sauter sans parachute..

    Les gens qui défendent l’interdiction ou le contrôle des armes à feu, sont généralement les mêmes personnes qui défendent également une politique pour réduire les accidents de la route.. La liberté ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire pour protéger la vie..

    1. l’homme étant un primate, sa nourriture initiale était fructivore, comme tous les primates,

      C’est tout de même bête de se tirer une si belle balle dans le pied.
      L’homme n’est plus frugivore depuis bien avant l’invention de sa première arme. Sa dentition l’atteste sans aucune ambiguïté (canines). Bref, tu racontes n’importe quoi pour étayer tes thèses.

      Pour ce qui est de l’ouest sauvage, tu n’y entends pas grand’chose et ça se voit très vite là aussi. Renseigne-toi, ici : http://www.contrepoints.org/2011/01/07/10404-le-mythe-du-far-west-sauvage … Enfin, pour ta gouverne, une des caractéristiques essentielles des régimes totalitaires a été, justement, l’interdiction totale des armes à feu, et exactement avec ta série d’arguments bidons. Tu es comme beaucoup de gens : tu sais ce qui est bon pour eux mieux qu’eux-mêmes et entend utiliser la force pour leur imposer ton point de vue.

  13. Quand je discute avec mes amis, et que l’on évoque les pays que l’on aimerait bien visiter, deux choses s’opposent à notre envie de visiter les états unis:
    -Les armes à feu (la violence, les homicides)
    -La peine de mort

    Ces deux choses reviennent constamment dans les débats de soirée pour expliquer pourquoi on préfèrerait visiter le Canada, plutôt que les états unis

    Il est évident que la présence d’armes à feu entre les mains de n’importe qui n’est pas rassurante pour la majorité des gens. Raison principale pour laquelle les états unis font partis de la liste des « pays qui font peur » au même titre que l’iran, la colombie, la chine ect..
    Raison aussi pour laquelle les américains cherchent à s’enfermer dans des villes ou des cités fermées, sorte de ghettos pour riches sous surveillance constante et protection rapprochée..
    Raison pour laquelle les armes à feu, vont totalement à l’encontre de la liberté, en enfermant les personnes dans un cercle vicieux, les obligeants à prendre des mesures liberticides pour se protéger contre les armes censés leurs apporté liberté et protection

    1. deux choses s’opposent à notre envie de visiter les états unis: -Les armes à feu (la violence, les homicides) -La peine de mort

      L’absence de culture se comble généralement en allant vérifier par soi-même, sur place. Il y a des millions de touristes qui vont aux US et … en ressortent vivants. Coup de bol ?

  14. « Bref, tu racontes n’importe quoi pour étayer tes thèses. »

    Argument typique de ceux qui ne savent plus quoi dire quand l’évidence montre qu’ils ont tord..

    L’histoire que l’homme était fructivore avant d’être carnivore est un fait scientifique. Qu’un animal ai des canines n’en fait pas un chasseur, les singes ont des canines, la plus part ne chassent pas.. Tu peut nier la science si tu veux.. Mais ca ne change rien, le premier outil que l’homme a inventé n’était probablement pas une arme. Et pour revenir un peu plus dans le sujet, puisqu’on parle d’armes pour se défendre, la première stratégie qu’on emploi en survie pour se protéger des prédateurs c’est l’évitement. Ce n’est qu’en dernier recours qu’on utilise une arme pour se défendre car c’est généralement la tactique la plus risquée. A vérifier mais il me semble que les chasseurs se font plus souvent attaquer par les animaux sauvages que les randonneurs qui sont pourtant beaucoup plus nombreux, car les chasseurs provoquent la confrontation alors que justement les randonneurs cherchent à l’éviter..

    Pour ce qui est du Far-west, je ne sais pas ce que tu veux dire. Je ne sais pas de qu’elle vision tu parles, ni de ce que tu crois que je m’imagines sur le far-west.

    En ce qui concernes les dictatures, c’est encore un argument falacieux.. Ce n’est pas parce qu’une chose est faite par une dictature que cette chose est forcément négative. Et ce n’est pas parce qu’une chose est faite par une démocratie qu’elle est forcément positive.. Faut-il renoncer aux barrages et aux routes sous prétextes que des dictatures ont construit des barrages et des routes? Faut-il abandonner la conquète spatiale sous prétexte que le premier pays à être allé dans l’espace était une dictature.. Et au passage, le contrôle des armes (et de tout un tas d’autre choses) n’est pas réservé aux dictatures, de nombreuses démocraties (la majorité d’entre elles) contrôlent les armes à feu..

    Evidement tu n’a pas parlé de la démocratie, mais je tient à dire que l’argument « c’est mal, parce que la dictature la fait! » est aussi valable pour la démocratie; on peut très bien dire « c’est mal, puisque la démocratie la fait! ».

