Les contes TTC de mon enfance

Publié Par h16, le dans Édito

Apparemment, le mouvement de manifestation s’essouffle. Oh, bien sûr, les grands et les petits tentent encore d’y croire un peu : on se persuade qu’en continuant à s’agiter, on va faire apparaître un monde parallèle où le problème des retraites ne se posera plus et où Sarkozy aura disparu, remplacé par un type sympa et compétent. Malheureusement, la vie n’est pas comme dans un conte de fée. En plus, avec les lois, les taxes et l’état qui s’insinue partout, même les contes traditionnels ont pris une sale tournure…

Je ne m’attarderai pas sur le cas, ô combien emblématique, de la Corne d’Abondance, dont les récentes modifications pour tenir compte des réglementations écologiques ont modifié le comportement normal : elle ne fournit plus de l’abondance que les jours pairs, en semaine et exclusivement aux heures de bureau, et encore, tant que les quotas, scrupuleusement fixés en tenant compte de la PAC, ne sont pas atteints.

En réalité, le mal s’est déjà étendu bien au-delà du raisonnable.

Alors que le domaine du réel, jadis ancré dans le bon sens, s’enfonce tous les jours un peu plus dans la fiction pour enfant gâté, le Royaume des Contes, se sentant sauvagement taclé à l’arrière par la nouvelle vague de syndicalistes, d’étudiants, de retraités et même de lycéens, fait tout pour surenchérir dans le réel.

Et c’est le drame !

Alors qu’une partie de la population française fait des efforts de plus en plus épileptiques pour construire un monde merveilleux de vivrensemble, de bisous sucrés et d’égalitarisme définitif, le monde des contes et des historiettes féeriques fait exactement le chemin inverse, à toutes pompes. Et si ce dernier regarde bien devant lui, effaré et éperdu, le groupe de rêveurs, lui, continue à pointer son regard derrière, sur l’horizon lointain d’un passé révolu.

La collision était inévitable et le bilan effroyable.

On apprend ainsi que La Belle Au Bois Dormant a été rattrapée par le fisc pour l’oubli de paiement des 100 dernières taxes d’habitation. Elle est en conséquence de quoi expulsée manu-militari ; son cas de narcolepsie avancée lui ménage un lit dans un hôpital public pendant quelques semaines, le temps que l’Assistance Publique, qui a reçu les factures entre temps, décide de la déplacer dans une autre aile. Le déménagement se passe mal et un débranchement « accidentel » du respirateur artificiel viendra singulièrement alléger les comptes de la Sécu.

Peau d’Âne, qui avait tenté l’ouverture d’une coûteuse boutique de mode sur les Champs, se retrouve rapidement en cessation de paiement lorsqu’on doit retirer du commerce ses peaux vestimentaires qui rétrécissent trop au lavage. Traînée au tribunal pour publicité mensongère, elle termine chez Paul Employ, qui, contrairement aux rumeurs, n’est pas un prince charmant au corps d’Adonis, mais un gros lourdaud qui passe ses journées à se fourrer les doigts dans le nez.

Martine fait un gâteau à la coke

Et pour terminer le passage en revue des princesses malheureuses, notons le cas de Blanche-Neige, poursuivie pour détention de cocaïne et esclavagisme sur des personnes à la verticalité contrariée, qu’elle forçait à coudre des Nikes dans une cave sordide du XIIIème arrondissement. La nouvelle version de son histoire n’aura sans doute pas tout à fait le même impact émotionnel pour la firme Disney qui devra, bien sûr, remanier son dessin animé pour le rendre plus conforme à la nouvelle mouture.

Pour ceux qui cherchent Boucle d’Or, c’est trop tard. Elle est morte au fond des bois. Elle n’a pas trouvé la maison des trois Ours : ils ont été expulsés la semaine dernière ; leur Bed & Breakfast affichait en effet des prix hors taxe ce qui est, on le comprendra, totalement interdit.

On apprend en marge de ces tristes nouvelles que, pour plus de clarté, les Bottes de 7 lieues deviendront obligatoirement des bottes de 27,286 km. Notez qu’en tant que consommateur, si vous avez acquis récemment des Bottes de 7 lieues, vous devrez les échanger auprès de votre vendeur pour des Bottes de 27,286 km.

Les contes évoluent, les normes sanitaires aussi : l’AFSA – l’agence française de sécurité alimentaire – a rendu son verdict concernant la Poule Aux Œufs d’Or ; elle a déclaré sa production impropre à la consommation et euthanasié l’animal fautif. Ouf, tout va bien : aucune intoxication n’a été rapportée.

D’autre part, dans la catégorie des histoires enfantines, notons que Martine ne sévira plus : elle a été arrêtée pour cruauté envers les animaux. Il semble, à la lecture des chefs de mise en examen, qu’elle a dépecé Patapouf pour en faire des mocassins.

La perte des valeurs et la fuite du bon sens aura enfin atteint les bandes-dessinées d’anthologie ; c’est sans surprise qu’on découvre que Tintin se droguait pour rester au top ; il avait en outre recourt massivement à la chirurgie esthétique pour conserver son teint jeune et un corps d’éphèbe. Haddock, quant à lui, a été arrêté dernièrement sur la frontière Franco-Belge en possession de 3 kilogrammes de poppers. L’hypothèse de la consommation personnelle n’a pas été retenue, malgré les protestations vigoureuse du solide marin.

Pendant ce temps, la réalité, elle, progresse sur le terrain féerique et dépasse la fiction.

Ce pays est foutu.

—-
Sur le web