« On vous l’avait bien dit ! »

Publié Par Aurélien Véron, le dans Non classé

Le Japon est en train de compter ses morts par milliers, peut-être par dizaines de milliers. À ce stade, ils ne pleurent pas leurs disparus à cause d’un accident nucléaire mais bien à cause de Dame Nature. Avec le poids de son histoire ponctuée de drames similaires, c’est avec beaucoup de dignité que le Japon nous fait une leçon de résilience. Pour le monde, l’urgence doit être à la solidarité et à l’aide humanitaire. Mais manifestement, tout le monde ne partage pas ce sens des priorités au service de la préservation de la vie. Les Verts, eux, ont vu dans cette tragédie une opportunité formidable pour sortir le katana (arme non polluante) et charger l’Humanité sans attendre la fin de la période d’urgence, de deuil et de bilan. Les cantonales qui ont lieu dimanche prochain n’y sont peut-être pas pour rien. Dimanche dernier, en accompagnant un candidat du Parti Libéral Démocrate sur les marchés, j’ai observé la candidate verte. Elle trépignait presque de joie en se servant du drame japonais pour dérouler sa profession de foi auprès de ses fidèles : « Je vous l’avais bien dit. »

(Illustration René Le Honzec)

Le pouvoir de nuisance de cette secte ne s’arrête pas là. Staffan Nilsson, président du « Comité économique et social européen », organe consultatif de l’Union européenne, s’est exprimé dans un communiqué évoquant la nécessaire solidarité avec les victimes du tremblement de terre et du tsunami au Japon – jusque là, rien d’anormal. Il en a profité pour glisser cette perle : « Quelques îles affectées par le changement climatique ont été touchées. Le temps n’est il pas venu de montrer de la solidarité – pas moins de solidarité dans le combat et l’adaptation au changement climatique et au réchauffement global ? Mère Nature nous a, de nouveau, fait signe que c’est cela que nous devons faire. » Aucun scientifique ne voit le rapport entre le réchauffement climatique et ce tremblement de terre et ce tsunami. Il s’agit d’une pique idéologique terrible, qui vise à rappeler la légitimité du dieu nature à punir l’Humanité si celle-ci ne change pas de mode de vie.

Cette église se nourrit du sang et des larmes de l’humanité. Ses adeptes suivent de très près l’échelle de Richter des tragédies humaines pour promouvoir sa vision autoritaire, dogmatique. Anecdote éclairante, Yves Cochet s’est fait promoteur de la « grève des ventres », afin d’inciter les femmes à ne pas avoir plus de deux enfants. Cette mécanique punitive s’inscrit parfaitement dans la logique des Verts. En effet, il n’y a rien de plus polluant que les êtres humains. Depuis, je n’ai jamais entendu un responsable écolo dénoncer sa proposition, mais j’admets ne pas regarder la télévision jour et nuit. En tout cas, la secte verte n’aime pas les êtres humains, elle leur préfère la nature. Lorsque celle-ci se fâche, tremble et noie des centaines de milliers d’êtres humains, peut-être devraient-ils avoir le courage d’admettre que dans leur perspective de décroissance anticapitaliste, « ça fait le ménage ».

Laisser un commentaire

  1. C’est surtout un procédé d’escroc bien connu : il ne faut surtout pas que le client réfléchisse, il faut qu’il soit submergé par l’urgence, l’émotion et le mensonge, il faut qu’il signe pour la vie entière là, maintenant, tout de suite.

    Avant même qu’on fasse le bilan de cet accident nucléaire, par exemple. On ne sait jamais, il pourrait s’avérer que ce n’était pas si grave, au final. Ce serait bien dommage pour eux, mais on peut leur faire confiance pour décrire en détail la catastrophe qui aurait pu arriver, à défaut d’une catastrophe réelle…

  2. Autant je ne partage pas le millénarisme écologiste sur le réchauffement climatique, autant certaines récupérations peuvent être indécentes, autant on ne peut pas reprocher aux écologistes de surfer sur cette actualité, ni de communiquer dans l’urgence. Cela fait des décennies qu’ils préviennent que le nucléaire est dangereux non seulement dans le présent mais pour des milliers d’années à venir. On leur reproche quoi ? D’être conséquents ? Ouh … Ils devraient se taire, maintenant que les apprentis-sorciers font dans leur froc ?

