Chávez perd son parlement croupion

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

 Avec une majorité de 90 sièges sur 165, le parti d’Hugo Chávez aurait remporté les législatives vénézuéliennes, mais l’opposition ferait une percée significative, privant celui-ci de son hégémonie des deux-tiers au parlement.

Le parlement avait été contrôlé durant cinq ans à une écrasante majorité par le PSUV de Chávez, après l’appel au boycott du précédent scrutin par l’opposition.

Rassemblée cette année au sein de la Coordination de l’Union démocratique, l’opposition a obtenu 59 des sièges sur 165. Le parti Patrie pour tous, parti de gauche opposé à Chávez, a obtenu 2 sièges.

Dix sièges n’ont pas encore été attribués.

L’objectif de Chávez était de contrôler les deux-tiers du parlement pour faire passer des lois organiques ou contrôler des nominations clefs pour la mise en œuvre du « socialisme du 21e siècle », sans avoir à négocier avec l’opposition.

Laisser un commentaire

  1. Diable!

    Un parlement croupion?!

    Dieu en préserve la France!!

    Sinon, Sarkozy pourrait faire passer des lois organiques pour mettre en place son "libéralisme du 21° siècle" sans avoir à négocier avec l'opposition.

    Heureusement qu'on est en démocratie, la retraite à 62 ans, c'est pas pour demain !!!

    1. Le libéralisme de Sarkozy… Ça ressemble à quoi ? Ça m’intéresse. Probablement au communisme de Badnarik ;)

      Quoi qu’il en soit, il existe une seule façon de se préserver du parlement-croupion : la proportionnelle. Mais bien sûr, ça implique de faire rentrer les fachos au parlement, alors que la loi électorale a spécifiquement été conçue pour éviter ça, parce que bon, la démocratie, ça va, mais faudrait quand même pas que n’importe qui puisse avoir des députés, hein.

      Tiens, au passage, que pensent les grands démocrates du PS de l’invalidation des députés poujadistes ?

      Le malheur de ce type de combine, c’est que ça crée un effet de seuil extrêmement dangereux : un parti au pouvoir use sa popularité, un parti qui n’y est jamais, non.

      On rigolera moins le jour où le FN dépassera le seuil fatidique, parce que quand ça arrivera, ils ne feront pas de différence entre les gauchistes et les capitalistes libéraux apatrides, croyez-moi.