L’achat d’or interdit aux particuliers

Publié Par Thibault Doidy de Kerguelen, le dans Amérique du Nord

Depuis le vendredi 15 juillet à 17 heures, les citoyens américains n’ont plus accès au trading en ligne d’un certain nombre de produits dérivés. Parmi ces produits… les métaux précieux !

Est-ce là la conséquence de cette période mouvementée que nous connaissons et qui a toutes les chances de finir en « Armaguedon » financier selon les propres termes du Président Obama ?

Non, il s’agit simplement de l’application de la loi Dodd-Frank, ou plutôt d’une section dite « protection des investisseurs » de la loi votée il y a un an, en juillet 2010 (Vous avez remarqué comme le pouvoir politique, à chaque fois qu’il restreint une de vos liberté, justifie cela par votre « besoin de protection »? Vous avez tellement peu de discernement qu’on se demande pourquoi on vous laisse le droit de vote…).

De cette loi de plus de 2300 pages, cette disposition est la première mise en application. Désormais, investir sur ces marchés « de gré à gré » avec des effets de levier ou des appels de marge sera réservé aux entités commerciales et aux individus fortunés. Exit le citoyen lambda qui gère ses investissements lui-même. Deux informations nous sont données sur cette mesure. La première est qu’il faut protéger les particuliers contre eux-mêmes et que des pertes encaissées avec un fort effet de levier pouvait mettre des gens sur la paille. Ça, c’est la version officielle qui prévalait lors de l’adoption de la loi. La seconde, c’est que les autorités veulent limiter la spéculation, et donc pousser les cours vers le bas. Aucune statistique ne laisse apparaître que ce soit le marché des particuliers le plus spéculatif, mais qu’importe. Qu’importe car la question qui me vient tout de suite à l’esprit, c’est… pourquoi l’État américain se préoccupe-t-il tout d’un coup de la spéculation sur l’or? Serait-il acheteur?

Ne riez pas, cette éventualité n’est pas complètement insensée… Si vous considérez que de fortes probabilités existent que le dollar ne vaille bientôt plus grand-chose (raison majeure qui pousse les particuliers à acheter de l’or, beaucoup plus que la spéculation…), il faudra bien que l’État fédéral se retourne vers quelque chose pour stocker ses richesses. Et là, il n’y a pas trente-six solutions. Je dirais même que je n’en vois que deux. Soit on transforme le FMI en banque centrale mondiale (avec les « droits de tirage spéciaux » pour monnaie) et adieu suprématie du dollar et des USA sur le monde, soit on revient à l’or qui est, de l’avis unanime, la classe d’actifs la plus adéquate à remplir ce rôle.

Cette réflexion fait son chemin à tous les niveaux de la société américaine. Daniel Hamiche, il y a quelques temps se faisait l’écho d’une velléité de se détacher du dollar chez certains des Etats américains. À la suite de l’Utah, déjà 13 états américains ont adopté des législations rétablissant le cours légal de l’or et de l’argent. Un groupe de sénateurs a même tenté de lancer le débat au niveau fédéral : leur projet de loi, le « Sound Money Promotion Act », comprenait une série de mesures visant à faciliter la réintroduction de monnaies d’or et d’argent à cours légal en alternative au dollar. L’enjeu consiste notamment à obtenir la suppression des taxes fédérales sur l’or et l’argent.

En tous cas, l’achat d’or n’est plus possible pour le particulier américain, sauf… en cas de « livraison physique » sous 28 jours. Vous imaginez déjà la scène, le camion de la Brinks qui s’arrête devant chez vous pour vous livrer vos barres de métal jaune et qui revient le mois suivant ou trois mois plus tard les reprendre parce que vous les avez réalisées… pratique ! Remarquez, si vous possédez une fortune de plus d’un million de dollars ou si vous déclarez plus de 200 000$ de revenus par an, vous n’êtes pas concerné par cette disposition. C’est normal, vous, tout le monde le sait, vous ne spéculez pas… Par contre, vous donnez toujours généreusement aux candidats d’une élection présidentielle qui, comme par hasard démarre en ce moment par… des dîners de gala et des collectes de fonds !

Comme le fait remarquer un chroniqueur orophile, il y a un précédent historique où un État a rendu illégal la détention d’or par les particuliers et organisé son remplacement par du papier monnaie… La France avec John Law de Lauriston… Vous vous souvenez comment cela se termine (pour ceux qui sont allés à l’école à l’époque où on enseignait l’Histoire) ?

Quant à ceux, parmi vous, qui tel le héros d’une BD française, seraient tentés de s’écrier « ils sont fous ces américains », qu’ils se méfient, nous avons rarement vu une idiotie américaine mettre longtemps à s’imposer chez nous, et il ne m’étonnerait pas que d’ici peu quelque démagogue de service ne nous serve un discours dégoulinant de vertu au nom duquel il serait « bon » d’interdire la spéculation sur l’or… aux particuliers, bien sûr !

—-
Un article repris de
Ma Vie Mon Argent avec l’aimable autorisation de son auteur.

Laisser un commentaire

  1. Il est à ce titre intéressant de savoir que ce fut l’objet d’une question posée par Ron Paul lors d’une audition au Sénat (il est chairman de la sous-commission bancaire) portant sur le fait de savoir si l’or qui est gagé au profit du FMI (c’est le mode de financement initial retenu) n’est pas également compté une deuxième fois comme stock de réserve. Question à laquelle personne n’a effectivement voulu répondre, en prétextant dans un ballet de réponses vaseuses comprendre de travers la question à 3 reprises consécutives.
    Même si ça peut paraître gros, c’est possible, et comme le sénateur du Texas est par ailleurs persuadé qu’une partie du refus de l’audit physique de Fort Knox, trouverait son origine dans l’absence d’une grande partie du stock physique, ou qui aurait été gagé comme celui dévolu au FMI.