    Et tout d’un coup certains libéraux qui doutent de tout, surtout quand ça vient de l’Etat, prennent pour paroles d’Evangile la voix de ceux qui nous disent que « tout va bien », que « tout est sous contrôle », dans la bonne veine de la propagande soviétique, tout en montrant des signes de fébrilités évidents (et non pas seulement pour faire de la com’) …

    Les Verts, comme le FN, sont des gens insupportables. Mais ils peuvent aussi avoir raison de temps en temps, et on peut même le reconnaître. Faire de l’opposition pavlovienne n’est pas à l’honneur de ceux qui s’y prêtent…

    1. Bien sur qu’ils ont raison, la voiture c’est dangereux (et il y a plus de morts dus aux voitures qu’aux réacteurs nucléaires), l’éléctricité c’est dangereux, le pétrole c’est dangereux, l’avion c’est dangereux. Merci on a compris, vivre est dangereux.

        1. C’est caricatural de dire que la voiture est dangereuse ?
          Ou que des puits de pétrole en feu c’est dangereux ?
          Ou que s’électrocuter est dangereux ?
          Ou qu’un crash d’avion c’est dangereux ?

          1. La différence c’est que dans trois de tes exemples les dégâts sont localisés et ponctuels. Pour le pétrole quand BP a eu des petits soucis, je n’ai pas souvenir qu’on ait dit qu’au nom des oiseaux morts et des plages saccagés, il serait plus décent que des gens qui critiquaient ou le pétrole en lui-même, ou avaient mis en garde contre le mode d’extraction avant même la catastrophe, devaient plutôt se taire et attendre un délai raisonnable (lequel ?) avant d’engager le débat.

            Le risque zéro n’existe pas. Le principe de précaution poussé dans sa plus absolue logique nous aurait empêché de faire du feu. Jamais l’homme n’a abandonné une technologie pour des interdits moraux : le clônage humain aura lieu, et tutti quanti. Il y a chez les Verts, un grand nombre de prophètes de l’Apocalypse qui agitent des épouvantails et prônent des choses hallucinantes. Soit.

            Faire un emprunt sur trente ans à taux fixe, lorsque tu as un salaire, pour acheter ta maison c’est rationnel. Faire un emprunt sur 60 ans à taux variable, ça l’est un peu moins. Sur quatre générations, c’est un peu fou et peu responsable… Tu comprends la logique ? Est-ce vraiment faire de l’obscurantisme, pour le coup, que de dire que le nucléaire c’est potentiellement des morts sur place + un nuage qui menace les populations sur des centaines de km autour, et que c’est sûrement des déchets qu’on va se coltiner pendant des centaines d’années sans trop savoir ce que l’avenir politique nous réserve ? Que peut-être pour les besoins d’aujourd’hui on est en train de faire un pari peu rationnel ? Tu te souviens du destructionnisme dont parlais Mises ? : j’emprunte et je me fous de l’avenir, je suis l’Etat et puis sur le long terme nous sommes tous morts, alors…. De même peut-être que le nucléaire, aujourd’hui, c’est pas encore assez sûr. Ça le sera demain (ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain comme le veulent certains verts foncés). Mais, peut-être, qu’aujourd’hui avec ce qui se passe au Japon – pas chez les communistes de 1986 à l’économie exsangue et où les droits de l’homme valent autant qu’un pet de mouche, mais au Japon, démocratie et quatrième économie mondiale high-tech et tout – on peut se poser la question. Que le débat doit avoir lieu et qu’on n’a pas à être occulté, et que loin de faire la récup’ sur le fond les Verts ne sont pas forcément à côté de la plaque sur toute la ligne…

  3. Lorsqu’un avion s’écrase, l’industrie aéronautique souffre et se remet en question. Les avions continuent à voler. De la même manière, le bilan de la catastrophe donnera lieu à la révision des normes de sécurité dans le monde. Mais en attendant l’arrivée de nouvelles sources d’énergie exploitables à grande échelle à un coût raisonnable, comment envisager faire une croix sur le nucléaire ? Aujourd’hui, aucune énergie n’est inoffensive. Les dommages humains, environnementaux, et parfois géopolitiques causés par les mines de charbon, l’exploitation et le transport du gaz et du pétrole, ne sont pas anodins. Pourtant, l’abondance énergétique reste une composante clef des progrès de l’humanité. Sans les développements technologiques qu’elle a permis, le séisme et le tsunami auraient pu causer des dégâts humains bien supérieurs. En 2003, le tremblement de terre à Bam, en Iran, a fait 35.000 morts pour une magnitude de « seulement » 6.5 sur l’échelle de Richter. Profiter de la détresse du Japon et du désarroi du reste du monde pour exiger la fin du nucléaire, c’est par conséquent aussi indécent qu’absurde.