Décès de John Hospers

Publié Par Damien Theillier, le dans Culture

Par Damien Theillier pour le Bulletin d’Amérique

John Hospers est décédé le 12 juin 2011 à l’âge de 93 ans. Avec Robert Nozick, Murray Rothbard ou Tibor Machan, il fut de ces universitaires américains qui ont travaillé à donner une crédibilité académique à la philosophie libertarienne. En mars 2011, l’Institut Coppet avait traduit pour la première fois en français l’un de ses articles : De l’égalité.

Hospers est né et a grandi à Pella, une ville située près de la capitale de l’État de l’Iowa, Des Moines, principalement habitée par les descendants des émigrés hollandais du début du XIXe siècle. Son grand-père, a été l’un des fondateurs de Pella en 1847. John est diplômé de l’école publique Pella en 1935, il obtient sa maîtrise en littérature à l’Université de l’Iowa et son doctorat en philosophie à l’Université Columbia. Il enseigne ensuite la philosophie et les sciences humaines à Columbia puis à l’Université de Caroline du Nord et à l’Université du Minnesota.

Sa thèse de doctorat, Meaning and Truth in the Arts, fut son premier livre publié. Son deuxième livre, An Introduction to Philosophical Analysis, a connu quatre éditions et fut un vrai succès grand public. Ce dernier a été suivi par son livre sur l’éthique, Human Conduct, et par un nombre considérable d’articles sur l’esthétique et l’épistémologie dans diverses revues.

En 1972, John Hospers a été le premier candidat du Parti libertarien pour la campagne présidentielle. A cette occasion, il a rédigé un manifeste politique destiné à populariser la philosophie libertarienne : Libertarianism, a political philosophy for tomorrow.

Ses nombreux essais philosophiques sont connus aux Etats-Unis pour leur style clair et élégant. Comme rédacteur en chef de la revue The personalist, John Hospers a initié à la philosophie libertarienne toute une génération de jeunes penseurs intéressés par les questions touchant l’éthique et la politique.

Lire la suite sur le site du Bulletin d’Amérique

Laisser un commentaire