    Pour ce qui est du tourisme aux état unis, je n’ai pas dit que les touristes ne s’en sortaient pas vivants.. J’ai simplement dit que la violence aux état unis faisait peur aux touristes. C’est logique puisqu’apparament d’après certains il est nécessaire ou du moins prudent d’avoir une arme pour se protéger des autres. Si il faut une arme, pour être en sécurité aux état unis, alors qu’on en a pas besoin pour être en sécurité en France, au Canada, ou en Ecosse, c’est logique que beaucoup de gens craignent la violence aux unis..

    Les libertariens ressemblent beaucoup plus aux socialistes qu’ils ne le pensent. Ils défendent des idées, plutôt que des personnes. A force de défendre des idées sans tenir comptes des hommes et des contextes, on obtiendra un résultat catastrophique. Non parce que les idées sont mauvaises, mais parce qu’on les applique sans réflechir et sans regarder les résultats.. De même que trop de social tue le social de telle sorte que les socialistes font plus de misère qu’ils n’en supprime, il en va de même dans l’autre sens, si on s’acharne à défendre trop de liberté, il n’y aura plus de liberté, car les libertés se contredisent les unes les autres. Il faut un équilibre, pour que toutes les libertés puissent coexister. Le problème des libertariens c’est que certaines libertés comme celle de posséder des armes, ou la religion de la propriété privée, risquent fort d’écraser toutes les autres libertés comme la liberté de vivre en sécurité, la liberté de circuler, ou la liberté des moeurs..

    Que font les personnes dans les société qui contrôlent moins les armes à feux?
    Elles construisent des citées fermées, elles fouillent les gamins à l’entrée des classes, elles installent des portiques électroniques et détecteurs de métaux partout. Elles vivent sous vidéo-surveillance et sont obligée de porter une arme pour se protéger des autres et de vivre dans la peur.. Si tu estime nécessaire de posséder une arme pour te défendre, c’est que quelque part, tu vis dans la peur d’une agression.. Et si tu vis dans la peur d’une agression, tu n’est pas libre!

  15. « une arme à feu est une machine qui sert à tirer des projectiles »

    Si tu veux tirer des projectiles, fait du paintball!

    « Comment en effet ne pas s’émerveiller devant l’explosion contrôlée d’une charge de poudre propulsant avec précision un projectile dans une direction souhaitée à une distance qui peut parfois atteindre des kilomètres ? »

    En se faisant toucher par ce projectile, c’est une bonne raison de ne pas s’en émerveiller..

    « Tout ce que je sais c’est que quand Hitler est arrivé au pouvoir en Allemagne en 1933 il s’est empressé d’établir une loi de contrôle des armes à feu des plus draconiennes… »

    Il aura au moins fait une chose de bien..

    1. « alors qu’on en a pas besoin pour être en sécurité en France »

      On ne doit pas vivre dans le même pays.

      « Il aura au moins fait une chose de bien.. »

      Les millions de morts (ainsi que leurs descendants) qui étaient le corollaire de la première décision apprécieront.

      « où les gens ont de l’humour.. »

      Sauf que l’humour ne protège pas des balles des armes à feu des criminels.

  16. Et si on découvre que la première chose qu’a fait Hitler en Arrivant au pouvoir c’est de s’être fait couper les cheveux tu dira que tous ceux qui ont les cheveux courts sont des socialistes qui ne valent pas mieux que les autres? lol!

    1. Parce que pour toi, imposer aux citoyens d’être désarmés devant un pouvoir nazi, c’est équivalent à aller chez le coiffeur ?
      Belle comparaison.
      Là encore, tout est dit.
      Socialaud est un mot encore trop faible.

  17. Bon d’accord, j’ai compris! Une société libertarienne est une société avec des armes et sans humour.. Excusez moi si je préfère une société sans arme et où les gens ont de l’humour..

  18. En plus ce que vous dites n’a aucun sens.

    D’abord vous dites que les criminels sont armés de toute façon puisqu’ils ne respectent pas la loi. Ensuite vous dites que les personnes qui se révoltent contre la dictature sont désarmées. Or les gens qui se révoltent contre la dictature, sont des criminels, selon le pouvoir en place, ils devraient donc être armés selon votre postulat de départ.. Votre théorie est donc illogique..

    Si le peuple possède des armes (soit disant pour se protéger d’une dictature) alors pourquoi n’utilise t-il pas ces armes pour se protéger contre cette dictature au moment où la dictature interdit la possession d’armes?

    Il y a beaucoup d’armes aux états unis, pourquoi les américains n’utilisent-ils pas ces armes pour lutter contre le pouvoir en place et instaurer une société libre?

