Première grève générale sous Zapatero

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

L’Espagne vit au ralenti pour la première grève générale depuis l’arrivée au pouvoir du socialiste Zapatero à l’appel des deux grands syndicats, UGT et CCOO. Ceux-ci protestent contre une réforme pour rendre plus flexible le marché du travail.

Piquets de grève à l’entrée des usines, longues files d’attente devant les arrêts de bus ou kiosques vides de journaux : les effets de ce mouvement étaient déjà notables à Madrid et dans le reste du pays. Aucun chiffre officiel de participation n’était disponible en début de matinée.

Les deux syndicats mentionnaient dans des communiqués des taux de participation de près de 100% pour l’industrie sidérurgique et un arrêt total pour les entreprises du secteur automobile.

Une centaine de manifestations ont été convoquées pour ce mercredi à travers toute l’Espagne. Dans de nombreuses villes les défilés commenceront dès midi, mais à Madrid la manifestation, qui traversera le centre est prévue à 18h30.

Cette grève générale, la première depuis l’arrivée au pouvoir du socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, survient alors que le pays peine à sortir de la crise et qu’un actif sur cinq est au chômage.

Pour réduire les déficits publics, M. Zapatero a été contraint de baisser les salaires des fonctionnaires, de geler les retraites et de mettre fin à certaines prestations. Mais ce mouvement vise essentiellement à protester contre une réforme pour rendre plus flexible le marché du travail, qui diminue les indemnités de licenciement et facilite les licenciements économiques.

Laisser un commentaire