10 bonnes raisons de se moquer des grévistes

Publié Par h16, le dans Édito, Syndicalisme

Aaaah, cela faisait longtemps qu’on n’avait pas eu une grève générale dans ce merveilleux pays ! Facilement six mois pardon six semaines pardon quelques jours ! Et ces périodes quasi normales sont importantes : elles offrent une pause, une sorte de respiration entre les arrêts de travail de certaines catégories de fonctionnaires et de catégories certaines de fumistes pleurnichards. Cette « nouvelle » journée d’inaction sociale va offrir à chacun l’occasion de se frotter amoureusement à son prochain cent-cinquante prochains dans l’unique rame de RER qui passera par là. Et ceux qui n’échangeront pas leurs bactéries faciales avec les autres par contact obligé pourront regarder des défilés, et, bien évidemment, se moquer des grévistes.

Et se moquer des grévistes français, en ces périodes troubles, c’est assez facile, quand on y pense. C’est plus que facile, c’est nécessaire pour conserver un minimum de santé mentale :

1 . Parce que malgré le matraquage médiatique pro-grève, griller des merguez pour faire annuler une timide réformichette ne changera rien à la faillite qui arrive. Vociférer pour conserver un statu-quo catastrophique ou contre les mouvements confus du gouvernement, c’est toujours faire trop de cas de pas grand-chose. Surtout, c’est donner du crédit à la droite qui prétend faire une réforme de fond là où il n’y a que bidouille à la marge.

Nous partîmes 500...

2. Parce qu’agiter des petits fanions et des petites banderoles, c’est montrer à la face des autres salariés qu’on n’a rien de mieux à faire de sa journée. S’exciter à l’idée de brandir une pancarte et de marcher quelques kilomètres, c’est un plaisir de petit vieux ! En France, le mouvement social est la seule occasion d’aérer les pampers de vieux syndicalistes staliniens qui ne sentent pas que la naphtaline. On comprend d’ailleurs mieux pourquoi certains rêvent presque, libidineux, de voir de jeunes éphèbes les rejoindre dans leurs agapes gériatriques…

3. Parce que les grévistes sont les riches qui pleurent de n’avoir pas assez spolié les pauvres qui eux, ne peuvent absolument pas se permettre un jour non payé. Des profs, des cheminots, des gaziers (de GdF), des électriciens (d’EdF), salariés protégés de (très) grosses entreprises partiellement ou totalement nationales, ça, vous en trouverez des paquets. Mais vous ne verrez que très très peu de caissières ou de poissonniers, de manutentionnaires ou de salariés de PME de tuyauterie ou de maçonnerie demain dans les cortèges.

4. Parce que pour ces pauvres, les riches qui défilent expliqueront qu’ils font la grève pour eux. Comme en décembre 1995. Comme en mai 2003. Et vous vous souvenez bien sûr de tous les avantages que vous, salarié du privé dans le secteur concurrentiel, aviez pu récolter de ces pénibles semaines à ramer ? Non ? Aucun ? C’est normal.

5. Parce qu’aller manifester, c’est continuer le combat-bat-bat, et se retrouver au milieu de moutons bêlant les mêmes slogans-gans-gans, dans le même rythme au pas saccadé-dé-dé, comme d’autres défilent devant leurs leaders. C’est toujours drôle de voir, depuis le trottoir, les gauchistes trotter ainsi, quasiment en rang d’oignon, bien docilement alignés derrière des leaders syndicaux-caux-caux, non ?

6. Parce que ça donne une idée précise des forces en présence : rangs épars, regards perdus, masse peu compacte. Seule la méthode de comptage fantaisiste permettant d’avoir systématiquement deux manifestants quand la police n’en voit qu’un et donne un peu de corps à cette mascarade d’enfants gâtés. Quand on sait qu’en plus, les méthodes modernes par recoupement statistique sur les téléphones portables, les photos aériennes de drones et les estimations au sol montrent systématiquement une surévaluation de la police, on rigole d’avance aux nombres forcés que les syndicats vont nous dégoter. Je parie entre 3 et 3.5 millions.

7. Parce qu’à force de glander dans le petit air frais d’octobre, la marmite ne bout pas. Et que la fin de mois se rapproche. Et que les jours de grève ne sont pas toujours rémunérés. Et puis plus prosaïquement, parce que monter à Paris pour manifester est impossible : y’a plus de trains.

... et par un prompt renfort de Photoshop...

8. Parce qu’ensemble, on est toujours beaucoup, beaucoup plus con que tout seul. Le mieux, c’est ensemble à s’engouffrer dans un tunnel, ou ensemble à taper du pied sur une frêle estrade autour d’un stade de foot…

9. Parce qu’il y a des merguez, des frites, des gaufres, des autocollants FO, CGT ou que sais-je, des vuvuzelas estampillées du logo d’une syndicratie connue, pardi ! La bouffe payée par les autres gratuite, y’a que ça de vrai !

10. Parce que les gens qui appellent le chaos de leurs voeux humides sont les premiers à en subir toutes les conséquences. Les révolutions mangent leurs enfants.

Et s’il vous manque d’autres raisons pour vous motiver à aller lancer des cacahuètes aux manifestants, en voici quelques autres qui vous donneront une idée précise de l’esprit pourri qui règne derrière ces agitations :

« J’invite d’ores et déjà les automobilistes à aller faire le plein rapidement. D’habitude on met entre 5 et 7 jours pour créer la pénurie ne serait-ce que par le groupe Total. Là, il y aura l’ensemble du monde pétrolier français. »

C’est ce que déclare Christophe Hiou, délégué CGT à la Raffinerie Total de Donges. Ceux qui se rabattaient sur les voitures pour fuir les trains en rade en seront pour leurs frais.

D’un autre côté, les agents affiliés à la CGT-Energie «ont décidé [...] d’impulser des actions en utilisant leur outil de travail, en ciblant très clairement les responsables politiques et le Medef.» Eh oui, ils sont comme ça, les agents affiliés aux escrocs et aux branleurs de la CGT : ils impulsent des coupures.

Respect des autres, respect de la démocratie et des opinions adverses, limitation du droit de grèves aux légitimes revendications de sa profession, respect de l’usager ou du client, esprit de service, tout est là.

La Fraônce débraye, et la France trinque.

Ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Des miyons ? Que dites-vous là ! Des miyards, mon brave, des miyards qui ne rêvent eux aussi que de se coller les uns aux autres pour réclamer un retour à la situation précédente, un immobilisme parfait et une totale non-discussion de tout ce qui pourrait modifier leur petit paradis ! Des miyards !

  2. Tous au boulot!!!
    Déja s'habille chonois, bientot on mangera chinois et si on continue on parlera chinois et après plus de grève et de syndicat, vive la répression chinoise!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!