    L’argument du peuple armée contre la dictature, ça ne fonctionne pas! C’est un argument qui ne tient pas debout. Si réellement les armes pouvaient nous libérer, ce serait déjà fait depuis longtemps.. Je ne fait qu’observer, les américains possèdent des armes, ils vivent sous un régime dictatorial, et ils ne se libèrent pas.. Donc l’idée que possèder des armes nous permettrait de nous libérer d’un régime dictatorial, ça ne marche pas!

    1. « les gens qui se révoltent contre la dictature, sont des criminels »
      Les gens qui se révoltent contre le nazisme sont criminels ?
      De mieux en mieux.
      Tu t’enfonces, troll, et c’est très rigolo à voir.

  19. Biensûr que les gens qui se sont révoltés contre les nazis étaient des criminels, de même que ceux qui se sont révoltés contre la monarchie, de même que ceux qui se révoltent contre la démocratie, de même que ceux qui se révolteront contre ce qui remplacera la démocratie.. Ceux qui se révoltent contre le système en place sont d’abord des criminels, puis des héros, et enfin des ringards qui se sont battus pour un régime qui ne vaux finalement pas mieux que le régime contre lequel ils se sont battus..

    La question n’est pas de savoir si autoriser les armes à feu est libertarien, ni de savoir si c’est moral selon tel ou tel point de vue, ni de savoir si c’est juste selon telle ou telle théorie, mais de savoir ce que cela apportera à la population. Est-ce que l’autorisation des armes à feu apporte plus de sécurité et de liberté à la population? Les théories libertariennes peuvent dire ce qu’elle veulent, la réalité et sans ambiguïté, plus la population est armée, moins les individus sont en sécurité et plus ils sont obligés de prendre des mesures liberticides pour se protéger contre les armes. Légaliser le port d’arme, c’est légaliser la violence et donner aux individus le moyen d’opprimer les autres.

    1. Les gens qui se révoltent contre une tyrannie ne sont pas des criminels. Tu baignes (sans vouloir t’en extirper) dans la confusion mentale générale la plus parfaite.
      Ne change rien, tu amuses tout le monde.

  20. Ok, si quelqu’un prend les armes, et tue un élu de la république, au nom du fait qu’il considère la république comme une Tyrannie, c’est un criminel ou pas?
    Et ceux qui tuent des gens, au nom d’un combat contre ce qu’ils appellent la Tyrannie du capitalisme, ce sont ne sont pas des criminels non plus?

      1. Je n’ai pas dit que le capitalisme était un système politique, j’ai dit que certaines personnes considèrent le capitalisme comme une tyrannie, et si comme H16 le penses ceux qui combattent la tyrannie par la violence ne sont pas des criminels, alors dans un sens, celui qui tue un capitaliste au nom de ses idées anti-capitaliste, n’est pas un criminel puisqu’il lutte contre une tyrannie. Vous voyez que la logique manichéenne n’a pas de sens. Tout est relatif. Il n’y a pas les criminels méchants d’un côté, et les gentils de l’autre.. Cette vision est trop simpliste..

        Mon expérience si infîme soit-elle, me dit qu’il faut beaucoup plus se méfier des gens dit « normaux » que des criminels. Dans ce pays où les criminels sont selon vous censés avoir le monopole des armes, deux fois je me suis fait agressé par des gens armés. Ce n’étaient pas des criminels, mais des chasseurs, et leurs armes étaient tout ce qu’il y a de plus légales. Votre argument premier qui se base sur le danger du monopole des armes par les criminels est donc faux.. Le véritable danger ce sont les gens parfaitement normaux. Jamais je n’ai été agressé par un criminel pour des raisons crapuleuses. Chaques fois que j’ai été agressé, c’était par des citoyens lambda qui avaient trop bu dans un concert, le 14 juillet, ou à la fête de la musique. Et je suis bien content qu’ils n’avaient pas d’arme. Le vrai danger, c’est le citoyen lambda avec une arme (ou une bouteille d’alcool), bien plus que le criminel avec une arme..

  21. N’importe quel modèle de société est considéré par certaines personnes comme Tyrannique. Il en sera de même avec le libertarianisme. Toute société où les principes ou les idées passent avant les personnes et les individus, est une société qui possède en elle une forme de Tyrannisme. Or ce qui est en train de se passer chez les libertariens, et la raison pour laquelle j’ai pris mes distances avec ce mouvement c’est que justement la tendance jusnaturaliste, est en train de faire tourner le libertarianisme en idéologie totalitaire dans la mesure où dans cette conception de la liberté, l’individu devient moins important que la MORALE, et le soit disant droit naturel. Au lieu de défendre l’interêt des gens, ils défendent un principe..

    Mais notre objectif à tous est d’améliorer notre vie.. C’est à ça que nous sert la liberté, (la liberté n’est pas un objectif comme le défende les jusnaturalistes), mais un moyen d’améliorer notre existence.. Si on vis dans une société dans laquelle on a pas besoin de posséder une arme à feu pour vivre, et que les libertariens veulent nous faire vivre dans une société où l’on a besoin d’une a feu pour vivre, alors peu importe que ce soit libertarien ou pas.. Cela constitue une régression, et notre objectif en tant qu’être humains, est de progresser vers une vie meilleurs et non de régresser au nom d’un principe.. Si les libertariens veulent construire une société libre, il faut arrêtent de penser selon des règles morales, et pensent plutôt à des solutions matérielles pour augmenter le potentiel, et les capacités de chaque individu..

  22. En gros ma pensée se résume à « Notre objectif est d’améliorer notre existence, la liberté doit obeïr à cet objectif.. Si la liberté n’améliore pas nos vie, alors elle ne sert à rien! »

    La liberté est au service de l’homme, et non l’inverse!

    1. « Mais notre objectif à tous est d’améliorer notre vie.. C’est à ça que nous sert la liberté, (la liberté n’est pas un objectif comme le défende les jusnaturalistes), mais un moyen d’améliorer notre existence »

      Peux-tu préciser qui va décider à ma place des moyens nécessaires à l’objectif d’améliorer ma vie.
      Parce que pour moi, posséder une arme, améliore considérablement ma sécurité et par conséquence améliore ma vie.

  23. excellente utilisation du point godwin vinzzz ! C’est totalement ça !
    h16, je vous retourne votre commentaire; quand on ne sait pas, on ne parle pas !

  24. Et bien moi je sais.. Je sais que l’argument principal qui découle du Deuxième amandement de la constitution américaine, à savoir le peuple armé peut se défendre contre la dictature est un argument falacieux, illogique et historiquement dépourvu de sens..

    D’abord les libertariens disent que le peuple armé peut se défendre contre une éventuelle dictature. Ensuite, pour éttayer cette théorie, ils citent des exemples où justement le peuple ne s’est pas défendu, mais c’est laissé faire, face à une dictature qui lui interdisait de se défendre.. Donc déjà, l’argument en soit est illogique puisqu’il se contredit lui même. Ensuite les libertariens disent que les criminels ont le monopole des armes si on interdit les armes à feu, or ceux qui luttent contre le pouvoir sont des criminels, les résistants aux dictatures devraient donc avoir le monopole des armes, ce qui contredit la théorie selon laquelle le peuple résistant serait désarmé par les dictatures. On ne peut pas être à la fois armé et désarmé..

    Ensuite cet argument du peuple armé qui lutte contre la dictature, on vois bien en regardant l’histoire, que ça ne fonctionne pas. Puisque tous les exemples cités par les libertariens montrent justement des peuples armés qui ne se sont pas défendus, lorsque la dictature leur a interdit de se défendre…

    Pourquoi ça ne marche pas???

    Parce que vous faites une énorme erreur en partant du principe que le peuple est forcément contre la dictature et que celle ci, serait mise en place contre la volonté du peuple. La dictature n’arrive pas au pouvoir par magie, elle arrive au pouvoir parce qu’elle y a été mise par le peuple.. Les dictatures sont souvent des dictatures populaires qui n’existent que parce qu’elles ont le soutient d’une grande partie de la population..

    Enfin pour donner le coup de grâce à cet argument.. Qui se bat aujourd’hui avec des armes contre le gouvernement en place? Les américain? Non! Ce sont des terroristes islamistes et ou communistes, qui se battent contre leur gouvernement! Pourquoi? Pour la liberté? Non, bien au contraire, ils se battent pour établir une dictature..

    Les libertariens font l’erreur de croire que seul l’état est l’énnemi de la liberté, mais l’état c’est quoi? Ce sont des êtres humains! Les mêmes que ceux qui composent le peuple. Ce n’est pas l’état tout seul qui est contre la liberté, C’est l’ensemble de la société: l’état+ le peuple. C’est pour ça qu’une société libre est si difficile à mettre en place, parce qu’il y a une tendance naturelle du peuple à soutenir la tyranie.

  25. @ nidhalg
    « Notre objectif est d’améliorer notre existence, la liberté doit obeïr à cet objectif.. Si la liberté n’améliore pas nos vie, alors elle ne sert à rien! »

    La liberté n’a pas à servir à quelque chose.
    Si je m’interdis, comme tout libéral, de prendre quoique ce soit (vie, biens, etc..) à autrui par la violence, la coercition, la tromperie, alors personne n’a le droit de me priver de ma liberté.
    Notamment de ma liberté de posséder une arme.
    Votre conception de la liberté, comme étant un ensemble de droits accordés sous conditions par une autorité supérieure et bienveillante (état) est effrayante. Vous avez une mentalité d’esclave ou de dictateur ( à vous de choisir)
    Hormis les délinquants et les malades mentaux, il n’y a aucune raison que l’état se mêle des possessions d’armes par les citoyens.